Vigiles (OSB) du dimanche 22 décembre 2019 - IVème dimanche de l'Avent

Hebdomada IV Adventus IVème semaine de l'Avent
Dominica Dimanche
Dominica IV Adventus IVème dimanche de l'Avent
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Dixit Sion: " Derelíquit me Dóminus, et Dóminus oblítus est mei. " Numquid oblivísci potest múlier infántem suum, ut non misereátur fílio úteri sui? Et si illa oblíta fúerit, ego tamen non oblivíscar tui. Ecce in mánibus meis descrípsi te; muri tui coram me semper. Festínant structóres tui; destruéntes te et dissipántes a te exíbunt. Sion avait dit: « Le Seigneur m'a abandonnée; le Seigneur m'a oubliée. » Une femme oublie-t-elle son petit enfant, est-elle sans pitié pour le fils de ses entrailles? Même si les femmes oubliaient, moi, je ne t'oublierai pas. Vois, je t'ai gravée sur les paumes de mes mains, tes remparts sont devant moi sans cesse. Tes bâtisseurs se hâtent, ceux qui te détruisent et te ravagent vont s'en aller.
℟. Roráte, cæli, désuper, et nubes pluant iustum: * Aperiátur terra et gérminet Salvatórem. ℣. Emítte Agnum, Dómine, Dominatórem terræ, de petra desérti ad montem fíliæ Sion. * Aperiátur. ℟. Cieux, répandez votre rosée, que les nuées fassent pleuvoir le Juste! * Que la terre s'entrouvre, et fasse germer le Sauveur! ℣. L'Agneau, roi de l'univers, daigne nous l'envoyer, Seigneur, depuis le rocher du désert, jusqu'à la montagne de la fille de Sion! * Que la terre.
Lectio II Lecture II
Hæc dicit Dóminus Deus: " Ecce levábo ad gentes manum meam, et ad pópulos exaltábo signum meum; et áfferent fílios tuos in ulnis, et fíliæ tuæ super úmeros portabúntur. Et erunt reges nutrícii tui, et regínæ nutríces tuæ; vultu in terram demísso adorábunt te et púlverem pedum tuórum lingent. Et scies quia ego Dóminus: non confundéntur qui sperant in me. " Numquid tollétur a forti præda, aut, quod captum fúerit, a robústo salvári póterit? Ainsi parle le Seigneur Dieu: « Voici que je lève la main vers les nations, que je dresse un signal pour les peuples: ils t'amèneront tes fils dans leurs bras, et tes filles seront portées sur l'épaule. Des rois seront tes pères adoptifs, et leurs princesses, tes nourrices. Face contre terre, ils se prosterneront devant toi, ils lécheront la poussière de tes pieds. Et tu sauras que je suis le Seigneur, ceux qui espèrent en moi ne seront pas déçus. » Au guerrier arrache-t-on sa prise? Le prisonnier d'un tyran sera-t-il libéré?
℟. Annuntiátum est per Gabriélem archángelum ad Maríam Vírginem de intróitu Regis. * Et ingréssus est per spléndidam regiónem, aurem Vírginis, visitáre palátium úteri, et regréssus est per áuream portam Vírginis. ℣. Ave María, grátia plena, Dóminus tecum. * Et. ℟. L'archange Gabriel a porté à la Vierge Marie l'annonce de la venue du roi. * Et celui-ci, par l'oreille obéissante de la Vierge, a trouvé accès vers la beauté de son temple intérieur, d'où il est ressorti par une porte d'or. ℣. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. * Et celui-ci.
Lectio III Lecture III
Quia hæc dicit Dóminus: " Equidem et captívus a forti tollétur, et quod ablátum fúerit a robústo salvábitur; cum his qui contendébant tecum, ego conténdam et fílios tuos ego salvábo. Et cibábo hostes tuos cárnibus suis, et quasi musto sánguine suo inebriabúntur; et sciet omnis caro quia ego Dóminus salvátor tuus et redémptor tuus Fortis Iacob. " Haec dicit Dóminus: " Ubinam est liber repúdii matris vestræ, quo dimísi eam? Aut quis est créditor meus, cui véndidi vos? Ecce in iniquitátibus vestris vénditi estis, et in sceléribus vestris dimíssa est mater vestra. " Mais ainsi parle le Seigneur: « Eh bien, le prisonnier du guerrier lui sera arraché, et la prise du tyran sera libérée. Je vais moi-même chercher querelle à qui te cherche querelle, tes enfants, c'est moi qui les sauverai. À tes oppresseurs je ferai manger leur propre chair, comme de vin nouveau ils s'enivreront de leur sang. Et toute chair saura que moi, le Seigneur, je suis ton sauveur, que ton rédempteur, c'est le Puissant de Jacob. » Ainsi parle le Seigneur: « Où est la lettre de divorce de votre mère par laquelle je l'ai répudiée? Ou encore: Auquel de mes créanciers vous ai-je vendus? Oui, c'est pour vos fautes que vous avez été vendus, c'est pour vos crimes que j'ai répudié votre mère. »
℟. Parátus esto, Israel, in occursum Dómini, quóniam venit, * Formans montes, et creans spíritus, et annúntians in homínibus Christum esse ventúrum. ℣. Ecce Dominátor Dóminus cum virtúte véniet. * Formans. ℣. Glória Patri. * Formans. ℟. Prépare-toi, Israël, à la rencontre du Seigneur, car il vient, * Lui qui façonne les montagnes et crée le vent; qui révèle aux hommes l'avènement de son Messie. ℣. Le Seigneur des Seigneurs s'avance avec puissance, * Lui qui. ℣. Gloire au Père. * Lui qui.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus Iuliáni Vizeliacénsis (Sermo 1: SC 192, 44-46) Sermon de Julien de Vézelay
Lectio I Lecture I
Dum médium siléntium tenérent ómnia et nox in suo cursu médium iter perágeret, omnípotens sermo tuus, Dómine, a regálibus sédibus venit. Tempus illud sacratíssimum, quo ad nos omnípotens sermo Dei nobis de nostra salúte locutúrus advénit, descéndens de sinu et corde Patris in úterum Matris, Scriptúra prætaxáta denúntiat. Le silence médian enveloppait tout le pays, la nuit était par venue au milieu de sa course: ta Parole toute puissante, Seigneur, descendit alors de son trône royal. Le temps très saint où, descendant du cœur et du sein du Père dans le ventre d'une mère, la Parole toute puissante de Dieu est venue jusqu'à nous pour nous parler de notre salut, ce temps, l'Écriture que nous venons de citer le détermine.
℟. Ecce iam venit plenitúdo témporis, in quo misit Deus Fílium suum in terras, natum de Vírgine, factum sub lege, * Ut eos, qui sub lege erant, redímeret. ℣. Prope est ut véniat tempus eius, et dies eius non elongabúntur. * Ut eos. ℟. Voici: les temps sont accomplis: Dieu envoie son Fils dans notre monde. Il doit naître d'une vierge, être sujet de la loi, * Pour accomplir la rédemption des hommes, sujets de la loi. ℣. Le temps de sa visite est proche, son jour ne sera pas différé; il vient * Pour.
Lectio II Lecture II
Deus enim, qui multifárie et multis modis locútus fúerat pátribus in prophétis, novíssime diébus istis locútus est nobis in Fílio illo de quo ait: Hic est Fílius meus diléctus in quo mihi complácui; ipsum audíte. Venit ígitur ad nos Dei sermo a regálibus sédibus, se humílians ut nos exaltáret, páuperans ut ditáret, humánans ut deificáret. En effet, Dieu, après avoir à plusieurs reprises et en diverses manières parlé autrefois à nos pères par les prophètes, nous a en ces derniers temps parlé par son Fils, ce Fils dont il est dit: Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je me suis complu; écoutez-le. Si donc la Parole de Dieu a quitté sa demeure royale pour venir jusqu'à nous, c'est en s'humiliant afin de nous élever, en se faisant pauvre pour nous rendre riches, en se faisant homme pour faire de nous des dieux.
℟. Virgo Israel, revértere ad civitátes tuas: úsquequo dolens avertéris? Generábis Dóminum Salvatórem, oblatiónem novam in terra: * Ambulábunt hómines in salvatiónem. ℣. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Ambulábunt hómines. ℟. Reviens, vierge d'Israël, reviens à tes cités: jusques à quand, désolée, vas-tu rester à l'écart? Tu donneras naissance au Seigneur, ton Sauveur, oblation nouvelle sur notre terre: * Toute la famille humaine marchera vers le salut. ℣. Du levant et du couchant, du nord et du midi, * Toute.
Lectio III Lecture III
Verum, ut de sermónis huius advéntu et efficácia rediméndus pópulus confídat et speret, omnípotens nominátur: Omnípotens, inquit, sermo. Nam si omnípotens sermo non esset, damnátus homo et totus misériis addíctus, liberári a peccáto et poena peccáti per illum tépide trepidéque speráret. Ut ígitur certificétur homo pérditus de salúte, eum salvíficans sermo omnípotens nominátur. La Parole toute puissante, dit le texte. La Parole est appelée toute puissante afin que le peuple futur des rachetés prenne confiance et espoir dans sa venue et son efficacité. Car si la Parole n'était pas toute puissante, c'est un espoir bien tiède et bien tremblant d'être libéré par elle du péché et de la peine due au péché, qui serait le lot de l'homme damné et voué tout entier aux souffrances. C'est donc pour donner à l'homme perdu la certitude de son salut, que la Parole qui le sauve est appelée toute puissante.
℟. Iurávi, dicit Dóminus, ut ultra iam non iráscar super terram. * Montes enim et colles suscípiant iustítiam meam, et testaméntum pacis erit in Ierúsalem. ℣. Iuxta est salus mea, ut véniat; et iustítia mea, ut revelétur. * Montes. ℟. Je l'ai juré, déclare le Seigneur: ce n'est pas pour toujours que ma colère frappera le pays! * Montagnes et collines, portez ma justice, et je scellerai avec Jérusalem une alliance de paix. ℣. Mon salut est tout prêt d'arriver; ma justice, de se révéler! * Montagnes.
Lectio IV Lecture IV
Et vide quam omnípotens: cælum non erat, nec quæ cæli ámbitu continéntur; ipse dixit et facta sunt. Facta autem de níhilo omnipoténtia sermónis huius sine témporis interiéctu matériam creánte cum forma. Dixit hic sermo: Fiat mundus; et factus est mundus. Dixit: Fiat homo, et factus est homo. Et quelle toute puissance! Le ciel n'existait pas encore ni tout ce qui est contenu sous la voûte du ciel ; elle parla et tout fut créé. Et tout fut créé du néant, la toute-puissance de cette Parole créant instantanément la matière avec la forme. Elle dit: Que le monde soit! et le monde fut. Elle dit: Que l'homme soit! et l'homme fut.
℟. Non discédimus a te, vivificábis nos, Dómine, et nomen tuum invocábimus. * Osténde nobis fáciem tuam, et salvi érimus. ℣. Dómine, Deus virtútum, convérte nos. * Osténde nobis. ℣. Glória Patri. * Osténde nobis. ℟. Seigneur, jamais plus nous n'irons loin de toi: fais nous vivre et invoquer ton nom! * Que ton visage s'éclaire et nous serons sauvés! ℣. Seigneur, Dieu de l'univers, fais-nous revenir! * Que ton visage. ℣. Gloire au Père. * Que ton visage.
In tertio nocturno, anno A Troisième nocturne, année A
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
Iesu Christi generátio sic erat. Cum esset desponsáta mater eius María Ioseph, ántequam convenírent invénta est in útero habens de Spíritu Sancto. Et réliqua. Voici quelle fut l'origine de Jésus-Christ. Marie, la Mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Et la suite.
Ex Homilíis sancti Bedæ Venerábilis (Hom. 5: CCL 122, 32. 36) Homélie de saint Bède le Vénérable
Lectio I Lecture I
Nativitátem Dómini et Salvatóris nostri Iesu Christi, qua ætérnus ante sæcula Dei Fílius, hóminis ex témpore fílius appáruit, Matthus evangelísta brevi quidem sermóne sed plena veritáte descríbit, qui cum patrum generatiónes ab Abraham usque ad Ioseph virum Maríæ perduxísset, omnésque commúni humánæ creatiónis órdine génitos simul et generántes ostendísset mox de ipsa locutúrus quantum eius generátio a céteris distáret apéruit quia vidélicet céteri per coniunctiónem maris et féminæ sólitam ipse autem per vírginem útpote Dei Fílius nascerétur in mundum. Et quidem decébat omnímodis ut cum Deus homo propter hómines fíeri vellet non ex ália quam de vírgine nascerétur; cum vírginem generáre contíngeret non álium quam qui Deus esset Fílium procreáret. C'est en peu de mots, mais avec pleine vérité que l'évangéliste Matthieu décrit la nativité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, nativité selon laquelle lui, le Fils éternel de Dieu, engendré avant les siècles, est apparu fils de l'homme, dans le temps. En effet, après avoir conduit les générations des pères depuis Abraham jusqu'à Joseph, l'époux de Marie, et les avoir tous montrés engendrés et engendrant selon la loi commune de la procréation humaine, au moment où il en vient à parler de cette nativité, il dévoile aussitôt combien la génération du Seigneur diffère de celle des autres: eux, en effet, ils naissaient de l'union ordinaire de l'homme et de la femme; mais lui, parce que Fils de Dieu, il est venu au monde par une vierge. Et c'est bien ce qui convenait à tous égards: car Dieu, voulant à cause des hommes se faire homme, ne devait naître que d'une vierge; et une vierge venant à enfanter ne devait donner naissance qu'à un fils qui fût Dieu.
℟. Intuémini quantus sit iste, qui ingréditur ad salvándas gentes: ipse est Rex iustítiæ, * Cuius generátio non habet finem. ℣. Et dominábitur a mari usque ad mare. * Cuius generátio. ℟. Admirez quel est celui qui s'avance pour sauver les nations! C'est lui le Roi de Justice, * Il régnera pour la suite des âges. ℣. Il dominera de la mer à la mer. * Il régnera.
Lectio II Lecture II
Et vocábis, inquit, nomen eius Iesum. Iesus hebráice, latíne salutáris sive salvátor dícitur, cuius vocatiónem nóminis prophétis liquet esse certíssimam. Unde sunt illa magno visiónis eius desidério cantáta: Anima mea exsultábit in Dómino et delectábitur in salutári eius; defécit in salutáre tuum ánima mea; ego autem in Dómino gloriábor; gaudébo in Deo Iesu meo. Et máxime illud: Deus in nómine tuo salvum me fac, ac si díceret, nóminis tui glóriam qui salvátor vocáris in me salvándo clarífica. Et tu lui donneras le nom de Jésus. Jésus, mot hébreu, se dit en latin « salut » ou « Sauveur », nom qui apparaissait aux prophètes comme celui d'une vocation très déterminée. D'où ces paroles chantées dans un grand désir de le voir: Mon âme exultera dans le Seigneur et se réjouira dans son salut; mon âme se consume après ton salut; mais moi, je me glorifierai dans le Seigneur, je me réjouirai en Dieu mon Sauveur. Et surtout, cette parole: Mon Dieu, en ton nom, sauve-moi; c'est comme s'il disait: toi qui t'appelles Sauveur, manifeste, en me sauvant, la gloire de ton nom.
℟. Nascétur nobis párvulus et vocábitur Deus, Fortis. * Ipse sedébit super thronum David patris sui et imperábit: cuius potéstas super húmerum eius. ℣. Ecce ádvenit dominátor Dóminus et regnum in manu eius et potéstas et impérium. * Ipse sedébit. ℟. Un petit enfant va naître pour nous. On proclamera son nom: Dieu, Fort! * Il sera établi sur le trône de David, son père, et il régnera, portant l'insigne du pouvoir sur son épaule. ℣. Voici venir le Seigneur des Seigneurs: il tient en main la royauté, la puissance et l'empire. * Il sera établi.
Lectio III Lecture III
Iesus ergo nomen est fílii qui ex Vírgine natus est ángelo exponénte signíficans quod ipse salvet pópulum suum a peccátis eórum. Qui autem salvat a peccátis idem útique a corruptiónibus mentis et córporis quæ ob peccáta contingérunt salvábit. Donc Jésus est le nom du fils qui est né de la Vierge Marie, nom qui signifie selon l'explication de l'ange: c'est lui qui sauve son peuple de ses péchés. Mais assurément, celui qui sauve des péchés sauvera aussi des maux de l'âme et du corps qui ont été causés par les péchés.
℟. Egrediétur virga de radíce Iesse, et flos de radíce eius ascéndet, * Et erit iustítia cíngulum lumbórum eius, et fides cinctórium renum eius. ℣. Ex Sion spécies decóris eius, Deus noster maniféste véniet. * Et erit. ℟. Un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton jaillira de ses racines, * Justice est la ceinture de ses hanches, fidélité, le baudrier de ses reins. ℣. De Sion, joyau de sa splendeur, notre Dieu vient se manifester. * Justice.
Lectio IV Lecture IV
Christus vero vocábulum est sacerdotális vel régiæ dignitátis. Nam et sacerdótes ac reges in lege a chrísmate, id est unctióne ólei sancti, appellabántur christi significántes eum, qui verus rex et póntifex in mundo appárens unctus est óleo lætítiæ præ particípibus suis. A qua unctióne, id est chrísmate, ipse Christus, et eiúsdem unctiónis, id est grátiæ spiritális, partícipes sunt christiáni vocáti. Qui per id quod Salvátor est nos salváre a peccátis, per id quod Póntifex est nos reconciliáre Deo Patri, per id quod rex est regnum nobis Patris sui dare dignétur ætérnum Iesus Christus Dóminus noster qui cum Patre et Spíritu Sancto vivit et regnat in ómnia sæcula sæculórum. Amen. Le mot Christ, lui, désigne la dignité sacerdotale ou royale. En effet, les prêtres et les rois étaient eux aussi appelés christs dans la Loi, du fait du chrisma, c'est-à-dire de l'onction de l'huile sainte; ils étaient par là signes de celui qui, apparaissant dans le monde comme le véritable roi et grand-prêtre, a reçu l'onction de l'huile de la joie, premier de ceux qui y ont part avec lui. C'est de par cette onction qu'il est lui-même appelé Christ, et que ceux qui ont part à cette même onction, celle de la grâce spirituelle, sont appelés chrétiens. Que, par son nom de Sauveur, il daigne nous sauver de nos péchés! Que par son onction de grand-prêtre, il daigne nous réconcilier avec Dieu le Père! Que par son onction de roi, il nous donne le royaume éternel de son Père, lui, Jésus-Christ, notre Seigneur, qui vit et règne, Dieu, avec le Père et le Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Amen.
℟. Ave María, grátia plena, Dóminus tecum, * Benedícta tu in muliéribus et benedíctus fructus ventris tui. ℣. Spíritus Sanctus supervéniet in te, et virtus Altíssimi obumbrábit tibi. * Benedícta tu. ℣. Glória Patri. * Benedícta tu. ℟. Réjouis-toi, Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi, * Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. ℣. L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. * Tu es bénie. ℣. Gloire au Père. * Tu es bénie.