Vigiles (OSB) du vendredi 24 août 2018 - St Barthélemy, apôtre

Hebdomada XX per annum XXème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Bartholomaei, apostoli St Barthélemy, apôtre
Festum Fête
éditer éditer
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios 1, 18 - 2, 5 De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens 1,18 - 2,5
Lectio I Lecture I
Fratres: verbum crucis pereúntibus quidem stultítia est, his autem, qui salvi fiunt, id est nobis, virtus Dei est. Scriptum est enim: Perdam sapiéntiam sapiéntium et prudéntiam prudéntium reprobábo. Ubi sápiens? Ubi scriba? Ubi conquisítor huius sæculi? Nonne stultam fecit Deus sapiéntiam huius mundi? Le langage de la croix est folie pour ceux qui se perdent, mais pour ceux qui se sauvent, pour nous, il est puissance de Dieu. Car il est écrit: Je détruirai la sagesse des sages, et l'intelligence des intelligents je la rejetterai. Où est-il, le sage? Où est-il, l'homme cultivé? Où est-il, le raisonneur de ce siècle? Dieu n'a-t-il pas frappé de folie la sagesse du monde?
R/. Ecce ego mitto vos sicut oves in médio lupórum, dicit Dóminus; * Estóte ergo prudéntes sicut serpéntes et símplices sicut colúmbæ. V/. Dum lucem habétis, crédite in lucem, ut fílii lucis sitis, dicit Dóminus. * Estóte. R/. Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups, dit le Seigneur; * Soyez donc adroits comme les serpents, et candides comme les colombes. V/. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière: vous serez alors des hommes de lumière, dit le Seigneur. * Soyez donc.
Lectio II Lecture II
Nam quia in Dei sapiéntia non cognóvit mundus per sapiéntiam Deum, plácuit Deo per stultítiam prædicatiónis salvos fácere credéntes. Quóniam et Iudæi signa petunt, et Græci sapiéntiam quærunt, nos autem prædicámus Christum crucifíxum, Iudæis quidem scándalum, géntibus autem stultítiam; ipsis autem vocátis, Iudæis atque Græcis, Christum Dei virtútem et Dei sapiéntiam, quia quod stultum est Dei, sapiéntius est homínibus et quod infírmum est Dei, fórtius est homínibus. Puisqu'en effet le monde, par le moyen de la sagesse, n'a pas reconnu Dieu dans la sagesse de Dieu, c'est par la folie du message qu'il a plu à Dieu de sauver les croyants. Alors que les Juifs demandent des signes et que les Grecs sont en quête de sagesse, nous proclamons, nous, un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais pour ceux qui sont appelés, Juifs et Grecs, c'est le Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.
R/. Tóllite iugum meum super vos, dicit Dóminus, et díscite quia mitis sum et húmilis corde; * Iugum enim meum suáve est, et onus meum leve. V/. Et inveniétis réquiem animábus vestris. * Iugum. R/. Prenez sur vous mon joug, dit le Seigneur; apprenez que je suis doux et humble de cœur; * Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. V/. Et vous trouverez le repos véritable. * Oui.
Lectio III Lecture III
Vidéte enim vocatiónem vestram, fratres, quia non multi sapiéntes secúndum carnem, non multi poténtes, non multi nóbiles; sed, quæ stulta sunt mundi, elégit Deus, ut confúndat sapiéntes, et infírma mundi elégit Deus, ut confúndat fórtia, et ignobília mundi et contemptibília elégit Deus, quæ non sunt, ut ea quæ sunt destrúeret, ut non gloriétur omnis caro in conspéctu Dei. Ex ipso autem vos estis in Christo Iesu, qui factus est sapiéntia nobis a Deo et iustitía et sanctificátio et redémptio, ut quemádmodum scriptum est: Qui gloriátur, in Dómino gloriétur. Aussi bien, frères, considérez votre appel: il n'y a pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de gens bien nés. Mais ce qu'il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages; ce qu'il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre ce qui est fort; ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l'on méprise, voilà ce que Dieu a choisi; ce qui n'est pas, pour réduire à rien ce qui est, afin qu'aucune chair n'aille se glorifier devant Dieu. Car c'est par Lui que vous êtes dans le Christ Jésus qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification et rédemption, afin que, comme il est écrit, celui qui se glorifie, qu'il se glorifie dans le Seigneur.
R/. Dum stetéritis ante reges et præsides, nolíte cogitáre quómodo aut quid loquámini; * Dábitur enim vobis in illa hora quid loquámini. V/. Non enim vos estis, qui loquímini, sed Spíritus Patris vestri, qui lóquitur in vobis. * Dábitur. R/. Lorsque vous serez accusés, debout devant les rois et les gouverneurs, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: * Ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. V/. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. * Ce que.
Lectio IV Lecture IV
Et ego, cum veníssem ad vos, fratres, veni non per sublimitátem sermónis aut sapiéntiæ annúntians vobis mystérium Dei. Non enim iudicávi scire me áliquid inter vos nisi Iesum Christum et hunc crucifíxum. Et ego in infirmitáte et timóre et tremóre multo fui apud vos, et sermo meus et prædicátio mea non in persuasibílibus sapiéntiæ verbis, sed in ostensióne Spíritus et virtútis, ut fides vestra non sit in sapiéntia hóminum sed in virtúte Dei. Pour moi, quand je suis venu chez vous, frères, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige de la parole ou de la sagesse. Non, je n'ai rien voulu savoir parmi vous, sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. Moi-même, je me suis présenté à vous faible, craintif et tout tremblant, et ma parole et mon message n'avaient rien des discours persuasifs de la sagesse; c'était une démonstration d'Esprit et de puissance, pour que votre foi reposât, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.
R/. Vidi coniúnctos viros, habéntes spléndidas vestes, et ángelus Dómini locútus est ad me, dicens: * Isti sunt viri sancti facti amíci Dei. V/. Vidi ángelum Dei volántem per médium cælum, voce magna clamántem et dicéntem: * Isti sunt. V/. Glória Patri. * Isti sunt. R/. Je vis une réunion d'hommes qui portaient des tuniques somptueuses; un ange du Seigneur me dit alors: * Voici des hommes saints, des amis de Dieu! V/. Je vis un ange de Dieu qui volait au zénith; il proclamait d'une voix forte: * Voici. V/. Gloire au Père. * Voici.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Expositióne sancti Ambrósii epíscopi in Lucam (Lib. 5, 41-44: SC 45, 198-199) Commentaire de saint Ambroise sur saint Luc
Lectio I Lecture I
Omnes magni, omnes sublímes montem ascéndunt. Non enim cuicúmque prophéta dicit: Ascénde in montem excélsum, qui evangelízas Sion, exálta in virtúte vocem tuam, qui evangelízas Ierúsalem. Non vestígiis corporálibus, sed factis sublimióribus in hunc montem ascéndas. Séquere Christum, ut ipse esse mons possis; montes enim in circúitu eius. Quære in evangélio, invénies solos cum Dómino montem ascendísse discípulos. Toutes les âmes grandes, toutes les âmes élevées gravissent la montagne; car ce n'est pas au premier venu que le prophète dit: Gravis une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion; élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Ce n'est point par les pas de ton corps mais par des actions élevées qu'il te faut gravir cette montagne. Suis le Christ, en sorte que toi-même tu puisses être montagne: car les montagnes l'entourent. Cherche dans l'Évangile, tu trouveras que seuls les disciples ont gravi la montagne avec le Seigneur.
R/. Isti sunt triumphatóres et amíci Dei, qui, contemnéntes iussa príncipum, meruérunt præmia ætérna; * Modo coronántur et accípiunt palmam. V/. Isti sunt qui venérunt ex magna tribulatióne et lavérunt stolas suas in sánguine Agni. * Modo. R/. Voici les triomphateurs, les amis de Dieu: pour avoir méprisé les exigences des princes, ils ont gagné des trésors éternels; * Désormais couronnés, ils remportent la palme! V/. Ils viennent de la grande épreuve, ils ont lavé leurs vêtements et les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. * Désormais.
Lectio II Lecture II
Orat ergo Dóminus non ut pro se óbsecret, sed ut pro me ímpetret; nam, etsi ómnia posúerit Pater in potestáte Fílii, Fílius tamen ut formam hóminis impléret, obsecrándum Patrem putat esse pro nobis, quia advocátus est noster. Et erat, inquit, pernóctans in oratióne Dei. Spécies tibi datur, forma præscríbitur, quam débeas æmulári. Le Seigneur prie donc, non afin d'implorer pour lui, mais afin d'obtenir pour moi; car, bien que le Père ait mis toutes choses à la disposition du Fils, le Fils cependant, pour réaliser pleinement sa condition d'homme, juge à propos d'implorer le Père pour nous, car il est notre avocat. Et il passa la nuit, est-il dit, à prier Dieu. On te donne un exemple, on te trace le modèle que tu devras imiter.
R/. Isti sunt qui, vivéntes in carne, plantavérunt Ecclésiam sánguine suo; non sunt de terris córpora eórum separáta * Quorum mérita sunt in cælis, ánimæ sanctórum coæquáles. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Quorum mérita. R/. Voici des hommes qui ont planté l'Église et l'ont arrosée de leur sang alors qu'ils vivaient ici-bas. Leurs corps sont restés semés en terre, * Tandis qu'ils ont aux cieux leur salaire, car ils partagent le sort des saints. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde; * Tandis qu'ils.
Lectio III Lecture III
Quid enim te pro salúte tua fácere opórtet, quando pro te Christus in oratióne pernóctat? Quid te fácere cónvenit, cum vis áliquod offícium pietátis adoríri, quando Christus missúrus apóstolos orávit prius, et solus orávit? Nec umquam álibi, si non fallor, orásse cum apóstolis reperítur; ubíque solus óbsecrat. Dei enim consílium humána vota non cápiunt, nec quisquam interiórum potest esse párticeps Christo. Que te faut-il faire pour ton salut, quand pour toi le Christ passe la nuit en prière? Que te sied-il de faire quand tu veux entreprendre quelque devoir pieux, alors que le Christ, avant d'envoyer ses Apôtres, a prié, et prié seul? Et nulle part ailleurs, si je ne me trompe, on ne trouve qu'il ait prié avec les Apôtres; partout il implore seul. C'est que le dessein de Dieu ne peut être saisi par les désirs humains, et nul ne peut avoir part à la pensée intime du Christ.
R/. Isti sunt viri sancti, quos elégit Dóminus in caritáte non ficta, et dedit illis glóriam sempitérnam; * Quorum doctrína fulget Ecclésia ut sole luna. V/. Sancti per fidem vicérunt regna, operáti sunt iustítiam. * Quorum doctrína. R/. Voici les saints hommes que le Seigneur s'est choisis dans son amour indéfectible: il leur a donné une gloire éternelle; * L'Église est irradiée par leur enseignement, comme la lune par le soleil. V/. Grâce à leur foi, les saints ont vaincu des royaumes, pratiqué la justice. * L'Église.
Lectio IV Lecture IV
Vocávit, inquit, discípulos suos et elégit duódecim ex ipsis, quos ad propagándum auxílium salútis humánæ per terrárum orbem satóres fídei destináret. Simul advérte cæléste consílium: non sapiéntes áliquos, non dívites, non nóbiles, sed piscatóres et publicános, quos dirígeret, elégit; ne traduxísse prudéntia, ne redemísse divítiis, ne poténtiæ nobilitatísque auctoritáte traxísse áliquos ad suam grátiam videréntur; ut veritátis rátio, non disputatiónis grátia prævaléret. Il appela, est-il dit, ses disciples, et il en choisit douze parmi eux, pour les envoyer, semeurs de la foi, propager le secours et le salut des hommes dans tout l'univers. Remarque en même temps le plan céleste: ce ne sont pas des sages, ni des riches, ni des nobles, mais des pêcheurs et des publicains qu'il a choisis pour les envoyer; de crainte qu'ils ne semblent avoir été entraînés par l'habileté, rachetés par les richesses, attirés à sa grâce par le prestige du pouvoir et de la notoriété; pour que la victoire demeure à la substance de la vérité, non pas au charme du discours.
R/. Cives apostolórum et domestíci Dei advenérunt hodie, portántes pacem, illuminántes pátriam, * Dare pacem géntibus et liberáre pópulum Dómini. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Dare. V/. Glória Patri. * Dare. R/. Les concitoyens des apôtres, les membres de la famille de Dieu, sont venus aujourd'hui apporter la paix, illustrer leur patrie, * Offrir aux nations la paix, au peuple du Seigneur, la liberté. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. * Offrir. V/. Gloire au Père. * Offrir.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Ioánnem Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean
In illo témpore: Invénit Philíppus Nathánael et dicit ei: "Quem scripsit Móyses in lege et prophétæ invénimus, Iesum fílium Ioseph a Názareth." Et réliqua. Philippe dit à Nathanaël: " Celui dont parlent la loi de Moïse et les prophètes, nous l'avons trouvé: c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. " Et la suite.
Ex Homilíis sancti Gregórii Nysséni epíscopi in Cántica canticórum (Hom. 15: PG 44, 1087) Homélie de saint Grégoire de Nysse sur le Cantique des cantiques
Lectio I Lecture I
Philíppus ille apóstolus ex civitáte Petri et Andréæ fuísse perhibétur; étenim hoc mihi vidétur encómium quoddam esse Philíppi, quod eórum fratrum civis fúerit, qui primam in evangélio admiratiónem meréntur per ea quæ ipsis accidérunt. Andréas enim, posteáquam Baptísta commonstrásset quinam esset Agnus ille, qui mundi peccátum tólleret, non tantum ipse mystérium hoc animadvértit, a tergo secútus indicátum, cogníto úbinam ille dégeret; sed étiam fratri suo lætum núntium affert, advenísse illum quem multo ante vates indicárint. L'apôtre Philippe, comme en témoigne l'évangile, était originaire de la même ville que Pierre et André; à mon avis, c'est un éloge pour Philippe que d'être concitoyen de ces deux frères dont l'évangile a déjà parlé avec admiration en raison des événements qu'ils ont vécus. André, en effet, ayant vu le Baptiste indiquer clairement quel était cet Agneau qui devait enlever le péché du monde, non seulement a recueilli cette révélation, et s'est mis à suivre les pas de celui qui avait été désigné, afin d'apprendre où il demeurait; mais encore il a porté à son frère la bonne nouvelle: celui qui depuis longtemps avait été annoncé par les prophètes, était là.
R/. Beáti mundo corde, quóniam ipsi Deum vidébunt; beáti pacífici, quóniam fílii Dei vocabúntur; beáti, qui persecutiónem patiúntur propter iustítiam, * Quóniam ipsórum est regnum cælórum. V/. Beáti, qui esúriunt et sítiunt iustítiam, * Quóniam. R/. Heureux les cœurs purs: ils verront Dieu! Heureux les artisans de paix: ils seront appelés fils de Dieu! Heureux les persécutés pour la justice: * Le Royaume des cieux est à eux! V/. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice: * Le Royaume.
Lectio II Lecture II
Hic ergo Philíppus, dignus qui tantórum ac tálium civis esset, posteáquam invéntus Dómini factus, quemádmodum in evangélio dícitur quod Iesus Philíppum invénit, étiam sectátor Verbi factus est, qui ad eum dixit: Séquere me; posteáquam item verum ad lumen delátus, inde tamquam lychnus ad se participatiónem lucis attráxit; Nathanaélum quoque luce sua circumfúndit, quasi præláta ipsi face, quod pietátis est mystérium. Sunt enim hæc ipsíus verba: Invénimus Iesum illum e Názareth Galilææ, de quo Móyses in lege et prophétæ scripsérunt. Philippe donc, était le digne concitoyen de ces deux grands personnages. Quand il devint la "trouvaille" du Seigneur - comme dit l'évangile: Jésus trouva Philippe - il fut élu "suivant" du Verbe, qui lui avait dit: Suis-moi. S'étant approché de la vraie lumière, comme une lampe il s'y embrasa et en reçut l'illumination dont il répandit la clarté sur Nathanaël en lui transmettant comme une torche le mystère de la religion. Car voici quelles furent ses paroles: Celui dont parlent la Loi de Moïse et les Prophètes, nous l'avons trouvé: c'est Jésus, de Nazareth en Galilée.
R/. Benedícti mei, veníte, apérti sunt vobis cæli; * Hódie mecum éritis in paradíso Patris mei. V/. Veníte, benedícti Patris mei, percípite regnum. * Hódie. R/. Venez, mes bénis, les cieux vous sont ouverts; * Aujourd'hui avec moi vous serez dans le paradis de mon Père. V/. Venez, les bénis de mon Père, recevez le Royaume. * Aujourd'hui.
Lectio III Lecture III
Nathanaélo autem sapiénter lætum hunc núntium accipiénte, quod peraccuráte ex libris vaticiniórum de Dómini mystério edóctus esset, ac sciret in Béthlehem quidem primam Dei patefactiónem in carne futúram, verum eúmdem Názareth degéntem Nazaræi nomen consecutúrum: ad hæc ígitur útraque respiciénte, accédit Nathánael illíus in senténtiam, qui lumen hoc cognitiónis ei commonstrásset, idque verbis his declaránte: Potest e Názareth boni áliquid exsístere? Nathanaël, quant à lui, accueillit avec discernement cette bonne nouvelle, car il s'était formé très soigneusement au mystère du Seigneur à partir des Prophètes, et savait que la première manifestation de Dieu dans la chair sortirait de Bethléem, mais aussi qu'il serait appelé Nazaréen, parce qu'il devait résider à Nazareth; en considérant ces deux prophéties, Nathanaël écouta celui qui lui avait manifesté la lumière de cette révélation, et déclara: De Nazareth?Peut-il sortir de là quelque chose de bon?
R/. O quam pulchri super montes pedes annuntiántium pacem, * Annuntiántium bona. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Annuntiántium. R/. Qu'ils sont beaux, sur les montagnes, les pas des messagers qui annoncent la paix, * Qui annoncent le bonheur! V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. * Qui annoncent.
Lectio IV Lecture IV
Tum vero tandem Philíppus ad hanc grátiam illi se ducem præbet, cum ait: Veni ac vide. Quo factum ut Nathánael, relícta legis ficu, cuius umbra impediménto erat ei, quo minus lucis párticeps fíeret, ad eum perveníret, qui fici fólia propter sterilitátem in proferéndis bonis exsiccávit. Eáque de causa, testimónium ei Verbum tríbuit, quod germánus Israelíta, non spúrius esset: En, inquit, vere Israelíta, in quo dolus non est. Alors Philippe devient son guide vers la grâce, en disant: Viens, et tu verras. Ceci pour que Nathanaël, ayant quitté le figuier de la Loi, dont l'ombre l'empêchait d'avoir part à la lumière, parvienne à celui qui a desséché le feuillage du figuier parce qu'il ne portait pas de bons fruits. Voilà pourquoi le Verbe lui a rendu ce témoignage qu'il était un véritable fils d'Israël, et non un bâtard: Voici, dit le Verbe, un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir.
R/. Gregem tuum, Pastor ætérne, non déseras, sed, per beátos apóstolos tuos, * Perpétua defensióne custódias. V/. Ut a nostris reátibus absolúti, a cunctis nos quoque perículis, * Perpétua. V/. Glória Patri. * Perpétua. R/. Pasteur éternel, n'abandonne pas ton troupeau; mais, à la prière de tes bienheureux apôtres, * Protège-nous toujours. V/. De même que nous avons été absous de nos péchés; de tout danger, de même, * Protège-nous. V/. Gloire au Père. * Protège-nous.