Vigiles (OSB) du jeudi 8 février 2018 - de la férie

Hebdomada V per annum Vème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Dixit Ioseph frátribus suis: " Ego sum Ioseph! Adhuc pater meus vivit? " Nec póterant respondére fratres nímio terróre pertérriti. Ad quos ille cleménter: " Accédite, inquit, ad me. " Et cum accessíssent prope: " Ego sum, ait, Ioseph frater vester quem vendidístis in Ægýptum. Nolíte contristári, neque vobis durum esse videátur quod vendidístis me in his regiónibus. Pro salúte enim vestra misit me Deus ante vos in Ægýptum. Biénnium est enim quod cœpit fames esse in terra, et adhuc quinque anni restant, quibus nec arári póterit nec meti. Præmisítque me Deus, ut reservémini super terram et servétur vita vestra in salvatiónem magnam. Non vestro consílio, sed Dei voluntáte huc missus sum, qui fecit me quasi patrem pharaónis et dóminum univérsæ domus eius ac príncipem in omni terra Ægýpti. " Joseph dit à ses frères: " Je suis Joseph! Mon père vit-il encore? " Et ses frères ne purent lui répondre, car ils étaient bouleversés de le voir. Alors Joseph dit à ses frères: " Approchez-vous de moi! " et ils s'approchèrent. Il dit: " Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu en Égypte. Mais maintenant ne soyez pas chagrins et ne vous fâchez pas de m'avoir vendu ici, car c'est pour préserver vos vies que Dieu m'a envoyé en avant de vous. Voici, en effet, deux ans que la famine est installée dans le pays et il y aura encore cinq années sans labour ni moisson. Dieu m'a envoyé en avant de vous pour assurer la permanence de votre race dans le pays et sauver vos vies pour une grande délivrance. Ainsi, ce n'est pas vous qui m'avez envoyé ici, c'est Dieu, et il m'a établi comme père pour Pharaon, comme maître sur toute sa maison, comme gouverneur dans tout le pays d'Égypte. "
R/. Mérito hæc pátimur, quia peccávimus in fratrem nostrum, vidéntes angústiam ánimæ eius dum deprecarétur nos, et non audívimus. * Idcírco venit super nos tribulátio. V/. Dixit Ruben frátribus suis: Numquid non dixi vobis: Nolíte peccáre in púerum? Et non audístis me. * Idcírco. R/. C'est justice pour nous de souffrir tout cela, puisque nous avons péché contre notre frère; nous avons vu dans quelle détresse il se trouvait quand il nous suppliait, et nous ne l'avons pas écouté. * Voilà pourquoi nous subissons cette épreuve. V/. Roubène dit à ses frères: Je vous l'avais bien dit : Ne commettez pas ce crime contre l'enfant! Et vous ne m'avez pas écouté. * Voilà pourquoi.
Lectio II Lecture II
"Festináte et ascéndite ad patrem meum et dicétis ei: "Hæc mandat fílius tuus Ioseph: Deus fecit me dóminum univérsæ terræ Ægýpti; descénde ad me, ne moréris. Et habitábis in terra Gessen; erísque iuxta me tu et fílii tui et fílii filiórum tuórum, oves tuæ et arménta tua et univérsa quæ póssides. Ibíque te pascam - adhuc enim quinque anni resídui sunt famis - ne et tu péreas et domus tua et ómnia quæ póssides." En óculi vestri et óculi fratris mei Béniamin vident quia os meum est, quod lóquitur ad vos. Nuntiáte patri meo univérsam glóriam meam in Ægýpto et cuncta quæ vidístis. Festináte et addúcite eum ad me. " "Remontez vite chez mon père et dites-lui: "Ainsi parle ton fils Joseph: Dieu m'a établi maître sur toute l'Égypte. Descends auprès de moi sans tarder. Tu habiteras dans le pays de Goshèn et tu seras près de moi, toi-même, tes enfants, tes petits-enfants, ton petit et ton gros bétail, et tout ce qui t'appartient. Là, je pourvoirai à ton entretien, car la famine durera encore cinq années, pour que tu ne sois pas dans l'indigence, toi, ta famille et tout ce qui est à toi." Vous voyez de vos propres yeux et mon frère Benjamin voit que c'est ma bouche qui vous parle. Racontez à mon père toute la gloire que j'ai en Égypte et tout ce que vous avez vu, et hâtez-vous de faire descendre ici mon père. "
R/. Dixit Ruben frátribus suis: Numquid non dixi vobis: Nolíte peccáre in púerum? Et non audístis me. * En sanguis eius exquíritur. V/. Mérito hæc pátimur, quia peccávimus in fratrem nostrum, vidéntes angústiam ánimæ eius dum deprecarétur nos, et non audívimus. * En sanguis. R/. Roubène dit à ses frères: Je vous l'avais bien dit: Ne commettez pas ce crime contre l'enfant! Et vous ne m'avez pas écouté. * Et maintenant, nous devons répondre de son sang. V/. C'est justice pour nous de souffrir tout cela, puisque nous avons péché contre notre frère; nous avons vu dans quelle détresse il se trouvait quand il nous suppliait, et nous ne l'avons pas écouté. * Et maintenant.
Lectio III Lecture III
Cumque amplexátus recidísset in collum Béniamin fratris sui, flevit, illo quoque simíliter flente, super collum eius. Osculatúsque est Ioseph omnes fratres suos et plorávit super síngulos. Post quæ ausi sunt loqui ad eum. Auditúmque est et célebri sermóne vulgátum in aula regis: " Venérunt fratres Ioseph! " Et gavísus est phárao atque omnis família eius. Dixítque ad Ioseph ut imperáret frátribus suis dicens: " Onerántes iuménta ite in terram Chánaan et tóllite inde patrem vestrum et cognatiónem et veníte ad me; et ego dabo vobis ómnia bona Ægýpti, ut comedátis medúllam terræ. Præcipe étiam: tóllite plaustra de terra Ægýpti ad subvectiónem parvulórum vestrórum ac cóniugum et tóllite patrem vestrum et properáte quantócius veniéntes. Nec doleátis super supelléctilem vestram, quia omnes opes Ægýpti vestræ erunt. " Alors il se jeta au cou de son frère Benjamin et pleura. Benjamin aussi pleura à son cou. Puis il couvrit tous ses frères de baisers et pleura en les embrassant. Après quoi, ses frères s'entretinrent avec lui. La nouvelle parvint au palais de Pharaon que les frères de Joseph étaient venus, et Pharaon comme ses officiers virent cela d'un bon œil. Pharaon parla ainsi à Joseph: " Dis à tes frères: "Faites ceci: chargez vos bêtes et allez-vous-en au pays de Canaan. Prenez votre père et vos familles et revenez vers moi; je vous donnerai le meilleur de la terre d'Égypte et vous vous nourrirez de la graisse du pays". Pour toi, donne-leur cet ordre: "Agissez ainsi: emmenez du pays d'Égypte des chariots pour vos petits enfants et vos femmes, prenez votre père et venez. N'ayez pas un regard de regret pour ce que vous laisserez, car ce qu'il y a de meilleur dans toute l'Égypte sera pour vous". "
R/. Tóllite hinc vobíscum múnera, et ite ad dóminum terræ; et cum invenéritis, adoráte eum super terram. * Deus autem meus fáciat vobis eum placábilem, et remíttat et hunc fratrem vestrum vobíscum et eum quem tenet in vínculis. V/. Tóllite de frúctibus terræ in vasis vestris, et offérte viro múnera. * Deus autem. V/. Glória Patri. * Deus autem. R/. Emportez d'ici, avec vous, des présents, et allez trouver ce puissant maître du pays; quand vous l'aurez trouvé, rendez-lui hommage en vous prosternant jusqu'à terre. * Que le Seigneur mon Dieu vous donne de gagner ses faveurs, afin qu'il laisse revenir celui de vos frères que vous emmenez, et celui qu'il retient captif! V/. Prenez dans vos bagages les meilleurs produits du pays, et offrez des présents à cet homme. * Que le Seigneur. V/. Gloire au Père. * Que le Seigneur.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Cæsárii Arelaténsis epíscopi (Sermo 90, 4: CCL 103, 372-374) Sermon de saint Césaire d'Arles
Lectio I Lecture I
Miráti estis castitátem Ioseph: aspícite nunc benignitátem. Ille pro ódio reddit caritátem; et cum vidéret fratres suos, immo inimícos ex frátribus, cumque ab eis agnósci vellet, dilectiónis afféctum pio dolóre testátus est. Deosculabátur síngulos, et per síngulos flebat; et irríguis flétibus pavéntium colla perfúndens, ódium fratrum caritátis lácrimis abluébat; quos tam vivo patre quam mórtuo germáno semper amóre diléxit. Vous avez admiré la chasteté de Joseph: regardez maintenant sa bonté. Pour la haine, il rend l'amour. Voyant ses frères, que dis-je, ses ennemis qui s'étaient dressés des rangs de ses frères, et voulant se faire reconnaître d'eux, il leur témoigna par une tendre douleur ses sentiments d'amour fraternel. Il les embrassait l'un après l'autre et sur chacun il pleurait. Arrosant de ses larmes les visages de ces hommes effrayés, il lavait de ses pleurs la haine de ses frères, qu'il aima d'un amour fraternel aussi bien du vivant de leur père qu'après sa mort.
R/. Iste est frater vester mínimus de quo dixerátis mihi? Deus misereátur tibi, fili mi! * Festinavítque in domum et plorávit, quia erumpébant lácrimæ et non póterat se continére. V/. Attóllens autem Ioseph óculos, vidit Béniamin stantem; commóta sunt ómnia víscera eius super fratre suo.* Festinavítque. R/. Est-ce là votre plus jeune frère dont vous m'aviez parlé? Que Dieu te prenne en grâce, mon fils! * Et, précipitamment, Joseph se retira dans la maison et pleura; ses larmes jaillissaient, il ne pouvait se dominer. V/. Joseph, levant les yeux, vit Benjamin qui se tenait là; il fut ému jusqu'aux entrailles à la vue de son frère. * Et.
Lectio II Lecture II
Nec recordátur illum in quo ad necem fúerat deiéctus lacum, non cogitávit addíctam prétio germanitátem; sed pro malis bona restítuens, iam tunc necdum data apostólica præcépta complévit. Ergo beátus Ioseph cógitans veræ caritátis dulcédinem, venénum invídiæ, quo fratres suos nóverat fuísse percússos, Deo auxiliánte, stúduit de corde suo repéllere. Christiáno ergo pópulo zeláre non licet, non licet invidére: de humilitáte ad summa crescit. Audi beátum Ioánnem apóstolum in epístula sua dicéntem: Qui odit fratrem suum, homicída est; et íterum: Qui dicit se in luce esse, et fratrem suum odit, in ténebris est, et in ténebris ámbulat, et nescit quo vadat, quóniam ténebræ obcæcavérunt óculos eius. Il ne se souvient pas de cette citerne dans laquelle on l'avait jeté pour qu'il meure. Il ne rumine pas dans son esprit que cette qualité de frère a été reniée pour de l'argent. Non: il rend le bien pour le mal et il accomplit les préceptes apostoliques qui n'étaient pas encore donnés. Le bienheureux Joseph, ayant en l'esprit la douceur de la vraie charité, s'appliqua donc à chasser de son cœur, avec l'aide de Dieu, le venin de l'envie dont il savait que ses frères avaient été mordus. Il n'est donc pas permis au peuple chrétien d'être jaloux ni d'envier. C'est en partant de l'humilité qu'il grandit vers les sommets. Écoute saint Jean dire dans son épître: Celui qui hait son frère est un homicide; et encore: Celui qui dit être dans la lumière, mais hait son frère, est dans les ténèbres; il marche dans les ténèbres et il ne sait où il va, car les ténèbres ont aveuglé ses yeux.
R/. Fuit Dóminus cum Ioseph et misértus est illi, et dedit ei grátiam in conspéctu príncipis; * Dóminus enim erat cum illo, et ómnia ópera eius dirigébat. V/. Constítuit eum dóminum domus suæ, príncipem omnis possessiónis suæ. * Dóminus. R/. Le Seigneur fut avec Joseph et lui manifesta sa bonté, il lui donna de trouver grâce aux yeux du gardien-chef; * Le Seigneur, en effet, était avec lui, et menait à bien toutes ses initiatives. V/. Il en a fait l'intendant de sa maison, lui confiant la charge de tous ses biens. * Le Seigneur.
Lectio III Lecture III
Qui odit, inquit, fratrem suum, in ténebris ámbulat, et nescit quo vadat; descéndit enim in gehénnam ignárus, et cæcus præcipitátur in pœnam, recédens scílicet a Christi lúmine monéntis et dicéntis: Ego sum lux mundi, et qui credit in me, non ámbulat in ténebris, sed habébit lumen vitæ. Quómodo autem vel pacem Dómini vel caritátem tenet, qui in zeli vítio nec pacíficus potest esse nec secúrus? Nos vero, fratres, Deo auxiliánte, zeli vel invídiæ venéna fugiéntes, non solum cum bonis, sed étiam erga malos caritátis dulcédinem teneámus. Celui qui hait son frère, dit-il, marche dans les ténèbres et ne sait où il va: il descend, en effet, dans la géhenne sans le savoir. Aveugle, il se précipite tête baissée dans le châtiment, car il s'éloigne de la lumière du Christ qui l'avertit et lui dit: Moi, je suis la lumière du monde, et celui qui croit en moi ne marche pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. Comment pourrait-il garder la paix et la lumière du Seigneur, celui qui, dans le vice de la jalousie, ne peut être ni pacifique ni en sécurité? Quant à nous, frères, avec l'aide de Dieu, fuyons le venin de la jalousie et de l'envie; et gardons la douceur de la charité, non seulement avec les bons, mais même avec les méchants.
R/. Ioseph, dum intráret in terram Ægýpti, linguam, quam non novit, audívit; * Manus eius in labóribus serviérunt, et lingua eius inter príncipes loquebátur sapiéntiam. V/. Divértit ab onéribus dorsum eius. * Manus eius. V/. Glória Patri. * Manus eius. R/. Joseph, lorsqu'il entra en terre d'Égypte, entendit un langage qui lui était inconnu; * Ses mains avaient été asservies au travail, maintenant ses lèvres proféraient la sagesse devant les princes. V/. Dieu a ôté le poids qui chargeait ses épaules. * Ses mains. V/. Gloire au Père. * Ses mains.