affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du dimanche 8 septembre 2019 - XXIIIème dimanche dans l'année

Hebdomada XXIII per annum XXIIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XXIII per annum XXIIIème dimanche dans l'année
éditer éditer
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro Amos Prophétæ Du livre d'Amos
Lectio I Lecture I
Hæc osténdit mihi Dóminus Deus: et ecce, ipse formábat locústas in princípio, cum germinárent serótinæ fruges, et ecce fruges serótinæ post fruges deméssas regis. Et factum est cum consummásset comédere herbam terræ, dixi: "Dómine Deus, propítius esto, óbsecro; quómodo stabit Iacob, quia párvulus est?" Misértus est Dóminus super hoc. "Non erit", dixit Dóminus Deus. Hæc osténdit mihi Dóminus Deus: et ecce, vocábat ad iudícium per ignem Dóminus Deus, et devorávit abýssum magnam et comédit simul partem. Et dixi: "Dómine Deus, quiésce, óbsecro; quómodo stabit Iacob, quia párvulus est?" Misértus est Dóminus super hoc. "Sed et istud non erit", dicit Dóminus Deus. Voici ce que me fit voir le Seigneur Dieu: C'était une éclosion de sauterelles, au temps où le regain commence à monter, de sauterelles adultes, après la coupe du roi. Et comme elles achevaient de dévorer l'herbe du pays, je dis: " Seigneur Dieu, pardonne, je t'en prie! Comment Jacob tiendra-t-il? Il est si petit! " Le Seigneur en eut du repentir: " Cela ne sera pas ", dit le Seigneur. Voici ce que me fit voir le Seigneur Dieu: Le Seigneur Dieu appelait le feu pour châtier; celui-ci dévora le grand Abîme, puis il dévora la campagne. Je dis: " Seigneur Dieu, cesse, je t'en prie! Comment Jacob tiendra-t-il? Il est si petit! " Le Seigneur en eut du repentir: " Cela non plus ne sera pas ", dit le Seigneur Dieu.
R/. Tribulatiónes civitátum audívimus quas passæ sunt, et defécimus; timor et hebetúdo mentis cécidit super nos et super líberos nostros; ipsi montes nolunt recípere fugam nostram; * Dómine, miserére. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Dómine. R/. Nous avons appris les terribles épreuves des cités, ce qu'elles viennent de souffrir, et nous sommes atterrés; la peur et la stupéfaction nous ont saisis, nous et nos enfants; les montagnes elles-mêmes ne sauraient abriter notre fuite! * Seigneur, pitié! V/. Nous et nos pères, nous avons péché, nous avons mal agi, nous avons commis l'injustice. * Seigneur.
Lectio II Lecture II
Hæc osténdit mihi Dóminus Deus: ecce vir stans super murum litum, et in manu eius trulla cæmentárii. Et dixit Dóminus ad me: "Quid tu vides, Amos?" Et dixi: "Trullam cæmentárii." Et dixit Dóminus: "Ecce ego ponam trullam in médio pópuli mei Israel; non adíciam ultra ignóscere ei. Et demoliéntur excélsa Isaac, et sanctuária Israel desolabúntur, et consúrgam super domum Ieróboam in gládio." Voici ce qu'il me fit voir: Le Seigneur se tenait près d'un mur, un fil à plomb dans la main. Le Seigneur me dit: " Que vois-tu, Amos? " Je dis: " Un fil à plomb. " Le Seigneur dit: " Voici que je vais mettre un fil à plomb au milieu de mon peuple, Israël, désormais je ne lui pardonnerai plus. Les hauts lieux d'Isaac seront dévastés, les sanctuaires d'Israël détruits, et je me lèverai contre la maison de Jéroboam avec l'épée. "
R/. Sustinúimus pacem et non venit, quæsívimus bona et ecce turbátio; cognóvimus, Dómine, peccáta nostra, * Non in perpétuum obliviscáris nos. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Non in perpétuum. R/. Nous espérions la paix, elle ne vient pas; nous cherchions le bonheur, voici le trouble; nous reconnaissons nos torts, Seigneur, * Cesse de nous oublier sans fin! V/. Nous et nos pères, nous avons péché, nous avons mal agi, nous avons commis l'injustice. * Cesse.
Lectio III Lecture III
Et misit Amasías sacérdos Bethel ad Ieróboam regem Israel dicens: "Conspirávit contra te Amos in médio domus Israel; non póterit terra sustinére univérsos sermónes eius. Hæc enim dicit Amos: "In gládio moriétur Ieróboam, et Israel captívus migrábit de terra sua"."Et dixit Amasías ad Amos: "Qui vides, grádere. Fuge in terram Iudæ et cómede ibi panem et prophetábis ibi; et in Bethel non adícies ultra ut prophétes, quia sanctuárium regis est, et domus regni est." Alors Amasias, le prêtre de Béthel, envoya dire à Jéroboam, roi d'Israël: " Amos conspire contre toi, au sein de la maison d'Israël; le pays ne peut tolérer ses discours. Car ainsi parle Amos: "Jéroboam périra par l'épée et Israël sera déporté loin de sa terre." " Et Amasias dit à Amos: " Voyant, va-t'en; fuis au pays de Juda; mange ton pain là-bas, et là-bas prophétise. Mais à Béthel, cesse désormais de prophétiser, car c'est un sanctuaire royal, un temple du royaume. "
R/. Salvos nos fac, Dómine Deus noster, et cóngrega nos de natiónibus, * Ut confiteámur nómini tuo et gloriémur in laude tua. V/. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui; vísita nos in salutári tuo: * Ut confiteámur. R/. Sauve-nous, Seigneur notre Dieu; rassemble-nous du milieu des païens: * Que nous rendions grâce à ton nom, fiers de chanter ta louange! V/. Souviens-toi de nous, Seigneur, dans ta bienveillance pour ton peuple; toi qui le sauves, visite-nous: * Que nous rendions grâce.
Lectio IV Lecture IV
Respondítque Amos et dixit ad Amasíam: "Non sum prophéta et non sum fílius prophétæ; sed armentárius ego sum, véllicans sycómoros. Et tulit me Dóminus, cum séquerer gregem, et dixit Dóminus ad me: "Vade, prophéta ad pópulum meum Israel." Et nunc audi verbum Dómini. Tu dicis: "Non prophetábis super Israel et non stillábis verba super domum Isaac." Propter hoc hæc dicit Dóminus: "Uxor tua in civitáte fornicábitur, et fílii tui et fíliæ tuæ in gládio cadent, et humus tua funículo metiétur; et tu in terra pollúta moriéris, et Israel captívus migrábit de terra sua"." Amos répondit et dit à Amasias: " Je ne suis pas prophète, je ne suis pas frère prophète; je suis bouvier et pinceur de sycomores. Mais le Seigneur m'a pris de derrière le troupeau et le Seigneur m'a dit: "Va, prophétise à mon peuple Israël." Et maintenant, écoute la parole du Seigneur: Tu dis: "Tu ne prophétiseras pas contre Israël, tu ne vaticineras pas contre la maison d'Isaac." C'est pourquoi, ainsi parle le Seigneur: "Ta femme se prostituera dans la ville, tes fils et tes filles tomberont sous l'épée, ta terre sera partagée au cordeau, et toi, tu mourras sur une terre impure, et Israël sera déporté loin de sa terre." "
R/. Salus nostra in manu tua est, Dómine; respíciat super nos misericórdia tua, * Ut secúri serviámus tibi. V/. Dómine Deus virtútum, convérte nos, et osténde fáciem tuam, et salvi érimus. * Ut secúri. V/. Glória Patri. * Ut secúri. R/. Notre salut est entre tes mains, Seigneur; que ta miséricorde nous prenne en considération, * Pour que, rassurés, nous puissions te servir. V/. Seigneur, Dieu de l'univers, fais-nous revenir, laisse-nous contempler ta face, et nous serons sauvés! * Pour que. V/. Gloire au Père. * Pour que.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátu sancti Bernárdi abbátis De grádibus humilitátis et supérbiæ (N. 19: EC 3, 30) Traité de saint Bernard sur les degrés d'humilité et d'orgueil
Lectio I Lecture I
In his tribus, id est in luctu pæniténtiæ, in desidério iustítiæ, in opéribus misericórdiæ illi qui persevérant, a tribus impediméntis, quæ aut ignorántia, aut infirmitáte, aut stúdio contraxérunt, cordis áciem mundant, quo per contemplatiónem ad tértium veritátis gradum pertránseant. Hæc sunt viæ quæ vidéntur homínibus bonæ, illis dumtáxat qui lætántur cum male fécerint, et exsúltant in rebus péssimis, ac se de infirmitáte vel ignorántia tegunt ad excusándas excusatiónes in peccátis. Ceux qui persévèrent dans ces trois dispositions bonnes: le deuil de la pénitence, le désir de la justice, et les œuvres de miséricorde, purifient le regard de leur cœur en dégageant trois obstacles qu'ils avaient pu accumuler par le fait de leur ignorance, de leur faiblesse ou de leur passion, de manière à pouvoir, par l'accès à la contemplation, passer au troisième degré de vérité. (Ignorance, faiblesse, passion): les voilà bien ces conduites qui paraissent droites aux hommes..., à ceux du moins qui prennent plaisir à faire le mal, qui exultent dans leurs conduites perverses, et qui se couvrent de leur faiblesse et de leur ignorance pour trouver des excuses à leurs péchés.
R/. Recordáre, Dómine, testaménti tui, et dic ángelo percutiénti: Cesset iam manus tua, * Ut non desolétur terra, et ne perdas omnem ánimam vivam. V/. Quiéscat, Dómine, ira tua a pópulo tuo et a civitáte sancta tua, * Ut non. R/. Souviens-toi, Seigneur, de ton alliance, dis à l'ange qui frappe le peuple: Assez! Maintenant, retiens ta main! * Afin que la terre ne soit pas dévastée, que ne périsse pas toute créature vivante! V/. Seigneur, que s'apaise ta colère à l'égard de ton peuple et de ta ville sainte, * Afin que.
Lectio II Lecture II
Sed frustra sibi de infirmitáte vel ignorántia blandiúntur, qui ut libérius peccent, libénter ignórant vel infirmántur. Putas primo hómini prófuit, licet ipse non libénter peccávit, quod se per uxórem, tamquam per carnis infirmitátem, deféndit? Aut primi mártyris lapidatóres, quóniam aures suas continuérunt, per ignorántiam excusábiles erunt? Mais c'est en vain qu'ils s'abusent en s'excusant eux-mêmes de leur faiblesse ou de leur ignorance, eux qui, pour pouvoir pécher plus librement, sont de bon gré, ignorants ou faibles. Qu'a-t-il servi au premier homme, bien que lui n'ait pas péché de bon gré, de rejeter sa faute sur son épouse, comme pour dire sur sa faiblesse humaine? Et ceux qui ont lapidé le premier martyr, du seul fait qu'ils se sont bouché les oreilles vont-ils être excusés sous prétexte d'ignorance?
R/. Qui cælórum cóntines thronos, et abýssos intuéris, Dómine Rex regum, montes pónderas, terram palmo conclúdis; * Exáudi nos, Deus, in gemítibus nostris. V/. Non in iustificatiónibus nostris prostérnimus preces ante fáciem tuam, sed in miseratiónibus tuis multis. * Exáudi nos. R/. Ô toi qui maintiens les trônes célestes et qui scrutes les abîmes, Seigneur, Roi des rois, tu soupèses les montagnes, tu tiens renfermée la terre entière dans la paume de la main; * Entends-nous, Seigneur, avec nos gémissements! V/. Ce n'est pas à cause de nos actes de justice que nous déposons devant toi nos supplications, mais à cause de tes miséricordes inépuisables. * Entends-nous.
Lectio III Lecture III
Qui ígitur stúdio et amóre peccándi a veritáte se séntiunt alienátos, infirmitáte et ignorántia pressos, stúdium in gémitum, amórem in mærórem convértant, infirmitátem carnis fervóre iustítiæ, ignorántiam liberalitáte repéllant, ne si nunc egéntem, nudam, infírmam veritátem ignórant, cum potestáte magna et virtúte veniéntem, terréntem, arguéntem, sero cum rubóre cognóscant, frustra cum tremóre respóndeant: Quando te vídimus egére et non ministrávimus tibi? Ceux qui se sentent devenus étrangers à la vérité, du fait de leur passion et de leur amour du péché, accablés qu'ils sont par la faiblesse et l'ignorance, qu'ils transforment donc leur passion en lamentation, leur amour en tristesse; qu'ils rejettent leur faiblesse humaine au profit du zèle pour la justice, leur ignorance, au profit de la bienfaisance ; car s'ils ignorent la Vérité, maintenant qu'elle est pauvre, nue et faible, ils pourraient bien, à leur honte, la connaître trop tard, lorsqu'elle viendra avec puissance, grandeur et majesté, provoquant la terreur en dénonçant le péché. C'est en vain qu'alors, tremblants de peur, ils répondraient: Quand est-ce que nous t'avons vu?Tu étais donc pauvre, et nous ne nous sommes pas mis à ton service?
R/. Præcípita, Dómine, omnes operários iniquitátis, et dívide linguas eórum, quóniam vidi iniquitátem et contradictiónem advérsus sanctam civitátem tuam Ierúsalem. * Muro tuo inexpugnábili circumcínge nos, Dómine Deus noster. V/. Tu autem in nobis es, Dómine, et nomen tuum super nos invocátum est. * Muro tuo. R/. Seigneur, daigne abattre tous ceux qui opèrent le mal, mets la confusion dans leur langage! Car je vois discorde et violence contre ta ville sainte, Jérusalem. * Entoure-nous de ton rempart inexpugnable, Seigneur notre Dieu! V/. Tu es au milieu de nous, Seigneur: sur nous ton nom a été proclamé! * Entoure-nous.
Lectio IV Lecture IV
Cognoscétur certe Dóminus iudícia fáciens, qui nunc ignorátur misericórdiam quærens. Dénique vidébunt in quem transfixérunt, simíliter et avári quem contempsérunt. Ab omni ergo labe, infirmitáte, ignorántia, studióve contrácta, flendo, iustítiam esuriéndo, opéribus misericórdiæ insisténdo, mundátur óculus cordis, cui se in sui puritáte vidéndam Véritas promíttit: Beáti enim mundo corde, quóniam ipsi Deum vidébunt. Certes le Seigneur se fera connaître lorsqu'il rendra le jugement, lui qui aujourd'hui est ignoré tandis qu'il cherche la miséricorde. Pour finir, ils contempleront celui qu'ils ont transpercé, de même les avares, eux aussi, verront quel est celui qu'ils ont méprisé. Donc, toute faute contractée par faiblesse, ignorance ou passion, c'est en pleurant, en ayant faim de justice, en s'appliquant aux œuvres de miséricorde, que l'œil du cœur en est purifié; lui qui, de la Vérité a reçu la promesse que, une fois devenu pur, dans cette pureté même il pourrait la voir: Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
R/. Pópule meus, quid feci aut quid moléstus fui tibi? Respónde mihi. Quóniam ego edúxi vos de terra Ægýpti et de domo servitútis. Quadragínta annos in erémo * Manna plui vobis, et oblíti estis me, dicit Dóminus. V/. Addúxi vos per desértum quadragínta annos in erémo, ego Dóminus. * Manna. V/. Glória Patri. * Manna. R/. Ô mon peuple, que t'ai-je fait? En quoi t'ai-je contristé? Réponds-moi! N'est-ce pas moi qui vous ai fait sortir de la terre d'Égypte, de la maison de servitude? Durant quarante années, dans le désert, * N'ai-je pas fait pleuvoir, pour vous, une manne? Et vous m'avez oublié, déclare le Seigneur. V/. Pendant quarante ans, à travers les terres arides, je vous ai conduits au milieu du désert, moi, le Seigneur! * N'ai-je pas. V/. Gloire au Père. * N'ai-je pas.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Ibant turbæ multæ cum Iesu, et convérsus dixit ad illos: "Si quis venit ad me et non odit patrem suum et matrem et uxórem et fílios et fratres et soróres, adhuc et ánimam suam, non potest esse meus discípulus." Et réliqua. De grandes foules faisaient route avec Jésus; il se retourna et leur dit: " Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. " Et la suite.
Ex Collatiónibus Ioánnis Cassiáni abbátis (Coll. 3, 6: SC 42, 145-146) Conférence de Jean Cassien
Lectio I Lecture I
Nunc de abrenuntiatiónibus disseréndum est, quas tres esse Patrum tradítio et Scripturárum sanctárum demónstrat auctóritas, quasque unumquémque nostrum omni stúdio opórtet implére. Prima est qua corporáliter univérsas divítias mundi facultatésque contémnimus; secúnda qua mores ac vítia affectúsque prístinos ánimi carnísque respúimus; tértia qua mentem nostram de præséntibus univérsis ac visibílibus evocántes futúra tantúmmodo contemplámur et ea quæ sunt invisibília concupíscimus. Il nous faut parler maintenant des renoncements. La tradition des Pères s'unit à l'autorité des Écritures pour montrer qu'ils sont au nombre de trois. Les accomplir doit être toute notre étude. Le premier est corporel: c'est celui qui nous fait mépriser toutes les richesses et les biens de ce monde. Par le deuxième, nous renions notre vie passée, nos vices, nos passions de l'esprit et de la chair. Le troisième consiste à retirer notre esprit des choses présentes et visibles, pour contempler uniquement les choses à venir et ne désirer plus que les invisibles.
R/. Custódi me, Dómine, ut pupíllam óculi; * Sub umbra alárum tuárum prótege me. V/. Mirífica misericórdias tuas, qui salvos facis sperántes in te. * Sub umbra. R/. Garde-moi, Seigneur, comme la prunelle de l'œil; * À l'ombre de tes ailes, protège-moi. V/. Déploie les merveilles de ta grâce, toi qui sauves ceux qui espèrent en toi. * À l'ombre.
Lectio II Lecture II
Quæ tria ut simul perficiántur étiam Abrahæ légimus Dóminum præcepísse, cum dicit ad eum: Exi de terra tua, et de cognatióne tua, et de domo patris tui. Primum dixit de terra tua, id est de facultátibus mundi huius opibúsque terrénis; secúndo de cognatióne tua, id est de conversatióne et móribus vitiísque prióribus, quæ nobis a nostra nativitáte cohæréntia velut affinitáte quadam et consanguinitáte cognáta sunt; tértio de domo patris tui, id est ómni memória mundi quæ oculórum occúrrit obtútibus. Qu'il faille les accomplir tous trois, c'est le commandement que le Seigneur faisait déjà à Abraham, lorsqu'il lui dit: Sors de ta terre, et de ta parenté, et de la maison de ton père. Sors de ta terre, c'est-à-dire: Renonce aux biens de ce monde et aux richesses d'ici-bas. Sors de ta parenté, c'est-à-dire: Renonce à ta vie et à tes habitudes d'autrefois, à tes vices aussi: toutes choses qui nous sont si étroitement unies depuis notre naissance qu'elles en ont contracté avec nous comme une sorte d'affinité, voire de parenté de nature, et qu'elles semblent en vérité de notre sang. Sors de la maison de ton père, c'est-à-dire: Bannis de tes regards tout souvenir du monde présent.
R/. Inténde deprecatiónem meam, Dómine, et inclína aurem tuam ad precem meam. * Custódi me ut pupíllam óculi, sub umbra alárum tuárum prótege me. V/. Pérfice gressus meos in sémitis tuis, ut non moveántur vestígia mea. * Custódi me. R/. Seigneur, accueille ma supplication, prête l'oreille à ma prière. * Garde-moi comme la prunelle de l'œil; à l'ombre de tes ailes, protège-moi. V/. Conduis mes pas sur tes traces: que mon pied ne trébuche pas! * Garde-moi.
Lectio III Lecture III
Et exeúntes corde de hac temporáli ac visíbili domo, in illam in qua iúgiter sumus permansúri, nostros óculos mentémque dirígimus. Quod tunc implébimus, cum in carne ambulántes, non secúndum carnem militáre Dómino cœpérimus, illam beáti Apóstoli senténtiam ópere ac virtúte clamántes: Noster autem municipátus in cælis est. Désertant de cœur cette demeure temporelle et visible, nous portons nos regards vers celle où nous habiterons éternellement. Cet état sera le nôtre dès là que, vivant dans la chair, nous cesserons cependant d'agir selon la chair, pour militer au Seigneur, et qu'en toute vérité nous pourrons redire la parole du bienheureux Apôtre: Pour nous, notre cité est dans les cieux.
R/. Díligam te, Dómine, virtus mea. * Dóminus firmaméntum meum et refúgium meum. V/. Laudans invocábo Dóminum, et ab inimícis meis salvus ero. * Dóminus. R/. Je t'aime, Seigneur, ma force! * Le Seigneur est mon rocher, ma forteresse. V/. J'invoque le Seigneur par des louanges, et je suis délivré de mes ennemis. * Le Seigneur.
Lectio IV Lecture IV
Quaprópter non multum próderit primam nos abrenuntiatiónem cum summa devotióne fídei suscepísse, si secúndam non eódem stúdio atque eódem implevérimus ardóre. Et ita cum étiam hanc fuérimus indépti, ad illam quoque tértiam perveníre potérimus, qua de domo prióris nostri paréntis egréssi, omnem mentis intúitum ad cæléstia deflectémus. Le profit serait donc médiocre d'embrasser le premier renoncement, fût-ce avec une souveraine dévotion de foi, si l'on n'accomplissait le deuxième avec un soin pareil et d'une égale ardeur. Celui-ci réalisé nous donnera la possibilité de passer au troisième: sortis alors de la maison de notre premier père, nous n'aurons plus de regards que pour le ciel.
R/. Firmaméntum meum et refúgium meum et liberátor meus; * Deus meus adiútor meus. V/. Protéctor meus et cornu salútis meæ et suscéptor meus. * Deus meus. V/. Glória Patri. * Deus meus. R/. Seigneur, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur; * Dieu, mon secours! V/. Mon bouclier, la force qui me sauve, mon abri! * Dieu. V/. Gloire au Père. * Dieu.