passio_Mt26,14-27,66
21. Historia Passionis Domini legitur absque luminaribus et absque incenso, sine salutatione et signatione libri. Legitur autem a diacono vel, ipso deficiente, a sacerdote. Legi potest etiam a lectoribus, parte Christi, si fieri potest, sacerdoti reservata. Diaconi, non autem alii, ante cantum Passionis, petunt benedictionem sacerdotis, ut alias ante Evangelium. 21. Le récit de Passion du Seigneur est lu sans cierges ni encens, on ne fait pas la salutation habituelle au début, on ne signe pas le livre. Le diacre le lit ou, à défaut, le prêtre. Il peut également être lu par les lecteurs, réservant, si possible, la partie correspondant au Christ au prêtre. Les diacres, mais pas les autres, avant le chant de la Passion, demandent au prêtre la bénédiction, comme en d'autres occasions avant l'Évangile.
Pássio Dómini nostri lesu Christi secúndum Matthǽum (26,14-27,66)
In illo témpore : Abiit unus de Duódecim, qui dicebátur Iúdas Iscariótes, ad príncipes sacerdótum  et ait: " Quid vultis mihi dare, et ego vobis eum tradam? ". At illi constituérunt ei trigínta argénteos. Et exínde quaerébat opportunitátem, ut eum tráderet. Prima autem Azymórum accessérunt discípuli ad Iésum dicéntes: " Ubi vis parémus tibi comédere Pascha? ".  Ille autem dixit: " Ite in civitátem ad quendam et dícite ei: "Magíster dicit: Tempus meum prope est; apud te fácio Pascha cum discípulis meis" ". Et fecérunt discípuli, sicut constítuit illis Iésus, et paravérunt Pascha. Véspere autem facto, discumbébat cum Duódecim. Et edéntibus illis, dixit: " Amen dico vobis: Unus vestrum me traditúrus est ". Et contristáti valde, coepérunt sínguli dícere ei: " Numquid ego sum, Dómine? ".  At ipse respóndens ait: " Qui intíngit mecum manum in parópside, hic me tradet. Fílius quidem hóminis vadit, sicut scriptum est de illo; vae autem hómini illi, per quem Fílius hóminis tráditur! Bonum erat ei, si natus non fuísset homo ille ". Respóndens autem Iúdas, qui trádidit eum, dixit: " Numquid ego sum, Rabbi? ". Ait illi: " Tu dixísti ". Cenántibus autem eis, accépit Iésus panem et benedíxit ac fregit dedítque discípulis et ait: " Accípite, comédite: hoc est corpus meum ". Et accípiens cálicem, grátias egit et dedit illis dicens: " Bíbite ex hoc omnes: hic est enim sanguis meus novi testaménti, qui pro multis effúnditur in remissiónem peccatórum. Dico autem vobis: Non bibam ámodo de hoc genímine vitis usque in diem illum, cum illud bibam vobíscum novum in regno Patris mei ". Et hymno dicto, exiérunt in montem Olivéti. Tunc dicit illis Iésus: " Omnes vos scándalum patiémini in me in ista nocte. Scriptum est enim: "Percútiam pastórem, et dispergéntur oves gregis". Postquam autem resurréxero, praecédam vos in Galilǽam ". Respóndens autem Petrus ait illi: " Et si omnes scandalizáti fúerint in te, ego numquam scandalizábor ". Ait illi Iésus: " Amen dico tibi: In hac nocte, ántequam gallus cantet, ter me negábis ". Ait illi Petrus: " Étiam si oportúerit me mori tecum, non te negábo ". Simíliter et omnes discípuli dixérunt. Tunc venit Iésus cum illis in prǽdium, quod dícitur Gethsémani. Et dicit discípulis: " Sedéte hic, donec vadam illuc et orem ". Et assúmpto Petro et duóbus fíliis Zebedǽi, coepit contristári et maestus esse. Tunc ait illis: " Tristis est ánima mea usque ad mortem; sustinéte hic et vigiláte mecum ". Et progréssus pusíllum, prócidit in fáciem suam orans et dicens: " Pater mi, si possíbile est, tránseat a me calix iste; verúmtamen non sicut ego volo, sed sicut tu ". Et venit ad discípulos et invénit eos dormiéntes; et dicit Petro: " Sic non potuístis una hora vigiláre mecum? Vigiláte et oráte, ut non intrétis in tentatiónem; spíritus quidem promptus est, caro autem infírma ". Íterum secúndo ábiit et orávit dicens: " Pater mi, si non potest hoc transíre, nisi bibam illud, fiat volúntas tua ". Et venit íterum et invénit eos dormiéntes: erant enim óculi eórum graváti. Et relíctis illis, íterum ábiit et orávit tértio, eúndem sermónem íterum dicens. Tunc venit ad discípulos et dicit illis: " Dormíte iam et requiéscite; ecce appropinquávit hora, et Fílius hóminis tráditur in manus peccatórum. Súrgite, eámus; ecce appropinquávit, qui me tradit ". Et adhuc ipso loquénte, ecce Iúdas, unus de Duódecim, venit, et cum eo turba multa cum gládiis et fústibus, missi a princípibus sacerdótum et senióribus pópuli. Qui autem trádidit eum, dedit illis signum dicens: " Quemcúmque osculátus fúero, ipse est; tenéte eum! ". Et conféstim accédens ad Iésum dixit: " Ave, Rabbi! " et osculátus est eum. Iésus autem dixit illi: " Amíce, ad quod venísti! ". Tunc accessérunt et manus iniecérunt in Iésum et tenuérunt eum. Et ecce unus ex his, qui erant cum Iésu, exténdens manum exémit gládium suum et percútiens servum príncipis sacerdótum amputávit aurículam eíus. Tunc ait illi Iésus: " Convérte gládium tuum in locum suum. Omnes enim, qui accéperint gládium, gládio períbunt. An putas quia non possum rogáre Patrem meum, et exhibébit mihi modo plus quam duódecim legiónes angelórum? Quómodo ergo implebúntur Scriptúrae quia sic opórtet fíeri? ". In illa hora dixit Iésus turbis: " Tamquam ad latrónem exístis cum gládiis et fústibus comprehéndere me? Cotídie sedébam docens in templo, et non me tenuístis ". Hoc autem totum factum est, ut impleréntur scriptúrae Prophetárum. Tunc discípuli omnes, relícto eo, fugérunt. Illi autem tenéntes Iésum duxérunt ad Cáipham príncipem sacerdótum, ubi scribae et senióres convénerant. Petrus autem sequebátur eum a longe usque in aulam príncipis sacerdótum; et ingréssus intro sede bat cum minístris, ut vidéret finem.  Príncipes autem sacerdótum et omne concílium quaerébant falsum testimónium contra Iésum, ut eum morti tráderent,  et non invenérunt, cum multi falsi testes accessíssent. Novíssime autem veniéntes duo dixérunt: " Hic dixit: "Póssum destrúere templum Dei et post tríduum aedificáre illud" ". Et surgens princeps sacerdótum ait illi: " Nihil respóndes? Quid isti advérsum te testificántur? ". Iésus autem tacébat. Et princeps sacerdótum ait illi: " Adiúro te per Deum vivum, ut dicas nobis, si tu es Christus Fílius Dei ". Dicit illi Iésus: " Tu dixísti. Verúmtamen dico vobis: Ámodo vidébitis Fílium hóminis sedéntem a dextris Virtútis et veniéntem in núbibus caeli ". Tunc princeps sacerdótum scidit vestiménta sua dicens: " Blasphemávit! Quid adhuc egémus téstibus? Ecce nunc audístis blasphémiam. Quid vobis vidétur? ". Illi autem respondéntes dixérunt: " Reus est mortis! ". Tunc exspuérunt in fáciem eíus et cólaphis eum cecidérunt; álii autem palmas in fáciem ei dedérunt dicéntes: " Prophetíza nobis, Christe: Quis est, qui te percússit? ". Petrus vero sedébat foris in átrio; et accéssit ad eum una ancílla dicens: " Et tu cum Iésu Galilǽo eras! ". At ille negávit coram ómnibus dicens: " Néscio quid dicis! ". Exeúnte autem illo ad iánuam, vidit eum ália et ait his, qui erant ibi: " Hic erat cum Iésu Nazaréno! ". Et íterum negávit cum iuraménto: " Non novi hóminem! ". Post pusíllum autem accessérunt, qui stabant, et dixérunt Petro: " Vere et tu ex illis es, nam et loquéla tua maniféstum te facit ". Tunc coepit detestári et iuráre: " Non novi hóminem! ". Et contínuo gallus cantávit; et recordátus est Petrus verbi Iésu, quod díxerat: " Priúsquam gallus cantet, ter me negábis ". Et egréssus foras plorávit amáre. Mane autem facto, consílium iniérunt omnes príncipes sacerdótum et senióres pópuli advérsus Iésum, ut eum morti tráderent.  Et vinctum adduxérunt eum et tradidérunt Piláto prǽsidi.  Tunc videns Iúdas, qui eum trádidit, quod damnátus esset, paeniténtia ductus, réttulit trigínta argénteos princípibus sacerdótum et senióribus dicens: " Peccávi tradens sánguinem innocéntem ". At illi dixérunt: " Quid ad nos? Tu víderis! ". Et proiéctis argénteis in templo, recéssit et ábiens láqueo se suspéndit. Príncipes autem sacerdótum, accéptis argénteis, dixérunt: " Non licet míttere eos in corbánam, quia prétium sánguinis est ". Consílio autem ínito, emérunt ex illis agrum Fíguli in sepultúram peregrinórum. Propter hoc vocátus est ager ille ager Sánguinis usque in hodiérnum diem. Tunc implétum est quod dictum est per Ierémiam prophétam di centem: " Et accepérunt trigínta argénteos, prétium appretiáti quem appretiavérunt a fíliis Israel, et dedérunt eos in agrum Fíguli, sicut constítuit mihi Dóminus ". Iésus autem stetit ante prǽsidem; et interrogávit eum praeses dicens: " Tu es Rex Iudaeórum? ". Dixit autem Iésus: " Tu dicis ". Et cum accusarétur a princípibus sacerdótum et senióribus, nihil respóndit. Tunc dicit illi Pilátus: " Non audis quanta advérsum te dicant testimónia? ". Et non respóndit ei ad ullum verbum, ita ut mirarétur praeses veheménter. Per diem autem sollémnem consuéverat praeses dimíttere turbae unum vinctum, quem voluíssent. Habébant autem tunc vinctum insígnem, qui dicebátur Barábbas. Congregátis ergo illis dixit Pilátus: " Quem vultis dimíttam vobis: Barábbam an Iésum, qui dícitur Christus? ". Sciébat enim quod per invídiam tradidíssent eum. Sedénte autem illo pro tribunáli, misit ad illum uxor eíus dicens: " Nihil tibi et iústo illi. Multa enim passa sum hódie per visum propter eum ". Príncipes autem sacerdótum et senióres persuasérunt turbis, ut péterent Barábbam, Iésum vero pérderent. Respóndens autem praeses ait illis: " Quem vultis vobis de duóbus dimíttam? ". At illi dixérunt: " Barábbam! ". Dicit illis Pilátus: " Quid ígitur fáciam de Iésu, qui dícitur Christus? ". Dicunt omnes: " Crucifigátur! ". Ait autem: " Quid enim mali fecit? ". At illi magis clamábant dicéntes: " Crucifigátur! ". Videns autem Pilátus quia nihil profíceret, sed magis tumúltus fíeret, accépta aqua, lavit manus coram turba dicens: " Ínnocens ego sum a sánguine hoc; vos vidéritis! ". Et respóndens univérsus pópulus dixit: " Sanguis eíus super nos et super fílios nostros ". Tunc dimísit illis Barábbam; Iésum autem flagellátum trádidit, ut crucifigerétur. Tunc mílites prǽsidis suscipiéntes Iésum in praetório congregavérunt ad eum univérsam cohórtem. Et exuéntes eum, clámydem coccíneam circumdedérunt ei et plecténtes corónam de spinis posuérunt super caput eíus et arúndinem in déxtera eíus et, genu flexo ante eum, illudébant ei dicéntes: " Ave, rex Iudaeórum! ". Et exspuéntes in eum accepérunt arúndinem et percutiébant caput eíus. Et postquam illusérunt ei, exuérunt eum clámyde et induérunt eum vestiméntis eíus et duxérunt eum, ut crucifígerent. Exeúntes autem invenérunt hóminem Cyrenǽum nómine Simónem; hunc angariavérunt, ut tólleret crucem eíus. Et venérunt in locum, qui dícitur Gólgotha, quod est Calváriae locus, et dedérunt ei vinum bíbere cum felle mixtum; et cum gustásset, nóluit bíbere. Postquam autem crucifixérunt eum, divisérunt vestiménta eíus sortem mitténtes et sedéntes servábant eum ibi. Et imposuérunt super caput eíus causam ipsíus scriptam: " Hic est Iésus Rex Iudaeórum ". Tunc crucifigúntur cum eo duo latrónes: unus a dextris, et unus a sinístris. Praetereúntes autem blasphemábant eum movéntes cápita sua et dicéntes: " Qui déstruis templum et in tríduo illud reaedíficas, salva temetípsum; si Fílius Dei es, descénde de cruce! ". Simíliter et príncipes sacerdótum illudéntes cum scribis et senióribus dicébant: " Álios salvos fecit, seípsum non potest salvum fácere. Rex Israel est; descéndat nunc de cruce, et credémus in eum. Confídit in Deo; líberet nunc, si vult eum. Dixit enim: "Dei Fílius sum" ". Idípsum autem et latrónes, qui crucifíxi erant cum eo, improperábant ei. A sexta autem hora ténebrae factae sunt super univérsam terram usque ad horam nonam. Et circa horam nonam clamávit Iésus voce magna dicens: " Eli, Eli, lema sabactháni? ", hoc est: " Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me? ". Quidam autem ex illic stántibus audiéntes dicébant: " Elíam vocat iste ". Et contínuo currens unus ex eis accéptam spóngiam implévit acéto et impósuit arúndini et dabat ei bíbere. Céteri vero dicébant: " Sine, videámus an véniat Elías líberans eum ". Iésus autem íterum clamans voce magna emísit spíritum. En ce temps là : un des douze, appelé Judas Iscariote, alla trouver les princes des prêtres. et leur dit: Que voulez-vous me donner, et je vous Le livrerai? Et ils convinrent de lui donner trente pièces d'argent. Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour Le livrer. Or, le premier jour des azymes, les disciples s'approchèrent de Jésus et Lui dirent: Où veux-Tu que nous Te préparions ce qu'il faut pour manger la pâque? Jésus leur répondit: Allez dans la ville, chez un tel, et dites-lui: Le Maître dit: Mon temps est proche; Je ferai la pâque chez toi avec Mes disciples. Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et préparèrent la pâque. Le soir étant venu, Il Se mit à table avec Ses douze disciples. Et pendant qu'ils mangeaient, Il dit: En vérité, Je vous le dis, l'un de vous Me trahira. Vivement attristés, ils commencèrent chacun à Lui dire: Est-ce moi, Seigneur? Il leur répondit: Celui qui met avec Moi la main au plat est celui qui Me trahira. Pour ce qui est du Fils de l'homme, Il S'en va, selon ce qui a été écrit de Lui; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme sera trahi! Il aurait mieux valu pour cet homme de n'être jamais né. Judas, celui qui Le trahit, prenant la parole, Lui dit: Est-ce moi, Maître? Jésus lui répondit: Tu l'as dit. Or, pendant qu'ils soupaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit, et le donna à Ses disciples, en disant: Prenez et mangez; ceci est Mon corps. Et, prenant le calice, il rendit grâces, et le leur donna, en disant: Buvez-en tous; car ceci est Mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui sera répandu pour beaucoup, pour la rémission des péchés. Or, Je vous le dis, Je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'à ce jour où Je le boirai de nouveau avec vous, dans le royaume de Mon Père. Et, après avoir dit l'hymne, ils allèrent à la montagne des Oliviers. Alors Jésus leur dit: Vous serez tous scandalisés cette nuit à Mon sujet. Car il est écrit: Je frapperai le pasteur, et les brebis du troupeau seront dispersées. Mais, après que Je serai ressuscité, Je vous précéderai en Galilée. Pierre, prenant la parole, Lui dit: Quand même tous seraient scandalisés à Votre sujet, moi je ne serai jamais scandalisé. Jésus lui dit: En vérité, Je te le dis, cette nuit même, avant que le coq chante, tu Me renieras trois fois. Pierre Lui dit: Quand il me faudrait mourir avec Toi, je ne Te renierai point. Et tous les disciples parlèrent de même. Alors Jésus vint avec eux dans un domaine appelé Gethsémani; Il dit à Ses disciples: Asseyez-vous ici, pendant que J'irai là pour prier. Et ayant pris avec Lui Pierre et les deux fils de Zébédée, Il commença à être attristé et affligé. Alors Il leur dit: Mon âme est triste jusqu'à la mort; demeurez ici, et veillez avec Moi. Et S'étant avancé un peu plus loin, Il Se prosterna le visage contre terre, priant et disant: Mon Père, s'il est possible, que ce calice s'éloigne de Moi; cependant, qu'il en soit non pas comme Je veux, mais comme Tu veux. Et Il vint vers Ses disciples, et les trouva endormis; et Il dit à Pierre: Ainsi, vous n'avez pas pu veiller une heure avec Moi? Veillez et priez, afin que vous ne tombiez point dans la tentation. L'esprit est prompt, mais la chair est faible. Il S'en alla encore une seconde fois, et Il pria, en disant: Mon Père, si ce calice ne peut passer sans que Je le boive, que Votre volonté soit faite. Il revint de nouveau, et Il les trouva endormis; car leurs yeux étaient appesantis. Et les quittant, Il S'en alla encore, et Il pria pour la troisième fois, en disant les mêmes paroles. Puis Il vint à Ses disciples, et leur dit: Dormez maintenant et reposez-vous; voici que l'heure approche, et le Fils de l'homme sera livré aux mains des pécheurs. Levez-vous, allons; voici que celui qui doit Me trahir approche. Comme Il parlait encore, voici que Judas, l'un des douze, arriva, et avec Lui une foule nombreuse, armée d'épées et de bâtons, envoyée par les princes des prêtres et par les anciens du peuple. Or, celui qui Le trahissait leur avait donné un signe, en disant: Celui que je baiserai, c'est Lui; saisissez-Le. Et aussitôt, s'approchant de Jésus, il dit: Je Te salue, Maître. Et il Le baisa. Jésus lui dit: Mon ami, pourquoi es-tu venu? Alors ils s'avancèrent, mirent les mains sur Jésus, et Le saisirent. Et voici qu'un de ceux qui étaient avec Jésus, étendant la main, tira son épée, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui coupa l'oreille. Alors Jésus lui dit: Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée. Penses-tu que Je ne puisse pas prier Mon Père, qui M'enverrait à l'instant plus de douze légions d'Anges? Comment donc s'accompliront les Ecritures, qui annoncent qu'il en doit être ainsi? En même temps, Jésus dit à la foule: Vous êtes venus comme après un voleur, armés d'épées et de bâtons, pour vous emparer de Moi; tous les jours J'étais assis au milieu de vous, enseignant dans le temple, et vous ne M'avez pas arrêté. Mais tout cela s'est fait afin que ce que les prophètes ont écrit fût accompli. Alors tous les disciples, L'abandonnant, s'enfuirent. Mais ceux qui avaient arrêté Jésus Le conduisirent chez Caïphe, le grand prêtre, où les scribes et les anciens s'étaient rassemblés. Or, Pierre Le suivait de loin, jusqu'à la cour du grand prêtre; et étant entré, il s'assit avec les serviteurs, pour voir la fin. Cependant les princes des prêtres et tout le conseil cherchaient un faux témoignage contre Jésus, pour Le faire mourir; et ils n'en trouvèrent point, quoique beaucoup de faux témoins se fussent présentés. Enfin il vint deux faux témoins, qui dirent: Celui-ci a dit: Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours. Alors le grand prêtre, se levant, Lui dit: Tu ne réponds rien à ce que ces hommes déposent contre Toi? Mais Jésus Se taisait. Et le grand prêtre Lui dit: Je T'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si Tu es le Christ, le Fils de Dieu. Jésus lui répondit: Tu l'as dit. Car Je vous le dis, désormais vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel. Alors le grand prêtre déchira ses vêtements, en disant: Il a blasphémé; qu'avons-nous encore de témoins? Voici que vous venez d'entendre le blasphème. Que vous en semble? Ils répondirent: Il mérite la mort. Alors ils Lui crachèrent au visage, et ils Le frappèrent à coup de poing; d'autres Lui donnèrent des soufflets, en disant: Prophétise-nous, Christ; qui est-ce qui T'a frappé? Cependant Pierre était assis dehors, dans la cour; et une servante s'approcha de lui, en disant: Toi aussi, Tu étais avec Jésus de Galilée. Mais il le nia devant tous, en disant: Je ne sais ce que tu dis. Et comme il franchissait la porte, une autre servante le vit, et dit à ceux qui étaient là: Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth. Et il le nia de nouveau avec serment: Je ne connais point cet homme. Peu après, ceux qui étaient là s'approchèrent, et dirent à Pierre: Certainement tu es aussi de ces gens-là; car ton langage te fait reconnaître. Alors il se mit à faire des imprécations, et à jurer qu'il ne connaissait pas cet homme. Et aussitôt le coq chanta. Et Pierre se ressouvint de la parole que Jésus avait dite: Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti dehors, il pleura amèrement. "Le matin étant venu, tous les princes des prêtres et les anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour Le faire mourir. Et L'ayant lié, ils L'emmenèrent et Le livrèrent à Ponce Pilate, le gouverneur. Alors Judas, qui L'avait trahi, voyant qu'Il était condamné, poussé par le repentir, rapporta les pièces d'argent aux princes des prêtres et aux anciens, en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent. Mais ils dirent: Que nous importe? c'est ton affaire. Ayant jeté les pièces d'argent dans le temple, il se retira, et alla se pendre. Mais les princes des prêtres, ayant pris les pièces d'argent, dirent: Il ne nous est pas permis de les mettre dans le trésor, parce que c'est le prix du sang. Et ayant tenu conseil, ils en achetèrent le champ d'un potier, pour la sépulture des étrangers. C'est pourquoi ce champ a été appelé jusqu'à ce jour Haceldama, c'est-à-dire champ du sang. Alors s'accomplit ce qui avait été prédit par le prophète Jérémie: Ils ont reçu les trente pièces d'argent, prix de Celui qui a été évalué, qu'on a évalué de la part des enfants d'Israël, et ils les ont données pour le champ d'un potier, comme le Seigneur me l'a ordonné. Or Jésus comparut devant le gouverneur, et le gouverneur L'interrogea en ces termes: Es-Tu le Roi des Juifs? Jésus lui répondit: Tu le dis. Et comme Il était accusé par les princes des prêtres et les anciens, Il ne répondit rien. Alors Pilate Lui dit: N'entends-Tu pas quels graves témoignages ils portent contre Toi? Mais Il ne lui répondit pas un seul mot, de sorte que le gouverneur en fut très étonné. Or, le jour de la fête, le gouverneur avait coutume de délivrer un prisonnier, celui que le peuple demandait. Il avait alors un prisonnier insigne, nommé Barabbas. Comme ils étaient donc assemblés, Pilate leur dit: Qui voulez-vous que je vous délivre? Barabbas, ou Jésus, qui est appelé Christ? Car il savait que c'était par envie qu'ils L'avaient livré. Pendant qu'il était assis sur son tribunal, sa femme lui envoya dire: Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste; car j'ai beaucoup souffert aujourd'hui en songe, à cause de Lui. Mais les princes des prêtres et les anciens persuadèrent au peuple de demander Barabbas et de faire périr Jésus. Le gouverneur, prenant la parole, leur dit: Lequel des deux voulez-vous que je vous délivre? Ils dirent: Barabbas. Pilate leur dit: Que ferai-je donc de Jésus, qui est appelé Christ? Ils répondirent tous: Qu'il soit crucifié! Le gouverneur leur dit: Mais quel mal a-t-Il fait? Et ils crièrent encore plus fort, en disant: Qu'Il soit crucifié! Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte allait croissant, prit de l'eau, et se lava les mains devant le peuple, en disant: Je suis innocent du sang de ce juste; c'est à vous de voir. Et tout le peuple répondit: Que Son sang retombe sur nous et sur nos enfants! Alors il leur délivra Barabbas, et après avoir fait flageller Jésus, il Le leur livra pour être crucifié. Alors les soldats du gouverneur, emmenant Jésus dans le prétoire, rassemblèrent autour de Lui toute la cohorte. Et L'ayant dépouillé, ils Le revêtirent d'une chlamyde écarlate; puis, tressant une couronne d'épines, ils la mirent sur Sa tête, et un roseau dans Sa main droite; et fléchissant le genou devant Lui, ils se moquaient de Lui, en disant: Salut, Roi des Juifs! Et crachant sur Lui, ils prenaient le roseau, et Lui frappaient la tête. Lorsqu'ils se furent moqués de Lui, ils Lui ôtèrent la chlamyde, Lui remirent Ses vêtements, et L'emmenèrent pour Le crucifier. Comme ils sortaient, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, qu'ils contraignirent de porter la croix de Jésus. Et ils vinrent au lieu appelé Golgotha, c'est-à-dire, lieu du Calvaire. Et ils Lui donnèrent du vin mêlé de fiel; mais, quand Il l'eut goûté, Il ne voulut pas boire. Après qu'ils L'eurent crucifié, ils partagèrent entre eux Ses vêtements, les tirant au sort, afin que s'accomplît ce qui avait été prédit par le prophète: Ils se sont partagés Mes vêtements, et ils ont tiré Ma tunique au sort. Et s'étant assis, ils Le gardaient. Ils mirent au-dessus de Sa tête une inscription, indiquant le sujet de Sa condamnation: Celui-ci est Jésus, le Roi des Juifs. En même temps, on crucifia avec Lui deux voleurs, l'un à Sa droite, et l'autre à Sa gauche. Et les passants Le blasphémaient, branlant la tête, et disant: Allons, Toi qui détruis le temple de Dieu, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-Toi Toi-même; si Tu es le Fils de Dieu, descends de la croix. Les princes des prêtres se moquaient aussi de Lui, avec les scribes et les anciens, et disaient: Il a sauvé les autres, et Il ne peut Se sauver Lui-même; s'Il est le Roi d'Israël, qu'Il descende maintenant de la croix, et nous croirons en Lui. Il a confiance en Dieu: que Dieu Le délivre maintenant, s'Il L'aime; car Il a dit: Je suis le Fils de Dieu. Les voleurs qui avaient été crucifiés avec Lui, Lui adressèrent les mêmes outrages. Or, depuis la sixième heure jusqu'à la neuvième heure, il y eut des ténèbres sur toute la terre. Et vers la neuvième heure, Jésus cria d'une voix forte: Eli, Eli, lamma sabacthani? C'est-à-dire: Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M'as-Tu abandonné? Quelqu'un de ceux qui étaient présents, L'ayant entendu, disaient: Il appelle Elie. Et aussitôt l'un d'eux, accourant, prit une éponge et la remplit de vinaigre; et l'ayant attachée à un roseau, il Lui donnait à boire. Mais les autres disaient: Laisse, voyons si Elie viendra Le délivrer. Mais Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l'esprit.
Hic genuflectitur, et pausatur aliquantulum . Ici, on génuflecte, et on fait une petite pause.
Et ecce velum templi scissum est a summo usque deórsum in duas partes, et terra mota est, et petrae scissae sunt; et monuménta apérta sunt, et multa córpora sanctórum, qui dormíerant, surrexérunt et exeúntes de monuméntis post resurrectiónem eíus venérunt in sanctam civitátem et apparuérunt multis. Centúrio autem et, qui cum eo erant custodiéntes Iésum, viso terrae motu et his, quae fiébant, timuérunt valde dicéntes: " Vere Dei Fílius erat iste! ". Erant autem ibi mulíeres multae a longe aspiciéntes, quae secútae erant Iésum a Galilǽa ministrántes ei; inter quas erat María Magdaléne et María Iacóbi et Ióseph mater et mater filiórum Zebedǽi. Cum sero autem factum esset, venit homo dives ab Arimathǽa nómine Ióseph, qui et ipse discípulus erat Iésu. Hic accéssit ad Pilátum et pétiit corpus Iésu. Tunc Pilátus iússit reddi. Et accépto córpore, Ióseph invólvit illud in síndone munda et pósuit illud in monuménto suo novo, quod excíderat in petra, et advólvit saxum magnum ad óstium monuménti et ábiit. Erat autem ibi María Magdaléne et áltera María sedéntes contra sepúlcrum. Áltera autem die, quae est post Parascévem, convenérunt príncipes sacerdótum et pharisǽi ad Pilátum dicéntes: " Dómine, recordáti sumus quia sedúctor ille dixit adhuc vivens: "Post tres dies resúrgam". Iúbe ergo custodíri sepúlcrum usque in diem tértium, ne forte véniant discípuli eíus et furéntur eum et dicant plebi: "Surréxit a mórtuis", et erit novíssimus error peíor prióre ". Ait illis Pilátus: " Habétis custódiam; ite, custodíte, sicut scitis ". Illi autem abeúntes muniérunt sepúlcrum, signántes lápidem, cum custódia. Et voici que le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas, et la terre trembla, et les pierres se fendirent, et les sépulcres s'ouvrirent, et beaucoup de corps des saints qui s'étaient endormis ressuscitèrent, et sortant de leurs tombeaux après Sa résurrection, ils vinrent dans la ville sainte, et apparurent à beaucoup de personnes. Le centurion et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et tout ce qui se passait, furent saisis d'une grande frayeur, et dirent: Vraiment cet homme était le Fils de Dieu. Il y avait là aussi, à quelque distance, des femmes nombreuses, qui avaient suivi Jésus depuis la Galilée, pour Le servir; parmi elles était Marie Madeleine, Marie mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. Lorsque le soir fut venu, il vint un homme riche d'Arimathie, nommé Joseph, qui était aussi disciple de Jésus. Cet homme alla trouver Pilate, et demanda le corps de Jésus. Pilate ordonna qu'on rendît le corps. Et ayant pris le corps, Joseph l'enveloppa d'un linceul blanc. Et le déposa dans son sépulcre neuf, qu'il avait fait tailler dans le roc; puis il roula une grande pierre à l'entrée du sépulcre, et il s'en alla. Or, Marie Madeleine et l'autre Marie étaient là, assises en face du sépulcre. Le lendemain, qui était le jour après la Préparation, les princes des prêtres et les pharisiens allèrent ensemble trouver Pilate, en disant: Seigneur, nous nous sommes souvenus que cet imposteur a dit, lorsqu'Il vivait encore: Après trois jours Je ressusciterai. Ordonnez donc que le sépulcre soit gardé jusqu'au troisième jour, de peur que Ses disciples ne viennent dérober Son corps, et ne disent au peuple: Il est ressuscité d'entre les morts; dernière imposture qui serait pire que la première. Pilate leur dit: Vous avez des gardes; allez, gardez-le comme vous l'entendez. Ils s'en allèrent donc, et pour s'assurer du sépulcre, ils en scellèrent la pierre et y mirent des gardes.
22. Post historiam Passionis habeatur, pro opportunitate, brevis homilia. Etiam spatium aliquod silentii servari potest. Dicitur Credo et fit oratio universalis. 22. Après le récit de la Passion, on peut faire, si c'est opportun, une homélie brève. Puis un temps de silence peut également être observé. On dit le Credo et on fait la prière universelle.