Messe du samedi 20 novembre 2021

Hebdomada XXXIII per annum XXXIIIème semaine dans l'année
Sabbato Sabbato
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introit
Ierem. 29, 11, 12 et 14 Ier. 29,11,12 et 14
DICIT Dóminus: Ego cógito cogitatiónes pacis, et non afflictiónis: invocábitis me, et ego exáudiam vos: et redúcam captivitátem vestram de cunctis locis. Ps. 84, 2 Benedixísti, Dómine, terram tuam: avertísti captivitátem Iacob. ℣. Glória Patri. Moi, J’ai des pensées de paix et non d’affliction, dit le Seigneur ; vous M’invoquerez et Je vous exaucerai, et Je ramènerai vos captifs de tous les lieux. Ps. 84, 2. Tu as béni, Seigneur, Ta terre, Tu as délivré Jacob de la captivité. ℣. Gloire au Père.
Collecta Collecte
Da nobis, quǽsumus, Dómine Deus noster, in tua semper devotióne gaudére, quia perpétua est et plena felícitas, si bonórum ómnium iúgiter serviámus auctóri. Per Dóminum. Nous T'en prions, Seigneur notre Dieu, accorde-nous de toujours trouver notre joie dans notre dévouement pour Toi, car c'est dans le service constant de l'auteur de tous biens, (que se trouve) le bonheur durable et plénier.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri primi Machabæórum (6,1-13)
In diébus illis: Rex Antíochus perambulábat superióres regiónes et audívit esse Elymáida in Pérside civitátem gloriósam divítiis argénto et auro templúmque in ea lócuples valde et illic velámina áurea et lorícæ et scuta, quæ relíquit ibi Alexánder Philíppi rex Mácedo, qui regnávit primus in Grǽcia. Et venit et quærébat cápere civitátem et deprædári eam et non pótuit, quóniam innótuit sermo his, qui erant in civitáte. Et restitérunt ei in próelium. Et fugit inde et ábiit cum tristítia magna, ut reverterétur in Babylóniam. Et venit, qui nuntiáret ei in Pérside quia fugáta sunt castra, quæ íverant in terram Iúdæ, et quia ábiit Lýsias cum virtúte forti in primis et fugátus est a fácie eórum, et invaluérunt armis et víribus et spóliis multis, quæ cepérunt de castris quæ excidérunt, et quia diruérunt abominatiónem, quam ædificáverat super altáre, quod erat in Ierusálem, et sanctificatiónem sicut prius circumdedérunt muris excélsis et Bethsúram civitátem eíus. Et factum est, ut audívit rex sermónes istos, expávit et commótus est valde et décidit in lectum et íncidit in languórem præ tristítia, quia non factum est ei, sicut cogitábat. Et erat illic per dies multos, quia renováta est in eo tristítia magna, et arbitrátus est se mori. Et vocávit omnes amícos suos et dixit illis: “Recéssit somnus ab óculis meis, et concídi corde præ sollicitúdine et dixi in corde meo: Quoúsque tribulatiónis devéni et tempestátis magnæ, in qua nunc sum? Quia iucúndus eram et diléctus in potestáte mea! Nunc vero reminíscor malórum, quæ feci in Ierusálem, unde et ábstuli ómnia vasa áurea et argéntea, quæ erant in ea, et misi auférre habitántes Iúdam sine causa. Cognóvi quia proptérea invenérunt me mala ista; et ecce péreo tristítia magna in terra aliéna.” En ces jours là : le roi Antiochus parcourait les hautes provinces, et il apprit que la ville d'Elymaïs, en Perse, était très célèbre, riche en argent et en or, et qu'elle avait un temple très riche, où étaient les voiles d'or, les cuirasses et les boucliers qu'y avait laissés Alexandre, fils de Philippe, roi de Macédoine, qui régna le premier en Grèce. Il vint, et il cherchait à prendre la ville et à la piller ; mais il ne le put, car son dessein fut connu de ceux qui étaient dans la ville, et ils se levèrent pour le combat; il s'enfuit de là, et se retira avec une grande tristesse, et revint en Babylonie. Et on vint lui annoncer en Perse que son armée qui était dans le pays de Juda avait été mise en fuite; que Lysias avait marché à la tête d'une forte armée, et avait été mis en fuite par les Juifs ; et que ceux-ci avaient acquis de la force par les armes et les troupes, et les dépouilles nombreuses qu'ils avaient prises dans le camp ; qu'ils avaient renversé l'abomination qu'il avait dressée sur l'autel qui était à Jérusalem, et qu'ils avaient environné le sanctuaire de hautes murailles, comme auparavant, ainsi que Bethsura, sa ville. Il arriva, lorsque le roi eut appris ces nouvelles, qu'il en fut saisi d'étonnement et très troublé ; il se mit au lit et tomba dans la langueur par suite de la tristesse, parce que les choses n'avaient pas eu lieu comme il l'avait pensé. Il demeura là pendant des jours nombreux, parce qu'une grande tristesse se renouvelait en lui, et il crut qu'il allait mourir. Il appela tous ses amis, et leur dit: Le sommeil s'est éloigné de mes yeux, je suis abattu, et mon coeur a défailli de chagrin ; et j'ai dit en mon coeur : Dans quelle affliction suis-je tombé, et dans quels flots de tristesse suis-je maintenant, moi qui étais heureux et aimé dans ma puissance ! Maintenant je me souviens des maux que j'ai fait à Jérusalem, dont j'ai emporté toutes les dépouilles d'or et d'argent qui y étaient, et j'ai envoyé sans motif enlever les habitants de la Judée. Je reconnais donc que c'est pour cela que ces maux m'ont atteint ; et voici que je meurs d'une tristesse dans une terre étrangère.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 43, 8-9 Ps 43,8,9
℟. Liberásti nos, Dómine, ex affligéntibus nos: et eos, qui nos odérunt, confudísti. ℣. In Deo laudábimur tota die, et in nómine tuo confitébimur in sǽcula. ℟. Tu nous as délivrés, Seigneur, de ceux qui nous affligeaient et Tu as confondu ceux qui nous haïssaient. ℣. En Dieu nous nous glorifierons tout le jour et nous célébrerons à jamais Ton nom.
Allelúia Alléluia
Ps. 129, 1-2 Ps. 129,1-2
℟. Allelúia. ℣. De profúndis clamávi ad te, Dómine: Dómine, exáudi oratiónem meam. ℟. Alléluia. ℣. Des profondeurs, je crie vers Toi, Seigneur. Seigneur, exauce ma prière.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (20,27-40)
In illo tempore: Accessérunt quidam sadducæórum, qui negant esse resurrectiónem, et interrogavérunt Iesum dicéntes: “Magíster, Móyses scripsit nobis, si frater alicuíus mórtuus fúerit habens uxórem et hic sine fíliis fúerit, ut accípiat eam frater eíus uxórem et súscitet semen fratri suo. Septem ergo fratres erant: et primus accépit uxórem et mórtuus est sine fíliis; et sequens et tértius accépit illam, simíliter autem et septem non reliquérunt fílios et mórtui sunt. Novíssima mórtua est et múlier. Múlier ergo in resurrectióne cuíus eórum erit uxor? Si quidem septem habuérunt eam uxórem.” Et ait illis Iésus: “Fílii sǽculi huíus nubunt et tradúntur ad núptias; illi autem, qui digni habéntur sǽculo illo et resurrectióne ex mórtuis, neque nubunt neque ducunt uxóres. Neque enim ultra mori possunt: æquáles enim ángelis sunt et fílii sunt Dei, cum sint fílii resurrectiónis. Quia vero resúrgant mórtui, et Móyses osténdit secus rubum, sicut dicit: ‘Dóminum Deum Ábraham et Deum Ísaac et Deum Iácob.’ Deus autem non est mortuórum sed vivórum: omnes enim vivunt ei.” Respondéntes autem quidam scribárum dixérunt: “Magíster, bene dixísti.” Et ámplius non audébant eum quidquam interrogáre. En ce temps là : Quelques-uns des sadducéens, qui nient qu'il y ait une résurrection, s'approchèrent de Jésus, et L'interrogèrent, en disant: Maître, Moïse a écrit pour nous: Si le frère de quelqu'un, ayant une femme, meurt sans laisser d'enfants, son frère épousera sa femme, et suscitera une postérité à son frère. Or il y avait sept frères; et le premier épousa une femme, et mourut sans enfants. Le second la prit, et mourut lui-même sans enfants. Le troisième la prit aussi, et de même tous les sept; et ils ne laissèrent pas de postérité, et ils moururent. Enfin, après eux tous, la femme mourut aussi. A la résurrection donc, duquel d'entre eux sera-t-elle l'épouse? car les sept l'ont eue pour femme. Jésus leur dit: Les enfants de ce siècle se marient et sont donnés en mariage; mais ceux qui seront jugés dignes du siècle à venir et de la résurrection des morts ne se marieront pas, et ne prendront pas de femme; car ils ne pourront plus mourir, parce qu'ils sont égaux aux Anges, et qu'ils sont fils de Dieu, étant fils de la résurrection. Mais que les morts ressuscitent, Moïse le montre lui-même, à l'endroit du Buisson, lorsqu'il appelle le Seigneur le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob. Or Dieu n'est point le Dieu des morts, mais des vivants; car tous sont vivants pour Lui. Alors quelques-uns des scribes, prenant la parole, Lui dirent: Maître, Tu as bien répondu. Et ils n'osaient plus Lui faire aucune question.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium Offertoire
Ps. 129, 1-2
De profúndis clamávi ad te, Dómine: Dómine, exáudi oratiónem meam: de profúndis clamávi ad te, Dómine. Des profondeurs, je crie vers Toi, Seigneur : Seigneur, exauce ma prière : des profondeurs je crie vers Toi.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Concéde, quǽsumus, Dómine, ut óculis tuæ maiestátis munus oblátum et grátiam nobis devotiónis obtíneat, et efféctum beátæ perennitátis acquírat. Per Christum. Permets, nous T'en supplions, Seigneur, que le don que nous offrons puisse nous conserver à la fois la grâce de la dévotion et nous acquérir efficacement l'immortalité bienheureuse devant les yeux de Ta majesté.
Communio Communion
Marc. 11, 24 Marc 11,24
Amen dico vobis, quidquid orántes pétitis, crédite quia accipiétis, et fiet vobis. Amen Je vous le dis, tout ce que vous demandez dans votre prière, croyez que vous l'avez reçu, et cela se fera.
Post communionem Post communion
Súmpsimus, Dómine, sacri dona mystérii, humíliter deprecántes, ut, quæ in sui commemoratiónem nos Fílius tuus fácere præcépit, in nostræ profíciant caritátis augméntum. Per Christum. Nous avons reçu, Seigneur, les dons du mystère sacré, et nous demandons humblement qu'ils servent à la croissance de notre charité, comme Ton Fils nous l'a ordonné en Sa mémoire.
Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Ier 29, 11.12.14
Dicit Dóminus: Ego cógito cogitatiónes pacis et non afflictiónis; invocábitis me, et ego exáudiam vos, et redúcam captivitátem vestram de cunctis locis. Moi, J’ai des pensées de paix et non d’affliction, dit le Seigneur ; vous M’invoquerez et Je vous exaucerai, et Je ramènerai vos captifs de tous les lieux.
Ant. ad communionem Ant. à la communion
Ps 72, 28
Mihi autem adhærére Deo bonum est, pónere in Dómino Deo spem meam.
Vel: Mc 11, 23-24
Amen dico vobis, quidquid orántes pétitis, crédite quia accipiétis, et fiet vobis, dicit Dóminus.