Evangile commenté du samedi 21 mai 2022

Sabbato Sabbato
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secundum Ioannem (15,18-21)
In illo tempore: Dixit Iesus discipulis suis: Si mundus vos odit, scitóte quia me priórem vobis ódio hábuit. Si de mundo essétis, mundus, quod suum est, dilígeret; quia vero de mundo non estis, sed ego elégi vos de mundo, proptérea odit vos mundus. Mementóte sermónis, quem ego dixi vobis: Non est servus maíor dómino suo. Si me persecúti sunt, et vos persequéntur; si sermónem meum servavérunt, et vestrum servábunt. Sed hæc ómnia fácient vobis propter nomen meum, quia nésciunt eum, qui misit me. En ce temps là : Jésus dit à Ses disciples : Si le monde vous hait, sachez qu'il M'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui serait à lui; mais, parce que vous n'êtes pas du monde, et que Je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que Je vous ai dite: Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils M'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s'ils ont gardé Ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de Mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas Celui qui M'a envoyé.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.

Relations des disciples avec Dieu, relations des diseiples entre eux, avons-nous dit : il s'agit désormais des relations du disciple avec le monde. Le monde, c'est, d'après le contexte, cette portion de l'humanité qui constitue sa fin ici-bas, qui veut ignorer Dieu, qui a Satan pour chef. Les apôtres apportent la vérité, la grâce, la bénédiction, la paix, la vertu ; ils ne font pas de mal : est-ce qu'ils seront accueillis ? Bénéficieront-ils du moins de la dédaigneuse tolérance accordée à ceux qui nous proposent un produit inoffensif dont nous n'avons nul besoin ? On a laissé tant de sages ou même de rêveurs philosophes à leur aise ! Le sort des apôtres ne sera pas celui-là. Ni reconnaissance, ni même tolérance de la part du monde, mais seulement la haine, gratuite, parfois cruelle et sauvage. Ne vous en étonnez pas, dit le Seigneur. Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est sien. Mais parce que vous n'êtes pas du monde et que je vous ai séparés du monde, c'est pour cela qu'il vous déteste. Loin de vous déconcerter, la persécution vous apportera une joie secrète : vous y trouverez un indice de plus de votre appartenance au Fils de Dieu. Voyez donc si c'est là une haine que vous ayez le droit d'apaiser avec des concessions, des transactions, des compromis. Il est normal que le monde combatte votre influence, qu'il redoute vos œuvres et votre action, qu'il s'ingénie surtout à déconcerter votre service d'intercession et de louange, qu'il soit avide de vos biens, même que votre habit l'importmie. Cette haine est satanique : c'est moi qu'elle vise en vous. Vous vous rappellerez, au cours des siècles, la parole que je vous disais naguère : le serviteur n'est pas plus grand, plus favorisé que son maître (xiii, 16). C'est une condition glorieuse que vous partagerez avec moi. Notre sort est commun. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Ceux qui vous écouteront le feront à cause de moi ; ceux qui se montreront hostiles, le seront à cause de mon nom. Cette haine naîtra des dispositions du cœur de chacun. Comme elle est sans motif, elle sera injustifiable. Si je n'étais pas venu, si je ne leur avais pas parlé, peut-être auraient-ils pu se réclamer de leur ignorance et se prétendre exempts de faute. Mais, à présent, ils ont entendu, et leur péché est sans excuse. Si je n'avais fait parmi eux des œuvres telles qu'aucun autre n'en a réalisé, ils n'auraient point de péché. Mais à présent, ils ont vu, et ils ont enveloppé dans une même haine et moi et mon Père : car celui qui me hait hait aussi mon Père. II a donc fallu qu'elle s'accomplît cette parole inscrite dans leur Loi : Ils m'ont poursuivi d'une haine sans motif ! (Ps. xxxiv, 19.) Encore quelques heures, et la haine des Juifs sera assouvie. Le Seigneur, qui sait, n'en est nullement troublé. La diffusion de la vérité n'en sera pas arrêtée, ni l'œuvre divine déconcertée. On ne supprime pas le Fils de Dieu. On ne tue pas la Vérité. L'Esprit de Dieu, le Consolateur, viendra : Je vous l'enverrai d'auprès de mon Père. C'est l'Esprit de vérité, procédant du Père, et, à ce titre, envoyé par lui. Il procède aussi du Fils, car le Fils l'envoie comme le Père ; et il rendra témoignage au Fils, comme le Fils rend témoignage au Père. Puis avec l'Esprit de Dieu, sous son influence et sa direction, les apôtres à leur tour seront les témoins du Christ ; ils diront au monde, au prix de leur vie, ce qu'ils ont appris du Seigneur, eux qui furent avec lui depuis le commencement de son ministère (Act., i, 21-22).