Vigiles (OSB) du samedi 7 juillet 2018 -

Hebdomada XIII per annum XIIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Ecce non est abbreviáta manus Dómini, ut salváre néqueat, neque aggraváta est auris eius, ut non exáudiat; sed iniquitátes vestræ divisérunt inter vos et Deum vestrum, et peccáta vestra abscondérunt fáciem eius a vobis, ne exaudíret. Manus enim vestræ pollútæ sunt sánguine et dígiti vestri iniquitáte; lábia vestra locúta sunt mendácium, et lingua vestra iniquitátem fatur. Non est qui ínvocet iustítiam, neque est qui iúdicet vere; confídunt in níhilo et loquúntur vanitátes: concepérunt labórem et peperérunt iniquitátem. Ova áspidum rumpunt et telas aráneæ texunt; qui coméderit de ovis eórum, moriétur, et, quod fractum est, erúmpet in régulum. Telæ eórum non erunt in vestiméntum, neque operiéntur opéribus suis; ópera eórum ópera iniquitátis et facínora violéntiæ in mánibus eórum. Pedes eórum ad malum currunt et festínant, ut effúndant sánguinem innocéntem; cogitatiónes eórum cogitatiónes iniquitátis, vástitas et contrítio in viis eórum. Non, la main du Seigneur n'est pas trop courte pour sauver, ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos fautes qui ont creusé un abîme entre vous et votre Dieu. Vos péchés ont fait qu'il vous cache sa face et refuse de vous entendre. Car vos mains sont souillées par le sang et vos doigts par le crime, vos lèvres ont proféré le mensonge, votre langue médite le mal. Nul n'accuse à juste titre, nul ne plaide de bonne foi. On se confie au néant, on profère la fausseté, on conçoit la peine, on enfante le mal. Ils ont fait éclore des œufs de vipère, ils tissent des toiles d'araignée. Qui mange de leurs œufs en meurt; écrasés, il en sort un serpent. Leurs toiles ne feront pas un vêtement, ils ne pourront se vêtir de leurs œuvres; leurs œuvres sont des œuvres mauvaises, les actes de violence sont dans leurs mains. Leurs pieds courent au mal; ils ont hâte de verser le sang innocent. Leurs pensées sont des pensées mauvaises, ravage et destruction sont sur leur chemin.
Viam pacis nesciérunt, et non est iudícium in gréssibus eórum; sémitæ eórum incurvátæ sunt eis: omnis, qui calcat in eis, ignórat pacem. Propter hoc elongátum est iudícium a nobis, et non apprehéndit nos iustítia; exspectámus lucem, et ecce ténebræ; splendórem, et in calígine ambulámus. Palpámus sicut cæci paríetem et quasi absque óculis attrectámus; impégimus merídie quasi in crepúsculo, inter sanos quasi mórtui. Rugímus quasi ursi omnes et quasi colúmbæ geméntes gémimus; exspectámus iudícium, et non est; salútem, et elongáta est a nobis. Ils n'ont pas connu la voie de la paix, le droit ne suit pas leurs traces, ils se font des sentiers tortueux, quiconque les suit ignore la paix. Aussi le droit reste loin de nous, la justice ne nous atteint pas. Nous attendions la lumière et voici les ténèbres, la clarté, et nous marchons dans l'obscurité. Nous tâtonnons comme des aveugles cherchant un mur, comme privés d'yeux nous tâtonnons. Nous trébuchons en plein midi comme au crépuscule, parmi les bien-portants nous sommes comme des morts. Nous grognons tous comme des ours, comme des colombes nous ne faisons que gémir; nous attendons le jugement, et rien! le salut, et il demeure loin de nous.
Multiplicátæ sunt enim iniquitátes nostræ coram te , et peccáta nostra respóndent nobis; quia scélera nostra nobíscum, et iniquitátes nostras cognóvimus: peccáre et mentíri contra Dóminum et recédere a Deo nostro, loqui violéntiam et transgressiónem, concípere et murmuráre de corde verba mendácii. Et convérsum est retrórsum iudícium, et iustítia longe stat, quia córruit in platéa véritas, et æquitas non pótuit íngredi. Nombreux sont nos crimes contre toi, nos péchés témoignent contre nous. Oui, nos crimes nous sont présents et nous reconnaissons nos fautes: nous révolter, renier le Seigneur, cesser de suivre notre Dieu; proférer violence et révolte, concevoir et méditer le mensonge. On repousse le jugement, on tient éloignée la justice, car la vérité a trébuché sur la place publique, et la droiture ne trouve point d'accès.
R/. Afflícti pro peccátis nostris, cotídie cum lácrimis exspectámus finem nostrum; dolor cordis nostri ascéndat ad te, Dómine, * Ut éruas nos a malis quæ innovántur in nobis. V/. Dómine Deus Israel, exáudi preces nostras; áuribus pércipe dolórem cordis nostri, * Ut éruas. V/. Glória Patri. * Ut éruas. R/. Plongés dans l'affliction à cause de nos péchés, chaque jour, avec larmes, nous attendons notre jugement; que le gémissement de notre cœur monte jusqu'à toi, Seigneur, * Et délivre-nous du mal qui se renouvelle sans cesse en nous! V/. Seigneur, Dieu d'Israël, exauce nos prières; prête l'oreille au cri de souffrance de notre cœur, * Et délivre-nous. V/. Gloire au Père. * Et délivre-nous.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Homilíis venerábilis Godefrídi Admonténsis abbátis (Hom. 63: PL 174, 957-958) Homélie de Geoffroy d'Admont
Sapiéntia ædificávit sibi domum. Æternális Dei Patris Sapiéntia, suáviter dispónens ómnia domum sibi ædificávit, quando virginálem beátæ Maríæ aulam ad habitándum consecrávit. Cum enim quis volúerit domum ædificáre, primum si quid in ligno seu in lápide supérfluum et minus aptum videt, abscíndit, et planat, ut in iunctúra structúræ ordináte coaptári váleat. Sic nimírum sapientíssimus ille architéctus, Pater ætérnus, cum Fílio suo hanc eminentíssimam domum præparávit, omnem originális et actuális peccáti contagiónem pénitus de illa abscídit, ita vidélicet ut nullam vel levem máculam in se habéret, sed tota munda, tota sancta, Regi cælórum ad habitándum aptíssima esset. La Sagesse s'est construit une maison. La Sagesse du Père, Dieu éternel, disposant toutes choses avec suavité, s'est construit une maison, quand elle a consacré le palais virginal de la bienheureuse Marie pour l'habiter. Lorsqu'en effet quelqu'un veut construire une maison, en premier lieu, s'il voit quelque chose de superflu, ou de moins convenable, dans le bois ou la pierre, il le retranche, puis il aplanit, pour qu'à la jointure de la construction, on puisse réaliser l'assemblage grâce à la bonne disposition des éléments. De même ce très sage architecte, le Père éternel, lorsqu'il a préparé pour son Fils cette très remarquable maison, a retranché d'elle absolument toute trace de péché, originel et actuel, de sorte qu'elle n'ait en elle aucune tache même légère, mais que, toute pure, toute sainte, elle convienne entièrement à l'habitation du Roi des cieux.
Domus ergo hæc tantópere præparáta, qua virtútum sustentáta fúerit eminéntia, verba insínuant sequéntia: Excídit colúmnas septem. Septenárius númerus, qui ex quáttuor constat et tribus, speciália quædam virtútum mérita nobis hoc in loco comméndat, quibus septifórmis Spíritus Sancti grátia dóminam nostram Maríam úndique præmuníerat quia vidélicet fides sanctæ Trinitátis pléniter in ea operabátur quáttuor cardináles virtútes, fortitúdinem, temperántiam, prudéntiam atque iustítiam. Cette maison ainsi préparée, par quelle élévation de vertus a-t-elle été soutenue? Les paroles qui suivent le laissent entendre: Elle a dressé sept colonnes. Le nombre sept, qui se compose de quatre et de trois, fait valoir à nos yeux, dans ce passage, certains mérites spéciaux de vertus par lesquelles la grâce septiforme de l'Esprit Saint avait prémuni de toutes parts notre Dame, Marie, car en elle la foi en la sainte Trinité mettait pleinement en œuvre les quatre vertus cardinales , de force, tempérance, prudence et justice.
Fortis revéra beáta María fuit in castitátis propósito, quæ numquam per peccáti máculam póllui permísit corpus suum vel ánimam. Videámus étiam quam témperans fúerit in siléntio quia profécto cum Gábriel archángelus legatiónem illam in secréto cælórum divínitus dictátam ei detulísset: Ave, ínquiens, grátia plena, Dóminus tecum, non procax aut festína fuit statim ad respondéndum, sed diu delíberans in ánimo cogitábat qualis esset ista salutátio. Et quia fortis in castitátis propósito et témperans erat in siléntio, prudens quoque fuit in respónso. Dénique cum idem ángelus insólitæ salutatiónis órdinem pandísset et causam: Ecce, ínquiens, concípies et páries fílium, ipsa prudénti inquírit interrogatióne quo pacto id fíeri possit vel qua ratióne: Quómodo, ait, fiet istud, quóniam virum non cognósco? Sciébat namque firmíssimum suæ integritátis esse propósitum, et ídeo mirabátur huius conceptiónis evéntum. Quia ergo in siléntio temperántiam, in respónso hábuit prudéntiam, in vera humilitáte perféctam exhíbuit iustítiam. La bienheureuse Marie fut réellement forte dans son dessein de chasteté, elle qui ne permit jamais que son corps ou son âme soient souillés par la tache du péché. Voyons aussi combien elle fut tempérante dans son silence, car, lorsque l'archange Gabriel lui eut rapporté la mission commandée divinement dans le secret des cieux, disant: Je te salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, elle ne fut pas téméraire et empressée à répondre aussitôt, mais délibérant longtemps dans son cœur, elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. Et parce qu'elle était forte dans son dessein de chasteté et tempérante dans son silence, elle fut aussi prudente dans sa réponse. Tandis que le même ange, en effet, venait de lui dévoiler la convenance et la cause de cette salutation inhabituelle, disant: Tu vas concevoir et enfanter un fils, elle demanda par une prudente interrogation dans quelles conditions et de quelle manière cela serait possible : Comment cela arrivera-t-il, puisque je ne connais point d'homme? Car elle savait que son propos de virginité était très ferme, et elle s'étonnait de l'événement de cette conception. Et comme, en effet, dans son silence elle avait fait preuve de tempérance; dans sa réponse , de prudence; dans sa vraie humilité elle fit montre d'une justice accomplie.
R/. Rogámus te, Dómine Deus, quia peccávimus tibi; véniam pétimus quam non merémur. Si exspéctas non corrípimur, et si víndicas non durámus. * Manum tuam pórrige lapsis, qui latróni confiténti paradísi iánuas aperuísti. V/. Vita nostra in dolóre suspírat, et in ópere non eméndat. * Manum tuam. V/. Glória Patri. * Manum tuam. R/. Nous te prions, Seigneur notre Dieu: nous avons péché contre toi; accorde-nous le pardon que nous n'avons pas mérité. Si tu patientes, nous ne sommes pas touchés; si tu punis, nous ne le supportons pas. * Tends la main à ceux qui tombent, car tu as ouvert les portes du paradis au larron qui te reconnaissait. V/. Notre vie s'écoule dans les soupirs de l'affliction, mais ne fait pas l'effort de s'amender. * Tends la main. V/. Gloire au Père. * Tends la main.