Tertiodecimo Kalendas Iunii, luna duodecima.
1. Sanctórum Christóphori Magallanes, presbyteri, et sociórum, mártyrum, qui váriis in diciónibus Méxici, in ódium christiáni nóminis et cathólicæ Ecclésiæ persecúti atque Christum Regem conféssi, corónam martyrii sunt consecúti.
1. Mémoire des saints Christophe Magallanès, prêtre, et de ses compagnons, martyrs, qui de 1926 à 1928, dans différentes régions du Mexique, furent persécutés en haine du nom chrétien et de l’Église catholique et, pour avoir confessé leur foi dans le Christ Roi, reçurent la couronne du martyre.
Quorum nomina: presbyteri Romanus Adame, Rodericus Aguilar, lulius Álvarez, Aloysius Batis Sáinz, Augustinus Caloca, Matthæus Correa, Atilanus Cruz, Michael de la Mora, Petrus Esqueda Ramírez, Margaritus Flores, losephus Isabel Flores, David Galván, Petrus Maldonado, Iesus Mendez, lustinus Orona, Sabas Reyes, losephus Maria Robles, Turibius
2. En Maurétanie, peut-être au IIIe siècle, saint Timothée, diacre et martyr.
2. In Mauretánia, sancti Timóthei, diáconi et mártyris.
3. À Césarée de Cappadoce, au IIIe siècle, saint Polyeucte, martyr.
3. Cæsaréæ Cappadóciæ, sancti Polyéucti, mártyris.
4. Commémoraison des saints martyrs d’Alexandrie, hommes et femmes, que, sous l’empereur Constance, en 357 ou 358, durant les fêtes de la Pentecôte, l’évêque arien Georges fit maltraiter de la manière la plus cruelle dans le cimetière. Plusieurs moururent de leurs blessures, d’autres furent exilés dans la grande oasis.
4. Commemorátio sanctórum mártyrum utriúsque sexus, quos Alexandríæ in Ægýpto sacris diébus Pentecóstes sub Constántio imperatóre Geórgius epíscopus ariánus sævíssime occídi vel in exsílium relegári præcépit.
5. À Vannes en Armorique, saint Patern, évêque, qui fut, croit-on, ordonné en ce jour par saint Perpétue de Tours dans le concile provincial tenu en cette ville.
5. Dariórigi in Británnia Minóre, commemorátio sancti Patérni, epíscopi, qui a sancto Perpétuo Turonénsi in concílio provinciáli ibídem congregáto epíscopus hac die ordinátus esse tráditur.
6. Aux environs de Nice, vers 581, saint Hospice. Homme d’une ascèse admirable, il vécut en reclus dans une tour, au temps du roi Chilpéric, et prédit l’arrivée des envahisseurs lombards.
6. Apud Nicǽam in Província, sancti Hospícii, reclúsi, miræ abstinéntiæ viri, qui advéntum Langobardórum prædíxit.
7. À Evora au Portugal, au VIe siècle saint Mancius, martyr.
7. Eboræ in Lusitánia, sancti Máncii, mártyris.
8*. À Vienne en Dauphiné, l’an 1001, saint Thibaud, évêque, d’une charité et d’une piété remarquables, qui illustra cette Église durant quarante-quatre ans.
8*. Viénnæ in Burgúndia Gálliæ, sancti Theobáldi, epíscopi, qui per quadragínta quáttuor annos sedem illam illustrávit, caritáte ac pietáte conspícuus.
9*. À Aboë en Finlande, l’an 1366, saint Hemming, évêque. Brûlant de zèle pastoral, il restaura, par un décret pris en synode, la discipline de cette Église, favorisa les études des clercs, donna un nouvel élan au culte divin et promut la paix entre les peuples du pays.
9*. Aboæ in Fínnia, sancti Hemming, epíscopi, qui, pastoráli zelo incénsus, huius Ecclésiæ disciplínam synódica ordinatióne instaurávit, clericórum stúdiis favit, cultum divínum exornávit pacémque inter pópulos promóvit.
10*. Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Jean Mopinot, Frère des Écoles chrétiennes et martyr. Sous la Révolution française, il fut déporté, parce que religieux, sur un bateau négrier et mourut de la contagion qui régnait à bord.
10*. In alto ante Rupifórtium ad oram Gálliæ, beáti Ioánnis Mopinot, Fratris Scholárum Christianárum et mártyris, qui tempóribus gállicæ perturbatiónis in sórdida actuária deténtus est útpote religiósus, ubi tabe afféctus óbiit.
11. À Marseille, en 1861, saint Charles-Eugène de Mazenod, évêque. Pour que les pauvres soient évangélisés, il suscita les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée et, pendant près de vingt-cinq ans, il illustra son Église par ses vertus, ses œuvres et ses écrits.
11. Massíliæ in Província Gálliæ, sancti Cároli Eugénii de Mazenod, epíscopi, qui, ut pauperes evangelizaréntur, Missionários Oblátos Maríæ Immaculátæ suscitávit et per vigínti et quinque fere annos Ecclésiam virtútibus, ópere, sermónibus et scriptis illustrávit.
**. Au Brésil, en 1924, le bienheureux Manuel Gomez Gonzalez, prêtre martyr (béatifié le 21 octobre 2007 par Benoît XVI).
Romo, lanuarius Sánchez Delgadillo, Tranquillinus Ubiarco et David Uribe; atque Emmanuel Morales, Salvator Lara Puente et David Roldán Lara, laici.
**. Au Brésil, en 1924, le bienheureux Adilio Daronch, prêtre martyr. (béatifié le 21 octobre 2007 par Benoît XVI).
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut