Vigiles (OSB) du samedi 20 juillet 2019 - de la férie

Hebdomada XV per annum XVème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro secúndo Samuélis Du second livre de Samuel
In diébus illis: Misit Dóminus Nathan ad David. Qui cum venísset ad eum, dixit ei: "Duo viri erant in civitáte una, unus dives et alter pauper. Dives habébat oves et boves plúrimos valde. Pauper autem nihil habébat omníno præter ovem unam párvulam, quam émerat et nutríerat, et quæ créverat apud eum cum fíliis eius simul de pane illíus cómedens et de cálice eius bibens et in sinu illíus dórmiens; erátque illi sicut fília. Cum autem peregrínus quidam venísset ad dívitem, parcens ille súmere de óvibus et de bobus suis, ut exhibéret convívium peregríno illi qui vénerat ad se, tulit ovem viri páuperis et præparávit cibos hómini qui vénerat ad se." Irátus autem indignatióne David advérsus hóminem illum nimis dixit ad Nathan: "Vivit Dóminus, quóniam fílius mortis est vir, qui fecit hoc; ovem reddet in quadruplum, eo quod fécerit istud et non pepércerit." Le Seigneur envoya le prophète Natân vers David. Il entra chez lui et lui dit: " Il y avait deux hommes dans la même ville, l'un riche et l'autre pauvre. Le riche avait petit et gros bétail en très grande abondance. Le pauvre n'avait rien du tout qu'une brebis, une seule petite qu'il avait achetée. Il la nourrissait et elle grandissait avec lui et avec ses enfants, mangeant son pain, buvant dans sa coupe, dormant dans son sein: c'était comme sa fille. Un hôte se présenta chez l'homme riche qui épargna de prendre sur son petit ou gros bétail de quoi servir au voyageur arrivé chez lui. Il vola la brebis de l'homme pauvre et l'apprêta pour son visiteur. " David entra en grande colère contre cette homme et dit à Natân: " Aussi vrai que le Seigneur est vivant, l'homme qui a fait cela est passible de mort! Il remboursera la brebis au quadruple, pour avoir commis cette action et n'avoir pas eu de pitié. "
Dixit autem Nathan ad David: "Tu es ille vir! Hæc dicit Dóminus, Deus Israel: Ego unxi te in regem super Israel et ego érui te de manu Saul; et dedi tibi domum dómini tui et uxóres dómini tui in sinu tuo dedíque tibi domum Israel et Iudæ et, si parva sunt ista, adíciam tibi multo maióra. Quare ergo contempsísti verbum Dómini, ut fáceres malum in conspéctu eius? Uríam Hetthæum percussísti gládio et uxórem illíus accepísti uxórem tibi et interfecísti eum gládio filiórum Ammon. Quam ob rem non recédet gládius de domo tua usque in sempitérnum, eo quod despéxeris me et túleris uxórem Uríæ Hetthi, ut esset uxor tua. Itaque hæc dicit Dóminus: Ecce ego suscitábo super te malum de domo tua et tollam uxóres tuas in óculis tuis et dabo próximo tuo, et dórmiet cum uxóribus tuis in óculis solis huius. Tu enim fecísti abscóndite; ego vero fáciam istud in conspéctu omnis Israel et in conspéctu solis." Natân dit alors à David: " Cet homme, c'est toi! Ainsi parle le Seigneur, Dieu d'Israël: Je t'ai oint comme roi d'Israël, je t'ai sauvé de la main de Saül, je t'ai livré la maison de ton maître, j'ai mis dans tes bras les femmes de ton maître, je t'ai donné la maison d'Israël et de Juda et, si ce n'est pas assez, j'ajouterai pour toi n'importe quoi. Pourquoi as-tu méprisé le Seigneur et fait ce qui lui déplaît? Tu as frappé par l'épée Urie le Hittite, sa femme tu l'as prise pour ta femme, lui tu l'as fait périr par l'épée des Ammonites. Maintenant l'épée ne se détournera plus jamais de ta maison, parce que tu m'as méprisé et que tu as pris la femme d'Urie le Hittite pour qu'elle devienne ta femme. Ainsi parle le Seigneur: Je vais, de ta propre maison, faire surgir contre toi le malheur. Je prendrai tes femmes sous tes yeux et je les livrerai à ton prochain, qui couchera avec tes femmes à la vue de ce soleil. Toi, tu as agi dans le secret, mais moi j'accomplirai cela à la face de tout Israël et à la face du soleil! "
Dixit David ad Nathan: "Peccávi Dómino." Dixítque Nathan ad David: "Dóminus quoque tránstulit peccátum tuum; non moriéris. Verúmtamen quóniam blasphemáre fecísti inimícos Dómini propter hoc, fílius, qui natus est tibi, morte moriétur." Et revérsus est Nathan domum suam. David dit à Natân: " J'ai péché contre le Seigneur! " Alors Natân dit à David: " De son côté, le Seigneur pardonne ta faute, tu ne mourras pas. Seulement, parce que tu as outragé le Seigneur en cette affaire, l'enfant qui t'est né mourra. " Et Natân s'en alla chez lui.
R/. Peccávi super númerum arénæ maris, et multiplicáta sunt peccáta mea; et non sum dignus vidére altitúdinem cæli præ multitúdine iniquitátis meæ, quóniam irritávi iram tuam * Et malum coram te feci. V/. Quóniam iniquitátem meam ego agnósco, et delíctum meum coram me est semper; tibi soli peccávi. * Et malum. V/. Glória Patri. * Et malum. R/. J'ai péché, j'ai commis faute sur faute, en plus grand nombre que les grains de sable au bord des mers; je ne suis pas digne de contempler la hauteur des cieux, vu l'ampleur de mon iniquité, car j'ai provoqué ton indignation, * Ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. V/. Oui, je reconnais mon péché, ma faute est toujours devant moi; contre toi seul, j'ai péché. * Ce qui est mal. V/. Gloire au Père. * Ce qui est mal.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Oratiónibus sancti Ansélmi epíscopi (Orat. 5: Op. omn. 3, 13-14) Prière de saint Anselme
Sancta et inter sanctos post Deum singuláriter sancta María, mater admirábilis virginitátis, virgo amábilis fœcunditátis, quæ Fílium Altíssimi genuísti, quæ pérdito humáno géneri Salvatórem peperísti, Dómina præfúlgens tanta sanctitáte, superéminens tanta dignitáte, quam útique certum est non minóri præditam esse poténtia et pietáte: tibi, o génetrix vitæ, o mater salútis, o templum pietátis et misericórdiæ, tibi sese conátur præsentáre miserábilis ánima mea, morbis vitiórum lánguida, vulnéribus facínorum scissa, ulcéribus flagitiórum pútrida. Sainte Marie et, parmi les saints, singulièrement sainte après Dieu, mère admirable de virginité, vierge aimable de fécondité, toi qui as engendré le Fils du Très-Haut, enfanté le Sauveur pour le genre humain en perdition, Dame qui étincelles de tant de sainteté, qui brilles par tant de dignité et dont il est certain que tu n'es pas moins douée de puissance et de tendresse, à toi, mère de la vie, mère du salut, temple de tendresse et de miséricorde, à toi mon âme misérable entend se présenter, alanguie par les maladies des vices, mutilée par les blessures des crimes, infectée par les ulcères des infamies.
Peccáta mea, nequítiæ meæ, si habétis ánimam meam vestro venéno perémptam, vel cur sic fácitis eam vestra fœditáte horréndam, ut miserátio non possit aspícere illam? Heu pudor sordéntis iniquitátis, in præséntia niténtis sanctitátis! Heu confúsio immúndæ consciéntiæ, in conspéctu fulgéntis mundítiæ. O tu benedícta super mulíeres, quæ ángelos vincis puritáte, sanctos súperas pietáte, anhélat moribúndus spíritus meus ad tantæ benignitátis respéctum, sed erubéscit ad tanti nitóris conspéctum. Vous, mes péchés, mes iniquités, si vous avez tué mon âme de votre venin, pourquoi l'avoir faite horrible de votre laideur au point que la pitié ne puisse la regarder? Honte d'une iniquité qui souille en présence d'une sainteté qui étincelle! Confusion d'une conscience impure sous les yeux d'une pureté qui rayonne! Ô toi, bénie plus que les femmes, qui vaincs les anges en pureté, surpasses en tendresse les saints, mon esprit moribond soupire après ton regard si bienveillant, mais rougit de regarder tant d'éclat.
Rogáre enim te, Dómina, desídero, ut miseratiónis tuæ respéctu cures plagas et úlcera peccatórum meórum, sed confúndor coram te ob fœtórem et sordes eórum. Hórreo, Dómina, parére tibi in immundítiis et horróribus meis, ne tu hórreas me pro eis, et non possum, væ mihi, vidéri sine eis. Fac, Dómina, exáudi me, Dómina, sana ánimam peccatóris servi tui per virtútem benedícti fructus ventris tui, qui sedet in déxtera omnipoténtis Patris sui, superlaudábilis et supergloriósus in sæcula. Je désire, Dame, te prier de guérir, d'un regard de ta pitié, les plaies et les ulcères de mes péchés, mais devant toi j'ai honte de leur puanteur et de leurs saletés. J'ai horreur, Dame, de me montrer à toi dans mes immondices et mes horreurs, craignant que tu n'aies horreur de moi à cause d'elles, mais - malheur à moi! - je ne puis être vu sans elles. Je t'en prie, Dame, exauce-moi, guéris l'âme du pécheur qui est ton servant, par la force du fruit béni de tes entrailles, lui qui siège à la droite de son Père tout-puissant au-dessus de toute louange et de toute gloire pour les siècles.
R/. Tibi soli peccávi et malum coram te feci; miserére mei, * Ut iustificéris, Dómine, in sermónibus tuis. V/. Amplius lava me, Dómine, ab iniustítia mea, et a delícto meo munda me. * Ut iustificéris. V/. Glória Patri. * Ut iustificéris. R/. Contre toi seul, j'ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. * Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice. V/. Lave-moi tout entier de ma faute, Seigneur, purifie-moi de mon offense. * Ainsi. V/. Gloire au Père. * Ainsi.