Vigiles (OSB) du vendredi 19 juillet 2019 -

Hebdomada XV per annum XVème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro secúndo Samuélis Du second livre de Samuel
Factum est verténte anno, eo témpore quo solent reges ad bella procédere, misit David Ioab et servos suos cum eo et univérsum Israel, et vastavérunt fílios Ammon et obsedérunt Rabba; David autem remánsit in Ierúsalem. Et factum est véspere, ut súrgeret David de strato suo et deambuláret in solário domus régiæ. Vidítque de solário mulíerem se lavántem; erat autem múlier pulchra valde. Misit ergo rex et requisívit quæ esset múlier; nuntiatúmque ei est quod ipsa esset Bethsábee fília Elíam uxor Uríæ Hetthæi. Missis ítaque David núntiis, tulit eam; quæ cum ingréssa esset ad illum, dormívit cum ea, quæ se sanctificáverat ab immundítia sua. Et revérsa est domum suam; cum autem concepísset, mittens nuntiávit David et ait: "Concépi." Au retour de l'année, au temps où les rois se mettent en campagne, David envoya Joab et avec lui sa garde et tout Israël: ils massacrèrent les Ammonites et mirent le siège devant Rabba. Cependant David restait à Jérusalem. Il arriva que, vers le soir, David, s'étant levé de sa couche et se promenant sur la terrasse du palais, aperçut, de la terrasse, une femme qui se baignait. Cette femme était très belle. David fit prendre des informations sur cette femme, et on répondit: " Mais c'est Bethsabée, fille d'Éliam et femme d'Urie le Hittite! " Alors David envoya des émissaires et la fit chercher. Elle vint chez lui et il coucha avec elle, alors qu'elle venait de se purifier de ses règles. Puis elle retourna dans sa maison. La femme conçut et elle envoya dire à David: " Je suis enceinte! "
Misit autem David ad Ioab dicens: "Mitte ad me Uríam Hetthum." Misítque Ioab Uríam ad David, et venit Urías ad David. Quæsivítque David quam recte ágeret Ioab et pópulus et quómodo administrarétur bellum; et dixit David ad Uríam: "Descénde in domum tuam et lava pedes tuos." Et egréssus est Urías de domo regis; secutúsque est eum cibus régius. Dormívit autem Urías ante portam domus régiæ cum áliis servis dómini sui et non descéndit ad domum suam. Alors David expédia un message à Joab: " Envoie-moi Urie le Hittite ", et Joab envoya Urie à David. Lorsqu'Urie fut arrivé auprès de lui, David demanda comment allaient Joab et l'armée et la guerre. Puis David dit à Urie: " Descends à ta maison et lave-toi les pieds. " Urie sortit du palais, suivi d'un présent de la table royale. Mais Urie coucha à la porte du palais avec tous les gardes de son maître et ne descendit pas à sa maison.
Nuntiatúmque est David a dicéntibus: "Non ivit Urías ad domum suam." Et ait David ad Uríam: "Numquid non de via venísti? Quare non descendísti ad domum tuam?" Et ait Urías ad David: "Arca et Israel et Iuda hábitant in papiliónibus, et dóminus meus Ioab et servi dómini mei super fáciem terræ manent; et ego ingrédiar domum meam, ut cómedam et bibam et dórmiam cum uxóre mea? Per salútem tuam et per salútem ánimæ tuæ, non fáciam rem hanc!" Ait ergo David ad Uríam: "Mane hic étiam hódie, et cras dimíttam te." Mansit Urías in Ierúsalem die illa et áltera. Vocávit enim eum David, ut coméderet coram se et bíberet, et inebriávit eum. Qui egréssus véspere dormívit in strato suo cum servis dómini sui et in domum suam non descéndit. On en informa David: " Urie, lui dit-on, n'est pas descendu à sa maison. " David demanda à Urie: " N'arrives-tu pas de voyage? Pourquoi n'es-tu pas descendu à ta maison? " Urie répondit à David: " L'arche, Israël et Juda logent sous les huttes, mon maître Joab et la garde de Monseigneur campent en rase campagne, et moi j'irais à ma maison pour manger et boire et coucher avec ma femme! Aussi vrai que le Seigneur est vivant et que tu vis toi-même, je ne ferai pas une chose pareille! " Alors David dit à Urie: " Reste encore aujourd'hui ici, et demain je te donnerai congé. " Urie resta donc à Jérusalem ce jour-là. Le lendemain, David l'invita à manger et à boire en sa présence et il l'enivra. Le soir Urie sortit et s'étendit sur sa couche avec les gardes de son maître, mais il ne descendit pas à sa maison.
Factum est mane, et scripsit David epístulam ad Ioab misítque per manum Uríæ scribens in epístula: "Pónite Uríam in prima ácie, ubi fortíssimum est prœlium, et recédite ab eo, ut percússus intéreat." Igitur cum Ioab obsidéret urbem, pósuit Uríam in loco quo sciébat viros esse fortíssimos. Egressíque viri de civitáte bellábant advérsum Ioab; et cecidérunt de pópulo, de servis David, et mórtuus est étiam Urías Hetthæus. Le matin, David écrivit une lettre à Joab et la fit porter par Urie. Il écrivait dans la lettre: " Mettez Urie au plus fort de la mêlée et reculez derrière lui: qu'il soit frappé et qu'il meure. " Joab, qui bloquait la ville, plaça Urie à l'endroit où il savait que se trouvaient de vaillants guerriers. Les gens de la ville firent une sortie et attaquèrent Joab. Il y eut des tués dans l'armée, parmi les gardes de David, et Urie le Hittite mourut aussi.
R/. Nathan prophéta misit Dóminus ad David regem propter peccátum quod gessit in Bethsabée; * Ipsúmque etiam misit, ne idem rex cónderet Dómino templum. V/. Quia contémpsit verbum Dómini, ídeo non est permíssus ut ædificáret. * Ipsúmque. V/. Glória Patri. * Ipsúmque. R/. Le Seigneur envoya le prophète Nathan au roi David, à cause du péché qu'il avait commis avec Bethsabée; * C'est Nathan lui-même que le Seigneur envoya, pour que ce roi-là ne lui bâtisse pas de temple. V/. Comme David avait méprisé la parole du Seigneur, il n'eut pas la permission de construire. * C'est Nathan. V/. Gloire au Père. * C'est Nathan.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Catechésibus sancti Cyrílli Hierosolymitáni epíscopi (Cat. 1, 2. 5: PG 33, 371-378) Catéchèse de saint Cyrille de Jérusalem
Si quis est peccáti servus, parátus sit per fidem ad ingénuam adoptiónis filiórum regeneratiónem; et depósita peccatórum servitúte péssima, ac felicíssimam Dómini servitútem consecútus, regni cæléstis hereditáte potiúnda dignus censeátur. Exúite per confessiónem véterem hóminem qui corrúmpitur secúndum desidéria erróris, ut induátis novum, qui renovátur secúndum agnitiónem eius qui creávit illum. Arrhabónem Spíritus Sancti acquírite per fidem, ut possítis in ætérnas récipi mansiónes. Si quelqu'un est l'esclave du péché, que la foi le dispose immédiatement à la régénération libératrice de l'adoption filiale, qu'il dépose le funeste esclavage du péché, acquière le bienheureux esclavage du Seigneur et soit ainsi jugé digne d'avoir en héritage le royaume des cieux. Dépouillez par la confession le vieil homme qu'égare la poursuite des passions trompeuses, pour revêtir le nouveau, celui qui est renouvelé selon la connaissance de son Créateur. Acquérez par la foi les arrhes de l'Esprit Saint afin de pouvoir être reçus dans les demeures éternelles.
Quibus enim adhuc peccatórum aspéritas in villósæ cutis modum adhæréscit, illi a sinístris consístent, eo quod ad grátiam Dei, quæ in lavácri regeneratióne per Christum datur, non accésserint. Regeneratiónem porro non córporum dico, sed spiritálem ánimæ iterátam nativitátem. Córpora enim per visíbiles paréntes generántur, ánimæ vero regenerántur per fidem; nam Spíritus ubi vult spirat. Tumque si dignus efficiáre, licébit tibi audíre: Bene, serve bone et fidélis; cum vidélicet nullam habens in consciéntia simulatiónis impuritátem fúeris deprehénsus. Car ceux qu'enveloppe encore la rugosité des péchés, ceux-là sont à la gauche du Christ, pour ne s'être pas approchés de la grâce de Dieu donnée par le Christ à la suite de la régénération du baptême. J'entends parler non de régénération corporelle, mais de la régénération spirituelle de l'âme. Les corps sont en effet engendrés par des parents que l'on voit, tandis que les âmes sont réengendrées par la foi. L'Esprit souffle où il veut. Et donc tu peux entendre, si tu en es digne: Bien, serviteur bon et fidèle; dès lors que ta conscience est reconnue exempte de toute souillure d'hypocrisie.
Tempus præsens est tempus confessiónis. Confitére quæ perpetrásti, sive verbo, sive ópere; sive nocte, sive die. Confitére in témpore acceptábili, et in die salútis súscipe cæléstem thesáurum. Munda vas tuum, ut grátiam cápiat abundantiórem; remíssio enim peccatórum ex æquo datur ómnibus; communicátio vero Spíritus Sancti, secúndum proportiónem uniuscuiúsque fídei concéditur. Si parum laboráveris, parum accípies; si vero multa operátus fúeris, multa erit merces. Tibi ipsi curris, tibi conveniéntia próspice. C'est actuellement le temps de la confession. Confesse tes fautes de paroles et d'action, celles de la nuit comme celles du jour. Confesse-les dans le temps favorable, et au jour du salut reçois le trésor céleste. Purifie l'intérieur du réceptacle pour recevoir une grâce plus abondante. Car la rémission des péchés est également donnée à tous, mais la participation à l'Esprit Saint est accordée selon la mesure de la foi de chacun. Si tu te donnes peu de mal, tu recueilles peu; si tu travailles beaucoup, important sera ton salaire. Tu cours pour toi-même; veille à ton intérêt.
R/. Peccávi super númerum arénæ maris, et multiplicáta sunt peccáta mea; et non sum dignus vidére altitúdinem cæli præ multitúdine iniquitátis meæ, quóniam irritávi iram tuam * Et malum coram te feci. V/. Quóniam iniquitátem meam ego agnósco, et delíctum meum coram me est semper; tibi soli peccávi. * Et malum. V/. Glória Patri. * Et malum. R/. J'ai péché, j'ai commis faute sur faute, en plus grand nombre que les grains de sable au bord des mers; je ne suis pas digne de contempler la hauteur des cieux, vu l'ampleur de mon iniquité, car j'ai provoqué ton indignation, * Ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. V/. Oui, je reconnais mon péché, ma faute est toujours devant moi; contre toi seul, j'ai péché. * Ce qui est mal. V/. Gloire au Père. * Ce qui est mal.