affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du samedi 8 septembre 2018 - Nativité de la bienheureuse Vierge Marie

Hebdomada XXII per annum XXIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In Nativitate B. Mariae Virginis Nativité de la bienheureuse Vierge Marie
Festum Fête
éditer éditer
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Vocávit Dóminus Deus Adam et dixit ei: "Ubi es?" Qui ait: "Vocem tuam audívi in paradíso et tímui eo quod nudus essem et abscóndi me." Cui dixit: "Quis enim indicávit tibi quod nudus esses, nisi quod ex ligno, de quo tibi præcéperam, ne coméderes, comedísti?" Le Seigneur Dieu appela l'homme: " Où es-tu? " dit-il. " J'ai entendu ton pas dans le jardin, répondit l'homme; j'ai eu peur parce que je suis nu et je me suis caché. " Il reprit: " Et qui t'a appris que tu étais nu? Tu as donc mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger! "
R/. Hódie nata est beáta Virgo María ex progénie David, per quam salus mundi credéntibus appáruit, * Cuius vita gloriósa lucem dedit sæculo. V/. Beatíssimæ Vírginis Maríæ nativitátem devotíssime celebrémus, * Cuius. R/. Aujourd'hui a pris naissance la bienheureuse Vierge Marie, de la lignée de David; c'est par elle que les croyants ont vu poindre le salut, * Elle dont la glorieuse existence a illuminé le monde. V/. Célébrons avec ferveur la nativité de la bienheureuse Vierge Marie, * Elle.
Lectio II Lecture II
Dixítque Adam: "Múlier, quam dedísti sóciam mihi, ipsa dedit mihi de ligno, et comédi." Et dixit Dóminus Deus ad mulíerem: "Quid hoc fecísti?" Quæ respóndit: "Serpens decépit me, et comédi." Et ait Dóminus Deus ad serpéntem: "Quia fecísti hoc, maledíctus es inter ómnia pécora et omnes béstias agri! Super pectus tuum gradiéris et púlverem cómedes cunctis diébus vitæ tuæ. Inimicítias ponam inter te et mulíerem et semen tuum et semen illíus; ipsum cónteret caput tuum, et tu cónteres calcáneum eius." L'homme répondit: " C'est la femme que tu as mise auprès de moi qui m'a donné de l'arbre, et j'ai mangé! " Le Seigneur Dieu dit à la femme: " Qu'as-tu fait là? " Et la femme répondit: " C'est le serpent qui m'a séduite, et j'ai mangé. " Alors le Seigneur Dieu dit au serpent: " Parce que tu as fait cela, maudit sois-tu entre tous les bestiaux et toutes les bêtes sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la terre tous les jours de ta vie. Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien. Il t'écrasera la tête et tu l'atteindras au talon. "
R/. Beatíssimæ Vírginis Maríæ nativitátem devotíssime celebrémus, * Ut ipsa pro nobis intercédat ad Dóminum Iesum Christum. V/. Hódie nata est beáta Virgo María ex progénie David. * Ut ipsa. R/. Célébrons avec ferveur la nativité de la bienheureuse Vierge Marie: * Qu'elle intercède pour nous auprès de Jésus, Christ et Seigneur ! V/. Aujourd'hui a pris naissance la bienheureuse Vierge Marie, de la lignée de David: * Qu'elle intercède.
Lectio III Lecture III
Mulíeri dixit: "Multiplicábo ærúmnas tuas et concéptus tuos: in dolóre páries fílios, et ad virum tuum erit appetítus tuus, ipse autem dominábitur tui." À la femme, il dit: " Je multiplierai les peines de tes grossesses, dans la peine tu enfanteras des fils. Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui dominera sur toi. "
R/. Gloriósæ Vírginis Maríæ ortum digníssimum recoléntes, * Cuius Dóminus humilitátem respíciens, ángelo nuntiánte, concépit Redemptórem mundi. V/. Beatíssimæ Vírginis Maríæ nativitátem devotíssime celebrémus. * Cuius. R/. Faisons mémoire de l'auguste naissance de la glorieuse Vierge Marie; * Le Seigneur, s'étant penché sur son humilité, lui a donné de concevoir, à l'annonce de l'ange, le Rédempteur du monde. V/. Célébrons avec ferveur la nativité de la bienheureuse Vierge Marie. * Le Seigneur.
Lectio IV Lecture IV
Adæ vero dixit: "Quia audísti vocem uxóris tuæ et comedísti de ligno, ex quo præcéperam tibi, ne coméderes, maledícta humus propter te! In labóribus cómedes ex ea cunctis diébus vitæ tuæ. Spinas et tríbulos germinábit tibi, et cómedes herbas terræ; in sudóre vultus tui vescéris pane, donec revertáris ad humum, de qua sumptus es, quia pulvis es et in púlverem revertéris." Et vocávit Adam nomen uxóris suæ Eva, eo quod mater esset cunctórum vivéntium. À l'homme, il dit: " Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais interdit de manger, maudit soit le sol à cause de toi! À force de peines tu en tireras subsistance tous les jours de ta vie. Il produira pour toi épines et chardons et tu mangeras l'herbe des champs. À la sueur de ton visage tu mangeras ton pain, jusqu'à ce que tu retournes au sol, puisque tu en fus tiré. Car tu es glaise et tu retourneras à la glaise. " L'homme appela sa femme " Ève ", parce qu'elle fut la mère de tous les vivants.
R/. Solem iustítiæ Regem paritúra suprémum, * Stella María maris hódie procéssit ad ortum. V/. Cérnere divínum lumen gaudéte fidéles. * Stella. V/. Glória Patri. * Stella. R/. Celle qui devait enfanter le Roi des rois, le Soleil de justice, * Marie, l'Étoile de la mer, se lève, naît aujourd'hui. V/. Fidèles, soyez dans la joie, à la vue de cette divine lumière . * Marie. V/. Gloire au Père. * Marie.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Oratiónibus sancti Andréæ Creténsis epíscopi (Orat. 1: PG 97, 806-810) Homélie de saint André de Crète
Lectio I Lecture I
Finis legis Christus, qui non minus abdúcat a legis líttera quam ad spíritum próvehat. In eo enim consummátio pósita est, iuxta quod legislátor ipse conféctis ómnibus ac terminátis, in spíritum lítteram tránstulit; in seípso recapítulans ómnia; ac lege grátia vivens, atque illa quidem subiugáta, hæc autem concínne coaptáta et iuncta. Le Christ est l'achèvement de la loi; car il nous éloigne de la lettre dans la mesure où il nous élève jusqu'à l'esprit. Cet accomplissement consiste en ce que le législateur lui-même, après avoir tout déterminé, a rapporté la lettre à l'esprit; en récapitulant toutes choses en lui, en vivant d'une loi qui est la grâce. Après avoir réduit la loi en servitude, il y a joint harmonieusement la grâce.
R/. Corde et ánimo Christo canámus glóriam in hac sacra solemnitáte præcélsæ Genetrícis Dei Vírginis Maríæ, * Ut ipsa intercédat pro nobis ad Dóminum. V/. Cum iucunditáte nativitátem sanctæ Maríæ solémniter celebrémus, * Ut ipsa intercédat. R/. Chantons, de cœur et d'âme, la gloire du Christ, en cette solennité sainte de la Vierge Marie, la glorieuse Mère de Dieu: * Qu'elle intercède pour nous auprès du Seigneur! V/. Livrons nous à la joie de célébrer avec magnificence la nativité de Sainte Marie: * Qu'elle intercède.
Lectio II Lecture II
Hæc enim Christi in nos beneficiórum summa est; hæc sacraménti manifestátio, hæc natúræ innovátio, Deus et homo, assumptíque hóminis deificátio. Enimvéro ita et spléndidi et quam máxime conspícui Dei ad hómines advéntus, omníno étiam gáudii introductórium áliquid, quo magnum in nos salútis donum procéderet, esse opórtuit. Id porro præsens est celébritas, cui exórdium Deíparæ natívitas est; conclúsio autem et términus, Verbi cum carne destináta compáctio. C'est en cela que consiste l'essentiel des bienfaits du Christ; c'est là que le mystère se manifeste, que la nature est renouvelée: Dieu s'est fait homme et l'homme assumé est divinisé. Il a donc fallu que la splendide et très manifeste habitation de Dieu parmi les hommes fût précédée par une introduction à la joie, d'où découlerait pour nous le don magnifique du salut. Tel est l'objet de la fête que nous célébrons: la naissance de la Mère de Dieu inaugure le mystère qui a pour conclusion et pour terme l'union du Verbe avec la chair.
R/. Diem festum præcélsæ Genetrícis Dei Vírginis Maríæ solémniter celebrémus, * Quo inchoáta est eius felix natívitas. V/. Nativitátem hodiérnam perpétuæ Vírginis solémniter celebrémus, * Quo. R/. Célébrons avec magnificence la fête de la Vierge Marie, la glorieuse Mère de Dieu, en ce jour * De sa nativité, qui vit commencer son heureuse existence. V/. Célébrons avec magnificence Marie toujours Vierge, en ce jour * De sa nativité.
Lectio III Lecture III
Quando étiam duplex nobis ex eo lucrum accésserit: ea quidem próvehens ad veritátem, ea autem a legáli in líttera servitúte ac conversatióne abdúcens. Quo id modo, quave ratióne? Nimírum cedénte umbra advéntui lucis, gratiáque libertátem inferénte pro líttera; quorum sollémnitas hæc confínium est, figurálibus sýmbolis veritátem succedáneam iungens, nováque vetéribus substítuens. C'est alors que nous recevons du Verbe un double bienfait: il nous conduit à la vérité, et il nous détache de la vie d'esclavage sous la lettre de la loi. De quelle manière, par quelle voie? Sans aucun doute, parce que l'ombre s'éloigne à l'avènement de la lumière, parce que la grâce vient substituer la liberté à la lettre. La fête que nous célébrons se trouve à cette frontière, car elle fait se rejoindre la vérité présente et les images qui la préfiguraient, puisqu'elle substitue le nouveau à l'ancien.
R/. Regáli ex progénie María Virgo exórta refúlget; * Cuius précibus nos adiuvári, mente et spíritu devotíssime póscimus. V/. Corde et ánimo Christo canámus glóriam in hac sacra solemnitáte præcélsæ Genetrícis Dei, * Cuius. R/. Issue d'une lignée royale, Marie, la Vierge, resplendit: * Implorons avec ferveur d'esprit le recours de sa prière. V/. Chantons, de cœur et d'âme, la gloire du Christ, en cette solennité sainte de la glorieuse Mère de Dieu. * Implorons.
Lectio IV Lecture IV
Omnia ergo creáta decántent tripudiéntque, ac áliquid diéi lætítiæ cóngruum cónferant. Una hódie cæléstium terrestriúmque sit commúnis celébritas, simúlque agat festum quidquid in mundo et supra mundum coalitiónis est. Hódie enim ómnium Creatóris creátum delúbrum exstrúctum est, ac creatúra, nova decentíque ratióne, novum Auctóri parátur hospítium. Que toute la création chante et danse, qu'elle contribue de son mieux à la joie de ce jour. Que le ciel et la terre forment aujourd'hui une seule assemblée; que tout ce qui est dans le monde et au-dessus du monde s'unisse dans le même concert de fête. Car aujourd'hui s'édifie le sanctuaire créé où résidera le Créateur de l'univers; et une créature, par cette disposition toute nouvelle, est préparée pour offrir au Créateur une demeure sacrée.
R/. Stirps Iesse virgam prodúxit, virgáque florem, * Et super hunc florem requiéscit Spíritus almus. V/. Virgo Dei Génetrix virga est, flos fílius eius. * Et super. V/. Glória Patri. * Et super. R/. La racine de Jessé a produit un rameau qui a donné sa fleur, * Et sur cette fleur a reposé l'Esprit qui donne la vie. V/. La Vierge Mère de Dieu, c'est le rameau, la verge; et la fleur, son fils. * Et sur cette fleur. V/. Gloire au Père. * Et sur cette fleur.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
Iesu Christi generátio sic erat. Cum esset desponsáta mater eius María Ioseph, ántequam convenírent, invénta est in útero habens de Spíritu Sancto. Et réliqua. Voici quelle fut l'origine de Jésus-Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Et la suite.
Ex Sermónibus sancti Petri Damiáni epíscopi (Sermo 46, 11. 12. 22: CC CM 57, 282. 283. 290) Sermon de saint Pierre Damien
Lectio I Lecture I
Nonnúlli, dum plus sápere quam opórteat sápere géstiunt, quis pater vel quæ mater beátæ Maríæ fúerit, stúdio superflúæ curiositátis ínquirunt. Qui ergo paréntum Maríæ notítiam habére desíderat, de sémine eam Abrahæ, de tribu Iuda, de régia stirpe David descendísse cognóscat. Novérit quoque eam cum sacerdotáli Aaron génere cognatiónis habuísse propinquitátem. Unde ei per ángelum dícitur: Ecce Elisabeth cognáta tua, et ipsa concépit fílium in senectúte sua. Et iure Redémptor noster de sacerdotáli simul et régio génere carnem suscípere vóluit, qui Rex ante sæcula éxsistens, utpote verus sacérdos, semetípsum Patri pro nobis suavitátis hóstiam immolávit. Certains, qui nourrissent des prétentions déraisonnables, recherchent, avec un zèle excessif de curiosité, qui fut le père, et quelle fut la mère de la bienheureuse Marie. Celui qui désire acquérir des notions sur les parents de Marie, qu'il sache qu'elle est de la descendance d'Abraham, de la tribu de Juda, et de la lignée royale de David. Il doit apprendre également qu'elle est apparentée à la classe sacerdotale d'Aaron. D'où cette parole de l'ange: Voici qu'Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse. Et il convient que notre Rédempteur ait voulu s'incarner à partir d'un lignage à la fois sacerdotal et royal, lui qui, Roi dès l'origine, s'offrit lui-même pour nous à son Père comme sacrifice parfait, en tant que prêtre véritable.
R/. Natívitas gloriósæ Vírginis Maríæ ex sémine Abrahæ, orta de tribu Iuda, clara ex stirpe David; * Cuius vita ínclita cunctas illústrat Ecclésias. V/. Gloriósæ Vírginis Maríæ ortum digníssimum recoléntes, * Cuius. R/. Nativité de la glorieuse Vierge Marie, de la descendance d'Abraham, issue de la tribu de Juda, de la souche illustre de David! * La vie lumineuse de cette Vierge est la gloire de toutes les Églises. V/. Faisons mémoire de l'auguste naissance de la glorieuse Vierge Marie; * La vie.
Lectio II Lecture II
María est hortus conclúsus, fons signátus, quæ et fructum fecunditátis édidit et virginitátis méritum non immínuit. O mirábilis, o singuláriter nóbilis caro beatíssimæ Vírginis, in qua mulíebris natúra mutátur, humána condítio non tenétur! Per coítum quidem est génita, sed per efficáciam coítus non énixa; édita commúni nascéntium iure, édidit singuláris grátiæ novitáte. Marie est un jardin clos, une fontaine scellée, elle qui a mis au jour le fruit de sa fécondité, sans diminuer la grâce de sa virginité. Ô merveille, ô singulière noblesse du corps de la bienheureuse Vierge: en elle est transformé l'ordre naturel concernant la femme, pour elle ne comptent pas les lois de la condition humaine! Certes elle a été engendrée selon les lois naturelles, mais elle n'a pas enfanté selon les suites de l'union charnelle. Venue au jour selon la loi commune de tous ceux qui naissent, elle met au jour selon la nouveauté d'une grâce propre et singulière.
R/. Felix namque es, sacra Virgo María, et omni laude digníssima; * Quia ex te ortus est Sol iustítiæ, Christus Deus noster. V/. Ora pro pópulo, intérveni pro clero, intercéde pro devóto femíneo sexu, séntiant omnes tuum levámen quicúmque célebrant tuum Natálem. * Quia. R/. Que tu es heureuse, Marie, Vierge sainte, et vraiment digne de toute louange, * Car de toi s'est levé le Soleil de justice, le Christ notre Dieu. V/. Prie pour le peuple, interviens en faveur des clercs, intercède pour les femmes consacrées: que tous ceux qui célèbrent ton jour natal éprouvent le réconfort de ta bienveillance! * Car.
Lectio III Lecture III
In humáno dénique génere, ille nóbilis dícitur qui claris maiórum títulis insígnitur. Beáta vero María, licet de generósa sit patrum stirpe progénita, ab illo tamen trahit excellentíssimæ nobilitátis genus, qui de illa est novo nascéndi génere procreátus. Et per claríssimam sobólem, omnem humáni stémmatis éxcedit nobilitátem. Clara proavórum títulis, sed incomparabíliter clárior generositáte prolis. Fília síquidem regum, sed mater Regis regum. Parmi les hommes, en dernière analyse, est appelé noble celui qui se signale par les titres illustres de ses ancêtres. Mais la bienheureuse Marie, tout en descendant d'une belle lignée familiale, tire cependant l'origine d'une suréminente noblesse, de celui qui a été procréé à partir d'elle selon ce nouveau genre de naissance. Et à cause de cette glorieuse et admirable postérité, elle surpasse en noblesse toute la race humaine. Digne de gloire, en raison du haut lignage de ses ancêtres, mais incomparablement plus digne de gloire, en raison de la noblesse extraordinaire de son enfant. Elle est, certes, fille de rois, mais surtout mère du Roi des rois.
R/. Natívitas tua, Dei Génetrix Virgo, gáudium annuntiávit univérso mundo: ex te enim ortus est Sol iustitiæ, Christus Deus noster, * Qui solvens maledictiónem dedit benedictiónem, et confúndens mortem donávit nobis vitam sempitérnam. V/. Ave, María, grátia plena, Dóminus tecum. * Qui solvens. R/. Ta nativité, ô Vierge, Mère de Dieu, est l'annonce du bonheur pour toute la création! Car de toi s'est levé le Soleil de justice, le Christ notre Dieu, * Lui qui a supprimé la malédiction et nous a gratifiés de la bénédiction, qui a défait la mort et nous a octroyé la vie sans déclin. V/. Je te salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi; * Lui.
Lectio IV Lecture IV
Gloriósa dicta sunt de te, cívitas Dei! Sed quidquid de te a mortáli hómine dícitur, celsitúdinis tuæ méritis non æquátur. Quam enim excéllens grátia super ángelos élevat, ad eius digne efferénda præcónia humána fragílitas non áspirat. Rogámus te, clementíssima, ipsíus pietátis et misericórdiæ mater, ut qui tuæ laudis insígnia frequentáre gaudémus in terris, tuis intercessiónis auxílium habére mereámur in cælis. Quaténus sicut per te Dei Fílius dignátus est ad nostra descéndere, ita et nos per te ad eius valeámus consórtium perveníre. Pour ta gloire on parle de toi, ville de Dieu! Mais quoi que puisse dire un mortel à ton sujet, cela ne peut atteindre l'éminence de ta dignité. Celle, en effet, qu'une grâce exceptionnelle élève au-dessus des anges, l'humaine fragilité ne peut prétendre proclamer dignement ses louanges. Nous te prions, ô très clémente, mère de la miséricorde et de l'amour en personne; nous qui, sur terre, prenons plaisir à célébrer les glorieux motifs de ta louange, puissions-nous, au ciel, obtenir le secours de ton intercession! Et de même que, par toi, le Fils de Dieu a bien voulu descendre vers nous, de même nous, par toi, puissions-nous parvenir à la communion intime avec lui!
R/. Ad nutum Dómini nostrum ditántis honórem, * Sicut spina rosam, génuit Iuda Maríam. V/. Ut vítium virtus operíret, grátia culpam. * Sicut. V/. Glória Patri. * Sicut. R/. Par volonté du Seigneur d'ennoblir notre dignité humaine, * Comme le rosier produit sa rose, la Judée enfante Marie. V/. Pour que la grâce vienne ombrer la faute, et la vertu, la malice originelle du péché, * Comme. V/. Gloire au Père * Comme.