LEC_Gn8,6-22
Léctio libri Génesis (8,6-13.20-22)
Cumque transíssent quadragínta dies, apériens Noe fenéstram arcae, quam fécerat, dimísit corvum; qui egrediebátur éxiens et rédiens, donec siccaréntur aquae super terram. Emísit quoque colúmbam a se, ut vidéret si iam cessássent aquae super fáciem terrae. Quae, cum non invenísset, ubi requiésceret pes eíus, revérsa est ad eum in arcam; aquae enim erant super univérsam terram. Extendítque manum et apprehénsam íntulit in arcam. Exspectátis autem ultra septem diébus áliis, rursum dimísit colúmbam ex arca. At illa venit ad eum ad vésperam portans ramum olívae viréntibus fóliis in ore suo. Intelléxit ergo Noe quod cessássent aquae super terram. Exspectavítque nihilóminus septem álios dies; et emísit colúmbam, quae non est revérsa ultra ad eum. Ígitur sescentésimo primo anno, primo mense, prima die mensis, siccátae sunt aquae super terram; et apériens Noe tectum arcae, et ecce aspéxit vidítque quod exsiccáta erat superfícies terrae. Aedificávit autem Noe altáre Dómino; et tollens de cunctis pecóribus mundis et volúcribus mundis óbtulit holocáusta super altáre. Odoratúsque est Dóminus odórem suavitátis et locútus est Dóminus ad cor suum: “Nequáquam ultra malédicam terrae propter hómines, quia cogitátio humáni cordis in malum prona est ab adulescéntia sua. Non ígitur ultra percútiam omnem ánimam vivéntem, sicut feci. Cunctis diébus terrae, seméntis et messis, frigus et aestus, aestas et hiems, dies et nox non requiéscent.” Quarante jours s'étant passés, Noé ouvrit la fenêtre qu'il avait faite dans l'arche, et laissa aller un corbeau,
Qui étant sorti ne revint plus, jusqu'à ce que les eaux de la terre fussent séchées.
Il envoya aussi une colombe après le corbeau, pour voir si les eaux avaient cessé de couvrir la terre.
Mais la colombe n'ayant pu trouver où mettre le pied, parce que la terre était toute couverte d'eau, elle revint à lui; et Noé, étendant la main, la prit et la remit dans l'arche.
Il attendit encore sept autres jours, et il envoya de nouveau la colombe hors de l'arche.
Elle revint à lui sur le soir, portant dans son bec un rameau d'olivier, dont les feuilles étaient toutes vertes. Noé reconnut donc que les eaux s'étaient retirées de dessus la terre.
Il attendit néanmoins encore sept jours; et il envoya la colombe, qui ne revint plus à lui.
L'an six cent un, au premier jour du premier mois, les eaux qui étaient sur la terre se retirèrent entièrement. Et Noé, ouvrant le toit de l'arche, et regardant de là, vit que la surface de la terre s'était séchée.
Or Noé dressa un autel au Seigneur; et prenant de tous les animaux et de tous les oiseaux purs, il les offrit en holocauste sur cet autel.
Le Seigneur en reçut une odeur qui lui fut très agréable, et Il dit: Je ne répandrai plus Ma malédiction sur la terre à cause des hommes; parce que l'esprit de l'homme et toutes les pensées de son coeur sont portées au mal dès sa jeunesse. Je ne frapperai donc plus, comme J'ai fait, tout ce qui est vivant et animé.
Tant que la terre durera, la semence et la moisson, le froid et le chaud, l'été et l'hiver, la nuit et le jour ne cesseront point de s'entresuivre.