Vigiles (OSB) du mercredi 7 février 2018 -

Hebdomada V per annum Vème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Homilíis Orígenis presbýteri in Génesim (Hom. 16, 4: SC 7 bis, 382-384) Homélie d'Origène sur la Genèse
Lectio I Lecture I
Cum vídeas observántiam in ómnibus pene Scriptúræ sanctæ locis íntegre custodíri, convérte hæc ad trópicum et allegóricum sensum, quem ipsórum nihilóminus prophetárum sermónibus edocémur. Unus enim ex duódecim prophétis apérte et evidénter spiritálem dici famem nudo sermóne pronúntiat dicens: Ecce dies véniunt, dicit Dóminus, et emíttam famem super terram, non famem panis, neque sitim aquæ, sed famem audiéndi verbum Dómini. Vides quæ sit fames, quæ óbtinet peccatóres? Vides quæ sit fames quæ invaléscat super terram? Qui enim de terra sunt et terréna sápiunt, et non possunt percípere quæ sunt Spíritus Dei, famem verbi Dei patiúntur, legis mandáta non áudiunt, correptiónes prophetárum nésciunt, apostólicas consolatiónes ignórant, non séntiunt evangélii medicínam. Et ídeo mérito de his dícitur quia inváluit fames super terram. Puisque tu vois que la sainte Écriture garde scrupuleusement, en presque tous ses textes, une semblable précision de langage, fais-les passer au sens figuré et allégorique, qui ne nous est pas moins enseigné par les paroles des prophètes eux-mêmes. L'un des douze prophètes déclare sans détour qu'il s'agit clairement et évidemment d'une faim spirituelle, quand il dit: Voici que des jours viennent, dit le Seigneur, et j'enverrai une faim sur la terre, non une faim de pain ni une soif d'eau, mais la faim d'entendre la parole de Dieu. Tu vois quelle est la faim qui presse les pécheurs? Tu vois quelle est la famine qui s'appesantit sur la terre? Ceux qui sont de la terre, qui n'ont de goût que pour les choses terrestres, et qui ne peuvent pas recevoir ce qui vient de l'Esprit de Dieu, souffrent de la faim de la parole de Dieu. Ils n'écoutent pas les préceptes de la loi, ils méconnaissent les avertissements des prophètes, ils ignorent les encouragements des apôtres, ils n'éprouvent pas les effets guérisseurs de l'Évangile. Aussi, à juste titre, est-il dit d'eux, que la famine s'est appesantie sur la terre.
R/. Tóllite hinc vobíscum múnera, et ite ad dóminum terræ; et cum invenéritis, adoráte eum super terram. * Deus autem meus fáciat vobis eum placábilem, et remíttat et hunc fratrem vestrum vobíscum et eum quem tenet in vínculis. V/. Tóllite de frúctibus terræ in vasis vestris, et offérte viro múnera. * Deus autem. R/. Emportez d'ici, avec vous, des présents, et allez trouver ce puissant maître du pays; quand vous l'aurez trouvé, rendez-lui hommage en vous prosternant jusqu'à terre. * Que le Seigneur mon Dieu vous donne de gagner ses faveurs, afin qu'il laisse revenir celui de vos frères que vous emmenez, et celui qu'il retient captif! V/. Prenez dans vos bagages les meilleurs produits du pays, et offrez des présents à cet homme. * Que le Seigneur.
Lectio II Lecture II
Iustis autem et in lege Dómini meditántibus die ac nocte Sapiéntia præparat mensam suam, occídit víctimas suas, miscet in cratére vinum suum, et summa voce clamat, non ut omnes véniant, non ut abundántes, non ut dívites, neque ut sapiéntes huius mundi devértant ad se, sed si qui sunt, inquit, ínopes sensu, véniant ad me, id est, si qui sunt húmiles corde, qui a Christo didícerint mites esse et húmiles corde - quod álibi dícitur spíritu páuperes, sed fide dívites -, isti convéniunt ad épulas Sapiéntiæ, et dápibus eius refécti depéllunt famem quæ invaléscit super terram. Mais pour les justes et pour ceux qui méditent la loi du Seigneur jour et nuit, la Sagesse dresse sa table, tue ses victimes, mêle son vin dans la coupe et appelle à haute voix. Non pour que tous viennent, ni pour que les opulents ou les riches ou les sages de ce monde descendent chez elle, mais pour que, dit l'Écriture, ceux qui sont dépourvus de sens, ceux-là viennent à moi, c'est-à-dire ceux qui sont humbles de cœur, qui ont appris du Christ à être doux et humbles de cœur - ce qui se dit ailleurs pauvres en esprit, mais ils sont riches par la foi -, que ceux-là viennent au festin de la Sagesse, se restaurent de ses nourritures et repoussent la famine qui s'appesantit sur la terre.
R/. Iste est frater vester mínimus de quo dixerátis mihi? Deus misereátur tibi, fili mi! * Festinavítque in domum et plorávit, quia erumpébant lácrimæ et non póterat se continére. V/. Attóllens autem Ioseph óculos, vidit Béniamin stantem; commóta sunt ómnia víscera eius super fratre suo.* Festinavítque. R/. Est-ce là votre plus jeune frère dont vous m'aviez parlé? Que Dieu te prenne en grâce, mon fils! * Et, précipitamment, Joseph se retira dans la maison et pleura; ses larmes jaillissaient, il ne pouvait se dominer. V/. Joseph, levant les yeux, vit Benjamin qui se tenait là; il fut ému jusqu'aux entrailles à la vue de son frère. * Et.
Lectio III Lecture III
Vide ergo ne et tu forte inveniáris Ægýptius, et obtíneat te fames, ne forte sæculi áctibus occupátus aut avarítiæ vínculis strictus, aut luxúriæ effusióne resolútus, aliénus efficiáris a Sapiéntiæ cibis, qui semper in Dei Ecclésiis exhibéntur. Si enim avértas audítum ab his quæ vel legúntur in Ecclésia vel disputántur, sine dúbio famem verbi Dei patiéris. Veille donc, toi aussi, à ne pas être un de ces Égyptiens que presse la faim. Ne te laisse pas prendre aux occupations du siècle, ni enchaîner aux liens de l'avarice, ni amollir par les excès de la luxure: tu deviendrais étranger aux aliments de la Sagesse, que les Églises de Dieu ne cessent de présenter. Car si tu fermes tes oreilles à ce qu'on lit ou à ce qu'on explique à l'église, sans aucun doute tu sentiras la faim de la parole de Dieu.
R/. Lamentabátur Iacob de duóbus fíliis suis: Heu me! Dolens sum de Ioseph pérdito, et tristis nimis de Béniamin ducto pro alimóniis. * Precor cæléstem Regem, ut me doléntem nímium fáciat eos cérnere. V/. Prostérnens se Iacob veheménter cum lácrimis, pronus in terra et exórans, ait: * Precor. V/. Glória Patri. * Precor. R/. Jacob se lamentait au sujet de ses deux fils: Hélas! Je pleure déjà la perte de Joseph, et je dois encore m'affliger du départ de Benjamin qu'on emmène pour avoir des vivres! * Je prie le Roi du ciel, dans l'excès de mon chagrin, qu'il me les fasse revoir. V/. Tout en larmes, Jacob se jeta en prostration, le front à terre, et, suppliant, il dit: * Je prie. V/. Gloire au Père. * Je prie.