Tertiodecimo Kalendas Novembris, luna decima octava.
1. Nicomedíæ in Bithynia, sanctórum Dásii, Zótici et Caii, qui, doméstici Diocletiáni, incéndii palátii insimuláti, morti tráditi sunt et, alligátis ad collum moláribus, in mare demérsi.
1. À Nicomédie en Bithynie, l’an 303, les saints Dasius, Zotique et Caïus. Au service de Dioclétien, accusés à tort de l’incendie du palais impérial, ils furent livrés au supplice et jetés à la mer avec des roches attachées au cou.
2. Apud Colóniam Agrippínam in Germánia, commemorátio sanctórum vírginum, quæ pro Christo martyrio vitam consummárunt ubi póstea basílica civitátis exstrúcta est in honórem dicáta puéllæ Ursulæ, vírginis innocéntis, quasi príncipis eárum hábitæ.
2. À Cologne, commémoraison des saintes vierges qui achevèrent leur vie par le martyre, vers le IVe siècle. Par la suite, une basilique fut construite à cet endroit, portant le nom de la jeune Ursule, vierge innocente, considérée comme la première du groupe.
3. In Cypro ínsula, sancti Hilariónis, abbátis, qui, sancti Antónii vestígiis insístens, primum prope Gazam vitam duxit solitáriam, dein in hac província fundátor atque exémplar eremíticæ conversatiónis éxstitit.
3. À Chypre, vers 371, saint Hilarion, abbé. Marchant sur les traces de saint Antoine, il mena d’abord près de Gaza une vie solitaire, puis fut, dans cette île, le fondateur et le modèle de la vie érémitique.
4. Commemorátio sancti Malchi, mónachi, cuius ascésim et illústrem vitam Maronéæ prope Antiochíam in Syria sanctus Hierónymus expósuit.
4. Commémoraison de saint Malchus, moine, dont saint Jérôme a raconté la vie ascétique et illustre qu’il mena à Maronie, près d’Antioche de Syrie, au IVe siècle.
5. Burdígalæ in Aquitánia, sancti Severíni, epíscopi, quem de pártibus Oriéntis veniéntem sanctus Amándus epíscopus honorífice recépit atque suum vóluit successórem.
5. À Bordeaux, au Ve siècle, saint Séverin, évêque, que l’évêque saint Amand reçut avec honneur, venant des régions d’Orient, et qu’il voulut comme successeur.
6. Apud Laudúnum in Gállia, sanctæ Cilíniæ, matris sanctórum episcopórum Princípii Suessionénsis et Remígii Reménsis.
6. À Laon, après 458, sainte Céline, mère des saints évêques Prince de Soissons et Remi de Reims.
7. Lugdúni in Gállia, commemorátio sancti Viatóris, lectóris, qui, discípulus et miníster sancti lusti, Lugdunénsis epíscopi, eum secútus est in Ægypti solitúdine et in morte.
7. À Lyon, commémoraison de saint Viatre, lecteur, qui fut le disciple et le ministre de l’évêque saint Just, qu’il suivit dans sa solitude en Égypte et dans sa mort, après 451.
8*. Apud Tréviros in Austrásia, sancti Wendelíni, eremítæ.
8*. Près de Trèves en Germanie, au VIIe siècle, saint Wendel, ermite.
9*. Massíliæ in Província Gálliæ, sancti Maurónti, epíscopi, qui et abbas fuit ecclésiæ Sancti Victóris.
9*. À Marseille, vers 782, saint Mauront, évêque, qui fut aussi abbé du monastère de Saint-Victor.
10*. Cortónæ in Etrúria, beáti Petri Capucci, presbyteri ex Ordine Prædicatórum, qui meditatióne mortis seípsum ad supérna diréxit atque sédula prædicatióne fiddles commónuit, ne in mortem incíderent ætérnam.
10*. À Cortone en Toscane, l’an 1445, le bienheureux Pierre Capucci, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, que la méditation de la mort dirigea vers les réalités d’en-haut, et qui avertit les fidèles, par une prédication opportune, de ne pas tomber dans la mort éternelle.
11. Seuli in Coréa, sancti Petri Yu Tae-ch'o1, mártyris, qui, trédecim annos natus, in cárcere concaptívos ad supplícia ferénda hortátus est et, vérberum íctibus centénis cæsus, dénique láqueo strangulátus martyrium complévit.
11. À Séoul en Corée, l’an 1839, saint Pierre Yu Tae-ch’ ol, martyr. Fils de saint Augustin Yo Chin-gil, incarcéré à l’âge de treize ans, il exhorta ses compagnons de prison à supporter les tortures, et lui-même, frappé d’une centaine de coups de verge, puis étranglé, acheva ainsi son martyre.
12*. In vico Be1encito prope Metellínurri in Colúmbia, beátæ Láuræ a Sancta Catharína Senénsi Montoya y Upeguí, vírginis, quæ ad Evangélium inter pópulos indígenos adhuc Christi fide expértes nuntiándum magno Dei lucro se cóntulit et Congregatiónem Sorórurri Missionariárum Maríæ Immaculátæ et Sanctæ Catharínae Senénsis suscitávit.
12*. À Balencito, près de Medellin en Colombie, l’an 1949, sainte Louise de Sainte-Catherine de Sienne (Marie-Louise de Jésus Montoya y Upegui), vierge, qui s’employa avec zèle à gagner à Dieu, en leur annonçant l’Évangile, les peuples indigènes encore ignorants de la foi chrétienne, et fonda la Congrégation des Sœurs missionnaires de Marie Immaculée et de Sainte Catherine de Sienne. (canonisée le 12 mai 2013 par le pape François)
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Lectio brevis (Rom 11, 16-18)
Lecture brève (Rom 11, 16-18)
Quod si primítiæ sanctæ sunt, et massa; et si radix sancta, et rami. Quod si áliqui ex ramis fracti sunt, tu autem, cum oleáster esses, insértus es in illis et consócius radícis pinguédinis olívæ factus es, noli gloriári advérsus ramos; quod si gloriáris, non tu radícem portas, sed radix te.
Si les prémices sont saintes, la masse l'est aussi ; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi. Si quelques-uns des rameaux ont été brisés, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté parmi elles, et mis en participation avec la racine et la sève de l'olivier, ne te glorifie pas aux dépens des rameaux. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que la racine te porte.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut