Vigiles (OSB) du vendredi 27 décembre 2019 - St Jean, apôtre et évangéliste

Infra octavam Nativitatis Dans l'octave de la Nativité
Feria VI Vendredi
S. Ioannis, apostoli et evangelistae St Jean, apôtre et évangéliste
Festum Fête
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Epistúla prima beáti Ioánnis apóstoli De la première lettre de saint Jean
Lectio I Lecture I
Quod fuit ab inítio, quod audívimus, quod vídimus óculis nostris, quod perspéximus et manus nostræ contrectavérunt de verbo vitæ - et vita appáruit, et vídimus et testámur et annuntiámus vobis vitam ætérnam quæ erat coram Patre et appáruit nobis - quod vídimus et audívimus, annuntiámus et vobis, ut et vos communiónem habeátis nobíscum. Commúnio autem nostra est cum Patre et cum Fílio eius Iesu Christo. Et hæc scríbimus nos, ut gáudium nostrum sit plenum. Et hæc est annuntiátio, quam audívimus ab eo et annuntiámus vobis, quóniam Deus lux est et ténebræ in eo non sunt ullæ. Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie, car la Vie s'est manifestée : nous l'avons vue, nous en rendons témoignage et nous vous annonçons cette Vie éternelle, qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Quant à notre communion, elle est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. Tout ceci, nous vous l'écrivons pour que notre joie soit complète. Or voici le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons : Dieu est Lumière, en lui point de ténèbres.
R/. Iste est Ioánnes, qui supra pectus Dómini in cena recúbuit: * Beátus apóstolus, cui reveláta sunt secréta cæléstia. V/. Valde honorándus est beátus Ioánnes, qui supra pectus Dómini in cena recúbuit. * Beátus. R/. C'est lui, l'apôtre Jean, qui, durant la Cène, a reposé sur le cœur du Maître. * Bienheureux apôtre, qui eut révélation des secrets divins. V/. Il est très digne d'honneurs, le bienheureux Jean, qui, durant la Cène, a reposé sur le cœur du Maître. * Bienheureux.
Lectio II Lecture II
Si dixérimus quóniam communiónem habémus cum eo et in ténebris ambulámus, mentímur et non fácimus veritátem; si autem in luce ambulémus, sicut ipse est in luce, communiónem habémus ad ínvicem, et sanguis Iesu Fílii eius mundat nos ab omni peccáto. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui alors que nous marchons dans les ténèbres, nous mentons, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché.
R/. Qui vícerit fáciam illum colúmnam in templo meo, dicit Dóminus, * Et scribam super eum nomen meum et nomen civitátis novæ Ierúsalem. V/. In illo die suscípiam te servum meum. * Et scribam. R/. Le vainqueur, je le ferai colonne dans mon temple, déclare le Seigneur, * Je graverai sur lui mon nom, et le nom de la cité, la Jérusalem nouvelle. V/. En ce jour-là, je te prendrai, toi, mon serviteur. * Je graverai.
Lectio III Lecture III
Si dixérimus quóniam peccátum non habémus, nosmetípsos sedúcimus, et véritas in nobis non est. Si confiteámur peccáta nostra, fidélis est et iustus, ut remíttat nobis peccáta et emúndet nos ab omni iniustítia. Si dixérimus quóniam non peccávimus, mendácem fácimus eum et verbum eius non est in nobis. Si nous disons : « Nous n'avons pas de péché », nous nous abusons, la vérité n'est pas en nous. Si nous confessons nos péchés, lui, fidèle et juste, pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute iniquité. Si nous disons : « Nous n'avons pas péché », nous faisons de lui un menteur, et sa parole n'est pas en nous.
R/. Sic eum volo manére donec véniam, * Quid ad te? Tu me séquere. V/. Hunc ergo cum vidísset Petrus, dixit ad Iesum: Dómine, hic autem quid? * Quid. R/. Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne: * Est-ce ton affaire? Mais toi, suis-moi! V/. Pierre, voyant ce disciple dit à Jésus: Et lui, Seigneur, quel sort lui est-il réservé? * Est-ce.
Lectio IV Lecture IV
Filíoli mei, hæc scribo vobis, ut non peccétis. Sed si quis peccáverit, advocátum habémus ad Patrem, Iesum Christum iustum; et ipse est propitiátio pro peccátis nostris, non pro nostris autem tantum sed étiam pro totíus mundi. Et in hoc cognóscimus quóniam nóvimus eum: si mandáta eius servémus. Petits enfants, je vous écris ceci pour que vous ne péchiez pas. Mais si quelqu'un vient à pécher, nous avons comme avocat auprès du Père Jésus-Christ, le Juste. C'est lui qui est victime de propitiation pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. À ceci nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements.
R/. Valde honorándus est beátus Ioánnes, qui supra pectus Dómini in cena recúbuit, * Cui Christus in cruce Matrem vírginem vírgini commendávit. V/. Múlier, ecce fílius tuus; ad discípulum autem: Ecce mater tua. * Cui. V/. Glória Patri. * Cui. R/. Il est très digne d'honneurs, le bienheureux Jean, qui, durant la Cène, a reposé sur le cœur du Maître. * Le Christ, en croix, remit le soin de la Vierge-Mère au disciple vierge. V/. Femme, voici ton fils; puis au disciple: Voici ta mère. * Le Christ. V/. Gloire au Père. * Le Christ.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Commentário Orígenis presbýteri in Ioánnem (T. 1, 4.6: PG 14, 26.30-31) Commentaire d'Origène sur l'Évangile selon saint Jean
Lectio I Lecture I
Omni actióne et tota vita nostra Deo dicáta, quænam áliæ nobis primítiæ præstantióres esse debuérunt quam institúere de Evangélio disputatiónem? Arbitror vero ego, evangeliórum primítias evangélium esse Ioánnis. Idque arbítror consíderans genealógiam texéntem et incipiéntem ab eo qui genealógia caret. Nam Matthus quidem cum scríberet Hebræis, qui ventúrum ex Abrahámo et Davíde exspectábant: Liber, inquit, generatiónis Iesu Christi fílii David, fílii Abraham. Du moment que toute notre activité et toute notre vie sont consacrées à Dieu, nos recherches doivent-elles être autre chose que l'étude de l'Évangile? Pour ma part, je pense que les prémices des évangiles se trouvent dans l'évangile de Jean qui, pour parler de celui dont d'autres ont dressé la généalogie, commence par celui qui n'a pas de généalogie. En effet, Matthieu, écrivant pour des Juifs qui attendent le fils d'Abraham et de David, dit: Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham.
R/. Virgo est eléctus a Dómino atque inter céteros magis diléctus, qui supra pectus eius recúmbens Evangélii fluénta de ipso sacro domínici péctoris fonte potávit, * Et verbi Dei grátiam in toto terrárum orbe diffúdit. V/. Spíritus Sancti grátia inebriátus, céteris áltius divinitátis patefécit arcána. * Et verbi. R/. Le disciple vierge, choisi par le Seigneur, l'intime ami du Christ Maître, a reposé sur la poitrine du Seigneur: c'est là qu'il a bu à la source des torrents évangéliques, jaillis du cœur sacré de son Seigneur et Maître, * Et la grâce du verbe de Dieu fut par lui répandue dans le monde entier. V/. Ivre de la grâce du Saint-Esprit, il a dévoilé plus avant que les autres les profonds mystères de la divinité. * Et la grâce.
Lectio II Lecture II
Marcus vero sciens quod scribit, inítium enárrat Evangélii, fortássis quod inveniámus finem ipsíus apud Ioánnem qui in princípio Verbum Deum fuísse inquit. Lucas étiam maióres perfectiorésque de Iesu sermónes resérvat ei qui supra pectus Iesu recúbuit. Nullus enim illórum ádeo pure manifestávit illíus divinitátem ut Ioánnes quippe qui indúcat illum dicéntem: Ego sum lux mundi; ego sum via, véritas et vita; ego sum resurréctio; ego sum óstium; ego sum pastor bonus; et in Apocalýpsi: Ego sum alpha et ómega, princípium et finis, primus et novíssimus. Marc, sachant bien ce qu'il écrit, met en tête de son livre: Commencement de l'Évangile. La fin de l'Évangile, nous la trouvons sans doute chez Jean: c'est la Parole qui était au commencement, le Verbe de Dieu. Quant à Luc, il réserve lui aussi, à celui qui a reposé sur la poitrine de Jésus les discours les plus grands et les plus parfaits sur Jésus. Aucun des évangélistes n'a donné de sa divinité une révélation aussi pure que Jean, qui lui fait dire: Je suis la lumière du monde; je suis le chemin, la vérité, la vie; je suis la résurrection; je suis la porte ; je suis le bon berger et, dans l'Apocalypse : Je suis l'Alpha et l'Omega, le commencement et la fin, le premier et le dernier.
R/. Hic est discípulus ille, qui testimónium pérhibet de his, et scripsit hæc; * Et scimus quia verum est testimónium eius. V/. Fluénta Evangélii de ipso sacro domínici péctoris fonte potávit. * Et scimus. R/. C'est lui le disciple qui rend témoignage de tout cela, et qui l'a rapporté par écrit, * Et nous savons que son témoignage est véridique. V/. Il a bu à la source des torrents évangéliques, jaillis du cœur sacré de son Seigneur et Maître. * Et nous savons.
Lectio III Lecture III
Audeámus ígitur dícere primítias Scripturárum ómnium Evangélium esse; evangeliórum vero primítias, evangélium a Ioánne tráditum; cuius sensum percípere nemo potest, nisi qui supra pectus Iesu recubúerit vel accéperit a Iesu Maríam quæ étiam ipsíus mater fiat: ádeo talem tantúmque esse necésse est, qui Ioánnes álius sit futúrus, ut quemádmodum Ioánnes, ítidem étiam et iste a Iesu Iesus exsístere ostendátur. Nam si nullus est Maríæ fílius prætérquam Iesus dicítque Iesus matri: Ecce fílius tuus, et non: " Ecce étiam hic est fílius tuus ", perínde est ac si dixísset: " Ecce hic est Iesus quem genuísti. " Etenim quisquis perféctus est, non ámplius vivit ipse, sed in ipso vivit Christus. Cumque in ipso vivat Christus, dícitur de eo Maríæ: Ecce fílius tuus Christus. Car il faut oser dire que l'Évangile constitue les prémices de toute l'Écriture et que, parmi les évangiles, les prémices sont celui de Jean, dont nul ne peut saisir le sens, s'il ne s'est penché sur la poitrine de Jésus et n'a reçu de Jésus Marie pour mère. Et, pour être un autre Jean, il faut devenir tel que, tout comme Jean, on s'entende désigner par Jésus comme étant Jésus lui-même. Car Marie n'a pas d'autre fils que Jésus; quand donc Jésus dit à sa mère: Voici ton fils, et non: « Voici, cet homme est aussi ton fils », c'est comme s'il lui disait: « Voici Jésus que tu as enfanté. » En effet, quiconque est arrivé à la perfection ne vit plus mais le Christ vit en lui et, puisque le Christ vit en lui, il est dit de lui à Marie: Voici ton fils, le Christ.
R/. Hic est beatíssimus evangelísta et apóstolus Ioánnes, * Qui privilégio amóris præcípui, céteris áltius a Dómino méruit honorári. V/. Hic est discípulus ille quem diligébat Iesus, qui supra pectus Dómini in cena recúbuit. * Qui. R/. C'est lui l'évangéliste vraiment bienheureux, l'apôtre Jean, * Que le Seigneur honora, plus que tous les autres, du privilège d'un amour de prédilection. V/. Il est le disciple que Jésus aimait, celui qui, durant la Cène, a reposé sur le cœur du Maître, * Que le Seigneur.
Lectio IV Lecture IV
Quid ergo áttinet dícere quanta nobis opus sit mente ut in testáceis abiéctæ lítteræ thesáuris recónditum verbum digne valeámus interpretári, præsértim cum líttera passim a quibúsvis legátur, verbúmque per vocem sensíbile audiátur ab ómnibus qui audítum præbent corporálem? Qui enim accuráte apprehensúrus sit, vere is dicat opórtet: Nos autem Christi sensum habémus ut sciámus quæ a Deo donáta sunt nobis. Est-il encore nécessaire de dire quelle intelligence il faut pour interpréter dignement la Parole déposée dans les trésors d'argile d'un langage ordinaire? Oui, cet écrit, tout le monde peut le lire, et cette parole, quand une voix la rend sensible, tous ceux qui prêtent les oreilles de leur corps peuvent l'entendre. Mais pour interpréter avec justesse l'évangile de Jean, il faut pouvoir dire en toute vérité: Nous avons, nous, la pensée du Christ, pour connaître les grâces que Dieu nous a accordées.
R/. Ecce puer meus quem elégi, dicit Dóminus, eléctus meus: * Complácuit sibi in illo ánima mea. V/. Pósui super eum spíritum meum, iudícium géntibus nuntiábit. * Complácuit. V/. Glória Patri. * Complácuit. R/. Voici mon fils, mon serviteur, celui que j'ai choisi, mon élu, dit le Seigneur: * En lui j'ai mis toute ma joie. V/. Je fais reposer sur lui mon Esprit: aux nations il fera connaître le jugement. * En lui. V/. Gloire au Père. * En lui.
In tertio nocturno, anno A Troisième nocturne, année A
Léctio sancti Evangélii secúndum Ioánnem Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean
Prima sabbatórum, currit María Magdaléne et venit ad Simónem Petrum et ad álium discípulum quem amábat Iesus. Et réliqua. Le matin de Pâques, Marie Madeleine courut trouver Simon-Pierre et l'autre disciple, celui que Jésus aimait. Et la suite.
Ex Tractátu Rupérti Tuitiénsis abbátis De opéribus Spíritus Sancti. (Lib.4, 10.12: SC 165, 164-168.176-178) Livre de Rupert de Deutz sur les œuvres du Saint-Esprit
Lectio I Lecture I
Ioánnem Dóminus Iesus céteris áltius díligens, et non conténtus illum in hac parte grátiæ, scílicet in Spíritu intellegéntiæ, céteris coæquálem esse apóstolis, apéruit illi rursus singuláriter secréta cæli, ut vidéret visiónes admirábiles quas et digéssit in libro qui intitulátur Apocalýpsis, scriberétque illud altum et hóminibus inenarrábile Verbi Dei, Verbi incarnáti mystérium. Diligébat enim eum. Le Seigneur Jésus aima Jean plus intimement que les autres disciples; il ne lui suffit pas qu'il fût l'égal des autres dans l'Esprit d'intelligence, il lui ouvrit encore les secrets du ciel à un degré unique pour lui faire voir les visions admirables qu'il a exposées dans le livre de l'Apocalypse et pour lui faire écrire le mystère profond dont l'homme ne peut rien dire, le mystère du Verbe de Dieu, du Verbe incarné. Jésus fit cela parce qu'il aimait Jean.
R/. Diligébat autem eum Iesus, quóniam speciális prærogatíva castitátis amplióri dilectióne fécerat dignum. * Quia virgo eléctus ab ipso, virgo in ævum permánsit. V/. In cruce dénique moritúrus, huic matrem suam vírginem vírgini commendávit. * Quia. R/. Il est le disciple que Jésus aimait, le disciple que le privilège d'une plus grande chasteté destinait à un plus grand amour, * Le disciple vierge, ainsi choisi par Jésus, demeuré tel à jamais. V/. Le Christ Jésus, avant de mourir sur la croix, remit le soin de la Vierge, sa mère, à ce disciple, * Le disciple vierge.
Lectio II Lecture II
In quo tamen nec illud prætereúndum quia cum tali amóris privilégio dilígeret eum, non tamen huic sed Petro speciáliter dixit quia tu es Petrus et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. Síquidem Dóminus noster cum omnes discípulos et præcípue Petrum amóre spíritus vel mentis dilígeret, hunc Ioánnem quodam cordis amóre velut homo hóminem díligens, non tamen céteris in órdine apostolátus præférre vóluit, quippe qui in ómnibus divínam voluntátem atténdens quodam loco dicit: Quia descéndi de cælo non ut fáciam voluntátem meam, sed voluntátem eius qui misit me. Mais remarquons ici que, tout en l'aimant avec prédilection, ce n'est cependant pas à lui, mais à Pierre qu'il dit tout spécialement: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; car notre Seigneur, tout en aimant chacun de ses disciples, et Pierre surtout, avec un amour qui engageait toute sa personne, aima ce Jean d'un amour du cœur, comme un homme aime un homme, mais il ne voulut pas le mettre à la tête des autres dans l'ordre de l'apostolat ; cela parce que notre Seigneur cherchait en tout la volonté divine. Il dit quelque part: Je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé.
R/. Cibávit illum Dóminus pane vitæ et intelléctus, et aqua sapiéntiæ salutáris potávit illum: * Et exaltávit eum apud próximos suos. V/. In médio ecclésiæ apéruit os eius, et implévit eum Dóminus spíritu sapiéntiæ et intelléctus. * Et exaltávit. R/. Le Seigneur lui donne à manger le pain de la vie et de l'intelligence, il lui fait boire l'eau salutaire de la sagesse: * Il l'exalte au-dessus de ses semblables. V/. Le Seigneur lui ouvre la bouche au milieu de l'assemblée, il le remplit d'un esprit de sagesse et d'intelligence. * Il l'exalte.
Lectio III Lecture III
Igitur in órdine vel dignitáte apostolátus, beátus ille Simon Bar Iona, cui primo non caro et sanguis revelávit sed Pater qui est in cælis, primátum gérere et claves regni cælórum accípere méruit; hic autem discípulus partem non parvam extra fratres suos consecútus est de thesáuro Patris, de Spíritu intelléctus qui vere iucunditátem et exsultatiónem super eum thesaurizávit. Donc, dans la dignité de l'apostolat, bienheureux est Simon Bar Iona, à qui le premier, non la chair ni le sang mais le Père des cieux a donné la révélation: c'est lui qui a eu le privilège de tenir la première place et de recevoir les clefs du royaume des cieux. Quant à cet autre disciple, il a obtenu, plus que ses frères, une part importante du trésor paternel, une part de l'Esprit d'intelligence qui a vraiment amassé sur lui un trésor de joie et d'allégresse.
R/. In illo die suscípiam te servum meum, et ponam te sicut signáculum in conspéctu meo. * Quóniam ego elégi te, dicit Dóminus. V/. Esto fidélis usque ad mortem, et dabo tibi corónam vitæ. * Quóniam. R/. En ce jour-là, je te prendrai, toi, mon serviteur, et je t'établirai devant moi comme l'anneau à cacheter, * Car c'est toi que j'ai choisi, oracle du Seigneur. V/. Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai la couronne de la vie, * Car.
Lectio IV Lecture IV
Ioánnes áquila recte dícitur qui divinitátem illam qua in cælum homo Christus ascéndere pótuit irreverberátis óculis áltius contemplári méruit. Iste recte áquila dícitur qui adhuc in carne pósitus pótuit in illum solem apértos óculos fígere. Aussi peut-on, à juste titre donner à Jean le nom d'aigle puisqu'il a eu la grâce de contempler dans les hauteurs, et sans que ses yeux en soient aveuglés, cette divinité qui entraîna l'humanité du Christ jusqu'au ciel. Oui, on peut appeler aigle celui qui, vivant encore dans la chair, a pu fixer sur ce soleil ses yeux ouverts.
R/. In médio ecclésiæ apéruit os eius, * Et implévit eum Dóminus spíritu sapiéntiæ et intelléctus. V/. Misit Dóminus manum suam et tétigit os meum. * Et implévit. V/. Glória Patri. * Et implévit. R/. Le Seigneur lui ouvre la bouche au milieu de l'assemblée, * Il le remplit d'un esprit de sagesse et d'intelligence. V/. Le Seigneur a étendu la main, il m'a touché la bouche. * Il. V/. Gloire au Père. * Il.