affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du vendredi 6 septembre 2019 -

Hebdomada XXII per annum XXIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
éditer éditer
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro Amos Prophétæ Du livre d'Amos
Audíte verbum istud, quod ego levo super vos, planctum, domus Israel: Cécidit, non adíciet ut resúrgat virgo Israel; proiécta est in terram suam, non est qui súscitet eam. Quia hæc dicit Dóminus Deus: "Urbs de qua egrediebántur mille, relinquéntur in ea centum; et de qua egrediebántur centum, relinquéntur in ea decem pro domo Israel "Quia hæc dicit Dóminus dómui Israel: "Quærite me et vivétis; et nolíte qurere Bethel et in Gálgalam nolíte intráre et in Bersábee nolíte transíre, quia Gálgala captíva ducétur et Bethel erit iníquitas." Écoutez cette parole que je profère contre vous, une lamentation, maison d'Israël: Elle est tombée, elle ne se relèvera plus, la vierge d'Israël! Elle est étendue sur son sol, personne pour la relever! Car ainsi parle le Seigneur Dieu: La ville qui mettait en campagne mille hommes n'en aura plus que cent, et celle qui en mettait cent n'en aura plus que dix, pour la maison d'Israël. Car ainsi parle le Seigneur à la maison d'Israël: Cherchez-moi et vous vivrez! Mais ne cherchez pas Béthel, n'allez pas à Gilgal, ne passez pas à Bersabée; car Gilgal ira en déportation et Béthel deviendra néant.
Quærite Dóminum et vívite; ne forte invádat sicut ignis domum Ioseph, et dévoret, et non sit qui exstínguat Bethel. Qui convértunt in absínthium iudícium et iustítiam in terram deíciunt. Qui facit stellas Plíadis et Oriónem et convértit in mane ténebras et diem in noctem obscúrat; qui vocat aquas maris et effúndit eas super fáciem terræ: Dóminus nomen eius. Qui micáre facit vastitátem super robústum et vastitátem super arcem affert. Odio habuérunt corripiéntem in porta, et loquéntem perfécte abomináti sunt. Idcírco, pro eo quod conculcástis páuperem et portiónem fruménti abstulístis ab eo, domos quadro lápide ædificástis et non habitábitis in eis, víneas plantástis amantíssimas et non bibétis vinum eárum. Quia cognóvi multa scélera vestra et fórtia peccáta vestra, oppriméntes iustum, accipiéntes munus et páuperes depriméntes in porta. Ideo prudens in témpore illo tacet, quia tempus malum est. Cherchez le Seigneur et vous vivrez, de peur qu'il ne fonde comme le feu sur la maison de Joseph, qu'il ne dévore, et personne à Béthel pour éteindre! Ils changent le droit en absinthe et jettent à terre la justice. C'est lui qui fait les Pléiades et Orion, qui change en matin les ténèbres épaisses et obscurcit le jour comme la nuit; lui qui appelle les eaux de la mer et les répand sur la face de la terre; le Seigneur est son nom. Il déchaîne la dévastation sur celui qui est fort, et la dévastation arrive sur la citadelle. Ils haïssent quiconque réprimande à la Porte, ils abhorrent celui qui parle avec intégrité. Eh bien! puisque vous piétinez le faible et que vous prélevez sur lui un tribut de froment, ces maisons en pierres de taille que vous avez bâties, vous n'y habiterez pas; ces vignes délicieuses que vous avez plantées, vous n'en boirez pas le vin. Car je sais combien nombreux sont vos crimes, énormes vos péchés, oppresseurs du juste, extorqueurs de rançons, vous qui, à la Porte, déboutez les pauvres. Voilà pourquoi l'homme avisé se tait en ce temps-ci, car c'est un temps de malheur.
Quærite bonum et non malum, ut vivátis, ita ut sit Dóminus, Deus exercítuum, vobíscum, sicut dixístis. Odíte malum et dilígite bonum et constitúite in porta iudícium, si forte misereátur Dóminus, Deus exercítuum, relíquiis Ioseph. Recherchez le bien et non le mal, afin que vous viviez, et qu'ainsi le Seigneur, Dieu de l'univers, soit avec vous, comme vous le dites. Haïssez le mal, aimez le bien, et faites régner le droit à la Porte; peut-être le Seigneur, Dieu de l'univers, prendra-t-il en pitié le reste de Joseph!
Proptérea hæc dicit Dóminus, Deus exercítuum, dominátor: "In ómnibus platéis planctus, et in cunctis viis dicétur: "Væ, væ!"; et vocábunt agrícolam ad luctum et ad planctum eos, qui sciunt lamentatiónem. Et in ómnibus víneis erit luctus, quia pertransíbo in médio tui", dicit Dóminus. C'est pourquoi, ainsi parle le Seigneur, Dieu de l'univers,: Sur toutes les places il y aura des lamentations, et dans toutes les rues, on dira " Hélas! Hélas! " On convoquera le laboureur au deuil et aux lamentations ceux qui savent gémir; dans toutes les vignes il y aura des lamentations, car je vais passer au milieu de toi, dit le Seigneur.
R/. Auribus pércipe, Dómine, lácrimas meas; ne síleas a me, remítte mihi, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Dixi: Custódiam vias meas, ut non delínquam in lingua mea. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Seigneur, ne reste pas sourd à mes pleurs; ne garde pas le silence à mon égard, laisse-moi un peu de répit, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. J'ai dit: Je garderai mon chemin sans laisser ma langue s'égarer. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Tractátu sancti Gregórii Nysséni epíscopi De institúto christiáno (PG 46, 302-303) Traité de saint Grégoire de Nysse sur la vie chrétienne
Nobis ámplius oratióni insisténdum est: síquidem hæc véluti chori virtútum antístita quædam est, et per sanctitátem arcánam et spiritálem actiónem et afféctum inenarrábilem, Deo coniúngit eum qui in prece persevérat; qui desidério fervens, satietátem precatiónis non ínvenit: immo semper a boni appetítu corrípitur iuxta id quod dictum est: Qui edunt me, adhuc esúrient, et qui bibunt me, adhuc sítient. Surtout, persévérons dans la prière. Car elle est le coryphée du chœur des vertus, et c'est encore par elle que nous demandons à Dieu toutes les autres. Celui qui persévère dans la prière communie à Dieu: il lui est uni par une consécration mystique, une force spirituelle, une disposition qu'on ne peut exprimer. Car désormais, prenant l'Esprit pour guide et pour soutien, il brûle de la charité du Seigneur et bouillonne de désir, ne pouvant se rassasier de prière. De plus en plus, il s'enflamme de l'amour du bien et ravive la ferveur de son âme, selon cette parole de l'Écriture: Ceux qui me mangent auront encore faim, ceux qui me boivent auront encore soif.
Is qui in precatióne, quæ tanti moménti est, persevérat, magno stúdio magnáque vírium contentióne, certámen subit, quóniam vítium insidiátur eiúsmodi potíssimum, úndique stúdium honésti quærens evértere. Hinc córporis et ánimi labes, inde mollítia et incúria et neglegéntia et cétera, quibus ánima profligátur, per partes dirépta et ad hostem suum tránsfuga. Quamóbrem par est ratiónem, tamquam prudéntem gubernatórem, ánimæ præsidére, ut ipsam cómparet ad recta navigándum et appelléndum ad portum qui sursum est; et eámdem íntegram reddat Deo, qui fídei commísit et répetit. Celui qui persévère dans la prière, occupation si importante, engage dans ce combat tous ses efforts et tout son pouvoir. Car principalement le vice lui tend des pièges de tous côtés, s'efforçant d'abattre son zèle. De là viennent la torpeur, l'accablement du corps et de l'âme, la nonchalance, l'acédie, la négligence et tous les autres mouvements du vice. Par eux, l'âme se perd: saisie peu à peu en toutes ses parties, elle déserte et rejoint son propre ennemi. Il est donc nécessaire de préposer à l'âme le contrôle de la raison, comme un sage pilote, pour l'équiper en vue d'une bonne navigation, la conduire droit vers le port, celui d'en haut; et offrir l'âme à Dieu qui l'a confiée en dépôt et qui la redemande.
Etenim eórum qui vere precántur virtútum fructus intellegéntibus osténsus, non iis modo qui progréssi fúerint, sed et infántibus adhuc, et disciplínæ egéntibus útilis exístit, dum ipsos ad ea quæ vident imitánda cóncitat. Céterum puræ ac sincéræ precatiónis fructus est simplícitas, cáritas, humílitas, tolerántia, innocéntia, aliáque eiúsmodi quæ ætérnis frúctibus antéeunt, per studiósi vitam hic púllulant. Hisce frúctibus decorátur precátio; quibus si destituátur, inánem sumit labórem. Car le fruit des vertus de ceux qui prient ainsi est visible à l'entourage et devient extrêmement utile, non seulement au frère qui progresse rapidement, mais encore aux plus jeunes, à ceux qui ont besoin d'apprendre, car ce frère qui court en avant les entraîne: ils n'ont plus qu'à regarder et imiter. Or, le fruit de cette prière pure, c'est la simplicité, la charité, l'esprit d'humilité, la patience, l'innocence et le reste que produit dès cette vie, avant les fruits éternels, l'effort du frère assidu à la prière. Avec de tels fruits, la prière devient belle; mais s'ils manquent, elle perd sa peine.
R/. Fluctus tui super me transiérunt, et ego dixi: Expúlsus sum ab óculis tuis; * Putas vidébo templum sanctum tuum? V/. Abýssus vallábit me, et pelágus coopéruit caput meum. * Putas vidébo. V/. Glória Patri. * Putas vidébo. R/. La masse de tes flots a passé sur moi, et j'ai dit: je suis rejeté loin de tes yeux; * Me laisseras-tu revoir ton temple saint? V/. L'abîme fait cercle autour de moi, la mer se referme au-dessus de ma tête. * Me laisseras-tu. V/. Gloire au Père. * Me laisseras-tu.