Quinto Idus Septembris, luna sexta.
1. Alexandríæ in Ægýpto, sancti Nemésii, mártyris, qui, primum per calúmniam quasi latro iúdici delátus eóque crímine absolútus, mox, in persecutióne Décii imperatóris, christiánæ religiónis nómine coram Æmiliáno iúdice accusátus, a quo, geminátis supplíciis excruciátus, cum latrónibus iussus est incéndi, Salvatóris déferens similitúdinem, qui una cum latrónibus pértulit crucem.
1. À Alexandrie, en 250, saint Némésion, martyr. D’abord accusé calomnieusement de vol, il fut déféré au juge et acquitté, mais peu après, durant la persécution de Dèce, il fut dénoncé comme chrétien devant le juge Émilien qui lui fit appliquer deux fois la torture, puis le fit brûler avec des brigands, le rendant par là semblable au Sauveur crucifié entre deux bandits.
2. Commemorátio sanctórum Nemesiáni et sociórum Felícis, Lúcii, alteríus Felícis, Littéi, Poliáni, Victóris, ladéris et Datívi, qui, epíscopi, presbyteri et diáconi, in Africa sub Valeriáno et Galliéno imperatóribus, exsurgénte persecutiónis rábie, primum pro Christo gráviter fústibus cæsi, deínde compédibus vincti et ad fodiénda metálla deputáti sunt, sancto Cypriáno epístulis adhortánte, ut fírmiter sustinérent caténas et domínica conservárent mandáta.
2. Commémoraison de saint Némésianus et ses compagnons Félix, Lucius, un autre Félix, Litteus, Polyanus, Victor, Iader et Dativus. Évêques, prêtres et diacres en Afrique, quand monta la rage de la persécution, en 256-259, sous les empereurs Valérien et Gallien, ils reçurent d’abord la bastonnade pour le nom du Christ, puis furent mis aux fers et relégués aux mines. Ils achevèrent le combat de leur glorieuse confession après que saint Cyprien les eût exhortés par lettre à supporter courageusement leurs chaînes et à conserver les préceptes du Seigneur.
3. Constantinópoli, sanctæ Pulchériæ, quæ rectam fidem deféndit et promóvit.
3. À Constantinople, en 453, sainte Pulchérie, impératrice, qui s’appliqua à défendre et de promouvoir la vraie foi.
4. Nováriæ in Ligúria, sancti Agábii, epíscopi.
4. À Novare en Ligurie, au Ve siècle, saint Agabius, évêque.
5. Albiæ in Aquitánia, sancti Sálvii, epíscopi, qui, e claustro edúctus, ad hanc sedem invítus ordinátus est; peste invalescénte, bonus pastor numquam ab urbe recédere vóluit.
5. À Albi, en 584, saint Salvi, évêque. Retiré du cloître, il fut malgré lui ordonné à ce siège ; quand survint une épidémie de peste, en bon pasteur, il ne voulut pas s’éloigner de la ville, mais prescrivit des prières publiques et organisa les secours.
6. Prope Spiram in Rhenánia Austrásiæ, pássio sancti Theodárdi, epíscopi Tungrénsis et mártyris, qui in itínere ad regem Childerícum occísus est.
6. Près de Spire en Rhénanie, vers 670, la passion de saint Théodard, évêque de Tongres et martyr, assassiné alors qu’il se rendait près du roi Chilpéric.
7*. Abríncis in Néustria, sancti Autbérti, epíscopi, cuius stúdio sancti Michǽlis Archángeli cultus in monte Tumba flóruit.
7*. À Avranches, vers 725, saint Aubert, évêque, grâce à qui le culte de saint Michel Archange a fleuri sur le mont Tombe.
8*. In monastério Locediénsi apud Vercéllas in Subalpínis, beáti Oglérii, abbátis ex Ordine Cisterciénsi.
8*. Au monastère cistercien de Lucedio, près de Verceil dans le Piémont, en 1214, le bienheureux Ogler, abbé, homme de paix en un temps de haines et de conflits.
9. Tolentíni in Picéno Itáliæ, sancti Nicolái, presbyteri ex Ordine Eremitárum Sancti Augustíni, qui arctíssimæ abstinéntiæ déditus et oratióne assíduus, sevérus in se, clemens vero in céteros, pæniténtiam aliórum sæpe sibi imponébat.
9. À Tolentino dans les Marches, en 1305, saint Nicolas, prêtre de l’Ordre des Ermites de Saint-Augustin. D’une austérité très sévère, très strict pour lui-même, indulgent pour les autres, il offrait souvent à ceux qu’il confessait de faire pénitence à leur place.
10*. Nagasákii in Iapónia, beatórum Sebastiáni Kimura, e Societáte Iesu, Francísci Morales, ex Ordine Prædicatórum, presbyterórum, et quinquagínta sociórum, mártyrum, qui, presbyteri, religiósi, cóniuges, iúvenes, catechístæ, víduæ et infántes, in colle coram ingénti turba sævíssimis cruciátibus pro Christo occubuérunt.
10*. À Nagasaki au Japon, en 1622, les bienheureux martyrs Sébastien Kimura, jésuite, François Morales, dominicain, tous deux prêtres, et cinquante compagnons, prêtres, religieux, époux, catéchistes, veuves, jeunes et enfants, qui succombèrent pour le Christ à des supplices atroces sur une colline devant une foule immense.
Quorum nomina: beati Angelus Orsucci, Alphonsus de Mena, losephus a Sancto Hyacintho de Salvanés, Hyacinthus Orfanel, presbyteri ex Ordine Prædicatorum, atque Dominicus a Rosario et Alexius, religiosi ex eodem Ordine; Richardus a Sancta Anna et Petrus de Abula, presbyteri ex Ordine Fratrum Minorum, atque Vincentius a Sancto losepho, religiosus ex eodem Ordine; Carolus Spínola, presbyter e Societate Iesu, atque Gundisalvus Fusai, Antonius Kiuni, Thomas a Rosario, Thomas Akahoshi, Petrus Sampo, Michael Shumpo, Ludovicus Kawara, Ioannes Chugoku, religiosi ex eadem Societate; Leo de Satsuma, Lucia de Freitas; Antonius Sanga, catechista, et Magdalena, coniuges; Antonius Coreanus, catechista, et Maria, coniuges, cum filiis e'orum loanne et Petro; Paulus Nagaishi et Thecla, coniuges, cum filio eorum Petro; Paulus Tanaka et Maria, coniuges; Dominicus Yamada et Clara, coniuges; Isabella Fernández, vidua beati Dominici Jorge, cum filio eius Ignatio; Maria, vidua beati Andreæ Tokuan; Agnes, vidua beati Cosmæ Takeya; Maria, vidua beati loannis Shoun; Dominica Ogata, Maria Tanaura, Apollonia et Catharina, viduæ; Dominicus Nakano, filius beati Matthiæ Nakano; Bartholomæus Kawano Shichiemon; Damianus Yamichi Tanda et filius eius Michael; Thomas Shichiro, Rufus Ishimoto; Clemens (Bosio) Vom et filius eius Antonius.
11. À Londres, en 1641, saint Ambroise (Édouard) Barlow, prêtre bénédictin et martyr. Pendant vingt-quatre ans, il confirma dans la foi et la piété les catholiques de la région de Lancastre ; arrêté alors qu’il prêchait le jour de Pâques, il fut emprisonné puis condamné à mort, sous le roi Charles Ier, parce que prêtre, et soumis aux supplices du gibet à Tyburn.
11. Londínii in Anglia, sancti Ambrósii Eduárdi Barlow, presbyteri ex Ordine Sancti Benedícti et mártyris, qui vigínti quáttuor annos in Lancástriæ regióne cathólicos in fide ac pietáte firmávit et, comprehénsus dum die Páschatis Dómini prædicábat, sub Cárolo rege Primo post cárcerem propter sacerdótium cápite damnátus, Tybúrni patíbulo suspénsus est.
12*. Sur l’île Madame, au large du port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Jacques Gagnot, prêtre carme et martyr. Déporté sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, dans des conditions inhumaines, sur un bateau négrier, il mourut, atteint d’une maladie putride.
12*. In æquóribus ponti ante Rupifórtium ad litus Gálliæ, beáti Iacóbi Gagnot, presbyteri ex Ordine Carmelitáno et mártyris, qui, témpore gállicæ perturbatiónis propter sacerdótium in squálidam navem inhumáne coniéctus, concaptívos ægrótos susténtans carnis tabe consúmptus est.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut