Vigiles (OSB) du mardi 10 décembre 2019 -

Hebdomada II Adventus IIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
In illa die confractióne confrácta est terra, contritióne contríta est terra, commotióne commóta est terra, agitatióne agitábitur terra sicut ébrius et fluctuábit quasi tabernáculum; et gravis erit super eam iníquitas eius, et córruet et non adíciet ut resúrgat. Un brisement, la terre s'est brisée, un sursaut, la terre a sursauté, un vacillement, la terre a vacillé. La terre va chanceler, chanceler comme l'ivrogne, elle sera ébranlée comme une hutte, son crime pèsera sur elle, elle tombera et ne se relèvera plus.
R/. Ecce Dóminus véniet cum splendóre descéndens, et virtus eius cum eo, * Visitáre pópulum suum in pace, et constitúere super eum vitam sempitérnam. V/. Ecce Dóminus noster cum virtúte véniet, * Visitáre pópulum. R/. Voici venir le Seigneur, il descend, entouré de sa splendeur, il vient, accompagné de sa puissance, * Visiter son peuple dans la paix, lui assurer la vie éternelle. V/. Voici notre Seigneur, il vient avec puissance, * Visiter.
Lectio II Lecture II
Et erit in die illa: visitábit Dóminus super milítiam cæli in excélso et super reges terræ super terram; et congregabúntur et vinciéntur in lacu et claudéntur in cárcere; et post multos dies visitabúntur. Et erubéscet luna, et confundétur sol, quia regnábit Dóminus exercítuum in monte Sion et in Ierúsalem et in conspéctu senum suórum glorificábitur. Et il arrivera, en ce jour-là, que le Seigneur visitera l'armée d'en haut, en haut, et les rois de la terre, sur la terre. Ils seront rassemblés, troupe de prisonniers conduits à la fosse, ils seront enfermés dans la prison; après de nombreux jours, ils seront visités. La lune sera confuse, le soleil aura honte, car le Seigneur des armées est roi sur la montagne de Sion et à Jérusalem, et la Gloire resplendit devant les anciens.
R/. Ecce ab austro vénio, ego Dóminus Deus vester, * Visitáre vos in pace. V/. Aspíciam vos et créscere fáciam; multiplicabímini et firmábo pactum meum vobíscum. * Visitáre vos. R/. Me voici, j'arrive du désert, je suis le Seigneur votre Dieu, * Je viens vous visiter dans la paix. V/. Je poserai sur vous mon regard, et vous fructifierez;vous vous multiplierez, et j'affermirai mon alliance avec vous. * Je viens.
Lectio III Lecture III
Domine, Deus meus es tu; exaltábo te, confitébor nómini tuo, quóniam fecísti mirabília, cogitatiónes antíquas, fidéles, veráces. Quia posuísti civitátem in túmulum, urbem munítam in ruínam: arx superbórum non ámplius est cívitas, in sempitérnum non reædificábitur. Super hoc glorificábit te pópulus fortis, cívitas géntium robustárum timébit te; quia factus es fortitúdo páuperi, fortitúdo egéno in tribulatióne sua, protéctio a túrbine, umbráculum ab æstu: spíritus enim robustórum quasi imber hiemális. Sicut æstus in árida tumúltum superbórum humiliábis; sicut æstus in umbra nubis cánticum fórtium réprimes. Seigneur, tu es mon Dieu, je t'exalterai, je louerai ton nom, car tu as accompli des merveilles, les desseins de jadis, fidèlement, fermement. Car tu as fait de la ville un tas de pierres, la cité fortifiée est une ruine, la citadelle des étrangers n'est plus une ville, jamais elle ne sera reconstruite. C'est pourquoi un peuple fort te glorifie, la cité des nations redoutables te craint. Car tu as été un refuge pour le faible, un refuge pour le malheureux plongé dans la détresse, un abri contre la pluie, un ombrage contre la chaleur, car le souffle des violents est comme la pluie d'hiver. Comme la chaleur sur une terre aride, tu apaises le tumulte des étrangers: la chaleur tiédit à l'ombre d'un nuage, le chant des violents se tait.
R/. Salus nostra, Redémptor noster modo véniet, quem Gábriel nuntiávit et María Virgo concépit; * Ipse venit liberáre hóminem pérditum quem plasmávit in mundum. V/. Princeps Gábriel magne, testis fidélis, iam véniet qui ventúrus est. * Ipse venit. V/. Glória Patri. * Ipse venit. R/. Notre Sauveur, notre Rédempteur, le voici qui vient maintenant! Annoncé par Gabriel, conçu de la Vierge Marie, * Il vient libérer l'homme qu'il avait modelé, placé dans le monde, et qui était perdu! V/. Archange Gabriel, tu en es le témoin fidèle: il vient, maintenant, celui qui doit venir, * Il vient libérer. V/. Gloire au Père. * Il vient libérer.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Bernárdi Abbátis super Cántica canticórum (Sermo 11, 7-8: EC 1, 58-59) Sermon de saint Bernard sur le Cantique des cantiques
Lectio I Lecture I
Si recólitis, Dei esse exinanitiónem definívimus, tria item præcípue vobis intuénda comméndo. Non enim simplex aut módica illa exinanítio fuit, sed semetípsum exinanívit usque ad carnem, ad mortem, ad crucem. Quis digne penset, quantæ fúerit humilitátis, mansuetúdinis, dignatiónis, Dóminum maiestátis carne índui, mulctári morte, turpári cruce? Sed dicit áliquis: " Non váluit opus suum reparáre Creátor absque illa difficultáte? " Váluit, sed máluit cum iniúria sui, ne péssimum atque odiosíssimum vítium ingratitúdinis occasiónem ultra reperíret in hómine. Sane multum fatigatiónis assúmpsit, quo multæ dilectiónis hóminem debitórem tenéret; commonerétque gratiárum actiónis difficúltas redemptiónis, quem minus esse devótum fécerat conditiónis facílitas. Vous vous en souvenez, j'ai défini qu'il y a un anéantissement de Dieu; je vous invite également à porter votre attention sur trois points principaux. Cet anéantissement ne fut ni simple ni médiocre: Dieu s'est anéanti lui-même jusqu'à la chair, à la mort et à la croix. On ne peut mesurer à sa valeur l'humilité, la bonté et la condescendance du Dieu de majesté qui accepta de revêtir notre chair, d'être mis à mort, et de subir l'infamie de la croix. Mais quelqu'un pourrait ici m'interrompre pour dire: « Le Dieu créateur ne pouvait-il donc réparer son œuvre sans subir cet abaissement? » Certes il le pouvait, mais il préféra s'offrir à l'ignominie, afin d'ôter à l'homme l'occasion de commettre, outre ses autres péchés, le pire, le plus odieux de tous, c'est-à-dire l'ingratitude. Il a pris sur lui la plus lourde peine, afin que l'homme lui fût redevable du plus grand amour. La difficulté de la rédemption devait être un avertissement pour la créature que la facilité de sa condition première n'avait pas rendue assez reconnaissante.
R/. Ierúsalem, cito véniet salus tua: quare mæróre consúmeris? Numquid consiliárius non est tibi, quia innovávit te dolor? * Salvábo te et liberábo te, noli timére. V/. Israel, si me audíeris, non erit in te deus recens, neque adorábis deum aliénum: ego enim Dóminus. * Salvábo te. R/. Jérusalem, voici qu'arrive ton salut: pourquoi te consumer de chagrin? N'as-tu donc aucun bon conseiller, que ta douleur se renouvelle? * Ne crains pas! je suis ton Sauveur, ton libérateur! V/. Écoute, je t'adjure Israël, tu n'auras pas chez toi d'autres dieux; tu ne serviras aucun dieu étranger; c'est moi le Seigneur! * Ne crains pas.
Lectio II Lecture II
Quid enim dicébat homo creátus et ingrátus? " Gratis quidem cónditus sum, sed nullo auctóris gravámine vel labóre: síquidem dixit, et factus sum quemádmodum et univérsa. Quid magnum est, quámlibet magna in verbi facilitáte donáveris? " Sic benefícium creatiónis atténuans humána impíetas, ingratitúdinis matériam inde sumébat, unde amóris causam habére debúerat, idque ad excusándas excusatiónes in peccátis. Sed obstrúctum est os loquéntium iníqua. Luce clárius patet, quantum modo pro te, o homo, dispéndium fecit; de Dómino servus, de dívite pauper, caro de Verbo, et de Dei Fílio hóminis fílius fíeri non despéxit. Que disait, en effet, l'homme bénéficiaire de la création mais ingrat? Il disait: « J'ai été créé par pure grâce mais je n'ai coûté aucune peine à mon Créateur. Il a prononcé une simple parole, et j'ai été créé comme tous les êtres. Y a-t-il quelque chose de bien extraordinaire dans un don qui n'a coûté qu'un mot? » Ainsi donc, rabaissant le bienfait de la création, l'impiété humaine trouvait un motif d'ingratitude là où il fallait reconnaître un motif d'amour; et l'homme agissait ainsi pour excuser ses fautes. Mais la bouche qui proférait l'injustice a été fermée. Il est manifeste que Dieu a payé pour l'homme un prix énorme: maître, il s'est fait esclave; riche, il est devenu pauvre; Verbe, il s'est fait chair; et Fils de Dieu, il n'a pas dédaigné d'être le fils de l'homme.
R/. Ecce Dóminus véniet et omnes sancti eius cum eo, et erit in die illa lux magna; et exíbunt de Ierúsalem sicut aqua munda: * Et regnábit Dóminus in ætérnum super omnes gentes. V/. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Et regnábit. R/. Voici venir le Seigneur avec tous les saints de son cortège; en ce jour-là resplendira une grande lumière, et il sortira de Jérusalem comme une eau pure: * Le Seigneur régnera pour l'éternité sur toutes les nations. V/. Du nord et du midi, du levant et du couchant, * Le .
Lectio III Lecture III
Meménto iam te, etsi de níhilo factum, non tamen de níhilo redémptum. Sex diébus cóndidit ómnia, et te inter ómnia. At vero per totos trigínta annos operátus est salútem tuam in médio terræ. O quantum laborávit sústinens! Carnis necessitátes, hostis tentatiónes, nonne sibi crucis aggravávit ignomínia, mortis cumulávit horróre? Necessárie quidem. Sic, sic hómines et iuménta salvásti, Dómine, quemádmodum multiplicásti misericórdiam tuam. Hæc meditámini, in his versámini. Tálibus odoraméntis refovéte víscera vestra, quæ diu torsit odor moléstior peccatórum, ut abundétis et his unguéntis non minus suávibus quam salutáribus. Souvenez-vous que, si vous avez été faits de rien, vous n'avez pas été rachetés de rien. En six jours, Dieu a créé toutes choses, et l'homme parmi elles. Mais l'œuvre du salut a demandé trente années entières de terrestre labeur, enduré avec quelle patience! L'ignominie de la croix, l'horreur de la mort sont venues s'ajouter aux servitudes de la chair et aux tentations de l'ennemi! Il le fallait. C'est ainsi, Seigneur, que tu as sauvé les hommes et les bêtes, en multipliant ta propre miséricorde. Méditez bien cela, approfondissez ces pensées. Ranimez de ces parfums vos cœurs longtemps torturés par l'odeur importune de vos péchés, afin que vous deveniez riches également de ces onguents non moins doux que salutaires.
R/. Ierúsalem, surge, et sta in excélso, et vide * Iucunditátem quæ véniet tibi a Deo tuo. V/. Leva in circúitu óculos tuos, et vide et contempláre, * Iucunditátem quæ. V/. Glória Patri. * Iucunditátem quæ. R/. Debout, Jérusalem! Tiens-toi sur la hauteur et considère * La joie qui te vient de ton Dieu! V/. Lève les yeux tout alentour, et contemple * La joie. V/. Gloire au Père. * La joie.