SANCTAE_FAMILIAE_IESU_MARIAE_ET_IOSEPH-NOCT3-A
In tertio nocturno, anno A Troisième nocturne, année A
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum 2, 13-15. 19-23 Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
Cum recessíssent Magi, ecce ángelus Dómini appáret in somnis Ioseph dicens: " Surge et áccipe púerum et matrem eius et fuge in Ægýptum ". Et réliqua. Après le départ des Mages, l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit: « Lève-toi; prends l'enfant et sa Mère, et fuis en Égypte ». Et la suite.
Ex Sermónibus sancti Ioánnis Chrysóstomi, epíscopi (Sermo in Natalem Christi diem: PG 56, 392. 396) Sermon de saint Jean Chrysostome sur la Nativité du Seigneur
Lectio I Lecture I
Quid dicam aut quid loquar? Ecce infans fásciis invólvitur, et in præsépi iacet; adest autem et María quæ virgo et mater est ; áderat autem et Ioseph qui pater appellátur. Hic vir dícitur, illa uxor vocátur: legítima sunt nómina copulatióne destitúta. Verbórum tenus hæc mihi intéllege, non rerum tenus. Hic solum desponsávit, et Spíritus Sanctus obumbrávit ei: unde dúbitans Ioseph, quid appelláret infántem nesciébat. Ex adultério natum dícere ipsum non audébat, probrósum in vírginem iácere sermónem non póterat, fílium ipsum dícere suum refugiébat: probe namque sciébat sibi ignótum esse, quo pacto, vel unde infans natus esset ; quam ob causam illi de re dubitánti, de cælo oráculum ángeli voce delátum est: Noli timére, Ioseph, quod enim ex ea génitum est, de Spíritu Sancto est. Spíritus enim Sanctus Vírgini obumbrávit. Que dire, en quels termes m'exprimer? Voici que le petit enfant est enveloppé de langes, et il est couché dans une mangeoire; Marie aussi est présente, elle qui est vierge et mère; il y a encore là Joseph, qui passe pour son père. Joseph reçoit le nom d'époux, on appelle Marie son épouse. Il s'agit de titres légaux, n'impliquant pas l'union charnelle. Entendez-les quant aux mots, non quant aux réalités. Joseph était seulement fiancé, et l'Esprit Saint avait couvert Marie de son ombre; c'est pourquoi Joseph hésitait, et ne savait comment qualifier le petit enfant. Il n'osait dire qu'il fût né d'un adultère, il ne pouvait proférer d'accusation infamante contre la vierge, il répugnait à appeler Jésus son fils: car il savait bien qu'il ignorait comment l'enfant était né, et quelle était son origine. Au milieu de ces hésitations, un ange lui apporta du ciel cet oracle: Ne crains pas, Joseph, ce qui est né d'elle est du Saint-Esprit. En effet le Saint-Esprit avait couvert la Vierge de son ombre.
R/. Párvulus natus est nobis, et Fílius datus est nobis, et factus est principátus super húmerum eius ; * Et vocábitur Admirábilis, Deus, Fortis. V/. Multiplicábitur eius impérium, et pacis non erit finis. * Et. R/. Un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné: l'insigne du pouvoir est sur son épaule; * On proclame son nom: Merveilleux, Dieu, Fort. V/. Étendu sera son empire, dans une paix sans fin. * On.
Lectio II Lecture II
Quare vero ex vírgine náscitur, et virginitátem illibátam servat? Quia quondam vírginem Evam decépit idcírco ad Maríam, quæ virgo erat, felícem núntium Gábriel détulit. Sed decépta quidem Eva péperit verbum quod mortem íntulit; at felícem núntium accípiens María Verbum in carne génuit, quod vitam nobis ætérnam concíliat. Mais pourquoi notre Seigneur naît-il d'une vierge, tout en conservant intacte la virginité de sa mère? Parce qu'autrefois le diable trompa Ève encore vierge: c'est pourquoi l'ange Gabriel porta la bonne nouvelle à la Vierge Marie. Mais Ève, séduite, enfanta une parole qui apporta la mort; Marie au contraire, en recevant la bonne nouvelle, conçut dans sa chair une Parole qui nous procure la vie éternelle.
R/. Beáta Dei Génetrix María, cuius víscera intácta pérmanent ; * Hódie génuit Salvatórem sæculi. V/. Beáta, quæ crédidit: quóniam perfécta sunt ómnia, quæ dicta sunt ei a Dómino. * Hódie. R/. Bienheureuse est Marie, la Mère de Dieu: son sein demeure inviolé; * Elle enfante aujourd'hui le Sauveur des mondes! V/. Bienheureuse est celle qui a cru! Tout ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s'est accompli. * Elle.
Lectio III Lecture III
Verbum Evæ lignum indicávit, per quod lignum e paradíso Adámum éxpulit: Verbum autem quod ex Vírgine pródiit, crucem exhíbuit, per quod latrónem vice Adámi in paradísum introdúxit. Nam quóniam neque gentíles, neque Iudi, neque hærétici credébant Deum sine passióne ac deflúxu genuísse, proptérea hódie ex patíbili córpore progréssus, impatíbile conservávit corpus patíbile, ut osténderet, quemádmodum ex Vírgine natus virginitátem non solvit, ita Deum quoque, non deflúxa nec mutáta manénte sacra substántia, tamquam Deum, prout Deo conveniébat, Deum genuísse. La parole d'Ève indiqua le bois qui fut cause de l'expulsion d'Adam hors du paradis; mais la Parole qui sortit de la Vierge montra la croix, par laquelle le Christ introduisit dans le paradis le bon larron à la place d'Adam. Car ni les païens, ni les juifs, ni les hérétiques ne voulaient croire que Dieu eût engendré sans passion et sans perte de sa substance. C'est pour cette raison que le Sauveur, né aujourd'hui d'un corps passible, a gardé sans passion un corps passible: il voulait ainsi montrer que, tout comme en naissant de la Vierge, il n'avait porté aucune atteinte à sa virginité, de même Dieu lui aussi, sans que la sainteté de son essence subît la moindre perte ou le moindre changement, avait engendré un Dieu d'une manière digne de Dieu.
R/. Sancta et immaculáta virgínitas, quibus te láudibus réferam, néscio: * Quia quem cæli cápere non póterant, tuo grémio contulísti. V/. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus fructus ventris tui. * Quia. R/. Ô virginité sainte et immaculée, je ne sais comment te louer: * Celui que les cieux ne sauraient contenir, tu l'as tenu enfermé dans ton sein! V/. Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. * Celui.
Lectio IV Lecture IV
Postquam enim hómines eo derelícto státuas sibi humána præditas forma scúlpserant, quibus in creatóris contuméliam cultum deferébant, proptérea Dei Verbum, cum Deus esset, hódie in hóminis forma appáruit, ut mendácium dissólveret et occúlte in seípsum cultum omnem transférret. Huic ígitur, qui res impedítas ita réddidit expedítas, Christo Dómino glóriam offerámus et una Patri et Spirítui Sancto, nunc et semper et in sæcula sæculórum. Amen. Et puisque les hommes avaient abandonné leur Créateur et s'étaient sculpté des statues en forme humaine, auxquelles ils vouaient un culte outrageant pour le Maître de l'univers, le Verbe de Dieu, tout en demeurant Dieu, se fait voir aujourd'hui sous une forme humaine, afin de détruire le mensonge et d'attirer secrètement à lui les hommages de l'humanité. À celui qui a tiré ainsi une issue d'une situation sans issue, au Christ Seigneur, offrons la gloire, en même temps qu'au Père et à l'Esprit Saint, maintenant et toujours et dans tous les siècles des siècles. Amen.
R/. Beáta víscera Maríæ Vírginis, quæ portavérunt ætérni Patris Fílium, et beáta úbera quæ lactavérunt Christum Dóminum. * Quia hódie pro salúte mundi de Vírgine nasci dignátus est. V/. Dies sanctificátus illúxit nobis: veníte, gentes, et adoráte Dóminum. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Bienheureuse la Vierge Marie, qui a porté dans ses entrailles le Fils du Père éternel, et a nourri de son lait le Seigneur Christ! * Il a daigné, aujourd'hui, naître d'une Vierge pour le salut du monde. V/. Un jour sanctifié nous illumine: venez, nations, adorer le Seigneur. * Il. V/. Gloire au Père. * Il.