SACRATISSIMI_CORDIS_IESU-NOCT3-B
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Ioánnem Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean
In illo témpore: Iudæi, quóniam Parásceve erat, ut non remanérent in cruce córpora sábbato, erat enim magnus dies illíus sábbati, rogavérunt Pilátum, ut frangeréntur eórum crura, et tolleréntur. Et réliqua. Jésus venait de mourir. Comme c'était le vendredi, il ne fallait pas laisser des corps en croix durant le sabbat (d'autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque). Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu'on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes. Et la suite.
Ex Sermónibus sancti Augustíni epíscopi (Sermo 213, 1.8: PL 38, 1060-1065) Sermon de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Credo in Deum Patrem omnipoténtem. Vide quam cito dícitur, et quantum valet. Deus est, et Pater est: Deus potestáte, Pater bonitáte. Quam felíces sumus, qui Dóminum nostrum patrem invenímus! Credámus ergo in eum, et ómnia nobis de ipsíus misericórdia promittámus, quia omnípotens est: ídeo in Deum Patrem omnipoténtem crédimus. Nemo dicat: " Non mihi potest dimíttere peccáta. " Quómodo non potest Omnípotens? Sed dicis: " Ego multum peccávi. " Et ego dico: " Sed ille omnípotens est. " Et tu: " Ego tália peccáta commísi, unde liberári et mundári non possum. " Respóndeo: " Sed ille omnípotens est. " Je crois en Dieu, le Père tout-puissant. Quelle brièveté et quelle force en ces mots! Il y a là Dieu, un Dieu Père, un Dieu puissant, un Père bon. Que nous sommes heureux de trouver un père dans notre Seigneur! Croyons donc en lui et espérons tout de sa miséricorde, puisqu'il est tout-puissant; aussi croyons-nous en Dieu le Père tout-puissant. Que personne n'aille dire: " Il ne peut me remettre mes péchés. " Comment ne le pourrait le Tout-Puissant? Mais tu dis: " J'ai tant péché. " Je te réplique: " Mais il est tout-puissant. " Tu ajoutes: " J'ai tant péché que je ne puis en être délivré ni purifié. " Je réponds encore: " Mais il est tout-puissant. "
R/. Ego, si exaltátus fúero a terra, * Omnia traham ad meípsum. V/. Hoc autem dicébat signíficans, qua morte esset moritúrus. * Omnia. R/. Moi, quand j'aurai été élevé de terre, * J'attirerai à moi tous les êtres. V/. Jésus signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir. * J'attirerai.
Lectio II Lecture II
In Sýmbolo séquitur: credo in remissiónem peccatórum. Hæc in Ecclésia si non esset, nulla spes esset; remíssio peccatórum si in Ecclésia non esset, nulla futúræ vitæ et liberatiónis ætérnæ spes esset. Grátias ágimus Deo, qui Ecclésiæ suæ dedit hoc donum. Ecce ventúri estis ad fontem sanctum, diluémini baptísmo, salutári lavácro regeneratiónis renovabímini; éritis sine ullo peccáto, ascendéntes de illo lavácro. Dans le Symbole, il y a aussi: je crois en la rémission des péchés. Si cette grâce n'existait pas dans l'Église, il faudrait désespérer; on ne pourrait espérer ni la vie future, ni la délivrance éternelle s'il n'était possible d'obtenir dans l'Église la rémission des péchés. Rendons grâce au Seigneur qui a accordé ce don à son Église. Vous allez vous approcher de la fontaine sacrée, être purifiés par le baptême, renouvelés dans le bain salutaire de la régénération; et vous en sortirez sans aucun péché.
R/. In die qua invocávi te, Dómine, dixísti: Noli timére. * Iudicásti causam meam, et liberásti me, Deus meus. V/. In die tribulatiónis meæ clamávi ad te, quia exaudísti me. * Iudicásti. R/. Le jour où je t'invoque, Seigneur, tu dis: Ne crains pas! * Tu défends ma cause, mon Dieu, et tu me délivres. V/. Je t'appelle au jour de ma détresse, et toi, Seigneur, tu me réponds. * Tu défends.
Lectio III Lecture III
Omnia quæ vos prætérita persequebántur, ibi delebúntur. Ægýptiis insequéntibus Israelítas simília erant vestra peccáta, persequéntibus, sed usque ad mare Rubrum. Quid est, usque ad mare Rubrum? Usque ad fontem Christi cruce et sánguine consecrátum. Quod enim rubrum est, rubet. Non vides quómodo rúbeat pars Christi? Intérroga óculos fídei. Si crucem vides, atténde et cruórem. Si vides quod pendet, atténde quod fudit. Láncea perforátum est latus Christi, et manávit prétium nostrum. Ideo signo Christi signátur baptísmus, id est aqua ubi tingímini, et quasi in mari Rubro transítis. Peccáta vestra, hostes vestri sunt. Sequúntur, sed usque ad mare. Tous vos anciens péchés qui vous poursuivaient y seront effacés; ils ressembleront aux Égyptiens qui poursuivaient les Israélites jusqu'à la mer Rouge. Pourquoi jusqu'à la mer Rouge? C'est-à-dire jusqu'à la fontaine consacrée par la croix et le sang du Christ. Ce qui est rouge paraît rouge. Ne vois-tu pas que ce qui est du Christ est rouge? Ouvre les yeux de la foi. Si tu vois la croix, regarde aussi le sang; si tu vois celui qui est suspendu, regarde aussi ce qui se répand. La lance a transpercé le côté du Christ et il en est sorti notre rançon. C'est pourquoi on marque du signe de la croix le baptême, c'est-à-dire l'eau dans laquelle vous serez plongés, comme pour traverser la mer Rouge. Vos péchés sont vos véritables ennemis. Ils vous suivent, mais jusqu'à la mer.
R/. Sicut diléxit me Pater, et ego diléxi vos; * Manéte in dilectióne mea. V/. Si præcépta mea servavéritis, manébitis in dilectióne mea, sicut ego Patris mei præcépta servávi et máneo in eius dilectióne. * Manéte. R/. Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés; * Demeurez dans mon amour. V/. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. * Demeurez.
Lectio IV Lecture IV
Cum vos intravéritis, evadétis, illa delebúntur: quómodo evadéntibus per siccum Israelítis, aqua coopéruit Ægýptios. Et quid dicit Scriptúra? Unus ex eis non remánsit. Peccásti multa, peccásti pauca, peccásti magna, peccásti parva: quod est minus ex eis non remánsit. Sed quóniam victúri sumus in isto sæculo, ubi quis non vivit sine peccáto, ídeo remíssio peccatórum non est in sola ablutióne sacri baptísmatis, sed étiam in oratióne domínica et cotidiána. In illa inveniétis quasi cotidiánum baptísmum vestrum, ut agátis Deo grátias, qui donávit hoc munus Ecclésiæ suæ. Lorsque vous y entrerez et en sortirez, ils auront disparu, de la même manière que l'eau a recouvert les Égyptiens lorsque les Israélites ont traversé à pied sec. Et que dit l'Écriture? Il n'en resta pas un seul. Tu as péché beaucoup ou peu, gravement ou légèrement: il ne restera pas un seul de tes péchés. Mais, puisqu'il nous faut vivre en ce monde, là où nul ne vit sans péché, la rémission des péchés n'existe pas seulement dans le bain du baptême, mais aussi dans la prière dominicale et quotidienne. En elle vous trouverez comme un baptême quotidien, et vous rendrez grâce à Dieu qui a fait ce don à son Église.
R/. Simus ergo imitatóres Dei * Et ambulémus in dilectióne. V/. Sicut et Christus diléxit nos et trádidit semetípsum pro nobis. * Et ambulémus. V/. Glória Patri. * Et ambulémus. R/. Oui, cherchons à imiter Dieu * Et vivons dans l'amour. V/. Comme le Christ nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous. * Et vivons. V/. Gloire au Père. * Et vivons.