Quinto Kalendas Iunii, luna vigesima.
1. Antiochíæ in Syria, sancti Hesychii palatíni, mártyris, qui in persecutióne Diocletiáni imperatóris cum præcéptum audísset, ut quisquis idólis non sacrificáret cíngulum milítiæ depóneret, repénte cíngulum solvit; quam ob causam, ingénti saxo in déxtera eius ligáto, in flúvium Oróntem præcipitári iussus est.
1. À Antioche de Syrie, vers 303, saint Hésychius, martyr. Il était soldat palatin, quand il entendit publier l’édit de l’empereur Dioclétien, en vertu duquel quiconque ne voulait pas sacrifier aux idoles devait déposer le baudrier. Il déposa le sien aussitôt et, pour ce motif, on lui attacha un bloc de pierre à la main droite et on le précipita dans le fleuve.
2. Tréviris in Gállia Bélgica, sancti Maximíni, epíscopi, qui intrépidus fídei integritátis advérsus ariános defénsor sanctum Athanásium Alexandrínum aliósque epíscopos éxsules fratérne suscépit et, ab hóstibus sede pulsus, in pátria Pictaviénsi óbiit.
2. À Trèves en Gaule Belgique, vers 346, saint Maximin, évêque. Intrépide défenseur de l’intégrité de la foi contre les ariens, il accueillit fraternellement saint Athanase d’Alexandrie et d’autres évêques envoyés en exil et, chassé à son tour de son siège, il mourut à Poitiers, sa patrie.
3. In valle Anauniénsi in agro Tridentíno, inisteri mártyrum Sisínnii, diáconi, Martyrii, lectóris, et Alexándri, ostiárii, qui, natióne cappádoces, erécta inister, divínæ laudis cántica in regiónem introduxérunt et a pagánis sacrifícia lustrália litántibus interfécti sunt.
3. Dans le Val d’Anagne au pays de Trente, en 397, les saints martyrs Sisinnius, diacre, Martory, lecteur et Alexandre, portier. Venus de Cappadoce dans cette région des Alpes encore païenne, ils prêchèrent l’Évangile et construisirent une église, mais furent massacrés par les païens, qui voulaient les faire participer à un sacrifice lustral, et leurs corps furent brûlés avec le bois de l’église.
4. Ravénnæ in Flamínia, sancti Exsuperántii, epíscopi, qui huius Ecclésiæ prudénter præfuit, quo témpore Odoácer rex Itáli£t £tC ClVitáte potítus est.
4. À Ravenne en Émilie, l’an 476 ou 477, saint Exupérance, évêque, qui, à l’époque où le roi Odoacre était maître de la ville et de l’Italie, gouverna cette Église avec sagesse.
5. Medioláni in Ligúria, sancti Senatóris, epíscopi, quem adhuc presbyterum sanctus Leo papa Magnus legátum Constantinópolim míserat.
5. À Milan, vers 480, saint Sénateur, évêque, que le pape saint Léon le Grand envoya, quand il était encore prêtre, en légat à Constantinople.
6*. Matiscóne in Burgúndia, sancti Gerárdi, qui, primum mónachus, deínde epíscopus eléctus, tandem in silva vitam exégit solitáriam.
6*. À Mâcon en Bourgogne, vers 940, saint Gérard, évêque, après avoir été moine. Il gouverna son Église pendant quarante ans et termina sa vie au monastère de Brou, qu’il avait fondé.
7*. Pisis in Etrúria, sanctæ Bonæ, vírginis, quæ sæpius in Terram Sanctam, Romam et Compostéllam pie peregrináta est.
7*. À Pise en Toscane, l’an 1207, sainte Bonne, vierge, qui fit avec piété plusieurs fois le pèlerinage en Terre sainte, à Rome et à Compostelle.
8*. Avenionéti prope Tolósam in Gállia, beatórum Guliélmi Arnaud decémque sociórum, qui, múnere coniúncti labi catharórum obstándi, pro fide Christi et obœdiéntia Ecclésiæ Románæ dolóse comprehénsi in nocte Ascensiónis Dómini gládiis occubuérunt, « Te Deum » una voce canéntes.
8*. À Avignon et près de Toulouse, en 1242, les bienheureux martyrs Guillaume Arnaud, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, et dix compagnons. Chargés ensemble par le pape Grégoire IX de faire obstacle à la peste des cathares, ils furent arrêtés par ruse la nuit de l’Ascension du Seigneur et tombèrent sous des coups d’épée pour la foi du Christ et l’obéissance à l’Église romaine, en chantant d’une seule voix le Te Deum.
9*. Pisis in Etrúria, beátæ Gherardéscæ, víduæ, quæ in cella prope monastérium Camaldulénse Sancti Savíni vitam tradúxit láudibus et conversatióne Dómini.
9*. À Pise en Toscane, vers 1269, la bienheureuse Gérardesca qui passa sa vie de veuve dans une cellule près du monastère camaldule de Saint-Savin, à louer le Seigneur et à converser avec lui.
10*. Eboráci in Anglia, beáti Richárdi Thirkeld, presbyteri et mártyris, qui, sub Elísabeth regína Prima cápite damnátus quod sacérdos esset atque multos Ecclésiæ cathólicæ reconciliavísset, patíbuli cruciátibus tráditus est.
10*. À York en Angleterre, l’an 1583, le bienheureux Richard Thirkeld, prêtre et martyr. Condamné à mort sous la reine Élisabeth Ière parce qu’il était prêtre et qu’il avait réconcilié beaucoup de chrétiens avec l’Église catholique, il fut soumis aux supplices du gibet.
Quorum nomina: beati Bernardus de Roquefort, Garcia d’Aure, Stephanus de SaintThierry, Raymundus Carbonier; Raymundus de Cortisan cognomento Escriban, inisteri; Bernardus, Petrus d’Arnaud, Fortanerius et Ademarus, clerici; Prior Avenionetensis, cuius nomen ignoratur.
11*. À Roma, dans le Basutoland d’Afrique australe, en 1914, le bienheureux Joseph Gérard prêtre, oblat de Marie Immaculée. Originaire de Lorraine, il annonça sans relâche le Christ, d’abord dans la province du Natal, puis et surtout au peuple basotho.
J J*. In loco fora in Basutolándia in Africa Austráli, beáti Ioséphi Gérard, presbyteri ex Oblátis Maríæ Immaculátæ, qui primum in província Natalénsi, dein præsértim pópulo Basutórum Christum indefésse nuntiávit.
12. À Rome, en 1939, sainte Ursule (Julie) Ledochowska, vierge, qui fonda l’Institut des Sœurs ursulines du Cœur de Jésus agonisant et se risqua dans des itinéraires difficiles à travers la Pologne, la Scandinavie, La Finlande et la Russie.
12. Romæ, sanctæ Ursulæ (Iúliæ) Ledóchowska, vírginis, quæ Institútum Sorórum Ursulinárum a Corde Iesu Agonizántis fundávit et per Polóniam, Scandináviam, Fínniam et Rússiam laboriósis itinéribus se commísit.
** En Italie, en 1927, la bienheureuse Elia di San Clemente, religieuse Carmélite (béatifiée le 14 mars 2006 par Benoît XVI). Décédéé le 25 décembre, fete 29 mai
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Lectio brevis (Iac 5, 8-11)
Lecture brève (Iac 5, 8-11)
Patiéntes estóte, et vos, confirmáte corda vestra, quóniam advéntus Dómini appropinquávit. Nólite ingemíscere fratres, in altérutrum, ut non iudicémini; ecce iudex ante iánuam assístit. Exémplum accípite, fratres, labóris et patiéntiæ prophétas, qui locúti sunt in nómine Dómini. Ecce beatificámus eos, qui sustinuérunt; sufferéntiam Iob audístis et finem Dómini vidístis, quóniam miséricors est Dóminus et miserátor.
Soyez donc patients, vous aussi, et affermissez vos cœurs, car l'avènement du Seigneur est proche. Ne vous plaignez pas les uns des autres, frères, afin que vous ne soyez pas jugés. Voici, le juge est à la porte. Prenez, frères, pour modèle de souffrance et de patience dans les afflictions les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. Voici, nous appelons heureux ceux qui ont tenu bon. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui a accordée ; car le Seigneur est miséricordieux et compatissant.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut