Vigiles (OSB) du mercredi 31 juillet 2019 - St Ignace de Loyola, prêtre

In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro primo Regum Du premier livre des Rois
Venit Róboam in Sichem; illuc enim congregátus erat omnis Israel ad constituéndum eum regem. At Ieróboam fílius Nabat, cum adhuc esset in Ægýpto prófugus a fácie regis Salomónis, audíto hoc núntio, revérsus est de Ægýpto. Miserúntque et vocavérunt eum. Venit ergo Ieróboam et omnis multitúdo Israel, et locúti sunt ad Róboam dicéntes: "Pater tuus duríssimum iugum impósuit nobis; tu ítaque nunc immínue páululum de império patris tui duríssimo, et de iugo gravíssimo quod impósuit nobis, et serviémus tibi." Qui ait eis: "Ite usque ad tértium diem, et revertímini ad me." Roboam se rendit à Sichem, car c'est à Sichem que tout Israël était venu pour le proclamer roi. (Dès que Jéroboam, fils de Nebat, fut informé - il était encore en Égypte, où il avait fui le roi Salomon - , il revint d'Égypte. On fit appeler Jéroboam et il vint, lui et toute l'assemblée d'Israël.) Ils parlèrent ainsi à Roboam: " Ton père a rendu pénible notre joug, allège maintenant le dur servage de ton père, la lourdeur du joug qu'il nous imposa, et nous te servirons! " Il leur dit: " Retirez-vous pour trois jours, puis revenez vers moi ", et le peuple s'en alla.
Venit ergo Ieróboam et omnis pópulus ad Róboam die tértia, sicut locútus fúerat rex dicens: "Revertímini ad me die tértia." Respondítque rex pópulo dura, derelícto consílio seniórum quod ei déderant, et locútus est eis secúndum consílium iúvenum dicens: "Pater meus aggravávit iugum vestrum, ego autem addam iugo vestro; pater meus cecídit vos flagéllis, ego autem cædam vos scorpiónibus." Jéroboam avec tout le peuple vint à Roboam le troisième jour, selon cet ordre qu'il avait donné: " Revenez vers moi le troisième jour. " Le roi fit au peuple une dure réponse, il rejeta le conseil que les anciens avaient donné et, suivant le conseil des jeunes, il leur parla ainsi: " Mon père a rendu pesant votre joug, moi j'ajouterai encore à votre joug; mon père vous a châtiés avec des lanières, moi je vous châtierai avec des fouets à pointes de fer. "
Non acquiévit rex Róboam pópulo, quóniam dispósitum erat a Dómino ut suscitáret verbum suum quod locútus fúerat in manu Ahíæ Silonítæ ad Ieróboam fílium Nabat. Videns ítaque omnis Israel quod noluísset eos audíre rex, respóndit ei dicens: "Quæ nobis pars in David vel quæ heréditas in fílio Isai? Vade in tabernácula tua, Israel! Nunc vide domum tuam, David!" Et ábiit Israel in tabernácula sua. Le roi Roboam n'écouta pas le peuple: c'était une intervention du Seigneur, pour accomplir la parole qu'il avait dite à Jéroboam fils de Nebat par le ministère d'Ahiyya de Silo. Quand les Israélites virent que le roi ne les écoutait pas, ils lui répliquèrent: " Quelle part avons-nous sur David? Nous n'avons pas d'héritage sur le fils de Jessé. À tes tentes, Israël! Et maintenant, pourvois à ta maison, David. " Et Israël s'en fut à ses tentes.
Super fílios autem Israel, quicúmque habitábant in civitátibus Iudæ, regnávit Róboam. Misit rex Róboam Adoníram, qui erat super servitútem; et lapidávit eum omnis Israel, et mórtuus est. Porro rex Róboam festínus ascéndit currum et fugit in Ierúsalem. Recessítque Israel a domo David usque in præséntem diem. Quant aux Israélites qui habitaient les villes de Juda, Roboam régna sur eux. Le roi Roboam dépêcha Adoram, le chef de la corvée, mais tout Israël le lapida et il mourut; alors le roi Roboam se vit contraint de monter sur son char pour fuir vers Jérusalem. Et Israël fut séparé de la maison de David, jusqu'à ce jour.
R/. Devastávit víneam tuam aper de silva, et singuláris ferus depástus est eam; vide, Dómine, et éxcita poténtiam tuam, * Ne péreat quod plantávit déxtera tua. V/. Dómine, Deus virtútum, convértere; réspice de cælo et vide, et vísita víneam istam. * Ne péreat. V/. Glória Patri. * Ne péreat. R/. Le sanglier des forêts ravage ta vigne, et les bêtes des champs la broutent. Regarde, Seigneur, réveille ta puissance: * Que ne soit pas détruit le cep que ta main a planté! V/. Seigneur, Dieu de l'univers, reviens! Du haut des cieux, regarde et vois: visite cette vigne, * Que ne soit pas détruit. V/. Gloire au Père. * Que ne soit pas détruit.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Actis a Ludovíco Consálvo ex ore sancti Ignátii excéptis (Cap 1, 5-8: cf. AS (Boll.) Julii VII 636) Autobiographie de saint Ignace de Loyola recueillie par Louis Gonsalvo
Cum esset inánium librórum mendaciúmque lectióni deditíssimus, qui sunt de egrégiis illústrium virórum gestis inscrípti, ubi se incólumem sensit, Ignátius nonnúllos ex iis, falléndi témporis grátia, sibi dari popóscit. At in ea domo nullus eius géneris liber invéntus est; quare illi is datus fuit, cui "Vita Christi" est títulus, et alter, qui "Flos sanctórum" inscríbitur, atque hi pátria lingua. Horum ígitur lectióne frequénti afféctum sibi nonnúllum comparávit erga res eas quæ illic scriptæ habebántur. Nonnúmquam étiam ab horum lectióne ánimum ad eas res cogitándas transferébat, quas superióri témpore légerat; nonnúmquam ad inánia illa ánimi sensa, quæ ante cogitáre erat sólitus, multáque huiúsmodi, prout illi sese obtulíssent. Ignace avait le goût de s'adonner très volontiers à la lecture de ces livres mondains et menteurs qu'on appelle romans de chevalerie. Se sentant dispos, il en demanda quelques-uns pour passer le temps. Mais dans toute la maison, on n'en trouva pas un seul de ceux qu'il avait coutume de lire; on lui apporta donc un ouvrage intitulé "Vie du Christ" et un florilège de la vie des saints, les deux livres écrits en espagnol. Il y faisait de fréquentes lectures et il éprouvait un certain attrait pour ce qu'on y racontait. Quand il s'interrompait, il réfléchissait tantôt à ce qu'il avait lu, tantôt aux choses du monde qui, auparavant, retenaient habituellement sa pensée.
Aderat ínterim divína misericórdia, quæ ex lectióne recénti his cogitatiónibus álias subiciébat. Cum enim vitam Christi Dómini nostri ac sanctórum légeret, tum apud se cogitábat, secúmque ita colligébat: "Quid si ego hoc ágerem, quod fecit beátus Francíscus? Quid si hoc, quod beátus Domínicus?" Atque ita multa ánimo tractábat. Perstábant autem hæ cogitatiónes satis diu, ac deínde, rebus áliis interpósitis, inánia illa et sæculária succedébant, quæ et ipsa longo témporis spátio protrahebántur. Diu ista cogitatiónum succéssio illum detínuit. Notre Seigneur néanmoins dans sa miséricorde venait à son secours et, à ces pensées, en faisait succéder d'autres, nées de ses lectures. En effet, en lisant la vie du Christ notre Seigneur et des saints, il se prenait à penser et à dire en lui-même: " Et si je faisais ce que fit saint François et ce que fit saint Dominique? " Ces considérations elles aussi duraient tout un temps, puis d'autres occupations les interrompaient et les pensées futiles et mondaines évoquées plus haut lui revenaient à l'esprit; à elles aussi il s'arrêtait longuement. Ces pensées si diverses se succédèrent longtemps en lui.
Sed in his cogitatiónibus hoc discrímen erat quod, cum sæculáribus inténderet, magna voluptáte capiebátur; at ubi fessus destitísset, mæstum se atque áridum sentiébat: cum vero de profectióne Hierosolymítica, deque herbis tantum comedéndis aliísque huiúsmodi rigóribus sectándis, quibus usos viros sanctos animadvertébat, cogitáret, non tunc solum cum ea ánimo versábat, voluptátem ánimo capiébat, sed ubi deposuísset, lætum se inveniébat. Il y avait pourtant entre elles cette différence: à penser aux choses du monde il prenait grand plaisir, mais, lorsque, par lassitude, il les laissait, il restait sec et mécontent; au contraire, à la pensée de se rendre nu-pieds à Jérusalem, de ne manger que des herbes et de se livrer à toutes les autres austérités qu'il voyait pratiquées par les saints, non seulement il trouvait la consolation sur le moment, mais il restait content et joyeux après l'avoir abandonnée.
R/. Iste homo perfécit ómnia quæ locútus est ei Deus, et dixit ad eum: * Ingrédere in réquiem meam, quia te vidi iustum coram me ex ómnibus géntibus. V/. Iste est qui contémpsit vitam mundi et pervénit ad cæléstia regna.* Ingrédere. V/. Glória Patri. * Ingrédere. R/. Cet homme a fait tout ce que Dieu lui avait commandé, alors le Seigneur lui a dit: * Entre dans mon repos car, à mes yeux, parmi tous les peuples, tu es un homme juste. V/. Pour avoir méprisé sa vie en ce monde, il a gagné le royaume des cieux. * Entre. V/. Gloire au Père. * Entre.