Vigiles (OSB) du samedi 28 décembre 2019 - Les Saints Innocents, martyrs

Infra octavam Nativitatis Dans l'octave de la Nativité
Sabbato Samedi
Ss. Innocentium, martyrum Les Saints Innocents, martyrs
Festum Fête
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De libro Exodi Du livre de l'Exode
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Surréxit rex novus super Ægýptum, qui ignorábat Ioseph; et ait ad pópulum suum: " Ecce, pópulus filiórum Israel multus et fórtior nobis est: veníte, prudénter agámus cum eo ne forte multiplicétur et, si ingrúerit contra nos bellum, addátur inimícis nostris, expugnatísque nobis, egrediátur de terra. " Un nouveau roi vint au pouvoir en Égypte, qui n'avait pasé connu Joseph. Il dit à son peuple : « Voici que le peuple des Israélites est devenu plus nombreux et plus puissant que nous. Allons, prenons de sages mesures pour l'empêcher de s'accroître, sinon, en cas de guerre, il grossirait le nombre de nos adversaires. Il combattrait contre nous pour, ensuite, sortir du pays. »
R/. Adoravérunt vivéntem in sæcula sæculórum, * Mitténtes corónas suas ante thronum Dómini Dei sui. V/. Veniéntes autem vénient cum exsultatióne, portántes manípulos suos. * Mitténtes. R/. Ils adorent celui qui vit pour les siècles des siècles, * Ils jettent leur couronne devant le trône de leur Seigneur et Dieu. V/. Ils s'en viennent, ils s'en viennent dans la joie, ils rapportent leurs gerbes! * Ils jettent.
Lectio II Lecture II
Præpósuit ítaque eis magístros óperum ut afflígerent eos onéribus; ædificaverúntque urbes promptuárias pharaóni, Phithom et Ramésses. Quantóque opprimébant eos, tanto magis multiplicabántur et crescébant. On imposa donc à Israël des chefs de corvée pour lui rendre la vie dure par les travaux qu'ils exigeraient. C'est ainsi qu'il bâtit pour Pharaon les villes-entrepôts de Pitom et de Ramsès. Mais plus on lui rendait la vie dure, plus il croissait en nombre et surabondait, ce qui fit redouter les Israélites.
R/. Vox in Rama audíta est, plorátus et ululátus: * Rachel plorans fílios suos ; nóluit consolári, quia non sunt. V/. Irátus Heródes, iussit omnes púeros occídi, a bimátu et infra, in Béthlehem Iudæ. * Rachel. R/. Un cri s'élève dans Rama, des pleurs et une longue plainte : * Rachel pleure ses enfants et ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus. V/. Hérode, saisi d'une violente fureur, envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans, à Bethléem de Juda. * Rachel.
Lectio III Lecture III
Formidaverúntque fílios Israel Ægýptii et in servitútem redegérunt eos atque ad amaritúdinem perducébant vitam eórum opéribus duris luti et láteris omníque famulátu quo in terræ opéribus premebántur. Les Égyptiens contraignirent les Israélites au travail et leur rendirent la vie amère par de durs travaux : préparation de l'argile, moulage des briques, divers travaux des champs, toutes sortes de travaux auxquels ils les contraignirent.
R/. Sub altáre Dei audívi voces occisórum dicéntium: * Quare non deféndis sánguinem nostrum? Et accepérunt divínum respónsum: Adhuc sustinéte módicum tempus, donec impleátur númerus fratrum vestrórum. V/. Vidi sub altáre Dei ánimas interfectórum propter verbum Dei quod habébant, et clara voce dicébant: * Quare. R/. J'entendis crier sous l'autel de Dieu ceux qu'on avait égorgés, ils disaient: * Pourquoi ne pas te montrer notre vengeur-du-sang? Ils reçurent la réponse divine: Patientez encore un peu de temps, que soit complété le nombre de vos frères. V/. Je vis sous l'autel de Dieu les âmes de ceux qu'on avait immolés à cause de la prophétie qu'ils tenaient de Dieu. Et ils disaient d'une voix claire: * Pourquoi.
Lectio IV Lecture IV
Dixit autem rex Ægýpti obstetrícibus Hebræórum, quarum una vocabátur Sephra, áltera Phua, præcípiens eis: " Quando obstetricábitis Hebras et partus tempus advénerit, si másculus fúerit, interfícite eum; si fémina, reserváte. " Præcépit ergo phárao omni pópulo suo dicens: " Quidquid masculíni sexus natum fúerit, in flumen proícite; quidquid femínei, reserváte. " Le roi d'Égypte dit aux accoucheuses des femmes des Hébreux, dont l'une s'appelait Shiphra et l'autre Pua : « Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux, regardez les deux pierres. Si c'est un fils, faites-le mourir, si c'est une fille, laissez-la vivre. » Pharaon donna alors cet ordre à tout son peuple : « Tout fils qui naîtra, jetez-le au Fleuve, mais laissez vivre toute fille. »
R/. Ecce vidi Agnum stantem supra montem Sion, et cum eo sanctórum mília; * Et habébant nomen eius et nomen Patris eius scriptum in fróntibus suis. V/. Hi empti sunt ex homínibus, primítiæ Deo et Agno. * Et habébant. V/. Glória Patri. * Et habébant. R/. J'ai vu l'Agneau debout sur la montagne de Sion, et avec lui des milliers de saints: * Ils portent, inscrits sur leur front, le nom de l'Agneau et celui de son Père. V/. Ils ont été rachetés d'entre les hommes, comme prémices pour Dieu et pour l'Agneau. * Ils portent. V/. Gloire au Père. * Ils portent.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Epístulis sancti Cypriáni epíscopi et mártyris (Ep 58, 6-7: CSEL 3, 661-662) Lettre de saint Cyprien
Lectio I Lecture I
Quid in Machabæis beatórum mártyrum grávia torménta, nonne magnæ virtútis et fídei documénta testántur et nos ad martýrii triúmphum suis passiónibus adhortántur? Quid prophétæ quos ad præsciéntiam futurórum Spíritus Sanctus animávit? Quid apóstoli quos Dóminus elégit? Nonne cum iusti occidúntur propter iustítiam mori nos quoque docuérunt? Christi natívitas a martýriis infántium statim cœpit, ut ob nomen eius a bimátu et infra qui fúerant necaréntur. Ætas necdum hábilis ad pugnam idónea éxstitit ad corónam. Dans l'histoire des Machabées, les supplices douloureux des bienheureux martyrs ne nous donnent-ils pas des exemples de grand courage et de grande foi? Ne nous excitent-ils pas, par les souffrances qu'ils endurèrent, au triomphe du martyre? Et les prophètes à qui l'Esprit Saint donna la connaissance de l'avenir, et les apôtres que le Seigneur avait choisis, est-ce que, en se laissant mettre à mort, ces justes ne nous apprennent pas à mourir à notre tour pour la justice? La naissance du Christ fut aussitôt marquée par des martyres d'enfants, ceux qui avaient deux ans et au-dessous étant égorgés à cause de son nom. Un âge impropre au combat fut en état de conquérir la couronne.
R/. Effudérunt sánguinem sanctórum velut aquam in circúitu Ierúsalem. * Et non erat qui sepelíret. V/. Víndica, Dómine, sánguinem sanctórum tuórum qui effúsus est. * Et non erat. R/. On a répandu, comme de l'eau, le sang des martyrs aux alentours de Jérusalem, * Et personne pour les ensevelir! V/. Montre-toi, Seigneur, le vengeur-du-sang de tes serviteurs! * Et personne.
Lectio II Lecture II
Ut apparéret innocéntes esse qui propter Christum necántur, infántia ínnocens ob nomen eius occísa est. Osténsum est néminem esse a perículo persecutiónis immúnem, quando et tales martýria fecérunt. Quam vero gravis causa sit hóminis christiáni servum pati nolle, cum passus sit prior Dóminus, et pro peccátis nostris nos pati nolle, cum peccátum suum próprium non habens passus sit ille pro nobis? Fílius Dei passus est ut nos fílios Dei fáceret, et fílius hóminis pati non vult ut esse Dei fílius persevéret? Pour qu'il fût bien établi que ceux-là sont innocents qui se font égorger pour le Christ, l'enfance innocente fut mise à mort à cause de son nom. Il fut bien montré que personne n'est exempt de la persécution, lorsque même des enfants de cet âge subirent le martyre. Combien le cas serait grave pour un serviteur portant le nom de chrétien de ne pas vouloir souffrir quand son maître, le Christ, a souffert le premier; combien lâche pour nous de ne pas consentir à souffrir pour nos péchés, quand lui, qui n'avait pas de péché propre, a souffert pour nous! Le Fils de Dieu a souffert pour faire de nous des fils de Dieu, et le fils de l'homme ne veut pas souffrir pour continuer d'être fils de Dieu!
R/. Isti sunt sancti qui passi sunt propter te, Dómine: víndica eos, * Quia clamant ad te cotídie. V/. Víndica, Dómine, sánguinem sanctórum tuórum qui effúsus est. * Quia. R/. Vois, Seigneur, les saints qui ont souffert pour toi, sois leur vengeur-du-sang! * Ils crient vers toi jour après jour! V/. Montre-toi, Seigneur, le vengeur-du-sang de tes serviteurs! * Ils crient.
Lectio III Lecture III
Si ódio sæculi laborámus, ódium sæculi sustínuit prior Christus: si contumélias in hoc mundo, si fugam, si torménta tolerámus, gravióra expértus est mundi factor et Dóminus, qui et ádmonet dicens: Si sæculum vos odit, mementóte quóniam me primo ódiit. Si de sæculo essétis, sæculum quod suum esset amáret. Dóminus et Deus noster quidquid dócuit et fecit, ut discípulus excusátus esse non possit qui discit et non facit. Si nous sommes en proie à la haine du monde, le fils de Dieu l'a éprouvée avant nous; si nous souffrons ici-bas des outrages, l'exil, les tourments, l'auteur, le maître du monde a souffert un traitement pire encore; et il nous le rappelle: Si le monde vous hait, souvenez-vous qu'il m'a haï d'abord. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui lui appartiendrait. Notre Seigneur et notre Dieu a fait tout ce qu'il a enseigné, de telle façon que le disciple n'est pas excusable, qui reçoit un enseignement et ne fait pas ce qu'on lui enseigne.
R/. Fulgébunt iusti sicut lílium, * Et sicut rosæ in Iéricho florébunt ante Dóminum. V/. Iusti fulgébunt in glória sanctórum, indúti véstibus albis. * Et sicut. R/. Les justes resplendiront, comme l'éclat des lys; * Et, comme s'épanouissent les roses de Jéricho, ils feront éclore leurs fleurs devant le Seigneur. V/. Au milieu de la gloire des élus, les justes resplendiront, vêtus de blanc. * Et.
Lectio IV Lecture IV
Neque áliquis ex vobis, fratres dilectíssimi, futúræ persecutiónis metu aut antichrísti imminéntis advéntu sic terreátur ut non evangélicis exhortatiónibus et præcéptis ac mónitis cæléstibus ad ómnia inveniátur armátus. Venit antichrístus, sed supervénit Christus. Grassátur et sævit inimícus, sed statim séquitur Dóminus passiónes nostras et vúlnera vindicatúrus. Iráscitur adversárius et minátur, sed est qui possit de eius mánibus liberáre. Ille metuéndus est cuius iram nemo póterit evádere ipso præmonénte et dicénte: Ne timuéritis eos qui occídunt corpus, ánimam autem non possunt occídere. Et que personne d'entre vous, frères très chers, ne se laisse tellement effrayer par la persécution qui s'annonce et la venue prochaine de l'Antéchrist, qu'il ne trouve plus dans les exhortations évangéliques et les préceptes et les avertissements célestes, des armes contre tous les dangers. L'Antéchrist vient, mais après lui vient le Christ. L'ennemi rôde et exerce ses ravages, mais le Seigneur le suit aussitôt et venge nos souffrances et nos blessures. L'adversaire se fâche et fait des menaces, mais il y a quelqu'un qui peut nous tirer de ses mains. Celui-là doit être craint, à la colère de qui personne ne peut échapper, comme il nous en avertit lui-même: Ne craignez pas ceux qui peuvent tuer le corps, mais ne peuvent tuer l'âme.
R/. Ex ore infántium et lacténtium, Deus, perfecísti laudem propter inimícos tuos, * Dómine Deus noster. V/. Quóniam eleváta est magnificéntia tua super cælos, * Dómine. V/. Glória Patri. * Dómine. R/. Par la bouche des enfants, des tout-petits, ô Seigneur, ta splendeur est chantée : rempart que tu opposes à l'adversaire, * Ô Seigneur, notre Dieu ! V/. Tu es magnifique, exalté au-dessus des cieux, * Ô Seigneur. V/. Gloire au Père.* Ô Seigneur.
In tertio nocturno, anno A Troisième nocturne, année A
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
Cum recessíssent magi, ecce ángelus Dómini ápparet in somnis Ioseph dicens: " Surge et áccipe púerum et Matrem eius et fuge in Ægýptum. " Et réliqua. Après la visite des mages à Bethléem, l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit: « Lève-toi; prends l'enfant et sa Mère, et fuis en Égypte. » Et la suite.
Ex Sermónibus Eusébii Gallicáni (Sermo 218, 2: PL 39, 2150) Sermon d'Eusèbe le Gallican
Lectio I Lecture I
Decéptor Heródes rex illúsus a magis, mittit in Béthlehem et in omnes fines eius, ut interficiántur púeri a bimátu et infra. Occidúntur pro Christo párvuli, pro iustítia móritur innocéntia. Quam beáta ætas quæ necdum Christum potest loqui et iam pro Christo merétur occídi; nondum opportúna vúlneri et iam idónea passióni! Quam felíciter nati quibus in primo nascéndi límine ætérna vita óbvia venit! Incúrrunt quidem inter ipsa primórdia accéptæ lucis perículum et finem salútis; sed de ipso prótinus fine cápiunt princípia æternitátis. Le fourbe roi Hérode, trompé par les mages, envoie ses séïdes à Bethléem et dans tous les environs, pour faire tuer les enfants à partir de deux ans et au-dessous. On massacre les tout-petits pour le Christ, l'innocence meurt pour la justice. Quel âge bienheureux! Incapable encore de parler pour le Christ, il mérite déjà de périr pour lui; trop petit pour recevoir une blessure, et déjà apte au martyre! Comme ils ont été favorisés dans leur naissance! Au seuil de leur existence, la vie éternelle vient à leur rencontre. Certes, dès qu'ils ont vu le jour, ils rencontrent le danger et une fin salutaire, mais aussitôt cette fin même devient pour eux principe d'éternité.
R/. Cantábant sancti cánticum novum ante sedem Dei et Agni; * Et resonábat terra in voces illórum. V/. Isti sunt qui venérunt ex magna tribulatióne et lavérunt stolas suas in sánguine Agni. * Et resonábat. R/. Les saints chantaient le cantique nouveau devant le trône de Dieu et de l'Agneau; * Et la terre vibrait du son de leurs voix. V/. Ils viennent de la grande épreuve, ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. * Et la terre.
Lectio II Lecture II
Immatúri quidem vidéntur ad mortem; sed felíciter moriúntur ad vitam. Vix dum gustáverant præséntem, statim tránseunt ad futúram; nondum ingréssi infántiæ cunas, iam pervéniunt ad corónas. Rapiúntur quidem a compléxibus matrum; sed reddúntur grémiis angelórum. Ils parviennent certes à la mort avant qu'il en soit temps, mais ils ont la joie de mourir pour aller à la vraie vie. À peine ont-ils goûté à la vie présente que sur-le-champ ils accèdent à la vie future. Ils ne sont pas encore entrés dans le berceau de la petite enfance que déjà ils arrivent à la couronne. Certes, on les arrache aux embrassements de leur mère, mais c'est pour les rendre au sein des anges.
R/. Vidi sub altáre Dei ánimas interfectórum propter verbum Dei et propter testimónium quod habébant; et clara voce dicébant: * Víndica, Dómine, sánguinem nostrum qui effúsus est. V/. Sub throno Dei, omnes sancti clamant: * Víndica. R/. Je vis sous l'autel de Dieu les âmes de ceux qu'on avait immolés à cause de la parole de Dieu et du témoignage dont ils étaient dépositaires. Ils disaient d'une voix claire: * Montre-toi, Seigneur, notre vengeur-du-sang! V/. Sous le trône de Dieu, tous les saints criaient: * Montre-toi.
Lectio III Lecture III
Nihil ergo egísti, ferocíssimæ austeritátis audácia; potes mártyres fácere, Christum non potes inveníre. Putábat se infélix tyránnus Dómini Salvatóris advéntu regáli sólio detrudéndum. Sed non ita est. Non ad hoc vénerat Christus, ut aliénam glóriam inváderet, sed ut suam donáret. Non ad hoc vénerat, ut regnum terréstre præríperet, sed ut cæléste conférret. Non vénerat ad potestátes dignitatésque rapiéndas, sed ad contumélias et iniúrias perferéndas. Non ad hoc vénerat, ut sacrum illud caput ad diadéma gemmárum, sed ut ad corónam spíneam præparáret. Non, inquam, ad hoc vénerat, ut constituerétur supra sceptra magníficus, sed ut crucifigerétur illúsus. Tu n'as donc rien obtenu, barbare cruel et plein d'audace: tu peux faire des martyrs, tu ne peux trouver le Christ. Le tyran infortuné croyait que l'avènement du Seigneur notre Sauveur le renverserait de son trône royal. Mais il n'en est pas ainsi. Le Christ n'était pas venu pour usurper la gloire d'autrui, mais pour nous faire don de la sienne. Il n'était pas venu pour s'emparer d'un royaume terrestre, mais pour en accorder un céleste. Il n'était pas venu pour ravir des dignités, mais pour souffrir des injures et des sévices. Il n'était pas venu pour préparer sa tête sacrée à un diadème de pierreries, mais à une couronne d'épines. Il n'était pas venu, dis-je, pour s'établir glorieusement au-dessus des sceptres, mais pour être bafoué et crucifié.
R/. Sub throno Dei omnes sancti clamant: * Víndica sánguinem nostrum, Deus noster. V/. Sub altáre Dei audívi voces occisórum, clamántium et dicéntium. * Víndica. R/. Sous le trône de Dieu, tous les saints criaient: * Montre-toi notre vengeur-du-sang, ô notre Dieu! V/. J'entendis sous l'autel de Dieu la voix de ceux qu'on avait égorgés crier avec force: * Montre-toi.
Lectio IV Lecture IV
Nascénte ergo Dómino conturbátur Heródes et omnis Ierosólyma cum eo. Quid mirum, si pietáte nascénte perturbétur impíetas? Ecce iacéntem in præsépio pertiméscit armátus, contremíscit húmilem rex supérbus, obvolútum pannis métuit purpurátus. Cum simulatióne allóquitur magos: Ite, inquit, requírite de púero et, cum invenéritis, renuntiáte mihi ut et ego véniens adórem eum. Simulábat adoráre se velle quem conabátur occídere. Sed non timet Véritas falsitátis insídias. Fállitur ergo stulti furor tyránni. Christum non potest inveníre perfídia, quia Deus non crudelitáte sed credulitáte quæréndus est, qui vivit et regnat in sæcula sæculórum. Amen. Donc, à la naissance du Seigneur, Hérode est troublé et tout Jérusalem avec lui. Quoi d'étonnant, si l'impiété est perturbée par la naissance de la bonté? Voici que l'homme en armes s'effraie de celui qui est couché dans une mangeoire, le roi superbe tremble devant l'humble, celui qui est revêtu de pourpre redoute le tout-petit enveloppé de langes. Il s'adresse aux mages avec fourberie: Allez, leur dit-il, enquérez-vous de l'enfant et, quand vous l'aurez trouvé, faites-le moi savoir pour que je vienne moi aussi l'adorer. Il feignait de vouloir adorer celui qu'il cherchait à faire périr. Mais la Vérité ne craint pas les embûches du mensonge. La fureur du tyran stupide est donc trompée. La perfidie ne peut trouver le Christ, car ce n'est pas par la cruauté mais par la foi que l'on doit chercher Dieu, qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen.
R/. Coronávit eos Dóminus coróna iustítiæ, * Quia passi sunt pro Dómino et sequúntur Agnum. V/. Amavérunt Christum in vita sua, imitáti sunt eum in morte sua. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Le Seigneur leur a donné la couronne de la justice, * Car ils ont souffert pour lui, et ils suivent l'Agneau de Dieu. V/. Ils ont aimé le Christ pendant leur vie; dans leur mort, ils ont reproduit son image. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.