Vigiles (OSB) du mardi 9 juillet 2019


Avertissement : l'affichage de cet office est encore incomplet. Il manque des traductions et seul le psautier est renseigné. Le propre du temps et des saints n'est pas encore entièrement disponible. Aidez-nous pour les traductions, merci.
Hebdomada XIV per annum XIVème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
Ter dicitur: On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio. Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3 Psaume 3
Dominus protector meus Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus). Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me, Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo». Beaucoup disent à mon âme: Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum. Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur et ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo. De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me. Je me suis endormi, et j'ai été assoupi; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus; Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti. Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua. Le salut vient du Seigneur; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Consors patérni lúminis,
lux ipse lucis et dies,
noctem canéndo rúmpimus:
assíste postulántibus.

Aufer tenébras méntium,
fuga catérvas dæmonum,
expélle somnoléntiam
ne pigritántes óbruat.

Sic, Christe, nobis ómnibus
indúlgeas credéntibus,
ut prosit exorántibus
quod præcinéntes psállimus.

Sit, Christe, rex piíssime,
tibi Patríque glória
cum Spíritu Paráclito,
in sempitérna sæcula. Amen.
Clarté de clarté, Toi, le Jour,
Qui partages l'éclat du Père,
Soutiens-nous dans notre prière,
Quand nos chants déchirent la nuit.

Chasse les ténèbres de l'âme,
fais fuir les troupes des démons ;
dissipe notre somnolence
et garde-nous de la paresse.

Montre toi bienveillant, ô Christ,
envers nous qui croyons en Toi ;
que profite à ceux qui te prient
l'hymne chantée à Ta louange !

O Christ, ô Roi plein de bonté,
gloire à Toi et gloire à Ton Père,
avec l'Esprit Consolateur,
à travers les siècles sans fin.
IN I NOCTURNO AU Ier NOCTURNE
Ant. 1 Adiútor * in tribulatónibus.Ant. 1 Le secours dans la tribulation.
Psalmus 45 (46) Psaume 45 (46)
Deus refugium et virtus Dieu, refuge et force
Vocabunt nomen eius Emmanuel, quod est interpretatum Nobiscum Deus (Mt 1, 23). On Le nommera Emmanuel, ce qui veut dire Dieu Avec Nous (Mt 1, 23).
Deus est nobis refúgium et virtus, * adiutórium in tribulatiónibus invéntus est nimis. Dieu est notre refuge et notre force ; un secours que l'on rencontre toujours dans la tribulation.
Proptérea non timébimus, dum turbábitur terra, * et transferéntur montes in cor maris. Aussi sommes-nous sans crainte si la terre est bouleversée, si les montagnes s'abîment au sein de l'océan,
Fremant et intuméscant aquæ eius, * conturbéntur montes in elatióne eius. si les flots de la mer s'agitent, bouillonnent, et, dans leur furie, ébranlent les montagnes.
Flúminis rivi lætíficant civitátem Dei, * sancta tabernácula Altíssimi. Un fleuve réjouit de ses courants la cité de Dieu, le sanctuaire où habite le Très-Haut.
Deus in médio eius, non commovébitur; * adiuvábit eam Deus mane dilúculo. Dieu est au milieu d'elle : elle est inébranlable ; au lever de l'aurore, Dieu vient à son secours:
Fremuérunt gentes, commóta sunt regna; * dedit vocem suam, liquefácta est terra. Les nations s'agitent, les royaumes s'ébranlent ; Il fait entendre sa voix et la terre se fond d'épouvante.
Dóminus virtútum nobíscum, * refúgium nobis Deus Iacob. le Seigneur des armées est avec nous ; le Dieu de Jacob est pour nous une citadelle.
Veníte et vidéte ópera Dómini, * quæ pósuit prodígia super terram. Venez, contemplez les oeuvres du Seigneur, les dévastations qu'Il a opérées sur la terre !
Auferet bella usque ad finem terræ, † arcum cónteret et confrínget arma * et scuta combúret igne. Il a fait cesser les combats jusqu'au bout de la terre, Il a brisé l'arc, Il a rompu la lance, Il a consumé par le feu les chars de guerre :
Vacáte et vidéte quóniam ego sum Deus: * exaltábor in géntibus et exaltábor in terra. Arrêtez et reconnaissez que Je suis Dieu, Je domine sur les nations, Je domine sur la terre !
Dóminus virtútum nobíscum, * refúgium nobis Deus Iacob. le Seigneur des armées est avec nous, le Dieu de Jacob est pour nous une citadelle.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 46 (47) Psaume 46 (47)
Dominus universorum rex Le Seigneur est roi de l'univers
Sedet ad dexteram Patris, et regni eius non erit finis. Il est assis à la droite du père, et Son règne n'aura pas de fin.
Omnes gentes, pláudite mánibus, * iubiláte Deo in voce exsultatiónis, Vous tous, peuples, battez des mains, célébrez Dieu par des cris d'allégresse,
quóniam Dóminus Altíssimus, terríbilis, * rex magnus super omnem terram. car le Seigneur est très haut, redoutable, grand roi sur toute la terre.
Subiécit pópulos nobis * et gentes sub pédibus nostris. Il nous assujettit les peuples, Il met les nations sous nos pieds.
Elégit nobis hereditátem nostram, * glóriam Iacob, quem diléxit. II nous choisit notre héritage, la gloire de Jacob, Son bien-aimé.
Ascéndit Deus in iúbilo, * et Dóminus in voce tubæ. Dieu monte dans la joie ; Le Seigneur, au son de la trompette.
Psállite Deo, psállite; * psállite regi nostro, psállite. Chantez à Dieu, chantez ; chantez à notre Roi, chantez.
Quóniam rex omnis terræ Deus, * psállite sapiénter. Car Dieu est roi de toute la terre, chantez un cantique de louange.
Regnávit Deus super gentes, * Deus sedet super sedem sanctam suam. Dieu règne sur les nations, Il siège sur Son trône saint.
Príncipes populórum congregáti sunt * cum pópulo Dei Abraham, Les princes des peuples se réunissent pour former un peuple du Dieu d'Abraham,
quóniam Dei sunt scuta terræ: * veheménter elevátus est. car à Dieu sont les boucliers de la terre : Il est souverainement élevé.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Adiútor * in tribulatónibus.Ant. Le secours dans la tribulation.
Ant. 2 Magnus Dóminus * et laudábilis nimis.Ant. 2 Le Seigneur est grand, Il est l'objet de toute louange.
Psalmus 47 (48) Psaume 47 (48)
Gratiarum actio pro populi salute Action de grâce pour le salut du peuple
Sustulit me in spiritu super montem magnum... et ostendit mihi civitatem sanctam Ierusalem (Ap 21,10). Il me transporta en esprit sur une grande montagne... Et il me montra la cité sainte, Jérusalem (Ap 21,10).
Magnus Dóminus et laudábilis nimis * in civitáte Dei nostri. Le Seigneur est grand, Il est l'objet de toute louange, dans la cité de notre Dieu,
Mons sanctus eius collis speciósus, * exsultátio univérsæ terræ. Sa montagne sainte s'élève gracieuse, joie de toute la terre.
Mons Sion, extréma aquilónis, * cívitas regis magni. La montagne de Sion, aux extrémités du septentrion, la cité du grand roi.
Deus in dómibus eius notus * factus est ut refúgium. Dieu, dans ses palais, S'est fait connaître comme un refuge.
Quóniam ecce reges congregáti sunt, * convenérunt in unum. Car voici que les rois s'étaient réunis, ensemble ils s'étaient avancés.
Ipsi cum vidérunt, sic admiráti sunt, * conturbáti sunt, diffugérunt; Ils ont vu, soudain ils ont été dans la stupeur, éperdus, ils ont pris la fuite ;
illic tremor apprehéndit eos, * dolóres ut parturiéntis. là un tremblement les a saisis, une douleur comme celle de la femme qui enfante.
In spíritu oriéntis * cónteres naves Tharsis. Par le vent d'Orient Tu brises les vaisseaux de Tharsis.
Sicut audívimus, sic vídimus in civitáte Dómini virtútum, in civitáte Dei nostri; * Deus fundávit eam in ætérnum. Ce que nous avions entendu dire, nous l'avons vu dans la cité du Seigneur des armées; dans la cité de notre Dieu : Dieu l'affermit pour toujours.
Recogitámus, Deus, misericórdiam tuam * in médio templi tui. O Dieu nous rappelons la mémoire de Ta bonté, au milieu de Ton temple.
Secúndum nomen tuum, Deus, sic et laus tua in fines terræ; * iustítia plena est déxtera tua. Comme Ton nom, ô Dieu, ainsi Ta louange arrive jusqu'aux extrémités de la terre ; Ta droite est pleine de justice.
Lætétur mons Sion, et exsúltent fíliæ Iudæ * propter iudícia tua. Que la montagne de Sion se réjouisse, que les filles de Juda soient dans l'allégresse, à cause de Tes jugements.
Circúmdate Sion et complectímini eam, * numeráte turres eius. Parcourez Sion et faites-en le tour; comptez ses forteresses.
Pónite corda vestra in virtúte eius et percúrrite domos eius, * ut enarrétis in progénie áltera. observez son rempart, examinez ses palais, pour le raconter à la génération future.
Quóniam hic est Deus, Deus noster in ætérnum et in sæculum sæculi; * ipse ducet nos in sæcula. Voilà Dieu qui est notre Dieu à jamais et toujours ; Il sera notre guide dans tous les siècles.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 48 (49) Psaume 48 (49)
Vanitas divitiarum Vanité des richesses
Dives difficile intrabit in regnum cælorum (Mt 19, 23). Il est difficile à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux (Mt 19, 23).
Audíte hæc, omnes gentes, * áuribus percípite, omnes, qui habitátis orbem: Ecoutez tous ceci, ô peuples ; prêtez l'oreille vous tous habitants du monde,
quique húmiles et viri nóbiles, * simul in unum dives et pauper! hommes du commun et hommes de condition, ensemble riches et pauvres.
Os meum loquétur sapiéntiam * et meditátio cordis mei prudéntiam. Ma bouche va faire entendre des paroles sages, et mon coeur a des pensées pleines de sens.
Inclinábo in parábolam aurem meam, * apériam in psaltério ænígma meum. Je prête l'oreille aux sentences que Dieu m'inspire; j'explique mon énigme au son de la harpe.
Cur timébo in diébus malis, * cum iníquitas supplantántium circúmdabit me? Pourquoi craindrais-je aux jours du malheur, lorsque l'iniquité de mes persécuteurs m'assiège ?
Qui confídunt in virtúte sua * et in multitúdine divitiárum suárum gloriántur. Eux qui mettent leur confiance dans leurs biens, leur gloire dans leurs grandes richesses.
Etenim seípsum non rédimet homo; * non dabit Deo propitiatiónem suam. Un homme ne peut racheter son frère, ni payer à Dieu sa rançon.
Nímium est prétium redemptiónis ánimæ eius: † ad últimum defíciet, * ut vivat usque in finem, nec vídeat intéritum. Le rachat de leur vie est trop cher; il est à jamais impossible, pour qu'il vive éternellement, et qu'il ne voie jamais la fosse.
Et vidébit sapiéntes moriéntes; † simul insípiens et stultus períbunt * et relínquent aliénis divítias suas. Non, il la verra ; les sages meurent; l'insensé et le stupide périssent également, laissant à d'autres leurs biens.
Sepúlcra eórum domus illórum in ætérnum; † tabernácula eórum in progéniem et progéniem, * etsi vocavérunt nomínibus suis terras suas. Ils s'imaginent que leurs maisons seront éternelles; que leurs demeures subsisteront d'âge en âge, et ils donnent leurs noms à leurs domaines.
Et homo, cum sit in honóre, non permanébit; † comparátus est iuméntis, quæ péreunt, * et símilis factus est illis. Mais, même dans sa splendeur, l'homme ne dure pas; il est semblable aux bêtes de somme qui périssent.
Hæc via illórum, quorum fidúcia in semetípsis, * et finis eórum, qui cómplacent in ore suo. Tel est leur sort, à ces hommes si confiants, et à ceux qui les suivent en approuvant leurs discours.
Sicut oves in inférno pósiti sunt, * mors depáscet eos; Comme un troupeau, ils sont poussés en enfer, la mort est leur pasteur ;
descéndent præcípites ad sepúlcrum, † et figúra eórum erit in consumptiónem: * inférnus habitáculum eórum. le matin, les hommes droits dominent sur eux, et leur ombre se consumera en enfer, sans autre demeure.
Verúmtamen Deus rédimet ánimam meam, * de manu ínferi vere suscípiet me. Mais Dieu rachètera mon âme de la puissance de l'enfer, car il me prendra avec lui.
Ne timúeris, cum dives factus fúerit homo * et cum multiplicáta fúerit glória domus eius, Ne crains donc pas, quand un homme s'enrichit, quand s'accroît l'opulence de sa maison.
quóniam, cum interíerit, non sumet ómnia, * neque descéndet cum eo glória eius. Car il n'emportera rien à sa mort, son opulence ne descendra pas avec lui.
Cum ánimæ suæ in vita ipsíus benedíxerit: * «Laudábunt te quod benefecísti tibi», II aura beau s'estimer heureux pendant sa vie ; on aura beau te louer des jouissances que tu te donnes :
tamen introíbit ad progéniem patrum suórum, * qui in ætérnum non vidébunt lumen. Tu iras rejoindre la génération de tes pères, qui jamais ne reverront la lumière.
Homo, cum in honóre esset, non intelléxit; † comparátus est iuméntis, quæ péreunt, * et símilis factus est illis. L'homme, même dans sa splendeur, ne comprend pas, il est comparé aux bêtes de somme qui périssent, et il leur est devenu semblable.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Magnus Dóminus * et laudábilis nimis.Ant. Le Seigneur est grand, Il est l'objet de toute louange.
Ant. 3 Deus deórum, * Dóminus locútus est.Ant. 3 Le Dieu des dieux, le Seigneur a parlé.
Psalmus 49
Vera in Dominum pietas
Non veni solvere legem, sed adimplere (cf.Mt 5,17).
Deus deórum, Dóminus, locútus est * et vocávit terram a solis ortu usque ad occásum.
Ex Sion speciósa decóre Deus illúxit, * Deus noster véniet et non silébit:
ignis consúmens est in conspéctu eíus * et in circúitu eíus tempéstas válida.
Advocábit caelum desúrsum * et terram discérnere pópulum suum:
“Congregáte mihi sanctos meos, * qui disposuérunt testaméntum meum in sacrifício.”
Et annuntiábunt caeli iustítiam eíus, * quóniam Deus iúdex est.
“Audi, pópulus meus, et loquar, Israel, et testificábor advérsum te: * Deus, Deus tuus, ego sum.
Non in sacrifíciis tuis árguam te; * holocáusta enim tua in conspéctu meo sunt semper.
Non accípiam de domo tua vítulos * neque de grégibus tuis hircos.
Quóniam meae sunt omnes ferae silvárum, * iumentórum mille in móntibus.
Cognóvi ómnia volatília caeli; * et, quod movétur in agro, meum est.
Si esuríero non dicam tibi; * meus est enim orbis terrae et plenitúdo eíus.
Numquid manducábo carnes taurórum * aut sánguinem hircórum potábo?
Ímmola Deo sacrifícium laudis * et redde Altíssimo vota tua;
et ínvoca me in die tribulatiónis: * éruam te, et honorificábis me.”
Peccatóri autem dixit Deus: “quáre tu enárras praecépta mea * et assúmis testaméntum meum in os tuum?
Tu vero odísti disciplínam * et proiecísti sermónes meos retrórsum.
Si vidébas furem, currébas cum eo; * et cum adúlteris erat pórtio tua.
Os tuum dimittébas ad malítiam, * et lingua tua concinnábat dolos.
Sedens advérsus fratrem tuum loquebáris * et advérsus fílium matris tuae proferébas oppróbrium.
Haec fecísti, et tácui. Existimásti quod eram tui símilis. * Árguam te et státuam illa contra fáciem tuam.
Intellégite haec, qui obliviscímini Deum, * ne quando rápiam, et non sit qui erípiat. Qui immolábit sacrifícium laudis, honorificábit me; et, qui immaculátus est in via, * osténdam illi salutáre Dei.”
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 51
Contra calumniatorem
Qui gloriatur, in Domino glorietur (I Cor I,31).
Quid gloriáris in malítia, * qui potens es iniquitáte?
Tota die insídias cogitásti; * lingua tua sicut novácula acúta, qui facis dolum.
Dilexísti malítiam super benignitátem, mendácium magis quam loqui aequitátem. * Dilexísti ómnia verba perditiónis, lingua dolósa.
Proptérea Deus déstruet te in finem; evéllet te et emigrábit te de tabernáculo * et radícem tuam de terra vivéntium. Vidébunt iústi et timébunt * et super eum ridébunt: “Ecce homo, qui non pósuit Deum refúgium suum, sed sperávit in multitúdine divitiárum suárum * et praeváluit in insídiis suis.”
Ego autem sicut virens olíva in domo Dei. Sperávi in misericórdia Dei * in aetérnum et in sǽculum sǽculi.
Confitébor tibi in sǽculum, quia fecísti; et exspectábo nomen tuum, quóniam bonum est; * in conspéctu sanctórum tuórum
Et annuntiábunt caeli iustítiam eíus, * quóniam Deus iúdex est.
“Audi, pópulus meus, et loquar, Israel, et testificábor advérsum te: * Deus, Deus tuus, ego sum.
Non in sacrifíciis tuis árguam te; * holocáusta enim tua in conspéctu meo sunt semper.
Non accípiam de domo tua vítulos * neque de grégibus tuis hircos.
Quóniam meae sunt omnes ferae silvárum, * iumentórum mille in móntibus.
Cognóvi ómnia volatília caeli; * et, quod movétur in agro, meum est.
Si esuríero non dicam tibi; * meus est enim orbis terrae et plenitúdo eíus.
Numquid manducábo carnes taurórum * aut sánguinem hircórum potábo?
Ímmola Deo sacrifícium laudis * et redde Altíssimo vota tua;
et ínvoca me in die tribulatiónis: * éruam te, et honorificábis me.”
Peccatóri autem dixit Deus: “quáre tu enárras praecépta mea * et assúmis testaméntum meum in os tuum?
Tu vero odísti disciplínam * et proiecísti sermónes meos retrórsum.
Si vidébas furem, currébas cum eo; * et cum adúlteris erat pórtio tua.
Os tuum dimittébas ad malítiam, * et lingua tua concinnábat dolos.
Sedens advérsus fratrem tuum loquebáris * et advérsus fílium matris tuae proferébas oppróbrium.
Haec fecísti, et tácui. Existimásti quod eram tui símilis. * Árguam te et státuam illa contra fáciem tuam.
Intellégite haec, qui obliviscímini Deum, * ne quando rápiam, et non sit qui erípiat. Qui immolábit sacrifícium laudis, honorificábit me; et, qui immaculátus est in via, * osténdam illi salutáre Dei.”
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deus deórum, * Dóminus locútus est.Ant. Le Dieu des dieux, le Seigneur a parlé.
℣. Díriget Dóminus mansuétos in iudício.
℟. Docébit mites vias suas.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Ipsíus piétas et misericórdia nos ádiuvet, qui cum Patre et Spíritu Sancto vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen. Que Sa bonté et Sa miséricorde nous vienne en aide, Lui qui avec le Père et l'Esprit-Saint vit et règne dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
Lectio brevis (Prv 3,19-20)
Dóminus sapientia fundávit terram, stabílivit cælos prudéntia ; sapiéntia illíus erupérunt abýssi, et nubes rorem sillant.
℟. Deus, in nómine tuo * Salvum me fac, Dómine. ℣. Et in miséricórdia tua libera me. ℣. Glória Patri, et Filio, et Spíritui Sancto. ℟. Dieu, en [l'honneur de] Ton nom * Sauve-moi, Seigneur. ℟. Et dans Ta miséricorde, sauve-moi. ℣. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit.
 Vel:  Ou :
Lectio biblica cum ℟.
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro primo Samuélis Du premier livre de Samuel
In diébus illis: Motum est rursum bellum, et egréssus David pugnávit advérsum Philísthim percussítque eos plaga magna; et fugérunt a fácie eius. Et factus est spíritus Dómini malus in Saul; sedébat autem in domo sua et tenébat lánceam, porro David psallébat in manu sua. Nisúsque est Saul confígere láncea David in paríete; et declinávit David a fácie Saul, láncea autem, casso vúlnere, perláta est in paríetem. Et David fugit et salvátus est nocte illa. Comme la guerre avait repris, David se mit en campagne et combattit les Philistins; il leur infligea une grande défaite et ils s'enfuirent devant lui. Or un mauvais esprit du Seigneur prit possession de Saül: comme il était assis dans sa maison, sa lance à la main, et que David jouait de la cithare, Saül essaya de clouer David au mur avec sa lance, mais celui-ci esquiva le coup de Saül, qui planta sa lance dans le mur. David prit la fuite et se sauva cette même nuit.
Fugit autem David de Náioth quæ est in Rama, veniénsque locútus est coram Iónathan: "Quid feci? Quæ est iníquitas mea et quod peccátum meum in patrem tuum, quia quærit ánimam meam?" Qui dixit ei: "Absit, non moriéris; neque enim fáciet pater meus quidquam grande vel parvum, nisi prius indicáverit mihi: hoc ergo celávit me pater meus tantúmmodo? Nequáquam erit istud "Et rursum respóndit David et ait: "Scit profécto pater tuus quia invéni grátiam in óculis tuis et dixit: "Nésciat hoc Iónathan, ne forte tristétur." Quinímmo vivit Dóminus et vivit ánima tua, quia uno tantum gradu ego morsque divídimur". S'étant enfui des cellules qui sont à Rama, David vint dire en face à Jonathan: " Qu'ai-je donc fait, quelle a été ma faute, quel a été mon crime envers ton père pour qu'il en veuille à ma vie? " Il lui répondit: " Loin de toi cette pensée! Tu ne mourras pas. Mon père n'entreprend aucune chose, importante ou non, sans m'en faire la confidence. Pourquoi mon père m'aurait-il caché cette affaire? C'est impossible! " David fit ce serment: " Ton père sait très bien que j'ai ta faveur et il s'est dit: " Que Jonathan ne sache rien, de peur qu'il n'en soit peiné ". Mais, aussi vrai que vit le Seigneur et que tu vis toi-même, il n'y a qu'un pas entre moi et la mort. "
Et ait Iónathan ad David: "Veni, egrediámur foras in agrum." Cumque exíssent ambo in agrum, ait Iónathan ad David: "Vivit Dóminus, Deus Israel, investigábo senténtiam patris mei hoc fere témpore cras et peréndie; et si áliquid boni fúerit super David, et non statim míserim ad te et notum tibi fécerim, hæc fáciat Dóminus in Iónathan et hæc áugeat! Si autem perseveráverit patris mei malítia advérsum te, hoc quoque notum fáciam tibi et dimíttam te, ut vadas in pace." Jonathan dit à David: " Viens, sortons dans la campagne ", et ils sortirent tous deux dans la campagne. Jonathan dit à David: " Par le Seigneur, Dieu d'Israël! je sonderai mon père demain à la même heure: s'il en va bien pour David et si je n'envoie pas t'en faire confidence, que le Seigneur fasse à Jonathan ce mal et qu'il ajoute encore cet autre! S'il paraît bon à mon père d'amener le malheur sur toi, je t'en ferai confidence et je te laisserai aller; tu partiras sain et sauf. "
Ait Iónathan ad David: "Sit Dóminus tecum, sicut fuit cum patre meo. Et, si víxero, fácies mihi misericórdiam Dómini; si vero mórtuus fúero, non áuferas misericórdiam tuam a domo mea usque in sempitérnum, quando eradicáverit Dóminus inimícos David unumquémque de terra." Pépigit ergo fœdus Iónathan cum domo David dicens: "Requírat Dóminus de manu inimicórum David!" Et áddidit Iónathan ut fáceret David iuráre per dilectiónem suam erga illum; sicut ánimam enim suam, ita diligébat eum. Jonathan dit à David: " Que le Seigneur soit avec toi comme il fut avec mon père! Si je suis encore vivant, puisses-tu me témoigner une bonté du Seigneur; si je meurs, ne retire jamais ta bonté à ma maison. Quand le Seigneur supprimera de la face de la terre les ennemis de David, que le nom de Jonathan ne sois pas supprimé avec la maison de Saül, sinon le Seigneur en demandera compte à David. " Jonathan prêta de nouveau serment à David, parce qu'il l'aimait de toute son âme.
℟. Dóleo super te, frater mi, Iónatha, amábilis valde super amórem mulíerum, fórtior leónibus, velócior áquilis; * Ságitta Iónathæ numquam ábiit retrórsum. ℣. Saul et Iónathas, amábiles et decóri in vita sua, in morte quoque non sunt divísi. * Ságitta. ℣. Glória Patri. * Ságitta. ℟. J'ai de la peine pour toi, Jonathan, mon frère; notre amitié, si profonde, m'était plus chère que l'amour des femmes. Tu étais plus fort que le lion, plus rapide que l'aigle; * La flèche de Jonathan n'a jamais reculé! ℣. Saül et Jonathan, beaux, aimables durant leur vie; dans leur mort, non plus, ne furent pas séparés. * La flèche. ℣. Gloire au Père. * La flèche.
IN II NOCTURNO AU IIe NOCTURNE
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 52 (53) Psaume 52 (53)
Impiorum stultitia Défaite des impies
Omnes peccaverunt et egent gloria Dei (Rom 3, 23). Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Rom 3, 23).
Dixit insípiens in corde suo: «Non est Deus». † Corrúpti sunt et abominatiónes operáti sunt; * non est qui fáciat bonum. L'insensé dit dans son coeur : " il n'y a pas de Dieu ! " Ils sont corrompus, ils commettent des crimes abominables ; il n'en est aucun qui fasse le bien.
Deus de cælo prospéxit super fílios hóminum, * ut vídeat si est intéllegens aut requírens Deum. Dieu, du haut des cieux, regarde les fils de l'homme, pour voir s'il se trouve quelqu'un d'intelligent, quelqu'un qui cherche Dieu.
Omnes declinavérunt, simul corrúpti sunt; * non est qui fáciat bonum, non est usque ad unum. Tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul.
Nonne scient omnes, qui operántur iniquitátem, * qui dévorant plebem meam ut cibum panis? N'ont-ils pas de connaissance ceux qui commettent l'iniquité ? Ils dévorent mon peuple comme ils mangent du pain,
Deum non invocavérunt; * illic trepidavérunt timóre, et non erat timor. ils n'invoquent point Dieu ! Ils trembleront tout à coup d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante ;
Quóniam Deus dissipávit ossa eórum, qui te obsidébant * confúsi sunt, quóniám Deus sprevit eos. car Dieu a dispersé les os de celui qui campait contre toi ; tu les a confondus, car Dieu les a rejetés.
Quis dabit ex Sion salutáre Israel? † Cum convérterit Deus captivitátem plebis suæ, * exsultábit Iacob et lætábitur Israel. Oh ! puisse venir de Sion la délivrance d'Israël ! Quand Dieu ramènera les captifs de Son peuple, Jacob se réjouira, Israël sera dans l'allégresse.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 53 (54) Psaume 53 (54)
Imploratio auxilii Imploration à l'aide
Orat propheta, ut in nomine Domini a persequentium malignitate liberetur (Cassiodorus). Le prophète prie pour être délivré au nom du Seigneur de la malveillance de ses persécuteurs (Cassiodore).
Deus, in nómine tuo salvum me fac * et in virtúte tua iúdica me. O Dieu, sauve-moi par Ton nom, et rends-moi justice par Ta puissance.
Deus, exáudi oratiónem meam, * áuribus pércipe verba oris mei! O Dieu, écoute ma prière, prête l'oreille aux paroles de ma bouche.
Quóniam supérbi insurrexérunt advérsum me, † et fortes quæsiérunt ánimam meam * et non proposuérunt Deum ante conspéctum suum. Car des étrangers se sont levés contre moi, des hommes violents en veulent à ma vie ; ils ne mettent pas Dieu devant leurs yeux.
Ecce enim Deus ádiuvat me, * et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ. Voici que Dieu est mon secours; le Seigneur est le soutien de mon âme.
[Convérte mala super inimícos meos * et in veritáte tua dispérde illos.] [Il fera retomber le mal sur mes adversaires ; dans Ta vérité, anéantis-les ! ]
Voluntárie sacrificábo tibi, * confitébor nómini tuo, Dómine, quóniam bonum est; De tout cœur je T'offrirai des sacrifices ; je louerai Ton nom Seigneur car il est bon ;
quóniam ex omni tribulatióne erípuit me, * et super inimícos meos despéxit óculus meus. Il me délivre de toute angoisse, et mes yeux s'arrêtent avec joie sur mes ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 54 (55) Psaume 54 (55)
Contra perfidum amicum Contre un ami perfide
Coepit Iesus pavere et tædere (Mc 14, 33). Jésus commença à ressentir frayeur et angoisse (Mc 14, 33).
Auribus pércipe, Deus, oratiónem meam † et ne abscondáris a deprecatióne mea; * inténde mihi et exáudi me. O Dieu, prête l'oreille à ma prière, ne te dérobe pas à mes supplications. Ecoute-moi et réponds-moi !
Excússus sum in meditatióne mea et conturbátus sum * a voce inimíci et a tribulatióne peccatóris. J'erre çà et là, plaintif et gémissant, devant les menaces de l'ennemi, devant l'oppression du méchant !
Quóniam devolvérunt in me iniquitátem * et in ira molésti erant mihi. Car ils font tomber sur moi le malheur, et ils me poursuivent avec colère.
Cor meum torquétur intra me, * et formído mortis cécidit super me. Mon coeur tremble au dedans de moi, et sur moi fondent les terreurs de la mort.
Timor et tremor venérunt super me, * et contéxit me pavor. La crainte et l'épouvante m'assaillent, et le frisson m'enveloppe.
Et dixi: «Quis dabit mihi pennas sicut colúmbæ, * et volábo et requiéscam? Et je dis : Oh ! si j'avais les ailes de la colombe, je m'envolerais et m'établirais en repos ;
Ecce elongábo fúgiens * et manébo in solitúdine. voici que je fuirais bien loin, et je demeurerais dans la solitude.
Exspectábo eum, qui salvum me fáciat * a spíritu procéllæ et tempestáte». je me hâterais de chercher un asile, loin du vent impétueux, loin de l'ouragan.
Díssipa, Dómine, dívide línguas eórum, * quóniam vidi violéntiam et contentiónem in civitáte. Réduis-les à néant, Seigneur, divise leurs langues ! car je vois dans la ville la violence et la discorde.
Die ac nocte circúmeunt eam super muros eius, † iníquitas et labor et insídiæ in médio eius; * et non defécit de platéis eius frauduléntia et dolus. Jour et nuit ils font le tour de ses remparts ; l'iniquité et la vexation sont au milieu d'elle, la perversité est dans son sein l'oppression et l'astuce ne quittent point ses places.
Quóniam si inimícus meus maledixísset mihi, * sustinuíssem útique; Car ce n'est pas un ennemi qui m'outrage : je le supporterais ;
et si is, qui óderat me, super me magnificátus fuísset, * abscondíssem me fórsitan ab eo. ce n'est pas un adversaire qui s'élève contre moi : je me cacherais devant lui.
Tu vero, homo coæquális meus, * familiáris meus et notus meus, Mais toi, tu étais un autre moi-même, mon confident et mon ami.
qui simul habúimus dulce consórtium: * in domo Dei ambulávimus in concúrsu. Nous vivions ensemble dans une douce intimité, nous allions avec la foule à la maison de Dieu.
[Véniat mors super illos, et descéndant in inférnum vivéntes, Que la mort les surprenne, qu'ils descendent vivants au schéol !
quóniam nequítiae in habitáculis eórum, in médio eórum. ] Car la méchanceté est dans leur demeure, au milieu d'eux. ]
Ego autem ad Deum clamábo, * et Dóminus salvábit me. Pour moi, je crie vers Dieu, et le Seigneur me sauvera.
Véspere et mane et merídie meditábor et ingemíscam, * et exáudiet vocem meam. Le soir, le matin, au milieu du jour, je me plains, je gémis, et il entendra ma voix.
Rédimet in pace ánimam meam ab his, qui impúgnant me, * quóniam in multis sunt advérsum me. Il délivrera en paix mon âme du combat qui m'est livré, car ils sont nombreux ceux qui me font la guerre.
Exáudiet Deus et humiliábit illos, * qui est ante sæcula. Dieu entendra, et il les humiliera, lui qui est avant les siècles.
Non enim est illis commutátio, * et non timuérunt Deum. Car il n'y a point en eux de changement, et ils n'ont pas la crainte de Dieu.
Exténdit manum suam in sócios; * contaminávit foedus suum. il porte la main sur ceux qui étaient en paix avec lui, il viole son alliance.
Lene super butyrum est os eius, * pugna autem cor illíus: De sa bouche sortent des paroles douces comme le lait, et la guerre est dans son coeur.
mollíti sunt sermónes eius super óleum, * et ipsi sunt gládii destrícti. Ses discours sont plus onctueux que l'huile, mais ce sont des épées nues.
Iacta super Dóminum curam tuam, † et ipse te enútriet; * non dabit in ætérnum fluctuatiónem iusto. Remets ton sort au Seigneur, et il te soutiendra ; il ne laissera pas à jamais chanceler le juste.
Tu vero, Deus, dedúces eos * in púteum intéritus. Et toi, ô Dieu, tu les feras descendre dans la fosse de perdition ;
Viri sánguinum et dolósi non dimidiábunt dies suos; * ego autem sperábo in te, Dómine. les hommes de sang et de ruse ne verront pas la moitié de leurs jours ; pour moi, je mets en toi ma confiance.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 55 (56), 2-7a. 9-14 Psaume 55 (56), 2-7a. 9-14
Fiducia in Domini verbo collocata Confiance dans le Seigneur et en Sa parole.
Christus in passione monstratur (S. Hieronymus). Le Christ montré dans Sa passion (S. Jérôme).
Miserére mei, Deus, quóniam conculcávit me homo, * tota die impúgnans oppréssit me. Aie pitié de moi, ô Dieu, car l'homme s'acharne après moi ; tout le jour on me fait la guerre, on me persécute.
Conculcavérunt me inimíci mei tota die, * quóniam multi pugnant advérsum me, Altíssime. Tout le jour mes adversaires me harcèlent ; car ils sont nombreux ceux qui me combattent le front levé.
In quacúmque die timébo, * ego in te sperábo. Quand je suis dans la crainte, je me confie en Toi.
In Deo, cuius laudábo sermónem, † in Deo sperávi; * non timébo: quid fáciet mihi caro? Par le secours de Dieu, je célébrerai l'accomplissement de Sa parole ; je me confie en Dieu, je ne crains rien : que ferait contre moi la chair ?
Tota die rem meam perturbábant, * advérsum me omnes cogitatiónes eórum in malum. Sans cesse ils enveniment mes paroles, toutes leurs pensées sont contre moi pour me perdre.
Concitábant iúrgia, insidiabántur, * ipsi calcáneum meum observábant. Ils complotent, ils postent des espions, ils observent mes traces.
Sicut quaesiérunt ánimam meam, † ita pro iniquitáte retríbue illis, * in ira pópulos prostérne, Deus. Chargés de tant de crimes, échapperont-ils ? Dans Ta colère, ô Dieu, abats les peuples !
Peregrinatiónes meas tu numerásti: † pone lácrimas meas in utre tuo; * nonne in supputatióne tua? Tu as compté les pas de ma vie errante, Tu as recueilli mes larmes dans Ton outre ; ne sont-elles pas inscrites dans Ton livre?
Tunc converténtur inimíci mei retrórsum, † in quacúmque die invocávero: * ecce cognóvi quóniam Deus meus es. Alors mes ennemis retourneront en arrière, au jour où je T'invoquerai ; je le sais, Dieu est pour moi.
In Deo, cuius laudábo sermónem, * in Dómino, cuius laudábo sermónem, Par le secours de Dieu. Je célébrerai l'accomplissement de Sa parole ; dans le Seigneur, je célébrerai l'accomplissement de Sa promesse,
in Deo sperávi; * non timébo: quid fáciet mihi homo? en Dieu j'espère, je ne crains rien : Que peut me faire un faible mortel ?
Super me sunt, Deus, vota tua; * reddam laudatiónes tibi, Les vœux que je T'ai faits, ô Dieu, j'ai à les acquitter; je T'offrirai des sacrifices d'actions de grâces.
quóniam eripuísti ánimam meam de morte † et pedes meos de lapsu, * ut ámbulem coram Deo in lúmine vivéntium. Car Tu as délivré mon âme de la mort, - n'as-Tu pas préservé mes pieds de la chute - afin que je marche devant Dieu à la lumière des vivants ?
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 57
Iniquorium iudicum obiurgatio
Nolite ante tempus quidquam iudicare, quoadusque veniat Dominus (I Cor 4,5).
Numquid vere, poténtes, iustítiam loquímini, * recte iudicátis fílios hóminum?
Étenim in corde iniquitátes operámini, * in terra violéntiam manus vestrae concínnant. Alienáti sunt peccatóres ab útero; * Venénum illis in similitúdinem serpéntis, * sicut áspidis surdae et obturántis aures suas, quae non exáudiet vocem incantántium * et venéfici incantántis sapiénter.
Deus, cóntere dentes eórum in ore ipsórum; * molas leónum confrínge, Dómine.
Díffluant tamquam aqua decúrrens, * sicut fenum conculcátum aréscant.
Sicut limax, quae tabéscens transit, * sicut abortívum mulíeris, quod non vidit solem. Priúsquam séntiant ollae vestrae rhamnum, * sicut vivéntes, sicut ardor irae absórbet eos.
Laetábitur iústus, cum víderit vindíctam, * pedes suos lavábit in sánguine peccatóris. Et dicet homo: “Utíque est fructus iústo, * útique est Deus iúdicans eos in terra.”
“Audi, pópulus meus, et loquar, Israel, et testificábor advérsum te: * Deus, Deus tuus, ego sum.
Non in sacrifíciis tuis árguam te; * holocáusta enim tua in conspéctu meo sunt semper.
Non accípiam de domo tua vítulos * neque de grégibus tuis hircos.
Quóniam meae sunt omnes ferae silvárum, * iumentórum mille in móntibus.
Cognóvi ómnia volatília caeli; * et, quod movétur in agro, meum est.
Si esuríero non dicam tibi; * meus est enim orbis terrae et plenitúdo eíus.
Numquid manducábo carnes taurórum * aut sánguinem hircórum potábo?
Ímmola Deo sacrifícium laudis * et redde Altíssimo vota tua;
et ínvoca me in die tribulatiónis: * éruam te, et honorificábis me.”
Peccatóri autem dixit Deus: “quáre tu enárras praecépta mea * et assúmis testaméntum meum in os tuum?
Tu vero odísti disciplínam * et proiecísti sermónes meos retrórsum.
Si vidébas furem, currébas cum eo; * et cum adúlteris erat pórtio tua.
Os tuum dimittébas ad malítiam, * et lingua tua concinnábat dolos.
Sedens advérsus fratrem tuum loquebáris * et advérsus fílium matris tuae proferébas oppróbrium.
Haec fecísti, et tácui. Existimásti quod eram tui símilis. * Árguam te et státuam illa contra fáciem tuam.
Intellégite haec, qui obliviscímini Deum, * ne quando rápiam, et non sit qui erípiat. Qui immolábit sacrifícium laudis, honorificábit me; et, qui immaculátus est in via, * osténdam illi salutáre Dei.”
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers Son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
℣. Bonitátem et prudéntiam et sciéntiam doce me.
℟. Quia præceptis tuis crédidi.
℣. Enseigne moi la prudence, la bonté et la connaissance.
℟. Car j'ai cru en Tes commandements.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Lectio brevis (1 Io 4,14-15)
Nos vídimus et testificámur quóniam Pater misit Fílium salavatórem mundi. Quisque confessus fúerit : " Iesus est Filius Dei", Deus in ipso manet et ipse in Deo.
 Vel:  Ou :
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Spéculo caritátis beáti Ælrédi abbátis (Lib. 3, 29: PL 195, 602-603) Le miroir de la charité du bienheureux Ælred de Rievaulx
Optimus adoléscens Iónathas, non in patris iniúriam consílium, quo David neci destináverat, eidem sacro fœdere copulátus pródidit; sed rationálem afféctum naturáli legítimo iure præpósuit. Nec mirum, si amíci grátia in eius sacratíssimo péctore patris obliteráverit afféctum; ob quam própriam, ut putabátur, iniúriam immutábili virtúte contémpsit. Dénique David fugiénti a fácie Saul eum in secretióribus locis vir invíctæ charitátis occúrreret, patris ei consília proditúrus, inter ampléxus et óscula cum se mútuis lácrymis perfudíssent, ac pio fletu pium protestaréntur afféctum, renováto rursus fœdere íntulit Iónathas. Tu quidem eris rex, ego autem ero secúndus post te. Ce n'était pas pour faire du tort à son père que le jeune et excellent Jonathan révéla à David - auquel il était lié par un pacte sacré - le dessein qu'avait son père de le faire mourir, mais il fit passer à bon droit l'attrait raisonnable avant l'attrait naturel. Si la bienveillance pour un ami a éclipsé dans son cœur très saint l'affection pour son père, il n'est pas étonnant non plus qu'il ait, avec un courage indéfectible, méprisé le tort que cela allait, pensait-il, lui causer à lui-même. Quand, par la suite, cet homme d'une charité invincible courut au devant de David qui fuyait Saül et lui révéla en un lieu secret les desseins de celui-ci, quand, parmi les embrassades et les baisers, ils pleurèrent ensemble et par de pieuses larmes, se rendirent le témoignage d'une affection dévouée, après avoir renouvelé leur pacte, Jonathan lança ces mots: C'est toi qui seras roi, et moi je serai le second après toi.
O virum summis láudibus efferéndum! Virum expértem invídiæ, cupiditátis vácuum, qui amícum regno prætulit; qui quod videbátur suum esse, vóluit aliénum. Ego, inquit, ero secúndus post te. O summæ humilitátis pectus! Vir régii séminis, cui ex successióne sperabátur hæréditas; cui spem áuxerant cúlminis potiúndi genus, virtus, mílitum grátia, pópuli favor, ipsíus étiam mirábilis fama triúmphi, quo uno tantum fulcítus cómite armátos cúneos ágminis hostílis invásit, ac suæ genti insperátam victóriam reportávit, infra servum semet deíciens: Ego, inquit, ero secúndus post te. Hic, inquam, in cuius láudibus adhuc cánitur: Sagítta Iónathæ nunquam ábiit retrórsum, et gládius eius non est revérsus inánis; quasi se ipsum nésciens ut sciret amícum: Tu, inquit, eris rex, et ego ero secúndus post te. Quel homme digne des plus grands éloges! Voilà un homme qui ignore la jalousie, qui est libre de toute convoitise: il fit passer un ami avant un royaume, et il voulut qu'aille à un autre ce qui était considéré comme lui appartenant. Et moi, dit-il, je serai le second après toi. Ô cœur d'une profonde humilité! Un homme de sang royal qui, par droit de succession, pouvait espérer l'héritage, dont l'espoir d'accéder au faîte du pouvoir était renforcé par sa noble naissance, son courage, l'estime de l'armée, la faveur du peuple, et même la renommée de l'exploit qu'il accomplit en attaquant, avec un seul écuyer, les troupes ennemies rangées pour le combat, et en remportant pour sa nation une victoire inespérée, un tel homme, s'abaissant lui-même plus bas qu'un serviteur, lui dit: Moi, je serai le second après toi. Lui, dis-je, dont on fait encore l'éloge en chantant: La flèche de Jonathan n'est jamais retournée en arrière, et son épée n'est jamais revenue en vain, comme s'il s'ignorait lui-même pour ne connaître que son ami, il lui dit: C'est toi qui sera roi, et moi je serai le second après toi.
Quis, rogo, hæc étiam de uteríno suo fratre sine immáni saltem cogitáret invídia? Quis amíci causa totam spem in desperatiónem dedúceret? Fílii patriárchæ Iacob, patérnæ grátiæ, qua unus cæteris dúlcius fovebátur, immoderátius invidéntes, servitútem fratri, patri summam invexére tristítiam. Primus ille pontíficum cum soróre prophetíssa prævéntus, ni fallor, invídia, fratri mansuetíssimo détrahens, vix ipso oránte Móyse divínam ultiónem evásit. Sapientíssimus Sálomon fratrem mulum regni, accépta quálibet occasióne, delévit; Iónathas solus infra amícum, patrem, pátriam regnúmque despíciens: Tu, inquit, eris rex, et ego ero secúndus post te. Qui, je le demande, pourrait avoir de telles pensées, même à l'égard de son frère par le sang, et ne pas en éprouver, pour le moins, une profonde jalousie? Qui renoncerait à un si grand espoir à cause d'un ami? Les fils du patriarche Jacob, démesurément jaloux de la bienveillance que leur père témoignait plus tendrement à l'un d'entre eux, condamnèrent leur frère à l'esclavage et leur père à une immense tristesse. Le premier des grands prêtres, poussé - si je ne m'abuse - par sa sœur prophétesse à dénigrer par jalousie son très doux frère, n'échappa de justesse à la colère divine que grâce à la prière de Moïse lui-même. Le très sage Salomon profita d'une occasion pour supprimer son frère qui était son rival quant à la royauté. Seul Jonathan eut moins d'estime pour un père, une patrie, un royaume, que pour un ami: C'est toi, dit-il, qui sera roi, et moi je serai le second après toi.
℟. Montes Gélboe, nec ros nec plúvia véniant super vos, * Ubi cecidérunt fortes Israel. ℣. Omnes montes in circúitu eius vísitet Dóminus, a Gélboe tránseat, * Ubi. ℣. Glória Patri. * Ubi. ℟. Ô monts de Gelboé, que ne viennent sur vous ni pluie ni rosée, * Là où sont tombés les héros d'Israël! ℣. Que le Seigneur visite les montagnes tout alentour, mais qu'il s'écarte de Gelboé, * Là. ℣. Gloire au Père. * Là.
Hymnus Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen. A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori. Oraison du jour avec la conclusion longue.
Deus, qui in Fílii tui humilitáte iacéntem mundum erexísti, fidélibus tuis sanctam concéde lætítiam, ut, quos eripuísti a servitúte peccáti, gáudiis fácias pérfrui sempitérnis. Per Dóminum. Ô Dieu, qui par l'abaissement de Ton Fils as relevé le monde abattu, accorde [Ta] sainte joie à Tes fidèles, afin de faire jouir des joies éternelles ceux que Tu as arrachés à la servitude du péché.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word