SACRATISSIMI_CORDIS_IESU-NOCT3-C
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Ait Iesus ad pharisæos parábolam istam, dicens: " Quis ex vobis homo, qui habet centum oves et, si perdíderit unam ex illis, nonne dimíttit nonagínta novem in desérto et vadit ad illam quæ períerat, donec invéniat eam? " Et réliqua. Jésus disait cette parabole: " Si l'un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve? " Et la suite.
Ex Expositióne sancti Ambrósii epíscopi in psalmum centésimum décimum octávum (Sermo 22 , 27-30: CSEL 62, 502-504) Commentaire de saint Ambroise sur le psaume 118
Lectio I Lecture I
Errávi sicut ovis quæ períerat, quære servum tuum, quia mandáta tua non sum oblítus. Quære servum tuum, quóniam ovis quæ errávit quærénda est a pastóre, ne péreat. Errávi, inquit, sed qui errávit, in viam potest redíre, in viam revocári potest, et pulchre áddidit: Sicut ovis quæ períerat; non enim perit qui agnóscit errórem. J'ai erré comme une brebis qui s'était perdue: cherche ton serviteur, puisque je n'ai pas oublié tes paroles. Cherche ton serviteur. Cette brebis qui a erré, pour qu'elle ne soit pas définitivement perdue, il faut que le Berger la recherche. J'ai erré. Mais celui qui a erré peut revenir sur la route et être rappelé sur le chemin; et il est beau que le psalmiste dise: Comme une brebis qui s'était perdue, car reconnaître qu'on a erré, c'est déjà ne plus être perdu.
R/. Ego, si exaltátus fúero a terra, * Omnia traham ad meípsum. V/. Hoc autem dicébat signíficans, qua morte esset moritúrus. * Omnia. R/. Moi, quand j'aurai été élevé de terre, * J'attirerai à moi tous les êtres. V/. Jésus signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir. * J'attirerai.
Lectio II Lecture II
Quære, inquit, servum tuum, quóniam mandáta tua non sum oblítus. Veni ergo, Dómine Iesu, quære servum tuum, quære lassam ovem tuam, veni, pastor, quære sicut oves Ioseph. Errávit ovis tua, dum tu moráris, dum tu versáris in móntibus. Dimítte nonagínta novem oves tuas et veni unam ovem qurere quæ errávit. Veni sine cánibus, veni sine malis operáriis, veni sine mercenário qui per iánuam introíre non nóverit. Veni sine adiutóre, sine núntio, iam dudum te exspécto ventúrum; scio enim ventúrum, quóniam mandáta tua non sum oblítus. Veni non cum virga, sed cum caritáte spiritúque mansuetúdinis. Cherche ton serviteur, ajoute-t-il, puisque je n'ai pas oublié tes paroles. Oui, viens, Seigneur Jésus, cherche ton serviteur, cherche ta brebis fatiguée, viens, Berger, cherche Joseph comme une brebis. Pendant que tu t'attardes sur les montagnes, voilà que ta brebis a erré: laisse donc les quatre-vingt-dix-neuf autres qui sont tiennes, et viens chercher l'unique qui s'est égarée. Sans chiens, sans mauvais ouvriers, sans ce mercenaire qui ignore la porte par où entrer, viens. Viens sans te faire aider, sans te faire annoncer: c'est toi maintenant que j'attends. Je sais bien que tu viendras, car je n'ai pas oublié tes paroles. Ne prends pas de fouet, prends ton amour, viens avec la douceur de ton Esprit.
R/. In die qua invocávi te, Dómine, dixísti: Noli timére. * Iudicásti causam meam, et liberásti me, Deus meus. V/. In die tribulatiónis meæ clamávi ad te, quia exaudísti me. * Iudicásti. R/. Le jour où je t'invoque, Seigneur, tu dis: Ne crains pas! * Tu défends ma cause, mon Dieu, et tu me délivres. V/. Je t'appelle au jour de ma détresse, et toi, Seigneur, tu me réponds. * Tu défends.
Lectio III Lecture III
Quære me, quia te requíro; quære me, ínveni me, súscipe me, porta me. Potes inveníre quem tu requíris, dignáris suscípere quem invéneris, impónere úmeris quem suscéperis. Non est tibi pium onus fastídio, non tibi óneri est vectúra iustítiæ. Veni ergo, Dómine, quia, etsi errávi, tamen mandáta tua non sum oblítus, spem medicínæ resérvo. Veni, Dómine, quia et erráticam solus es revocáre qui póssis et quos relíqueris non mæstificábis; et ipsi enim peccatóris réditu gratulabúntur. Veni, ut fácias salútem in terris, in cælo gáudium. Cherche-moi, Seigneur, puisque ma prière te cherche. Cherche-moi, trouve-moi, relève-moi, porte-moi! Celui que tu cherches, tu peux le trouver; celui que tu trouves, daigne le relever, et celui que tu relèves, pose-le sur tes épaules. Ce fardeau de ton amour, il ne t'est jamais à charge, et tu te fais sans lassitude le péager de la justice. Viens donc, Seigneur, car s'il est vrai que j'ai erré, je n'ai pas oublié tes paroles, et je garde espoir du remède. Viens, Seigneur, tu es seul à pouvoir appeler encore ta brebis perdue, et aux autres que tu vas laisser, tu ne feras aucune peine: elles aussi seront contentes de voir revenir le pécheur. Viens: il y aura salut sur la terre, et il y aura joie dans le ciel.
R/. Sicut diléxit me Pater, et ego diléxi vos; * Manéte in dilectióne mea. V/. Si præcépta mea servavéritis, manébitis in dilectióne mea, sicut ego Patris mei præcépta servávi et máneo in eius dilectióne. * Manéte. R/. Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés; * Demeurez dans mon amour. V/. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. * Demeurez.
Lectio IV Lecture IV
Veni ergo et quære ovem tuam non per sérvulos, non per mercenários, sed per temetípsum. Súscipe me in carne quæ in Adam lapsa est. Súscipe me non ex Sara, sed ex María, ut incorrúpta sit virgo, sed virgo per grátiam ab omni íntegra labe peccáti. Porta me in cruce quæ salutáris errántibus est, in qua sola est réquies fatigátis, in qua sola vivent quicúmque moriúntur. Viens donc, n'envoie pas tes petits serviteurs, n'envoie pas de mercenaires, viens chercher ta brebis toi-même. Relève-moi dans cette chair qui avec Adam est tombée. Reconnais en moi par ce geste non l'enfant de Sara, mais le fils de Marie, vierge pure, vierge par grâce, sans aucun soupçon de péché. Et puis, porte-moi jusque sur ta croix: elle est le salut des errants, le seul repos des fatigués, l'unique vie de tous ceux qui meurent.
R/. Simus ergo imitatóres Dei * Et ambulémus in dilectióne. V/. Sicut et Christus diléxit nos et trádidit semetípsum pro nobis. * Et ambulémus. V/. Glória Patri. * Et ambulémus. R/. Oui, cherchons à imiter Dieu * Et vivons dans l'amour. V/. Comme le Christ nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous. * Et vivons. V/. Gloire au Père. * Et vivons.