affiche_liturgia("journee")office = vigiles20180205

Vigiles (OSB) du lundi 5 février 2018 - Ste Agathe, vierge et martyre

Hebdomada V per annum Vème semaine dans l'année
Feria II Lundi
S. Agathae, virginis et martyris Ste Agathe, vierge et martyre
Memoria Mémoire
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Vidit phárao sómnium. Putábat se stare super flúvium, de quo ascendébant septem boves pulchræ et crassæ et pascebántur in locis palústribus. Aliæ quoque septem emergébant post illas de flúmine fœdæ confectque mácie et stabant in ipsa amnis ripa; devoraverúntque septem boves pulchras et crassas. Expergefáctus phárao rursum dormívit et vidit álterum sómnium. Septem spicæ pullulábant in culmo uno plenæ atque formósæ. Aliæ quoque tótidem spicæ ténues et percússæ vento urénte oriebántur devorántes omnem priórum pulchritúdinem. Evigilávit phárao, et ecce erat sómnium! Il advint que Pharaon eut un songe: il se tenait près du Nil et il vit monter du Nil sept vaches de belle apparence et grasses de chair, qui pâturèrent dans les joncs. Mais voici que sept autres vaches montèrent du Nil derrière elles, laides d'apparence et maigres de chair, et elles se rangèrent à côté des premières, sur la rive du Nil. Et les vaches laides d'apparence et maigres de chair dévorèrent les sept vaches grasses et belles d'apparence. Alors Pharaon s'éveilla. Il se rendormit et eut un second songe: sept épis montaient d'une même tige, gros et beaux. Mais voici que sept épis grêles et brûlés par le vent d'est poussèrent après eux. Et les épis grêles engloutirent les sept épis gros et pleins. Alors Pharaon s'éveilla: voilà que c'était un songe!
R/. Videns Iacob vestiménta Ioseph, scidit vestiménta sua cum fletu, et dixit: * Fera péssima devorávit fílium meum Ioseph. V/. Vide si túnica filii tui sit an non? Et, cum vidísset pater, ait: * Fera péssima. R/. Jacob, ayant vu les vêtements de Joseph, déchira ses propres vêtements, et, tout en larmes, s'écria: * Une bête sauvage et cruelle a dévoré mon fils Joseph! V/. Vois si c'est bien la tunique de ton fils, ou non? L'ayant vue, le père de l'enfant s'écria: * Une bête sauvage.
Lectio II Lecture II
Phárao ait Ioseph: " Vidi sómnia, nec est qui edísserat; quæ audívi te sapientíssime conícere. " Respóndit Ioseph: " Absque me Deus respondébit próspera pharaóni! Sómnium regis unum est: quæ factúrus est, Deus osténdit pharaóni. Septem boves pulchræ et septem spicæ plenæ septem ubertátis anni sunt; eandémque vim sómnii comprehéndunt. Septem quoque boves ténues atque maciléntæ quæ ascendérunt post eas, et septem spicæ ténues et vento urénte percússæ septem anni sunt ventúræ famis, qui hoc órdine complebúntur: ecce septem anni vénient fertilitátis magnæ in univérsa terra Ægýpti; quos sequéntur septem anni álii tantæ sterilitátis, ut oblivióni tradátur cuncta retro abundántia. Consumptúra est enim fames omnem terram, et ubertátis magnitúdinem perditúra est inópiæ magnitúdo. Quod autem vidísti secúndo ad eándem rem pértinens sómnium, firmitátis indícium est, eo quod fiat sermo Dei et velócius a Deo impleátur. Nunc ergo provídeat rex virum intellegéntem et sapiéntem et præfíciat eum terræ Ægýpti constituátque præpósitos per cunctas regiónes et quintam partem frúctuum per septem annos fertilitátis, qui iam nunc futúri sunt, cóngreget in hórrea; et omne fruméntum sub pharaónis potestáte condátur servetúrque in úrbibus; et parétur futúræ septem annórum fami, quæ pressúra est Ægýptum, et non consumétur terra inópia. " Pharaon dit à Joseph: " J'ai eu un songe et personne ne peut l'interpréter. Mais j'ai entendu dire de toi qu'il te suffit d'entendre un songe pour savoir l'interpréter. " Joseph répondit à Pharaon: " Je ne compte pas! C'est Dieu qui donnera à Pharaon une réponse favorable. Le Pharaon n'a fait qu'un seul songe: Dieu a annoncé à Pharaon ce qu'il va accomplir. Les sept belles vaches représentent sept années, et les sept beaux épis représentent sept années, c'est un seul et même songe. Les sept vaches maigres et laides qui montent ensuite représentent sept années et aussi les sept épis grêles et brûlés par le vent d'est: c'est qu'il y aura sept années de famine. C'est ce que j'ai dit à Pharaon; Dieu a montré à Pharaon ce qu'il va accomplir: voici que viennent sept années où il y aura grande abondance dans tout le pays d'Égypte, puis leur succéderont sept années de famine et on oubliera toute l'abondance dans le pays d'Égypte; la famine épuisera le pays et l'on ne saura plus ce qu'était l'abondance dans le pays, en face de cette famine qui suivra, car elle sera très dure. Et si le songe de Pharaon s'est renouvelé deux fois, c'est que la chose est bien décidée de la part de Dieu et que Dieu a hâte de l'accomplir. Maintenant, que Pharaon discerne un homme intelligent et sage et qu'il l'établisse sur le pays d'Égypte. Que Pharaon agisse et qu'il institue des fonctionnaires sur le pays; il imposera au cinquième le pays d'Égypte pendant les sept années d'abondance, ils ramasseront tous les vivres de ces bonnes années qui viennent, ils emmagasineront le blé sous l'autorité de Pharaon, ils mettront les vivres dans les villes et les y garderont. Ces vivres serviront de réserve au pays pour les sept années de famine qui s'abattront sur le pays d'Égypte, et le pays ne sera pas exterminé par la famine. "
R/. Dixit Iudas frátribus suis: Ecce Ismaelítæ tránseunt; veníte, venumdétur, et manus nostræ non polluántur; * Caro enim et frater noster est. V/. Cumque abísset Ruben ad púteum et non invenísset eum, scissísque véstibus, pergens ad fratres ait: Puer non compáret, et ego quo ibo? * Caro enim. R/. Juda s'adressa à ses frères en disant: Voici que passent des Ismaélites, allons le vendre! Que nos mains ne soient pas souillées! * N'est-il pas notre chair et notre frère? V/. Étant revenu à la citerne sans l'y retrouver, Roubène déchira ses vêtements, retourna vers ses frères et dit: L'enfant ne paraît pas; alors, moi, où aller? * N'est-il pas.
Lectio III Lecture III
Plácuit pharaóni consílium et cunctis minístris eius. Locutúsque est ad eos: " Num inveníre potérimus talem virum, qui spíritu Dei plenus sit? " Dixit ergo ad Ioseph: " Quia osténdit tibi Deus ómnia quæ locútus es, numquid sapientiórem et consímilem tui inveníre pótero? Tu eris super domum meam, et ad tui oris impérium cunctus pópulus meus obœdiet; uno tantum regni sólio te præcédam. " Le discours plut à Pharaon et à tous ses officiers et Pharaon dit à ses officiers: " Trouverons-nous un homme comme celui-ci, en qui soit l'esprit de Dieu? " Alors Pharaon dit à Joseph: " Après que Dieu t'a fait connaître tout cela, il n'y a personne d'intelligent et de sage comme toi. C'est toi qui seras mon maître du palais et tout mon peuple se conformera à tes ordres, je ne te dépasserai que par le trône. "
R/. Lugébat Iacob Ioseph, fílium suum, dicens: Heu me, fili mi Ioseph, dilécte meus; ego te misi post fratres tuos, numquam te vidérunt óculi mei! * Fera péssima devorávit fílium meum Ioseph; cani mei cum dolóre descéndunt ad ínferos. V/. Tenébat Iacob vestiménta Ioseph in mánibus suis; cum lácrimis agébat: * Fera péssima. V/. Glória Patri. * Fera péssima. R/. Jacob se lamentait sur Joseph, son fils: Hélas! Mon fils Joseph, mon fils chéri; je t'ai envoyé rejoindre tes frères, et mes yeux plus jamais ne t'ont revu! * Une bête sauvage et cruelle a dévoré mon fils Joseph; mes cheveux blancs, avec ma douleur, s'en vont descendre au shéol! V/. Jacob tenait en mains les vêtements de Joseph; il s'exprimait en pleurant: * Une bête sauvage. V/. Gloire au Père. * Une bête sauvage.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Confessiónum libris sancti Augustíni epíscopi (Lib. 7, 16: CCL 27, 103-104) Confessions de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Intrávi in íntima mea duce te et pótui, quóniam factus es adiútor meus. Intrávi et vidi qualicúmque óculo ánimæ meæ supra eúmdem óculum ánimæ meæ, supra mentem meam lucem incommutábilem, non hanc vulgárem et conspícuam omni carni nec quasi ex eódem génere grándior erat, tamquam si ista multo multóque clárius clarésceret totúmque occupáret magnitúdine. Non hoc illa erat, sed áliud, áliud valde ab istis ómnibus. J'entrai dans l'intimité de mon être sous ta conduite: je l'ai pu parce que tu t'es fait mon soutien. J'entrai et je vis avec l'œil de mon âme, quel qu'il fût, au-dessus de cet œil de mon âme, au-dessus de mon intelligence, la lumière immuable, non pas celle qui est ordinaire et visible à toute chair, ni une sorte de lumière du même genre qui serait plus grande et qui aurait, par exemple, beaucoup, beaucoup plus de splendeur dans son resplendissement et remplirait tout de sa grandeur. Non, ce n'est pas cela qu'elle était, mais autre chose, bien autre chose que toutes nos lumières!
R/. Fuit Dóminus cum Ioseph et misértus est illi, et dedit ei grátiam in conspéctu príncipis; * Dóminus enim erat cum illo, et ómnia ópera eius dirigébat. V/. Constítuit eum dóminum domus suæ, príncipem omnis possessiónis suæ. * Dóminus. R/. Le Seigneur fut avec Joseph et lui manifesta sa bonté, il lui donna de trouver grâce aux yeux du gardien-chef; * Le Seigneur, en effet, était avec lui, et menait à bien toutes ses initiatives. V/. Il en a fait l'intendant de sa maison, lui confiant la charge de tous ses biens. * Le Seigneur.
Lectio II Lecture II
Nec ita erat supra mentem meam, sicut óleum super aquam nec sicut cælum super terram, sed supérior, quia ipsa fecit me, et ego inférior, quia factus ab ea. Qui novit veritátem, novit eam, et qui novit eam, novit æternitátem. Cáritas novit eam. O ætérna véritas et vera cáritas et cara ætérnitas! Tu es Deus meus, tibi suspíro die ac nocte, et cum te primum cognóvi, tu assumpsísti me, ut vidérem esse, quod vidérem, et nondum me esse, qui vidérem. Et reverberásti infirmitátem aspéctus mei rádians in me veheménter, et contrémui amóre et horróre. Et invéni longe me esse a te in regióne dissimilitúdinis, tamquam audírem vocem tuam de excélso: " Cibus sum grándium: cresce et manducábis me. Nec tu me in te mutábis sicut cibum carnis tuæ, sed tu mutáberis in me. " Elle n'était pas au-dessus de mon intelligence, comme de l'huile au-dessus de l'eau, ni comme le ciel au-dessus de la terre; mais elle était au-dessus, parce que c'est elle-même qui m'a fait, et moi au-dessous, parce que j'ai été fait par elle. Qui connaît la vérité, connaît cette lumière, et qui la connaît, connaît l'éternité. La charité la connaît. Ô éternelle vérité et vraie charité et chère éternité! C'est toi qui es mon Dieu, après toi que je soupire jour et nuit! Quand pour la première fois je t'ai connue, tu m'as soulevé pour me faire voir qu'il y avait pour moi l'Être à voir, et que je n'étais pas encore être à le voir. Tu as frappé sans cesse la faiblesse de mon regard par la violence de tes rayons sur moi, et j'ai tremblé d'amour et d'horreur. Et j'ai découvert que j'étais loin de toi dans la région de la dissemblance, comme si j'entendais ta voix me dire des hauteurs: " Je suis l'aliment des grands; grandis et tu me mangeras. Et tu ne me changeras pas en toi, comme l'aliment de ta chair; mais c'est toi qui seras changé en moi. "
R/. Ioseph, dum intráret in terram Ægýpti, linguam, quam non novit, audívit; * Manus eius in labóribus serviérunt, et lingua eius inter príncipes loquebátur sapiéntiam. V/. Divértit ab onéribus dorsum eius. * Manus eius. R/. Joseph, lorsqu'il entra en terre d'Égypte, entendit un langage qui lui était inconnu; * Ses mains avaient été asservies au travail, maintenant ses lèvres proféraient la sagesse devant les princes. V/. Dieu a ôté le poids qui chargeait ses épaules. * Ses.
Lectio III Lecture III
Et cognóvi quóniam pro iniquitáte erudísti hóminem et tabéscere fecísti sicut aráneam ánimam meam, et dixi: " Numquid nihil est véritas, quóniam neque per finíta neque per infiníta locórum spátia diffúsa est? " Et clamásti de longínquo: Immo vero ego sum qui sum. Et audívi, sicut audítur in corde, et non erat prorsus unde dubitárem, faciliúsque dubitárem vívere me quam non esse veritátem, quæ per ea quæ facta sunt intellécta conspícitur. J'ai reconnu que pour son iniquité tu as corrigé l'homme et fait se dessécher mon âme comme une toile d'araignée. Et j'ai dit: " Est-ce donc que la vérité n'est rien, pour n'être répandue ni dans le fini ni dans l'infini des espaces de lieu? " Tu as crié de loin: Mais si! Je suis, moi, celui qui suis. Et j'ai entendu, comme on entend dans le cœur, et il n 'y avait absolument pas à douter; j'aurais plus facilement douté de ma vie que de l'existence de la vérité, qui à travers le créé se fait voir à l'intelligence.
R/. Meménto mei, dum bene tibi fúerit, * Ut súggeras Pharaóni, ut edúcat me de isto cárcere; quia furtim sublátus sum, et hic ínnocens in lacum missus sum. V/. Tres enim adhuc dies sunt, post quos recordábitur Phárao ministérii tui et revócat te in gradum prístinum; tunc meménto mei, * Ut súggeras. V/. Glória Patri. * Ut súggeras. R/. Lorsqu'il t'arrivera du bien, souviens-toi de moi * Et suggère à Pharaon de me tirer de cette prison, car j'ai subi un enlèvement clandestin, et, ici même, j'ai été jeté innocent dans la fosse. V/. Encore trois jours, et Pharaon se rappellera tes bons services et te rétablira dans tes fonctions antérieures; alors, souviens-toi de moi * Et suggère. V/. Gloire au Père. * Et suggère.