Vigiles (OSB) du mercredi 3 juillet 2019 - St Thomas, apôtre

Hebdomada XIII per annum XIIIème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
S. Thomae, apostoli St Thomas, apôtre
Festum Fête
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Sic nos exístimet homo ut minístros Christi et dispensatóres mysteriórum Dei. Hic iam quæritur inter dispensatóres, ut fidélis quis inveniátur. Mihi autem pro mínimo est ut a vobis iúdicer aut ab humáno die. Sed neque meípsum iúdico; nihil enim mihi cónscius sum, sed non in hoc iustificátus sum. Qui autem iúdicat me, Dóminus est! Itaque nolíte ante tempus quidquam iudicáre, quoadúsque véniat Dóminus, qui et illuminábit abscóndita tenebrárum et manifestábit consília córdium; et tunc laus erit unicuíque a Deo. Qu'on nous regarde donc comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, ce qu'en fin de compte on demande à des intendants, c'est que chacun soit trouvé fidèle. Pour moi, il m'importe fort peu d'être jugé par vous ou par un tribunal humain. Bien plus, je ne me juge pas moi-même. Ma conscience, il est vrai, ne me reproche rien, mais je n'en suis pas justifié pour autant; mon juge, c'est le Seigneur. Ainsi donc, ne portez pas de jugement prématuré. Laissez venir le Seigneur; c'est lui qui éclairera les secrets des ténèbres et rendra manifestes les desseins des cœurs. Et alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui revient.
R/. Ecce ego mitto vos sicut oves in médio lupórum, dicit Dóminus; * Estóte ergo prudéntes sicut serpéntes et símplices sicut colúmbæ. V/. Dum lucem habétis, crédite in lucem, ut fílii lucis sitis, dicit Dóminus. * Estóte. R/. Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups, dit le Seigneur; * Soyez donc adroits comme les serpents, et candides comme les colombes. V/. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière: vous serez alors des hommes de lumière, dit le Seigneur. * Soyez donc.
Lectio II Lecture II
Hæc autem, fratres, transfigurávi in me et Apóllo propter vos, ut in nobis discátis illud: "Ne supra quæ scripta sunt", ne unus pro álio inflémini advérsus álterum. Quis enim te discérnit? Quid autem habes, quod non accepísti? Si autem accepísti, quid gloriáris, quasi non accéperis? En tout cela, frères, je me suis pris comme exemple avec Apollos à cause de vous, pour que vous appreniez, en nos personnes, la maxime: " Rien au-delà de ce qui est écrit ", afin que vous ne vous gonfliez pas d'orgueil en prenant le parti de l'un contre l'autre. Qui donc en effet te distingue? Qu'as-tu que tu n'aies reçu? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifier comme si tu ne l'avais pas reçu?
R/. Tóllite iugum meum super vos, dicit Dóminus, et díscite quia mitis sum et húmilis corde; * Iugum enim meum suáve est, et onus meum leve. V/. Et inveniétis réquiem animábus vestris. * Iugum. R/. Prenez sur vous mon joug, dit le Seigneur; apprenez que je suis doux et humble de cœur; * Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. V/. Et vous trouverez le repos véritable. * Oui.
Lectio III Lecture III
Iam saturáti estis, iam dívites facti estis. Sine nobis regnástis; et útinam regnarétis, ut et nos vobíscum regnarémus. Puto enim, Deus nos apóstolos novíssimos osténdit tamquam morti destinátos, quia spectáculum facti sumus mundo et ángelis et homínibus. Nos stulti propter Christum, vos autem prudéntes in Christo; nos infírmi, vos autem fortes; vos gloriósi, nos autem ignóbiles. Usque in hanc horam et esurímus et sitímus et nudi sumus et cólaphis cædimur et instábiles sumus et laborámus operántes mánibus nostris; maledícti benedícimus, persecutiónem passi sustinémus, blasphemáti obsecrámus; tamquam purgaménta mundi facti sumus, ómnium peripséma, usque adhuc. Déjà, vous êtes rassasiés! déjà vous vous êtes enrichis! sans nous, vous êtes devenus rois! Ah! que ne l'êtes-vous donc, rois, pour que nous partagions, nous aussi, votre royauté! Car Dieu, ce me semble, nous a, nous les apôtres, exhibés au dernier rang, comme des condamnés à mort; oui, nous avons été livrés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. Nous sommes fous, nous, à cause du Christ, mais vous, vous êtes prudents dans le Christ; nous sommes faibles, mais vous, vous êtes forts; vous êtes à l'honneur, mais nous dans le mépris. Jusqu'à l'heure présente, nous avons faim, nous avons soif, nous sommes nus, maltraités et errants; nous nous épuisons à travailler de nos mains. On nous insulte et nous bénissons; on nous persécute et nous l'endurons; on nous calomnie et nous consolons. Nous sommes devenus comme l'ordure du monde, jusqu'à présent l'universel rebut.
R/. Dum stetéritis ante reges et præsides, nolíte cogitáre quómodo aut quid loquámini; * Dábitur enim vobis in illa hora quid loquámini. V/. Non enim vos estis, qui loquímini, sed Spíritus Patris vestri, qui lóquitur in vobis. * Dábitur. R/. Lorsque vous serez accusés, debout devant les rois et les gouverneurs, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: * Ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. V/. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. * Ce que.
Lectio IV Lecture IV
Non ut confúndam vos, hæc scribo, sed ut quasi fílios meos caríssimos móneam; nam si decem mília pædagogórum habeátis in Christo, sed non multos patres, nam in Christo Iesu per evangélium ego vos génui. Rogo ergo vos: imitatóres mei estóte! Ce n'est pas pour vous confondre que j'écris cela; c'est pour vous avertir comme mes enfants bien-aimés. Auriez-vous en effet des milliers de pédagogues dans le Christ, que vous n'avez pas plusieurs pères; car c'est moi qui, par l'Évangile, vous ai engendrés dans le Christ Jésus. Je vous en prie donc, montrez-vous mes imitateurs.
R/. Vidi coniúnctos viros, habéntes spléndidas vestes, et ángelus Dómini locútus est ad me, dicens: * Isti sunt viri sancti facti amíci Dei. V/. Vidi ángelum Dei volántem per médium cælum, voce magna clamántem et dicéntem: * Isti sunt. V/. Glória Patri. * Isti sunt. R/. Je vis une réunion d'hommes qui portaient des tuniques somptueuses; un ange du Seigneur me dit alors: * Voici des hommes saints, des amis de Dieu! V/. Je vis un ange de Dieu qui volait au zénith; il proclamait d'une voix forte: * Voici. V/. Gloire au Père. * Voici.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Homilíis Eusébii Gallicáni mónachi (Hom. 22, 4: CCL 101, 260) Homélie d'Eusèbe le Gallican
Lectio I Lecture I
Nisi vídero in mánibus eius fixúram clavórum et mittam dígitum meum in locum clavórum et mittam manus meas in latu seius, non credam. Quam bona ignorántia, quæ erudívit ignáros, quæ instrúxit incrédulos! Quam bona infidélitas, quæ sæculórum fídei militávit! Nisi vídero, inquit, in mánibus fixúram clavórum. Vox ista inquiréntis est, non negántis; dum hoc dicit, docéri vóluit, confirmári desiderávit; et ídeo ad eum Dóminus ita ait: Infer dígitum tuum huc et vide manus meas et affer manum tuam et mitte in latus meum. Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, je ne croirai pas. Quelle ignorance utile, que celle qui a formé les ignorants et instruit les incrédules! Quelle incrédulité profitable, que celle qui a œuvré pour la foi de tous les siècles! Si je ne vois, dit-il, dans ses mains la marque des clous. Voilà le langage d'un homme qui s'enquiert, mais non pas qui refuse de croire; en disant cela, il veut être enseigné, il désire être conforté; et c'est pourquoi le Seigneur lui dit: Avance ton doigt ici, et vois mes mains; avance ta main, et mets-la dans mon côté.
R/. Isti sunt triumphatóres et amíci Dei, qui, contemnéntes iussa príncipum, meruérunt præmia ætérna; * Modo coronántur et accípiunt palmam. V/. Isti sunt qui venérunt ex magna tribulatióne et lavérunt stolas suas in sánguine Agni. * Modo. R/. Voici les triomphateurs, les amis de Dieu: pour avoir méprisé les exigences des princes, ils ont gagné des trésors éternels; * Désormais couronnés, ils remportent la palme! V/. Ils viennent de la grande épreuve, ils ont lavé leurs vêtements et les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. * Désormais.
Lectio II Lecture II
Dum benígnum præbet Véritas moderáta respónsum, in apóstolo suo non dubitatiónis vítium, sed sollicitúdinis instrúxit afféctum. Quia ergo illo témpore tanti mystérii nóvitas versabátur, mérito curiósæ perscrutatiónis non est exclúsa sedúlitas. Accédit quod in his apóstoli verbis mundi utílitas ágitur: uníus interrogátio, universitátis instrúctio est. En faisant preuve de modération dans sa réponse pleine de bonté, la Vérité n'entend pas encourager en son apôtre le défaut du doute, mais la bonne disposition à la sollicitude. Puisqu'en effet à ce moment-là s'imposait la nouveauté d'un si grand mystère, il est juste que n'ait pas été rejetée l'insistance d'une minutieuse investigation. Ajoutons à cela que le monde entier trouve son profit dans ces paroles de l'apôtre: la question d'un seul éclaire tout l'ensemble des hommes.
R/. Isti sunt qui, vivéntes in carne, plantavérunt Ecclésiam sánguine suo; non sunt de terris córpora eórum separáta * Quorum mérita sunt in cælis, ánimæ sanctórum coæquáles. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Quorum. R/. Voici des hommes qui ont planté l'Église et l'ont arrosée de leur sang alors qu'ils vivaient ici-bas. Leurs corps sont restés semés en terre, * Tandis qu'ils ont aux cieux leur salaire, car ils partagent le sort des saints. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde; * Tandis qu'ils.
Lectio III Lecture III
Osténdit ergo manus et latus; necessárium enim erat ut manifestárum præsens expréssio cicatrícum, crucifíxi córporis fáceret fidem; quia splendor novæ lucis, prístinam obdúxerat veritátem, et agnitiónem quodámmodo cláritas obscuráverat. Jésus leur montra donc ses mains et son côté. Il était nécessaire, en effet, que la permanence des stigmates d'évidentes cicatrices, puisse fonder la foi en la réalité du corps qui avait été crucifié; car la splendeur de la lumière nouvelle avait comme recouvert la réalité précédente, et l'éclat de la gloire avait en quelque sorte obscurci la faculté de le reconnaître.
R/. Isti sunt viri sancti, quos elégit Dóminus in caritáte non ficta, et dedit illis glóriam sempitérnam; * Quorum doctrína fulget Ecclésia ut sole luna. V/. Sancti per fidem vicérunt regna, operáti sunt iustítiam. * Quorum doctrína. R/. Voici les saints hommes que le Seigneur s'est choisis dans son amour indéfectible: il leur a donné une gloire éternelle; * L'Église est irradiée par leur enseignement, comme la lune par le soleil. V/. Grâce à leur foi, les saints ont vaincu des royaumes, pratiqué la justice. * L'Église.
Lectio IV Lecture IV
Visis ergo cicatrícibus respóndit Thomas dicens: Dóminus meus et Deus meus! Novo génere vestígia vúlnerum, divinitáti præbent testimónium, quia templum erat Dei, induméntum córporis vulneráti. Duas hoc loco in Christo miráre substántias: fixúram pérspicit córporis, et Deum prædicat maiestátis. Ayant vu les cicatrices, Thomas dit alors: Mon Seigneur et mon Dieu! Les vestiges de ces plaies d'un genre nouveau témoignent de la divinité, car il était le temple de Dieu ce corps assumé, ce corps blessé. C'est ici qu'il faut contempler dans le Christ, ses deux natures: Thomas voit sur le corps la marque des clous, et il proclame le Dieu de majesté.
R/. Cives apostolórum et domestíci Dei advenérunt hodie, portántes pacem, illuminántes pátriam, * Dare pacem géntibus et liberáre pópulum Dómini. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Dare. V/. Glória Patri. * Dare. R/. Les concitoyens des apôtres, les membres de la famille de Dieu, sont venus aujourd'hui apporter la paix, illustrer leur patrie, * Offrir aux nations la paix, au peuple du Seigneur, la liberté. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. * Offrir. V/. Gloire au Père. * Offrir.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Ioánnem Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean
Thomas, unus ex Duódecim, qui dícitur Dídymus, non erat cum eis quando venit Iesus. Et réliqua. L'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie "jumeau"), n'était pas avec les disciples quand Jésus était venu. Et la suite.
Ex Commentário sancti Brunónis Signiénsis epíscopi in Ioánnem (Lib. 3, 21: PL 165, 596) Commentaire de saint Bruno de Segni sur saint Jean
Lectio I Lecture I
Nisi vídero in mánibus eius fixúram clavórum, non credam. Ecce ad quid Dóminus suórum vúlnerum cicatríces reserváre vóluit, et delére nóluit: quia in hoc eius discípulum sanáre et eius mentis vúlnera curáre disponébat. Tamen dubitátio hæc apóstoli Thomæ multos álios confírmat, et a dubitatióne líberat. Hæc enim scripta non essent, si Thomas non dubitásset. Próderunt autem hæc multis legéntibus et audiéntibus, usque ad sæculi consummatiónem. Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, non, je ne croirai pas! Voilà bien pourquoi le Seigneur a voulu garder les cicatrices de ses plaies et n'a pas voulu les supprimer: c'est que, par ce moyen, il s'apprêtait à guérir son disciple et à soigner les blessures de son âme. Et pourtant ce doute qui fut celui de l'apôtre Thomas, conforte beaucoup d'autres personnes, et les délivre du doute. En effet, ces paroles n'auraient pas été consignées dans les Écritures si Thomas n'avait pas douté. Or beaucoup de lecteurs et d'auditeurs en tireront profit, jusqu'à la fin du monde.
R/. Constítues eos príncipes super omnem terram. Mémores erunt nóminis tui, Dómine, * In omni progénie et generatióne. V/. Proptérea pópuli confitebúntur tibi in ætérnum, et in sæculum sæculi, * In. R/. Sur toute l'étendue de la terre, tu feras d'eux des princes. Ils feront vivre ton nom, Seigneur, * Parmi toutes les nations, à travers tous les âges. V/. Ainsi les peuples te rendront grâce, toujours, à jamais! * Parmi.
Lectio II Lecture II
Deínde dicit Thomæ ut in eius latus dígitum ínferat, manus vídeat, et iam non sit incrédulus, sed fidélis. Respóndet Thomas et dicit ei: Dóminus meus et Deus meus! Quid est: Dóminus meus et Deus meus? "Iam nihil dúbito; certus sum, confírmo resurrectiónem, prædico immortalitátem: tu es Dóminus meus, magíster meus; ego servus tuus et fílius ancíllæ tuæ." Par la suite, le Seigneur dit à Thomas d'avancer le doigt dans son côté, de voir ses mains et de cesser d'être incrédule, pour être croyant. Et Thomas lui répond en disant: Mon Seigneur et mon Dieu! Que veut dire: Mon Seigneur et mon Dieu? " Désormais je n'ai plus aucun doute; je suis certain, j'affirme la résurrection, je proclame l'immortalité; toi, tu es mon Seigneur, mon Maître; moi, je suis ton serviteur, le fils de ta servante. "
R/. Non vos me elegístis, sed ego elégi vos et pósui vos, ut eátis et fructum afferátis, * Et fructus vester máneat, allelúia, allelúia. V/. Non enim vos estis, qui loquímini, sed Spíritus Patris vestri, qui lóquitur in vobis. * Et fructus. R/. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis, établis, afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et * Afin que votre fruit demeure, alléluia, alléluia! V/. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous, * Afin que.
Lectio III Lecture III
"Tu es dénique Deus meus, qui me creásti; pro me carnem suscepísti; quam, ut me redímeres, morti tradidísti; et ut me tecum resuscitáres, nunc a mórtuis resurrexísti; hæc est fides mea; ita séntio, et ita credo." "Car enfin tu es mon Dieu, tu es celui qui m'as créé, celui qui pour moi s'est fait chair; cette chair, pour me racheter, tu l'as livrée à la mort; et afin de me ressusciter avec toi, maintenant tu es ressuscité des morts; telle est ma conviction, telle est ma foi. "
R/. Non sunt loquélæ neque sermónes, quorum non audiántur voces eórum; * In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. V/. Nimis honoráti sunt amíci tui, Deus; nimis confortátus est principátus eórum. * In. R/. Point de paroles ni de récits qui ne fassent résonner leurs voix; * Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. V/. Comme elle est grande, ô mon Dieu, la gloire de tes amis; comme elle est assurée, leur suprématie! * Sur.
Lectio IV Lecture IV
Dicit ei Iesus: Quia vidísti me, Thoma, credidísti; beáti qui non vidérunt et credidérunt. Si enim ídeo crédidit quia eum vidit, constat quod si eum non vidísset, non credidísset. Unde mérito beáti sunt qui corpóreis óculis eum non vidérunt, et hæc, et his simília audiéntes, et in eum credidérunt. Jésus lui dit: Parce que tu m'as vu, Thomas, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. Si en effet c'est parce qu'il a vu le Seigneur qu'il croit maintenant, il est clair que s'il ne l'avait pas vu, il ne croirait pas. C'est donc à juste titre que sont heureux ceux qui n'ont pas vu le Seigneur de leurs yeux corporels, mais qui, à l'audition de ce récit ou d'autres semblables, ont, eux aussi, cru en lui.
R/. Ibant apóstoli gaudéntes a conspéctu concílii, * Quóniam digni hábiti sunt pro nómine Iesu contuméliam pati. V/. Non sunt loquélæ neque sermónes, quorum non audiántur voces eórum. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Les apôtres, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux * D'avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus. V/. Point de paroles ni de récits où ne s'entendent leurs voix, leurs déclarations * D'avoir. V/. Gloire au Père. * D'avoir.