Evangile commenté du samedi 16 octobre 2021

Sabbato Sabbato
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (12,8-12)
In illo témpore: Dixit Iesus discipulis suis: Omnis, quicúmque conféssus fúerit in me coram homínibus, et Fílius hóminis confitébitur in illo coram ángelis Dei; qui autem negáverit me coram homínibus, denegábitur coram ángelis Dei. Et omnis, qui dicet verbum in Fílium hóminis, remittétur illi; ei autem, qui in Spíritum Sanctum blasphemáverit, non remittétur. Cum autem indúcent vos in synagógas et ad magistrátus et potestátes, nolíte sollíciti esse quáliter aut quid respondeátis aut quid dicátis: Spíritus enim Sanctus docébit vos in ipsa hora, quæ opórteat dícere.” En ce temps là : Jésus dit à Ses disciples : Je vous le dis, quiconque Me confessera devant les hommes, le Fils de l'homme le confessera aussi devant les Anges de Dieu. Mais celui que M'aura renié devant les hommes sera renié devant les Anges de Dieu. Et à quiconque prononcera une parole contre le Fils de l'homme, il sera pardonné; mais à celui qui aura blasphémé contre le Saint-Esprit, il ne sera point pardonné. Lorsqu'on vous conduira dans les synagogues, et devant les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez point de quelle manière ou de ce que vous répondrez, ni de ce que vous direz ; car l'Esprit-Saint vous enseignera, à l'heure même, ce qu'il faudra que vous disiez.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.

La persécution et le martyre, supportés sans défaillance, auront d'ailleurs leur dédommagement infini : Je vous le déclare, quiconque m'aura confessé devant les hommes, le Fils de l'homme, à son tour, le confessera devant les anges de Dieu ; mais celui qui m'aura renié devant les hommes, sera renié lui aussi devant les anges de Dieu (Lc,ix, 26). — L'évocation du jugement suprême où siégera le Fils de l'homme, avec la pensée toujours présente de la déloyauté pharisienne, nous explique peut-être l'insertioa, dans ce discours du Seigneur, d'une parole que saint Matthieu (xii, 31-32) et saint Marc (m, 28-30) ont rattachée à une autre circonstance : le blasphème des pharisiens, attribuant les miracles du Seigneur à un pacte avec Bélzébub. « Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné : mais pour celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit, il n'y aura point de pardon. » — Puis le Seigneur revient à l'idée de la persécution : Lorsqu'on vous conduira devant les synagogues, les magistrats, les autorités du siècle, ne vous préoccupez point de savoir comment et par quels arguments vous devez vous défendre, ni ce que vous pourrez répondre : car le Saint-Esprit vous suggérera sur l'heure ce que vous devrez dire (Mt, x, 18-20 ; Mc, xiii, 9-11 ; Lc., xxi, 14-15).