Vigiles (OSB) du mercredi 19 février 2020 -

Hebdomada VI per annum VIème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Thessalonicénses De la première lettre de saint Paul aux Thessaloniciens
Lectio I Lecture I
De tempóribus et moméntis, fratres, non indigétis, ut scribátur vobis; ipsi enim diligénter scitis quia dies Dómini sicut fur in nocte ita véniet. Cum enim díxerint: " Pax et secúritas ", tunc repentínus eis supervéniet intéritus, sicut dolor in útero habénti, et non effúgient. Vos autem, fratres, non estis in ténebris, ut vos dies ille tamquam fur comprehéndat; omnes enim vos fílii lucis estis et fílii diéi. Non sumus noctis neque tenebrárum; ígitur non dormiámus sicut céteri, sed vigilémus et sóbrii simus. Qui enim dórmiunt, nocte dórmiunt; et, qui ébrii sunt, nocte inebriántur. Nos autem, qui diéi sumus, sóbrii simus, indúti lorícam fídei et caritátis et gáleam spem salútis; quóniam non pósuit nos Deus in iram sed in acquisitiónem salútis per Dóminum nostrum Iesum Christum, qui mórtuus est pro nobis, ut sive vigilémus sive dormiámus, simul cum illo vivámus. Propter quod consolámini ínvicem et ædificáte altérutrum, sicut et fácitis. Quant aux temps et moments, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous en écrive. Vous savez vous-mêmes parfaitement que le Jour du Seigneur arrive comme un voleur en pleine nuit. Quand les hommes se diront: Paix et sécurité! c'est alors que tout d'un coup fondra sur eux la perdition, comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils ne pourront y échapper. Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, de telle sorte que ce jour vous surprenne comme un voleur: tous vous êtes des fils de la lumière, des fils du jour. Nous ne sommes pas de la nuit, des ténèbres. Alors ne nous endormons pas, comme font les autres, mais restons éveillés et sobres. Ceux qui dorment dorment la nuit, ceux qui s'enivrent s'enivrent la nuit. Nous, au contraire, nous qui sommes du jour, soyons sobres; revêtons la cuirasse de la foi et de la charité, avec le casque de l'espérance du salut. Dieu ne nous a pas réservés pour sa colère, mais pour entrer en possession du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous afin que, éveillés ou endormis, nous vivions unis à lui. C'est pourquoi il faut vous réconforter mutuellement et vous édifier l'un l'autre, comme déjà vous le faites.
R/. Exáudi, Deus, deprecatiónem meam, inténde oratióni meæ; * A fínibus terræ ad te clamávi, Dómine. V/. Dum anxiarétur cor meum, in petra exaltásti me; deduxísti me, quia factus es adiútor meus. * A fínibus terrae. R/. Dieu, entends ma plainte, exauce ma prière; * Des terres lointaines je t'appelle, Seigneur. V/. Quand le cœur me manque, tu m'élèves sur le roc; tu me conduis, car tu es pour moi un refuge. * Des terres lointaines.
Lectio II Lecture II
Rogámus vos, fratres, ut novéritis eos, qui labórant inter vos et præsunt vobis in Dómino et monent vos, ut habeátis illos superabundánter in caritáte propter opus illórum. Pacem habéte inter vos. Hortámur autem vos, fratres: corrípite inquiétos, consolámini pusillánimes, suscípite infírmos, longánimes estóte ad omnes. Vidéte, ne quis malum pro malo alícui reddat, sed semper, quod bonum est, sectámini et in ínvicem et in omnes. Semper gaudéte, sine intermissióne oráte. Nous vous demandons, frères, d'avoir de la considération pour ceux qui se donnent de la peine au milieu de vous, qui sont à votre tête dans le Seigneur et qui vous reprennent. Estimez-les avec une extrême charité, en raison de leur travail. Soyez en paix entre vous. Nous vous y engageons, frères, reprenez les désordonnés, encouragez les craintifs, soutenez les faibles, ayez de la patience envers tous. Veillez à ce que personne ne rende le mal pour le mal, mais poursuivez toujours le bien, soit entre vous soit envers tous. Restez toujours joyeux. Priez sans cesse.
In ómnibus grátias ágite; hæc enim volúntas Dei est in Christo Iesu erga vos. Spíritum nolíte exstínguere, prophetías nolíte spérnere; ómnia autem probáte, quod bonum est tenéte, ab omni spécie mala abstinéte vos. En toute condition soyez dans l'action de grâces. C'est la volonté de Dieu sur vous dans le Christ Jésus. N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout: ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal.
R/. Deo subiécta esto, ánima mea, quóniam ab ipso patiéntia mea; * Quia ipse Deus meus. V/. In Deo salutáre meum et glória mea; Deus auxílii mei, et spes mea in Deo est. * Quia. R/. Je veux m'abandonner au Seigneur; oui, mon espoir vient de lui; * Lui seul est mon Dieu. V/. Mon salut et ma gloire se trouvent près de Dieu; chez Dieu, mon refuge, mon espérance! * Lui seul.
Lectio III Lecture III
Ipse autem Deus pacis sanctíficet vos per ómnia, et ínteger spíritus vester et ánima et corpus sine queréla in advéntu Dómini nostri Iesu Christi servétur. Fidélis est, qui vocat vos, qui étiam fáciet. Fratres, oráte étiam pro nobis. Salutáte fratres omnes in ósculo sancto. Adiúro vos per Dóminum, ut legátur epístula ómnibus frátribus. Grátia Dómini nostri Iesu Christi vobíscum. Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie totalement, et que votre être entier, l'esprit, l'âme et le corps, soit gardé sans reproche à l'Avènement de notre Seigneur Jésus-Christ. Il est fidèle, celui qui vous appelle: c'est encore lui qui fera cela. Frères, priez vous aussi pour nous. Saluez tous les frères par un saint baiser. Je vous en adjure par le Seigneur, que cette lettre soit lue à tous les frères. Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous.
R/. Deus, in te sperávi, Dómine, non confúndar in ætérnum. * In tua iustítia líbera me et éripe me. V/. Esto mihi in Deum protectórem et in locum munítum, ut salvum me fácias. * In tua iustítia. V/. Glória Patri. * In tua iustítia. R/. En toi, Seigneur, j'ai mon refuge: garde-moi d'être humilié pour toujours. * Dans ta justice, défends-moi, libère-moi. V/. Sois le rocher qui m'abrite, la citadelle qui me sauve. * Dans ta justice. V/. Gloire au Père. * Dans ta justice.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Capítibus Diádochi Photicénsis epíscopi De perfectióne spiritáli (Cap. 6.26.28: PG 65, 1169.1175-1176) Perfection spirituelle de Diadoque de Photicé
Lectio I Lecture I
Lumen veræ cognitiónis est discérnere sine lapsu rectum a pravo; quod quidem cum fit, tunc via iustítiæ, quæ ad Deum solem iustítiæ mentem ducit, ultra in infinítam sciéntiæ illuminatiónem illam ipsam mentem introdúcit, tamquam quæréntem iam deínceps cum fidúcia caritátem. Opórtet enim eos qui certant, ánimum semper extra perturbatiónum fluctus conserváre, ut mens cogitatiónes incurréntes discérnens, bonas quidem et a Deo missas, in penu memóriæ recóndat; malas vero et dæmoníacas ex apothécis natúræ eíciat. Il y a une lumière de la vraie connaissance, qui consiste à discerner infailliblement le bien du mal. Alors, en effet, le chemin de la justice, qui conduit l'intelligence vers le soleil de justice, la fait entrer progressivement dans l'illumination sans limites de la connaissance, puisque, désormais, elle cherche hardiment la charité. Il faut que ceux qui luttent gardent toujours leur pensée à l'abri des tempêtes, afin que l'entendement discerne les suggestions qui le traversent: il faut déposer dans les celliers de la mémoire celles qui sont bonnes et envoyées par Dieu, mais il faut rejeter celles qui sont mauvaises et diaboliques hors des entrepôts de notre nature.
R/. Repleátur os meum laude ut hymnum dicam glóriæ tuæ, tota die magnificéntiæ tuæ. Noli me proícere in témpore senectútis; * Cum defécerit virtus mea, Deus, ne derelínquas me. V/. Gaudébunt lábia mea, cum cantávero tibi, et ánima mea, quam redemísti. * Cum. R/. Je n'aurai que ta louange à la bouche, pour célébrer tout le jour ta splendeur, chanter une hymne à ta gloire. Ne me rejette pas maintenant que j'ai vieilli; * Alors que décline ma vigueur, mon Dieu, ne m'abandonne pas. V/. Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi, et dans mon âme que tu as rachetée! * Alors que.
Lectio II Lecture II
Mare enim, cum tranquíllum est, usque ad fundum est piscatóribus perspícuum, ita ut tunc nihil fere ibi píscium eos láteat; cum vero ventis agitátur, tegit tempestáte túrbida, quæ in plácida tranquillitáte lárgiter facit pérspici. Ex quo fit, ut ars eórum qui piscatórios dolos machinántur, otiósa sit. Sed solúmmodo Spíritus Sancti est purgáre mentem; nisi enim ingrediátur fortis ille et dirípiat latrónem, numquam præda eripiétur. En effet, lorsque la mer est tranquille, le regard des pêcheurs la traverse jusqu'au fond, en sorte que presque rien ne leur échappe du va-et-vient des poissons; mais lorsqu'elle est agitée par les vents, elle cache par sa sinistre agitation ce qu'elle laissait voir volontiers dans le sourire de sa tranquillité. C'est pourquoi nous constatons alors que les engins fabriqués pour les pêcheurs ne servent à rien. La purification de l'entendement appartient exclusivement au Saint-Esprit. En effet, si le fort n'entre pas pour dépouiller le voleur, le butin ne sera jamais libéré.
R/. Gaudébunt lábia mea, cum cantávero tibi, * Et ánima mea, quam redemísti, Dómine. V/. Sed et lingua mea meditábitur iustítiam tuam, tota die laudem tuam. * Et ánima mea. R/. Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi, * Et dans mon âme que tu as rachetée, Seigneur! V/. Alors ma langue redira ta justice, tout le jour, ta louange. * Et dans mon âme.
Lectio III Lecture III
Opórtet ígitur in ómnibus pace ánimæ Spíritum Sanctum recreáre, vel lucérnam cognitiónis semper apud nos lucéntem habeámus; ipsa enim in penetráli mentis semper splendénte, non solum illi amarulénti et tenebricósi dæmonum appúlsus patéfiunt, sed étiam magnópere languéscunt, ab illo sancto et glorióso lúmine deprehénsi. Idcírco Apóstolus ait: Spíritum nolíte exstínguere, id est ne per malefícia et pravas cogitatiónes Spíritum Sanctum tristítia afficiátis, ne suo illo splendóre vos désinat protégere. Nec enim ætérnum illud et vivíficum Spíritus Sancti exstínguitur, quin pótius illíus tristítia, hoc est avérsio, mentem sine lúmine cognitiónis, obscúram et calígine circumfúsam relínquit. Il faut donc, par tous les moyens, et surtout par la paix de l'âme, permettre au Saint-Esprit de se reposer, afin que nous ayons toujours la lampe de la connaissance brillant en nous. Si elle rayonne sans cesse dans les profondeurs de notre âme, non seulement toutes ces attaques cruelles et ténébreuses lancées par les démons se trouvent dénoncées, mais encore elles perdent beaucoup de leur vigueur quand elles sont prises sur le fait par cette lumière sainte et glorieuse. C'est ce qui fait dire à l'Apôtre: N'éteignez pas l'Esprit, c'est-à-dire: Ne contristez pas la bonté du Saint-Esprit par des actions et des pensées mauvaises, pour n'être pas privés de cette clarté victorieuse. Car ce n'est pas l'Être éternel et vivifiant qui s'éteint; mais sa tristesse, c'est-à-dire son éloignement, laisse l'entendement dans l'obscurité, sans la lumière de la connaissance.
R/. Mihi autem adhærére Deo bonum est, * Pónere in Dómino Deo spem meam. V/. Ut annúntiem omnes laudatiónes tuas in portis fíliæ Sion, * Pónere. V/. Glória Patri. * Pónere. R/. Pour moi, il est bon d'être intime avec Dieu; * J'ai pris refuge auprès de mon Dieu. V/. Pour annoncer les merveilles du Seigneur aux portes de Sion, * J'ai pris refuge. V/. Gloire au Père. * J'ai pris refuge.