Vigiles (OSB) du mardi 24 décembre 2019 -

Feria III Mardi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Eleváre, eleváre, consúrge, Ierúsalem, quæ bibísti de manu Dómini cálicem iræ eius; póculum sopóris bibísti, epotásti. Non est qui susténtet eam ex ómnibus fíliis quos génuit, et non est qui apprehéndat manum eius ex ómnibus fíliis quos enutrívit. Duo sunt quæ occurrérunt tibi; quis contristábitur super te? Réveille-toi, réveille-toi, debout! Jérusalem. Toi qui as bu de la main du Seigneur la coupe de sa colère. C'est un calice, une coupe de vertige que tu as bue, que tu as vidée. Personne ne la guide, aucun des fils qu'elle a enfantés; personne ne lui prend la main, aucun des fils qu'elle a élevés. Ce double malheur qui t'est arrivé, qui t'en plaindra?
R/. Constántes estóte, vidébitis auxílium Dómini super vos. Iudæa et Ierúsalem, nolíte timére! * Cras egrediémini et Dóminus erit vobíscum. V/. Sanctificámini, fílii Israel, et estóte paráti. * Cras. R/. Prenez courage! Vous allez voir le secours que le Seigneur vous réserve! Ô Juda et Jérusalem! Ne craignez pas! * Demain vous sortirez, et le Seigneur sera avec vous! V/. Sanctifiez-vous, fils d'Israël, et tenez-vous prêts * Demain.
Lectio II Lecture II
Vastitas et contrítio et fames et gládius; quis consolábitur te? Fílii tui defecérunt, iacent in cápite ómnium viárum sicut oryx illaqueátus, pleni indignatióne Dómini, increpatióne Dei tui. Le pillage et la ruine, la famine et l'épée, qui t'en consolera? Tes fils gisent sans force au coin de toutes les rues, comme l'antilope prise au filet, ivres de la fureur du Seigneur, de la menace de ton Dieu.
R/. Sanctificámini hódie et estóte paráti; quia die crástina vidébitis: * Maiestátem Dei in vobis. V/. Hódie sciétis quia véniet Dóminus, et mane vidébitis glóriam eius: * Maiestátem. R/. Sanctifiez-vous aujourd'hui, et tenez-vous prêts, car demain vous verrez : * La Majesté divine au milieu de vous. V/. Aujourd'hui vous reconnaîtrez que le Seigneur doit venir, et demain vous verrez sa gloire: * La Majesté.
Lectio III Lecture III
Consúrge, consúrge, indúere fortitúdine tua, Sion; indúere vestiméntis glóriæ tuæ, Ierúsalem, cívitas sanctitátis, quia non adíciet ultra ut pertránseat per te incircumcísus et immúndus. Excútere de púlvere, consúrge, captíva Ierúsalem; solve víncula colli tui, captíva fília Sion. Éveille-toi, éveille-toi, revêts ta force, Sion! revêts tes habits les plus magnifiques, Jérusalem, ville sainte, car ils ne viendront plus jamais chez toi, l'incirconcis et l'impur. Secoue ta poussière, lève-toi, Jérusalem captive! les chaînes sont tombées de ton cou, fille de Sion captive!
R/. Véniet nobis salus a Dómino celériter, et cónteret iugum grave et solvet vincla peccatórum nostrórum, * Quia potens est. V/. Et dominábitur a mari usque ad mare, et a flúmine usque ad términos orbis terræ. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Que le salut de Dieu nous vienne sans tarder! Qu'il brise le joug qui nous écrase, qu'il rompe les liens de nos péchés, * Car il est tout-puissant! V/. Il dominera de la mer à la mer, et du fleuve jusqu'aux extrémités de la terre. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Leónis papæ (Sermo 2, 1-2: SC 22, 74-78) Sermon de saint Léon le Grand
Lectio I Lecture I
Exsultémus in Dómino, dilectíssimi, et spiritáli iucunditáte lætémur, quia illúxit nobis dies redemptiónis novæ, præparatiónis antíquæ, felicitátis ætérnæ. Reparátur enim nobis salútis nostræ ánnua revolutióne sacraméntum, ab inítio promíssum, in fine rédditum, sine fine mansúrum. In quo dignum est nos eréctis sursum córdibus divínum adoráre mystérium, ut quod magno Dei múnere ágitur, magnis Ecclésiæ gáudiis celebrétur. Deus enim omnípotens et clemens, cuius natúra bónitas, cuius volúntas poténtia, cuius opus misericórdia est, statim ut nos diabólica malígnitas venéno suæ mortificávit invídiæ, præparáta renovándis mortálibus suæ pietátis remédia inter ipsa mundi primórdia præsignávit, denúntians serpénti futúrum semen mulíeris quod nóxii cápitis elatiónem sua virtúte contéreret, Christum scílicet in carne ventúrum, Deum hominémque signíficans, qui natus ex vírgine violatórem humánæ propáginis incorrúpta nativitáte damnáret. Réjouissons-nous dans le Seigneur, mes bien-aimés, livrons-nous à une joie toute spirituelle, car voici que commence à briller pour nous le jour nouveau de notre rédemption, jour depuis longtemps préparé, jour de l'éternel bonheur. Le retour de l'année ramène, en effet, le mystère de notre salut, promis dès le début du temps, et donné à la fin pour durer sans fin. En ce jour, il convient que nous élevions nos cœurs, que nous adorions ce mystère divin, et qu'à la grandeur du bienfait que Dieu nous accorde réponde la joie de l'Église en fête. Notre Dieu, en effet, tout-puissant et clément, dont la nature est bonté, dont la volonté est puissance, dont l'activité est miséricorde, aussitôt que la malignité du démon nous eût, par le poison de sa jalousie, donné la mort, dès le commencement du monde, détermina les remèdes qu'emploierait sa bonté pour la rénovation de l'humanité; il annonça au serpent la descendance future de la femme, dont la puissance écraserait l'orgueil de sa tête coupable: le Christ qui devait venir dans la chair, l'Homme-Dieu qui, né d'une vierge, condamnerait par sa naissance sans tache celui qui avait osé violer l'intégrité du genre humain.
R/. Sanctificámini, fílii Israel, dicit Dóminus: in die enim crástina descéndet Dóminus, * Et áuferet a vobis omnem languórem. V/. Ecce Dóminus véniet ut salvos nos fáciat, et illúminet abscóndita tenebrárum. * Et. R/. Parole du Seigneur: Sanctifiez-vous, fils d'Israël, car demain le Seigneur descendra, * Il écartera de vous toute maladie. V/. Voici le Seigneur: il vient nous sauver, et mettre en lumière ce qui est caché dans les ténèbres. * Il écartera.
Lectio II Lecture II
Nam quia gloriabátur diábolus, hóminem sua fraude decéptum divínis caruísse munéribus, et immortalitátis dote nudátum duram mortis subiísse senténtiam, seque in malis suis quoddam de prævaricatóris consórtio invenísse solátium; Deum quoque, iustæ severitátis exigénte ratióne, erga hóminem, quem in tanto honóre condíderat, antíquam mutásse senténtiam: opus fuit, dilectíssimi, secréti dispensatióne consílii, ut incommutábilis Deus, cuius volúntas non potest sua benignitáte privári, primam pietátis suæ dispositiónem sacraménto occultióre compléret, et homo diabólicæ iniquitátis versútia actus in culpam, contra Dei propósitum non períret. Le diable se faisait gloire d'avoir trompé l'homme par ses artifices, de l'avoir privé des dons de Dieu, de l'avoir dépouillé du privilège de l'immortalité pour lui faire subir le dur châtiment de la mort; il trouvait une sorte de soulagement à ses maux à avoir un complice de prévarication; et Dieu, suivant les exigences d'une juste sévérité, avait modifié ses dispositions premières envers l'homme, d'abord créé dans une si grande dignité. Il a donc fallu, fils très chers, que, par une décision secrète, le Dieu immuable, dont la volonté va toujours de pair avec la bienveillance, achevât le plan primitif de sa bonté par une économie plus cachée, et que l'homme, poussé au péché par la fourberie du démon, ne pérît quand même pas, ce qui eût rendu vain le dessein de Dieu.
R/. Festína, ne tardáveris, Dómine, * Et líbera pópulum tuum. V/. Veni, Dómine, et noli tardáre, reláxa facínora plebi tuæ. * Et. R/. Seigneur, empresse-toi, ne tarde plus, * Viens libérer ton peuple! V/. Viens, Seigneur, ne tarde pas, efface le péché de ton peuple. * Viens libérer.
Lectio III Lecture III
Adveniéntibus ergo tempóribus, dilectíssimi, quæ redemptióni hóminum fúerant præstitúta, ingréditur hæc mundi ínfima Iesus Christus Fílius Dei, de cælésti sede descéndens, et a patérna glória non recédens, novo órdine, nova nativitáte generátus. Novo órdine, quia invisíbilis in suis, visísibilis factus est in nostris; incomprehensíbilis vóluit comprehéndi; ante témpora manens, esse cœpit ex témpore; universitátis Dóminus servílem formam, obumbráta maiestátis suæ dignitáte, suscépit; impassíbilis Deus non dedignátus est homo esse passíbilis et immortális mortis légibus subiacére. Ainsi, mes bien-aimés, au temps prévu pour la rédemption des hommes, Jésus-Christ, Fils de Dieu, prend contact avec la bassesse de ce monde; il descend du ciel sans quitter la gloire de son Père, et cela par une disposition sans précédent, par une naissance inouïe! Disposition sans précédent, car, invisible en lui-même, il se rend visible en notre nature; insaisissable, il veut être saisi; lui qui est avant le temps, il commence à exister dans le temps; maître de l'univers, il prend la forme de l'esclave et voile l'éclat de sa majesté; Dieu impassible, il ne dédaigne pas de devenir un homme passible; Dieu immortel, il veut se soumettre aux lois de la mort.
R/. De illa occúlta habitatióne sua egréssus est Fílius Dei; * Descéndit visitáre et consolári omnes qui eum de toto corde desiderábant. V/. Ex Sion spécies decóris eius, Deus noster maniféste véniet. * Descéndit. V/. Glória Patri. * Descéndit. R/. De sa demeure mystérieuse est sorti le Fils de Dieu. * Il descend visiter, réconforter tous ceux qui ont mis en lui l'ardent désir de leur cœur. V/. De Sion, joyau de sa splendeur, notre Dieu vient se manifester. * Il descend. V/. Gloire au Père. * Il descend.