Vigiles (OSB) du jeudi 28 juin 2018 - St Irénée, évêque et martyr

Hebdomada XII per annum XIIème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
S. Irenaei, episcopi et martyris St Irénée, évêque et martyr
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Esdræ Du livre d'Esdras
Accessérunt ad me, Esdras, príncipes dicéntes: "Non est separátus pópulus Israel, sacerdótes et Levítæ a pópulis terrárum et abominatiónibus eórum, Chanani vidélicet et Hetthæi et Pherezi et Iebusæi et Ammonitárum et Moabitárum et Ægyptiórum et Amorræórum. Tulérunt enim de filiábus eórum sibi et fíliis suis et commiscuérunt semen sanctum cum pópulis terrárum; manus étiam príncipum et magistrátuum fuit in transgressióne hac prima." Les chefs m'abordèrent, moi, Esdras, en disant: " Le peuple d'Israël, les prêtres et les lévites n'ont point rompu avec les peuples des pays plongés dans leurs abominations - Cananéens, Hittites, Perizzites, Jébuséens, Ammonites, Moabites, Égyptiens et Amorites! - mais, pour eux et pour leurs fils, ils ont pris femmes parmi leurs filles: la race sainte s'est mêlée aux peuples des pays: chefs et magistrats, les premiers, ont participé à cette infidélité! "
Cumque audíssem sermónem istum, scidi vestiméntum meum et pállium et evélli capíllos cápitis mei et barbæ et sedi mærens. Convenérunt autem ad me omnes qui timébant verba Dei Israel pro trangressióne eórum, qui de captivitáte vénerant; et ego sedébam tristis usque ad sacrifícium vespertínum. Et in sacrifício vespertíno surréxi de afflictióne mea et, scisso vestiménto et pállio, curvávi génua mea et expándi manus meas ad Dóminum Deum meum. Et dixi: À cette nouvelle, je déchirai mon vêtement et mon manteau, m'arrachai les cheveux et les poils de barbe et m'assis accablé. Tous ceux qui tremblaient aux paroles du Dieu d'Israël se rassemblèrent autour de moi, devant cette infidélité des exilés. Quant à moi, je restai assis, accablé, jusqu'à l'oblation du soir. À l'oblation du soir, je sortis de ma prostration; vêtement et manteau déchirés, je tombai à genoux, étendis les mains vers le Seigneur, mon Dieu, et dis:
"Deus meus, confúndor et erubésco leváre fáciem meam ad te, quóniam iniquitátes nostræ multiplicátæ sunt super caput nostrum, et delícta nostra crevérunt usque ad cælum a diébus patrum nostrórum. Peccávimus gráviter usque ad diem hanc, et propter iniquitátes nostras tráditi sumus, ipsi et reges nostri et sacerdótes nostri, in manum regum terrárum et in gládium et in captivitátem et in rapínam et in confusiónem vultus sicut et die hac. " Mon Dieu, j'ai honte et je rougis de lever mon visage vers toi, mon Dieu. Car nos iniquités se sont multipliées jusqu'à dépasser nos têtes, et nos fautes se sont amoncelées jusqu'au ciel. Depuis les jours de nos pères jusqu'à ce jour, nous sommes grandement coupables: pour nos iniquités nous fûmes livrés, nous, nos rois et nos prêtres, aux mains des rois des pays, à l'épée, à la captivité, au pillage et à la honte, comme c'est le cas aujourd'hui.
Et nunc ad moméntum invénimus grátiam apud Dóminum Deum nostrum, ut serváret nobis relíquias et fígeret nobis tentórium in loco sancto eius et illumináret óculos nostros Deus noster et daret nobis solátium módicum in servitúte nostra. Quia servi sumus, et in servitúte nostra non derelíquit nos Deus noster, sed inclinávit super nos misericórdiam regum Persárum, ut darent nobis solácium, et erigerétur domus Dei nostri, et instauraréntur ruínæ eius, et dedit nobis refúgium in Iuda et Ierúsalem. Dómine, Deus Israel, tua cleméntia supérstites sumus sicut die hac! Ecce coram te sumus in delícto nostro; non enim stari potest coram te propter hoc." Mais à présent, pour un bref moment, le Seigneur notre Dieu nous a fait une grâce en nous conservant des rescapés et en nous accordant de nous fixer dans son lieu saint: ainsi notre Dieu a-t-il illuminé nos yeux et nous a-t-il donné quelque répit en notre servitude. Car nous sommes esclaves; mais dans notre servitude notre Dieu ne nous a point abandonnés: il nous a concilié la faveur des rois de Perse, nous accordant un répit pour que nous puissions relever le Temple de notre Dieu et restaurer ses ruines, et nous procurant un abri sûr en Juda et à Jérusalem. Seigneur, Dieu d'Israël, tu es juste car nous sommes restés un groupe de rescapés, comme c'est le cas aujourd'hui. Nous voici devant toi avec notre faute! Oui, il est impossible à cause de cela de subsister en ta présence! "
R/. Afflícti pro peccátis nostris, cotídie cum lácrimis exspectámus finem nostrum; dolor cordis nostri ascéndat ad te, Dómine, * Ut éruas nos a malis quæ innovántur in nobis. V/. Dómine Deus Israel, exáudi preces nostras; áuribus pércipe dolórem cordis nostri, * Ut éruas. V/. Glória Patri. * Ut éruas. R/. Plongés dans l'affliction à cause de nos péchés, chaque jour, avec larmes, nous attendons notre jugement; que le gémissement de notre cœur monte jusqu'à toi, Seigneur, * Et délivre-nous du mal qui se renouvelle sans cesse en nous! V/. Seigneur, Dieu d'Israël, exauce nos prières; prête l'oreille au cri de souffrance de notre cœur, * Et délivre-nous. V/. Gloire au Père. * Et délivre-nous.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Demonstratióne apostólicæ prædicatiónis sancti Irenæi epíscopi(Nn. 3: ed. (Weber) Fribourg 1917, 27-29) Démonstration de la prédication apostolique de saint Irénée
Nihil declinántes fídei régulam nos tenére opórtet et éxsequi mandáta Dei, credéndo Deo eúmque timéndo, quia Dóminus est, et diligéndo eum, quia Pater est. Fácere ígitur fidem conséquitur, quóniam Isaías, nisi credidéritis, inquit, neque intellegétis. Et fidem véritas acquírit, nam fides in rebus vere exsisténtibus nítitur. Etenim exsisténtibus sicúti est, fidem habébimus, et credéntes exsisténtia, sicúti sunt semper, ad ea assénsum firme servábimus. Nous devons tenir inflexible la règle de la foi et accomplir les commandements de Dieu: croyant à Dieu, le craignant, parce qu'il est Seigneur, et l'aimant, parce qu'il est Père. Or l'accomplissement de ces commandements est une acquisition de la foi, car, si vous ne croyez pas, dit Isaïe, vous ne comprendrez pas non plus; et la vérité procure la foi, car la foi a pour objet les choses qui existent réellement, de sorte que nous croirons aux êtres tels qu'ils sont, et que, croyant aux êtres tels qu'ils sont toujours, nous garderons ferme notre conviction à leur égard.
Cum ígitur salútis nostræ conservátio fides est, magnam curam de remédio hoc nos adhibére opórtet et decet, ut exsisténtium intellegéntiam habeámus veram. Fides ergo éfficit nobis hoc, sicut senióres, apostolórum discípuli, tradidérunt nobis. Donc, comme la foi est intimement liée à notre salut, il en faut prendre grand soin, afin que nous ayons une véritable intelligence des êtres. Or c'est la foi qui nous la procure; ainsi que les presbytres, disciples des apôtres, nous l'ont transmis.
Primo instructiónem dat, ut meminérimus quia baptísma nos accépimus in remissiónem peccatórum in nómine Dei Patris et in nómine Iesu Christi, Fílii Dei incarnáti et mórtui et resuscitáti, et in Spíritu Sancto Dei, et hoc baptísma sigíllum esse ætérnæ vitæ et regeneratiónem in Deo, ne ultra mortálium hóminum, sed ut sempitérni et perpétui Dei fílii simus. Et sempitérne et iúgiter ens Deum esse et super ómnia esse creáta et ómnia prorsus sub eum súbici et subiéctos sub se omnes eum fácere, nam non álii alícui ímperat et dominátur Deus, sed suis, et sunt ómnia Dei. Et proptérea omnipoténtem esse Deum et ómnia prorsus a Deo. En tout premier lieu, la foi recommande de nous souvenir que nous avons reçu le baptême pour la rémission des péchés au nom de Dieu le Père et au nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu incarné, mort et ressuscité, et dans l'Esprit Saint de Dieu; de nous souvenir aussi que ce baptême est le sceau de la vie éternelle et la nouvelle naissance en Dieu, en sorte que ce ne soit plus d'hommes mortels, mais du Dieu éternel que nous soyons fils; de nous souvenir encore que l'Être éternel est Dieu et qu'il est au-dessus de toutes choses créées, que tout est placé au-dessous de lui et que tout ce qui est placé sous lui, c'est lui qui l'a créé, en sorte que Dieu n'a autorité ni seigneurie sur ce qui serait à un autre, mais sur ce qui est à lui, et que toute chose est à Dieu; et que, pour cette raison, Dieu est tout-puissant et toute chose vient de Dieu.
R/. Iustus germinábit sicut lílium, * Et florébit in ætérnum ante Dóminum. V/. Plantátus in domo Dómini, in átriis domus Dei nostri. * Et florébit. V/. Glória Patri. * Et florébit. R/. Le juste fera éclore ses fleurs comme un lis: * Il s'épanouira éternellement devant le Seigneur. V/. Planté dans la maison du Seigneur, dans les parvis de la maison de notre Dieu; * Il s'épanouira. V/. Gloire au Père. * Il s'épanouira.