Evangile commenté du dimanche 15 mai 2022

Dominica Dimanche
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secundum Ioánnem (13,31-33a.34-35)
Cum exísset Iudas e cenaculo, dicit Iésus: “Nunc clarificátus est Fílius hóminis, et Deus clarificátus est in eo; si Deus clarificátus est in eo, et Deus clarificábit eum in semetípso et contínuo clarificábit eum. Filíoli, adhuc módicum vobíscum sum. Mandátum novum do vobis, ut diligátis ínvicem; sicut diléxi vos, ut et vos diligátis ínvicem. In hoc cognóscent omnes quia mei discípuli estis: si dilectiónem habuéritis ad ínvicem.” Lorsque Judas fut sorti du cénacle, Jésus dit : Maintenant, le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu le glorifiera aussi en lui-même ; et c’est bientôt qu’il le glorifiera. Mes petits enfants, je ne suis plus que pour peu de temps avec vous. Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; (mais) que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés. C’est en ceci que tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.

Après que le traître a disparu, le Seigneur semble recouvrer toute la liberté, jusqu'alors contenue, de sa parole. Un tressaillement de joie remplit son âme à la pensée que son heure est venue. La Passion qui commence et par la trahison de Judas, et par le sacrifice que le Seigneur instituera dans un instant, la Passion ne lui apporte, au regard humain, que douleur et humiliation ; il est vrai : mais Jésus ne voit dans le mystère de sa souffrance que la rançon divine qui assure la gloire du Fils de l'homme et la gloire de son Père. « Maintenant, dit-il avec l'accent du triomphe, le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu glorifié en lui. Car Dieu glorifié en lui le glorifiera à son tour en lui-même, et sans tarder. » La science du Seigneur devance les événements ; elle en escompte le terme dès cette première heure. Ajournons jusqu'au chapitre xvii l'explication de ce en quoi consiste la gloire du Père et du Fils. Mais l'œuvre qui s'accomplit maintenant entraîne la séparation du Seigneur d'avec les siens. « Mes petits enfants, je ne suis plus avec vous que pour un peu de temps. Vous me chercherez ensuite, et comme je le disais aux Juifs (viii, 21), — mais avee un sens différent, — là où je vais, vous ne pouvez pas venir ; à vous aussi je le dis aujourd'hui. » Ni le terme, — le Père, ni la voie, — le martyre, ne sont actuellement pour vous. La première parole du Seigneur a été une parole inusitée de tendresse : Filioli, mais si justifiée par les conditions de l'heure présente. Avant de les quitter, il leur montre qu'il les arme et leur laisse comme recommandation suprême le précepte de la charité : « Je vous donne un commandement nouveau, c'est de vous aimer les uns les autres, de vous aimer comme je vous ai aimés. » Sans doute, le précepte avait été formulé dans l'Ancienne Loi ; il est nouveau pourtant parce qu'il est le caractère propre de la dispensation nouvelle ; parce que c'est en elle qu'il s'accomplit fidèlement ; parce qu'il nous est donné maintenant comme le précepte unique, comme le précepte facile et simple, comme le précepte enveloppant et plénier qui résume, à lui seul, toute la Loi, et élimine les multiples exigences d'autrefois. Et puisque le précepte de la charité doit être, dorénavant, accompli comme le Seigneur l'a pratiqué lui-même, avec le même objet, la même étendue, la même intention, la même patience, la même durée ; puisque le motif de notre charité est que le Seigneur nous a aimés tous et nous a montré ainsi qui nous devons aimer ; cela étant, le précepte est vraiment nouveau : il date en réalité de Notre-Seigneur Jésus-Christ. « L'indice auquel tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres. » Il n'est que le Seigneur, en effet, qui puisse ruiner en nous le principe de l'égoïsme, nous montrer Dieu dans le prochain et unir dans une sainte fraternité tous les hommes baptisés. Ainsi, la charité chrétienne deviendra bientôt un motif de crédibilité, elle sera la plus éloquente des prédications.