Vigiles (OSB) du lundi 9 juillet 2018 - de la férie

Hebdomada XIV per annum XIVème semaine dans l'année
Feria II Lundi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Lectio Lecture
De libro Proverbiórum Du livre des Proverbes
Fili mi, ne obliviscáris legis meæ, et præcépta mea cor tuum custódiat; longitúdinem enim diérum et annos vitæ et pacem appónent tibi. Misericórdia et véritas te non déserant; circúmda eas gútturi tuo et descríbe in tábulis cordis tui, et invénies grátiam et succéssum bonum coram Deo et homínibus. Mon fils, n'oublie pas mon enseignement, et que ton cœur garde mes préceptes, car ils augmenteront la durée de tes jours, tes années de vie et ton bien-être. Que piété et fidélité ne te quittent! Fixe-les à ton cou, inscris-les sur la tablette de ton cœur. Tu trouveras ainsi faveur et réussite aux regards de Dieu et des hommes.
Habe fidúciam in Dómino ex toto corde tuo et ne innitáris prudéntiæ tuæ. In ómnibus viis tuis cógita illum, et ipse díriget gressus tuos. Ne sis sápiens apud temetípsum; time Dóminum et recéde a malo. Sánitas quippe erit umbilíco tuo, et irrigátio óssibus tuis. Repose-toi sur le Seigneur de tout ton cœur, ne t'appuie pas sur ton propre entendement; en toutes tes démarches, reconnais-le et il aplanira tes sentiers. Ne te figure pas être sage, crains le Seigneur et te détourne du mal: cela sera salutaire à ton corps et rafraîchissant pour tes os.
Honóra Dóminum de tua substántia et de primítiis ómnium frugum tuárum, et implebúntur hórrea tua fruménto, et vino torculária tua redundábunt. Disciplínam Dómini, fili mi, ne abícias nec aspérneris, cum ab eo corríperis: quem enim díligit, Dóminus córripit et quasi pater in fílio cómplacet sibi. Honore le Seigneur de tes biens et des prémices de tout ton revenu; alors tes greniers regorgeront de blé et tes cuves déborderont de vin nouveau. Ne méprise pas, mon fils, la correction du Seigneur, et ne prends pas mal sa réprimande, car le Seigneur reprend celui qu'il aime, comme un père le fils qu'il chérit.
Beátus homo qui invénit sapiéntiam et qui áffluit prudéntia: mélior est acquisítio eius negotiatióne argénti, et auro primo fructus eius. Pretiósior est cunctis gemmis, et ómnia pretiósa tua huic non valent comparári; longitúdo diérum in déxtera eius, et in sinístra illíus divítiæ et glória. Viæ eius viæ pulchræ, et omnes sémitæ illíus pacíficæ. Lignum vitæ est his qui apprehénderint eam; et qui tenúerit eam, beátus. Dóminus sapiéntia fundávit terram, stabilívit cælos prudéntia; sapiéntia illíus erupérunt abýssi, et nubes rorem stillant. Heureux l'homme qui a trouvé la sagesse, l'homme qui acquiert l'intelligence! Car mieux vaut la gagner que gagner de l'argent, son revenu vaut mieux que de l'or. Elle est précieuse plus que les perles, rien de ce que tu désires ne l'égale. Dans sa droite: longueur des jours! Dans sa gauche: richesse et honneur! Ses chemins sont chemins de délices, tous ses sentiers, de bonheur. C'est un arbre de vie pour qui la saisit, et qui la tient devient heureux. Le Seigneur, par la sagesse, a fondé la terre, il a établi les cieux par l'intelligence. Par sa science furent creusés les abîmes, et les nues distillent la rosée.
R/. Fili, noli defícere a disciplína Dómini, et ne fatígeris dum ab eo argúeris: * Quem enim díligit, Dóminus corrípit, et quasi pater in fílio complácet sibi. V/. Audi, fili mi, disciplínam patris tui, et ne dimíttas legem matris tuæ. * Quem enim. V/. Glória Patri. * Quem enim. R/. N'abandonne pas, mon fils, l'éducation du Seigneur, ne te décourage pas lorsqu'il te reprend: * Le Seigneur, en effet, réprimande celui qu'il aime, et trouve en lui sa complaisance comme un père en son fils bien-aimé. V/. Écoute, ô mon fils, l'instruction de ton père, ne néglige pas l'enseignement de ta mère. * Le Seigneur. V/. Gloire au Père. * Le Seigneur.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Lectio Lecture
Ex Tractátu Orígenis presbýteri De princípiis (Lib. 1, 2: SC 252, 110-114 ) Traité d'Origène sur les principes
Primo illud nos scire opórtet, quod ália est in Christo deitátis eius natúra, quod est unigénitus Fílius Patris, et ália humána natúra, quam in novíssimis tempóribus pro dispensatióne suscépit. Propter quod vidéndum primo est quid sit unigénitus Fílius Dei, qui multis quidem et divérsis nomínibus pro rebus vel opiniónibus appellántium nuncupátur. Sapiéntia namque dícitur. Dícitur autem et primogénitus. Nec tamen álius est primogénitus per natúram quam sapiéntia, sed unus atque idem est. Dénique et apóstolus Paulus dicit: Christus Dei virtus et Dei Sapiéntia. Il faut d'abord savoir qu'autre est dans le Christ la nature divine, le Fils unique du Père, et autre la nature humaine qu'il a assumée dans les derniers temps pour l'économie de la rédemption. C'est pourquoi il faut voir d'abord ce qu'est le Fils unique de Dieu, qui reçoit des noms multiples et divers selon les réalités ou les opinions de ceux qui l'appellent. Il est nommé Sagesse. Il est aussi nommé le Premier-Né. Il n'est pas un autre premier-né par nature que la Sagesse, aussi il est un avec elle et le même qu'elle. En effet l'apôtre Paul dit encore: Le Christ, Puissance de Dieu et Sagesse de Dieu.
Nemo tamen putet áliquid nos insubstantívum dícere, cum eum Dei Sapiéntiam nominámus; id est, ut exémpli causa fínxerim, quod eum non velut ánimal quoddam sápiens, sed rem áliquam quæ sapiéntes effíciat, intellegámus, præbéntem se et méntibus inseréntem eórum qui capáces virtútum eius atque intellegéntiæ fiunt. Si ergo semel recte recéptum est, unigénitum Fílium Dei Sapiéntiam eius esse substantiáliter subsisténtem, néscio si iam ultra evagári sensus noster débeat ad suspicándum, ne forte ipsa substántia eius corpóreum áliquid hábeat, cum omne quod corpóreum est, vel hábitu vel colóre vel magnitúdine designétur. Ne pensons pas cependant qu'en appelant le Christ Sagesse de Dieu nous le traitons comme un être sans substance: comme si, pour prendre un exemple, nous n'en faisions pas un être animé sage, mais une sorte de chose qui rendrait sage, en se présentant et en pénétrant dans les intelligences de ceux qui sont devenus capables de recevoir les facultés et la compréhension qu'elle donne. S'il est admis une fois pour toutes que le Fils unique de Dieu est sa Sagesse subsistant de manière substantielle, je ne crois pas que notre pensée pourra désormais s'égarer à soupçonner que son hypostase, c'est-à-dire sa substance, ait quelque chose de corporel, puisque tout ce qui est corporel est déterminé par sa forme, sa couleur et sa grandeur.
Nos semper Deum Patrem nóvimus unigéniti Fílii sui, ex ipso quidem nati et quod est ab ipso trahéntis, sine ullo tamen inítio, non solum eo, quod alíquibus témporum spátiis distíngui potest, sed ne ullo quidem, quod sola apud semetípsam mens intuéri solet et nudo, ut ita díxerim, intelléctu atque ánimo conspicári. In hac ipsa ergo Sapiéntiæ subsisténtia quia omnis virtus ac deformátio futúræ ínerat creatúræ, vel eórum quæ principáliter exsístunt vel eórum quæ áccidunt consequénter, virtúte præsciéntiæ præformáta atque dispósita: pro his ipsis, quæ in ipsa Sapiéntia velut descríptæ ac præfigurátæ fúerant, creatúris se ipsam per Salomónem dicit creátam esse Sapiéntia inítium viárum Dei, cóntinens scílicet in semetípsa univérsæ creatúræ vel inítia vel ratiónes vel spécies. Nous savons que Dieu est toujours le Père de son Fils unique, né de lui, tenant de lui ce qu'il est, sans aucun commencement cependant, qu'il s'agisse d'un commencement temporel, et même d'un commencement de raison, que l'intelligence seule peut considérer en elle-même et examiner dans sa compréhension nue, pour ainsi dire, et dans sa pensée. Dans cet être subsistant de la Sagesse était virtuellement présente et formée toute la création future, que ce soit les êtres qui existent en premier lieu, que ce soit les réalités accidentelles et accessoires, tout cela préformé et disposé en vertu de la prescience. À cause de ces créatures qui étaient en elle comme dessinées et préfigurées, la Sagesse dit par la bouche de Salomon qu'elle a été créée comme principe de ses voies, car elle contient en elle-même les principes, les raisons et les espèces de toute la création.
R/. Habe fidúciam in Dómino ex toto corde tuo, et ne innitáris prudéntiæ tuæ. * In ómnibus viis tuis cógita illum, et ipse díriget gressus tuos. V/. Fili mi, ne obliviscáris legem meam, et præcépta mea custódiat cor tuum. * In. V/. Glória Patri. * In. R/. Fie-toi au Seigneur de toute ton âme, ne t'appuie pas sur ton propre discernement. * Dans toutes tes voies garde ton cœur en sa présence, et lui-même guidera tes pas. V/. Mon fils, n'oublie pas mon enseignement, que ton cœur observe mes préceptes. * Dans. V/. Gloire au Père. * Dans.