Vigiles (OSB) du dimanche 12 janvier 2020 - BAPTEME DU SEIGNEUR

Hebdomada III post Nativitatem IIIème semaine après la Nativité
Dominica Dimanche
IN BAPTISMATE DOMINI BAPTEME DU SEIGNEUR
Festum Fête
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Ecce servus meus, suscípiam eum; eléctus meus, cómplacet sibi in illo ánima mea; dedi spíritum meum super eum, iudícium géntibus próferet. Non clamábit neque vociferábitur, nec audiétur vox eius foris. Cálamum quassátum non cónteret et linum fúmigans non exstínguet; in veritátem próferet iudícium. Non languébit nec frangétur, donec ponat in terra iudícium; et legem eius ínsulæ exspéctant. Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui mon âme se complaît. J'ai mis sur lui mon esprit, il présentera aux nations le droit. Il ne crie pas, il n'élève pas le ton, il ne fait pas entendre sa voix dans la rue; il ne brise pas le roseau froissé, il n'éteint pas la mèche qui faiblit, fidèlement, il présente le droit; il ne faiblira ni ne cédera jusqu'à ce qu'il établisse le droit sur la terre, et les îles attendent son enseignement.
R/. Hódie, in Iordáne baptizáto Dómino, apérti sunt cæli, et sicut colúmba super eum Spíritus mansit, et vox Patris intónuit: * Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi complácui. V/. Cæli apérti sunt super eum, et vox Patris audíta est: * Hic. R/. Aujourd'hui, le Seigneur est baptisé dans le Jourdain, les cieux s'entrouvrent; l'Esprit, tel une colombe, descend et demeure sur lui. La voix du Père retentit: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j'ai mis tout mon amour. V/. Les cieux s'entrouvrent au-dessus de lui, et la voix du Père se fait entendre: * Celui-ci.
Lectio II Lecture II
Hæc dicit Dóminus Deus, creans cælos et exténdens eos, firmans terram et quæ gérminant ex ea, dans flatum pópulo qui est super eam, et spíritum calcántibus eam: " Ego, Dóminus, vocávi te in iustítia et apprehéndi manum tuam; et formávi te et dedi te in fœdus pópuli, in lucem géntium, ut aperíres óculos cæcórum et edúceres de conclusióne vinctum, de domo cárceris sedéntes in ténebris. Ego Dóminus: hoc est nomen meum; et glóriam meam álteri non dabo et laudem meam sculptílibus. Quæ prima fuérunt, ecce venérunt; nova quoque ego annúntio: ántequam oriántur, audíta vobis fáciam ". Insi parle Dieu, le Seigneur, qui a créé les cieux et les a déployés, qui a affermi la terre et ce qu'elle produit, qui a donné le souffle au peuple qui l'habite, et l'esprit à ceux qui la parcourent. « Moi, le Seigneur, je t'ai appelé dans la justice, je t'ai saisi par la main, et je t'ai modelé, j'ai fait de toi l'alliance du peuple, la lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles, pour extraire du cachot le prisonnier, et de la prison ceux qui habitent les ténèbres. Je suis le Seigneur, tel est mon nom! Ma gloire, je ne la donnerai pas à un autre, ni mon honneur aux idoles. Les premières choses, voici qu'elles sont arrivées, et je vous en annonce de nouvelles, avant qu'elles ne paraissent, je vais vous les faire connaître ».
R/. In colúmbæ spécie Spíritus Sanctus visus est, patérna vox audíta est: * Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi bene complácui. V/. Cæli apérti sunt super eum, et vox Patris intónuit: * Hic. R/. L'Esprit Saint se manifeste sous l'apparence d'une colombe, la voix du Père se fait entendre: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j'ai mis tout mon amour. V/. Les cieux s'entrouvrent au-dessus de lui, la voix du Père retentit. * Celui-ci.
Lectio III Lecture III
Audíte me, insulæ, et atténdite, pópuli de longe: Dóminus ab útero vocávit me, de ventre matris meæ recordátus est nóminis mei; et pósuit os meum quasi gládium acútum, in umbra manus suæ protéxit me et pósuit me sicut sagíttam eléctam, in pháretra sua abscóndit me, et dixit mihi: " Servus meus es tu, Israel, in quo gloriábor ". Et ego dixi: " In vácuum laborávi, sine causa et vane fortitúdinem meam consúmpsi; verúmtamen iudícium meum cum Dómino et merces mea cum Deo meo ". Et nunc dicit Dóminus, qui formávit me ex útero servum sibi, ut redúcerem Iacob ad eum, et Israel ei congregarétur; et glorificátus sum in óculis Dómini, et Deus meus factus est fortitúdo mea. Îles, écoutez-moi, soyez attentifs, peuples lointains! Le Seigneur m'a appelé dès le sein maternel, dès les entrailles de ma mère il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m'a abrité à l'ombre de sa main; il a fait de moi une flèche acérée, il m'a caché dans son carquois. Il m'a dit: «Tu es mon serviteur, Israël, toi en qui je me glorifierai ». Et moi, j'ai dit: « C'est en vain que j'ai peiné, pour rien, pour du vent j'ai usé mes forces ». Et pourtant mon droit était avec le Seigneur et mon salaire avec mon Dieu. Et maintenant le Seigneur a parlé, lui qui m'a modelé dès le sein de ma mère pour être son serviteur, pour ramener vers lui Jacob, et qu'Israël lui soit réuni; je serai glorifié aux yeux du Seigneur, et mon Dieu a été ma force.
R/. Hódie cæli apérti sunt et mare dulce factum est, terra exsúltat, montes et colles lætántur: * Quia a Ioánne in Iordáne Christus baptizátus est. V/. Quid est tibi, mare, quod fugísti? Et tu, Iordánis, quia convérsus es retrórsum? * Quia. R/. Aujourd'hui, les cieux s'entrouvrent, les eaux de la mer s'adoucissent, la terre exulte, les montagnes et les collines bondissent de joie: * Le Christ a été baptisé par Jean dans le Jourdain. V/. Qu'as-tu, mer, à t'enfuir, et toi, Jourdain, à retourner en arrière? * Le Christ.
Lectio IV Lecture IV
Et dixit: " Parum est ut sis mihi servus ad suscitándas tribus Iacob et relíquias Israel reducéndas: dabo te in lucem géntium ut sis salus mea usque ad extrémum terræ ". Hæc dicit Dóminus, redémptor Israel, Sanctus eius, ad contémptum in ánima, ad abominátum in gente, ad servum dominórum: " Reges vidébunt et consúrgent, príncipes quoque et adorábunt propter Dóminum, quia fidélis est, Sanctum Israel, qui elégit te ". Hæc dicit Dóminus: " In témpore benepláciti exaudívi te et in die salútis auxiliátus sum tui; et servávi te et dedi te in fœdus pópuli, ut suscitáres terram et distribúeres hereditátes dissipátas; ut díceres his qui vincti sunt: "Exíte", et his qui in ténebris: "Revelámini". Super vias pascéntur, et in ómnibus cóllibus decalvátis páscua eórum ". Il a dit: « C'est trop peu que tu sois pour moi un serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les survivants d'Israël. Je fais de toi la lumière des nations pour que mon salut atteigne aux extrémités de la terre. » Ainsi parle le Seigneur, le rédempteur, le Saint d'Israël, à celui dont l'âme est méprisée, honnie de la nation, à l'esclave des tyrans: « Des rois verront et se lèveront, des princes verront et se prosterneront, à cause du Seigneur qui est fidèle, du Saint d'Israël qui t'a élu. » Ainsi parle le Seigneur: « Au temps de la faveur je t'ai exaucé, au jour du salut je t'ai secouru. Je t'ai façonné et j'ai fait de toi l'alliance d'un peuple pour relever le pays, pour restituer les héritages dévastés, pour dire aux captifs: "Sortez", à ceux qui sont dans les ténèbres: "Montrez-vous". Ils paîtront le long des chemins, sur tous les monts chauves ils auront un pâturage. »
R/. Hódie cæli apérti sunt super eum, et vox de cælo sónuit dicens: * Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi complácui. V/. Cæli apérti sunt super eum, et vox Patris audíta est: * Hic est. V/. Glória Patri. * Hic est. R/. Aujourd'hui les cieux s'entrouvrent au-dessus de lui ; du ciel, une voix retentit : * Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j'ai mis tout mon amour. V/. Les cieux, au-dessus de lui, se sont ouverts, la voix du Père s'est fait entendre : * Celui-ci. V/. Gloire au Père. * Celui-ci.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Homilíis sancti Ioánnis Chrysóstomi epíscopi in Matthæum (Hom. 12, 1: PG 57, 201-203) Homélie de saint Jean Chrysostome sur l'Évangile de Matthieu
Lectio I Lecture I
Cum fámulis Dóminus, cum reis iudex baptizándus venit. Sed ne turbéris: nam in humílibus huiúsmodi rebus eius celsitúdo máxime respléndet. Qui enim in virgináli vulva tanto témpore gestári passus est, et inde cum natúra nostra prodíre, álapis cædi et crucifígi, et tália pérpeti quæ passus est, quid miráris si baptizári dignátus sit, et cum áliis ad servum accédere? Illud enim stupéndum erat, quod Deus cum esset, vellet homo fíeri: cétera vero deínceps secúndum rectam ratiónem consequúntur. Le Seigneur vient se faire baptiser avec les serviteurs, le juge avec les coupables. Que cela ne te trouble pas, car c'est dans de tels abaissements surtout que paraît sa grandeur. Celui qui resta neuf mois dans le sein virginal, qui en sortit revêtu de notre nature, qui voulut être souffleté et crucifié, soumis à tant d'autres souffrances, t'étonnes-tu qu'il ait daigné recevoir le baptême et se confondre avec la foule auprès de son serviteur? Ce qu'il y a d'étonnant, c'est qu'étant Dieu il ait voulu se faire homme; tout le reste n'est que la conséquence légitime de cela.
R/. Hódie nobis appáruit lumen de lúmine, quem Ioánnes baptízávit in Iordáne flúmine: * Ipsum crédimus natum ex María Vírgine. V/. Cæli apérti sunt super eum, et vox Patris audíta est. * Ipsum. R/. Aujourd'hui la lumière née de la lumière se manifeste à nous: celui que Jean a baptisé dans le Jourdain, * Nous croyons que celui-là est né de la Vierge Marie. V/. Les cieux se sont ouverts au-dessus de lui, et la voix du Père s'est fait entendre. * Nous.
Lectio II Lecture II
Ideo enim Ioánnes statim dixit se non esse dignum corrígiam calceaménti eius sólvere, ceteráque ómnia, nempe quod iudex sit, quod pro mérito síngulis reddat, quodque Spíritum áffatim datúrus sit ómnibus; ut cum víderis eum ad baptísmum veniéntem, nihil vile suspíceris. Idcírco præséntem illum cóhibet dicens: Ego a te débeo baptizári, et tu venis ad me! Aussi Jean déclare-t-il aussitôt qu'il n'est pas digne de dénouer les courroies de ses sandales; de là toutes les autres paroles qu'il prononce, en le proclamant juge de tous les hommes, celui qui doit rendre à chacun selon ses œuvres et donner à tous l'Esprit Saint avec abondance; en le voyant donc s'avancer pour être baptisé, tu ne pourras pas le mépriser. C'est pour cela qu'il le repousse en disant: C'est moi qui dois être baptisé par toi, et tu viens à moi!
R/. De paradíso vocátus currit cum gáudio interrogátus ab avis: Quid festínas, Iordánis? * Ut Christus baptizétur et Ioánnes coronétur. V/. Quid est tibi mare quod fugísti, et tu Iordánis quia convérsus es retrórsum? * Ut Christus. R/. Venu du paradis, l'appel se fait entendre : dans sa joie, le fleuve court ; les anciens l'interrogent : Pourquoi te hâter, Jourdain ? * C'est pour que soit baptisé le Christ, et que Jean soit couronné. V/. Qu'as-tu, mer, à t'enfuir, et toi, Jourdain, à retourner en arrière ? * C'est pour.
Lectio III Lecture III
Quia enim baptísma pæniténtiæ erat, et in accusatiónem peccatórum inducébat, ne quis putáret ipsum eódem ánimo ad Iordánem veníre, hanc cogitatiónem córrigit, dum agnum vocat et peccatórum per orbem ómnium redemptórem. Qui enim totíus humáni géneris peccáta tóllere potest, multo magis ipse impeccábilis erat. Ideóque non dixit: " Ecce impeccábilis ", sed quod multo maius erat: Qui tollit peccáta mundi, ut cum hoc et illud omníno certum hábeas videásque illum ália quædam administrántem ad baptísmum veníre. Comme c'était le baptême de la pénitence, disposant les hommes à reconnaître leurs péchés, Jean prévient à son sujet une semblable interprétation et, pour qu'on ne pense mê-me pas qu'il vient au Jourdain avec ce dessein, il l'appelle agneau et rédempteur de tous les péchés du monde. Celui qui peut enlever les péchés de tout le genre humain, est lui-même éminemment sans péché. Aussi Jean ne dit-il pas: « Voici l'impeccable », mais beaucoup mieux: Voici celui qui enlève les péchés du monde, puisque tu tiens pour certaines l'une et l'autre choses et tu vois le Christ venir au baptême dans un tout autre but.
R/. In própria venit, et sui eum non recepérunt. Quotquot autem recepérunt eum, dedit eis potestátem fílios Dei fíeri, his qui credunt in nómine eius, qui non ex sanguínibus, neque ex voluntáte carnis, neque ex voluntáte viri, * Sed ex Deo nati sunt. V/. Et vídimus glóriam eius, glóriam quasi Unigéniti a Patre. * Sed ex Deo. R/. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu. Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté d'homme : * Ils sont nés de Dieu. V/. Et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père, comme Fils unique. * Ils sont nés.
Lectio IV Lecture IV
Hic ut audívit: Sine modo, sic enim decet nos implére omnem iustítiam: statim obsecútus est. Neque enim pertináciter erat contentiósus, sed amórem simul et obœdiéntiam exhibébat, in omnibúsque Dómino obtemperáre studébat. Iustítia enim est mandatórum observátio. Quia ígitur, inquit, ália ómnia mandáta implévimus, hoc autem unum súperest, et illud quoque adiúngi opórtet. Decet ergo me totam implére legem: quia decet étiam maledíctum sólvere contra vos in lege inscríptum. Ideo carnem assúmpsi et advéni. Dès que Jean a entendu: Laisse faire pour l'instant; c'est ainsi qu'il nous faut accomplir toute justice, il obéit aussitôt. Il ne résiste pas avec opiniâtreté, il montre à la fois l'amour et l'obéissance et il obéit en tout au Seigneur. La justice est l'observation de tous les commandements. Comme nous les avons tous observés, semble-t-il dire, il reste encore celui-ci, et il faut l'ajouter aux autres. Il convient donc que j'accomplisse toute la Loi, car il convient que j'efface aussi la malédiction écrite contre vous dans la Loi. C'est pour cela que je me suis incarné et que je suis venu.
R/. Testimónium perhíbuit Ioánnes de Dómino Iesu dicens: * Quia vidi Spíritum descendéntem quasi colúmbam de cælo et mansit super eum. V/. Et ego vidi et testimónium perhíbui, quia hic est Fílius Dei. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Jean rendit ce témoignage au sujet du Seigneur Jésus : * J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. V/. Oui, j'ai vu, et je rends ce témoignage : C'est lui le Fils de Dieu. * J'ai vu. V/. Gloire au Père. * J'ai vu.
In tertio nocturno, anno A Troisième nocturne, année A
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
In illo témpore: Venit Iesus a Galilæa in Iordánem ad Ioánnem, ut baptizarétur ab eo. Et réliqua. Jésus, arrivant de Galilée, paraît sur les bords du Jourdain, et il vient à Jean pour se faire baptiser par lui. Et la suite.
Ex Oratiónibus sancti Gregórii Nazianzéni epíscopi (Orat. 39, 14.15.16: PG 36, 350.351.354) Sermon de saint Grégoire de Nazianze
Lectio I Lecture I
Christus illuminátur, simul illustrémur; Christus baptizátur, simul descendámus, ut simul étiam ascendámus. Baptízat Ioánnes, Iesus accédit; forsan quidem ut ipsum quoque, a quo baptizátur, sanctitáte affíciat; procul dúbio autem, ut totum véterem Adámum in aquis sepéliat; ante hos vero, et propter hos, Iordánem sanctíficans; ut, quemádmodum spíritus et caro erat, sic étiam per Spíritum et aquam initiáret. Le Christ est illuminé par le baptême, resplendissons avec lui; il est plongé dans l'eau, descendons avec lui pour remonter avec lui. Jean est en train de baptiser, et Jésus s'approche; peut-être pour sanctifier celui qui va le baptiser; certainement pour ensevelir au fond de l'eau toute la race du vieil Adam; mais avant eux et à cause d'eux, il sanctifie le Jourdain. Et comme il est chair et esprit, il veut pouvoir initier par l'eau et par l'Esprit.
R/. Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi, ecce de quo dicébam vobis: * Qui post me venit, ante me factus est, cuius non sum dignus corrígiam calceaménti sólvere. V/. Hoc est testimónium quod perhíbuit Ioánnes. * Qui. R/. Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde; c'est de lui que j'ai dit: * Celui qui vient après moi, avant moi Il était; je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. V/. Tel fut le témoignage de Jean, le Baptiste. * Celui.
Lectio II Lecture II
Baptísta non admíttit: Iesus certat. Tum: Ego a te baptizári débeo, inquit lucérna soli, vox Verbo, amícus sponso, maior inter natos mulíerum omnis creatúræ primogénito, is qui a matérno ventre præsultárat ei qui in ventre adorátus fúerat, præcúrsor et præcursúrus ei qui apparúerat atque apparébit. Ego a te baptizári débeo: adde, et pro te. Explorátum enim habébat fore ut martýrio baptizarétur; aut, ut Petrus, non pédibus dumtáxat purgarétur. Le Baptiste n'accepte pas de le baptiser. Jésus insiste. Mais: C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi. Voilà comment la lampe s'adresse au soleil, la voix à la Parole, l'ami de l'époux à l'époux, le plus grand des enfants des femmes au premier-né de toute la création, celui qui avait bondi dans le sein de sa mère à celui qui avait été adoré dans le sein de la sienne, le précurseur au présent et au futur à celui qui vient d'apparaître et qui réapparaîtra. C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi. Que Jean ajoute donc: et en me sacrifiant pour toi. Il savait, en effet, qu'il recevrait le baptême du martyre; ou, comme Pierre, que ses pieds ne seraient pas seuls purifiés.
R/. Benedíctus qui venit in nómine Dómini, * Deus Dóminus et illúxit nobis. V/. A Dómino factum est istud et est mirábile in óculis nostris. * Deus. R/. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, * Il est le Seigneur Dieu, et il nous illumine. V/. C'est là l'œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. * Il est.
Lectio III Lecture III
At étiam Iesus ex aquis ascéndit; mundum enim secum in altum effert, ac cælos quos Adámus et sibi et pósteris, quemádmodum et flámmeo gládio paradísum cláuserat, findi atque aperíri cernit. Mais voici Jésus qui remonte hors de l'eau. En effet, il porte le monde. Avec lui, il le fait monter; il voit les cieux se déchirer et s'ouvrir, alors qu'Adam les avait fermés pour lui et sa descendance, quand il fut expulsé du paradis que défendait l'épée de feu.
R/. Ecce ádvenit dominátor Dóminus omnípotens, * Et regnum in manu eius et potéstas et impérium. V/. Et factus est principátus super húmerum eius. * Et. R/. Voici venir le Seigneur des seigneurs, le Tout-Puissant, * La royauté, la puissance et l'empire sont en sa main. V/. L'insigne du pouvoir est sur son épaule. * La royauté.
Lectio IV Lecture IV
Ac Spíritus deitátem testátur, nimírum ad parem accúrrens; et vox clitus míttitur; illinc enim is erat cui testimónium dicebátur; et ut colúmba, corpus enim honóre áfficit, quandóquidem hoc étiam per deificatiónem Deus est, corpóreo modo conspécta. Ac simul multis retro sæculis colúmba dilúvii finem nuntiáre consuévit. Nos autem hódie Christi baptísmum honóre complectámur, ac festum honéste celebrémus. Alors l'Esprit atteste sa divinité, car il accourt vers celui qui est de même nature. Une voix descend du ciel, pour rendre témoignage à celui qui en venait; et, sous l'apparence d'une colombe, elle honore le corps, puisque Dieu, en se montrant sous une apparence corporelle, divinise aussi le corps. C'est ainsi que, bien des siècles auparavant, une colombe est venue annoncer la bonne nouvelle de la fin du déluge. Pour nous, honorons aujourd'hui le baptême du Christ, et célébrons cette fête de façon irréprochable.
R/. Ecce compléta sunt ómnia quæ prædícta sunt Maríæ Vírgini ab ángelo Dómini. Natus est puer, in præsépio pósitus, a pastóribus demonstrátus et de cælis a Patre vocátus: * Hic est Fílius meus diléctus, in quo mihi complácui. V/. Cæli apérti sunt super eum, et vox Patris intónuit, dicens: * Hic est. V/. Glória Patri. * Hic est. R/. Désormais sont accomplies toutes les prédictions faites à la Vierge Marie par l'ange du Seigneur : un petit enfant a vu le jour, il a été placé dans une mangeoire, des bergers l'ont fait connaître ; et, des cieux, le Père l'a appelé : * Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en lui j'ai mis tout mon amour. V/. Les cieux, au-dessus de lui, se sont ouverts, la voix du Père a retenti : * Celui-ci. V/. Gloire au Père. * Celui-ci.