Vigiles (OSB) du mardi 9 janvier 2018 -

Hebdomada I per annum Ière semaine dans l'année
Feria III Mardi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Et serpens erat callídior cunctis animántibus agri quæ fécerat Dóminus Deus. Qui dixit ad mulíerem: " Veréne præcépit vobis Deus, ut non comederétis de omni ligno paradísi? " Cui respóndit múlier: " De fructu lignórum, quæ sunt in paradíso, véscimur; de fructu vero ligni, quod est in médio paradísi, præcépit nobis Deus, ne comederémus et ne tangerémus illud, ne moriámur. " Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que le Seigneur Dieu avait faits. Il dit à la femme: " Alors, Dieu a dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? " La femme répondit au serpent: " Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin. Mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez pas, sous peine de mort. "
R/. In princípio fecit Deus cælum et terram, et creávit in ea hóminem * Ad imáginem et similitúdinem suam. V/. Formávit ígitur Dóminus hóminem de limo terræ, et inspirávit in fáciem eius spiráculum vitæ; * Ad imáginem. R/. Au commencement, Dieu fit le ciel et la terre; sur la terre, il créa l'homme * À son image et ressemblance. V/. Alors, le Seigneur Dieu modela l'homme avec la glaise tirée du sol; il souffla sur son visage le souffle de vie; * À son image.
Lectio II Lecture II
Dixit autem serpens ad mulíerem: " Nequáquam morte moriémini! Scit enim Deus quod in quocúmque die comedéritis ex eo, aperiéntur óculi vestri, et éritis sicut Deus sciéntes bonum et malum. " Le serpent répliqua à la femme: " Pas du tout! Vous ne mourrez pas! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux, qui connaissent le bien et le mal. "
R/. In sudóre vultus tui vescéris pane tuo, dixit Dóminus ad Adam; * Cum operátus fúeris terram, non dabit fructus suos, sed spinas et tríbulos germinábit tibi. V/. Pro eo quod obœdísti voci uxóris tuæ plus quam me, maledícta terra in ópere tuo. * Cum. R/. Le Seigneur dit à l'homme: C'est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain; * Lorsque tu devras cultiver le sol, il ne produira pas ses fruits, mais te donnera des épines et des chardons. V/. Parce que tu as obéi aux suggestions de ta femme, plutôt qu'à moi, le sol est maudit à cause de toi. * Lorsque.
Lectio III Lecture III
Vidit ígitur múlier quod bonum esset lignum ad vescéndum et pulchrum óculis et desiderábile esset lignum ad intellegéndum; et tulit de fructu illíus et comédit dedítque étiam viro suo secum, qui comédit. Et apérti sunt óculi ambórum. Cumque cognovíssent esse se nudos, consuérunt fólia ficus et fecérunt sibi perizómata. Et cum audíssent vocem Dómini Dei deambulántis in paradíso ad auram post merídiem, abscóndit se Adam et uxor eius a fácie Dómini Dei in médio ligni paradísi. La femme vit que l'arbre était bon à manger et séduisant à voir, et qu'il était, cet arbre, désirable pour acquérir le discernement. Elle prit de son fruit et mangea. Elle en donna aussi à son mari, qui était avec elle, et il mangea. Alors leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils connurent qu'ils étaient nus; ils cousirent des feuilles de figuier et se firent des pagnes. Ils entendirent le pas du Seigneur Dieu qui se promenait dans le jardin à la brise du jour, et l'homme et sa femme se cachèrent devant le Seigneur Dieu parmi les arbres du jardin.
R/. Tulit ergo Dóminus hóminem et pósuit eum in paradísum voluptátis, * Ut operarétur et custodíret illum. V/. Formávit ígitur Dóminus hóminem de limo terræ, et pósuit eum in paradísum, * Ut operarétur. V/. Glória Patri. * Ut operarétur. R/. Le Seigneur prit l'homme et le conduisit dans le jardin de délices, * Pour qu'il le cultive et le garde. V/. Alors, le Seigneur Dieu modela l'homme avec la glaise tirée du sol, et le conduisit dans le jardin, * Pour. V/. Gloire au Père. * Pour.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Tractátu sancti Ambrósii epíscopi De paradíso (Cap. 3, 12-14: CSEL 32, 272-273) Traité de saint Ambroise sur le paradis
Lectio I Lecture I
Est paradísus terra quædam fértilis, hoc est ánima fecúnda, in Eden plantáta, hoc est in voluptáte quadam vel exercitáta terra, in qua ánimæ sit delectátio. Erat fons qui irrigáret paradísum. Qui fons, nisi Iesus Christus? Fons vitæ ætérnæ est, sicut et Pater; quia scriptum est: Quóniam apud te est fons vitæ. Dénique flúmina de ventre eius fluent aquæ vivæ. Le paradis est une terre fertile, c'est-à-dire l'âme féconde, plantée dans l'Éden, c'est-à-dire dans les délices, dans une terre bien cultivée où se trouve la félicité de l'âme. Il y avait une source qui irriguait le paradis. Quelle source, sinon Jésus-Christ? Il est la source de vie éternelle, comme le Père; car il est écrit: Auprès de toi est la source de vie, et encore: De son sein couleront des fleuves d'eau vive.
R/. Dixit Dóminus Deus: Non est bonum esse hóminem solum; * Faciámus ei adiutórium símile sibi. V/. Adæ vero non inveniebátur símilis sibi. Dixit vero Deus: * Faciámus. R/. Le Seigneur Dieu déclara: Il n'est pas bon que l'homme soit seul; * Je vais lui faire une aide qui lui corresponde. V/. Il ne se trouvait, pour Adam, personne qui lui corresponde. Alors, Dieu déclara: * Je vais lui faire.
Lectio II Lecture II
Et fons légitur, et flúvius légitur, qui írrigat paradísi lignum fructuósum, quod ferat fructum in vitam ætérnam. Hic ergo fons, sicut legísti, fons enim, inquit, procédit ex Eden, id est in ánima tua fons est. Unde Sálomon ait: Bibe aquam de tuis vasis et de puteórum tuórum fóntibus. Hic est fons qui procédit ex illa exercitáta et plena voluptátis ánima: hic fons qui írrigat paradísum, hoc est virtútes ánimæ eminentíssimo mérito pullulántis. Nous lisons donc qu'il y a une source et un fleuve irriguant les arbres fruitiers du paradis pour qu'ils portent un fruit de vie éternelle. Cette source, comme tu l'as lu, cette source, dit l'Écriture, sourd de l'Éden: cela veut dire que la source est dans ton âme. Et c'est pourquoi Salomon écrit: Bois l'eau de tes amphores, et des sources de tes puits. Telle est la source qui jaillit de l'âme bien cultivée, comme pleine de délices. Telle est la source qui irrigue le paradis, c'est-à-dire les vertus de l'âme qui porte une abondance de mérites excellents.
R/. Immísit Dóminus sopórem in Adam et tulit unam de costis eius, et ædificávit costam, quam túlerat Dóminus de Adam, in mulíerem, et addúxit eam ad Adam, ut vidéret quid vocáret eam. * Et vocávit nomen eius virágo, quia de viro suo sumpta est. V/. Hoc nunc os ex óssibus meis et caro de carne mea. * Et vocávit. R/. Le Seigneur Dieu fit tomber sur l'homme, Adam, un sommeil mystérieux. Il prit de la chair dans son côté; avec ce qu'il avait pris à l'homme il forma une femme et il l'amena vers l'homme pour voir comment celui-ci l'appellerait. * Il l'appela femme - qui se dit: virago - car elle avait été tirée de son semblable, l'homme, - qui se dit: vir. V/. Cette fois-ci, voilà l'os de mes os et la chair de ma chair! * Il l'appela.
Lectio III Lecture III
Sed quemádmodum fons dícitur Sapiéntia Dei. Fons enim est secúndum evangélium dicens: Si quis sitit, véniat ad me et bibat; fons est et secúndum prophétam qui ait: Veníte et édite de meis pánibus, et bíbite vinum quod míscui vobis. Sicut ergo fons vitæ est Sapiéntia, fons grátiæ spiritális, ita fons virtútum est ceterárum quæ nos ad ætérnæ cursum dírigunt vitæ. Ex hac ígitur ánima quæ culta est, non ex ea quæ incúlta fons iste procédit, ut írriget paradísum, hoc est quædam diversárum frutéta virtútum, quarum sunt quáttuor inítia in quæ sapiéntia ista divíditur. Quæ sunt quáttuor inítia virtútum, nisi unum prudéntiæ, áliud temperántiæ, tértium fortitúdinis, quartum iustítiæ? Mais en un autre sens, nous dirons que cette source est la Sagesse de Dieu. Cette Sagesse est source d'après l'Évangile qui dit: Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive! Elle est source aussi d'après le prophète qui dit: Venez et mangez de mes pains, et buvez le vin que j'ai versé pour vous. De même donc que la Sagesse est source de vie, source de grâce spirituelle, ainsi est-elle source de toutes les autres vertus qui nous dirigent pour fournir la course de la vie éternelle. Cette source procède de l'âme bien cultivée, et non de celle qui serait inculte, et elle doit irriguer le paradis, c'est-à-dire les plants des diverses vertus, dont quatre principales, entre lesquelles la Sagesse se partage. Quelles sont ces quatre vertus principales, sinon la prudence, la tempérance, la force et la justice?
R/. Plantáverat autem Dóminus Deus paradísum voluptátis, a princípio, * In quo pósuit hóminem quem formáverat. V/. Plantáverat autem Dóminus Deus lignum pulchrum visu et ad vescéndum suáve, lignum étiam vitæ in médio paradísi, * In quo. V/. Glória Patri. * In quo. R/. Le Seigneur Dieu avait planté, dès le commencement, un jardin de délices * Où il plaça l'homme qu'il avait modelé. V/. Le Seigneur Dieu avait planté un arbre à l'aspect attirant et au fruit savoureux, l'arbre même de la vie au milieu du jardin * Où. V/. Gloire au Père. * Où.