Octavo Kalendas Novembris, luna vigesima tertia.
1. Nicomedíæ in Bithynia, sanctórum Luciáni et Marciáni, mártyrum, qui sub Décio imperatóre, iussu Sabíni procónsulis, igne necáti esse narrántur.
1. À Nicomédie en Bithynie, vers 250, les saints Lucien et Marcien, martyrs, qui furent, dit-on, jetés au feu, sous l’empereur Dèce et sur l’ordre du proconsul Sabin.
2. Carthágine, commemorátio sancti Rogatiáni, presbyteri, cui, in persecutióne Décii imperatóris, sanctus Cypriánus Ecclésiam Carthaginénsem commísit geréndam et qui una cum sancto Felicíssimo pro Christi nómine ærúmnas carcerésque passus est.
2. Commémoraison de saint Rogatien, prêtre de Carthage, à qui, lors de la persécution de Dèce, saint Cyprien confia l’administration de son Église, et qui souffrit, ainsi que saint Félicissime, des épreuves et des emprisonnements pour le nom du Christ.
3*. Argentoráti in Germánia, sancti Amándi, qui huius civitátis primus epíscopus fuísse créditur.
3*. À Strasbourg, au VIe siècle, saint Amand, qui fut, croit-on, le premier évêque de la cité.
4. Narbóne ad oram Gálliæ, sancti Rústici, epíscopi, qui, cum munus depónere et vitam in siléntio dégere cogitavísset, a sancto Leóne papa Magno indúctus ad beátam perseverántiam, sic reféctus, in ópere ipsi crédito et in labóre suscépto permánsit.
4. À Narbonne, vers 461, saint Rustique, évêque. Il pensait déposer sa charge et mener sa vie dans le silence, mais le pape saint Léon le Grand le rappela à la sainte persévérance et, ainsi réconforté, il demeura fidèle jusqu’à la fin dans le travail qu’il avait entrepris.
5*. Engolísmæ in Aquitánia, commemorátio sancti Aptónii, epíscopi.
5*. À Angoulême, commémoraison de saint Aptone, évêque, vers 562.
6*. Lastinghámiæ in Northúmbria, sancti Ceddæ, qui, frater sancti Ceáddæ, a sancto Fináno epíscopus Sáxonum orientálium ordinátus est et inter eos Ecclésiæ fundaménta agénda curávit.
6*. À Lastingham en Angleterre, l’an 664, saint Cedde. Frère de saint Chad, il fut élevé à Lindisfarne par saint Aidan ; ordonné par saint Finan, évêque des Saxons de l’est, il veilla à poser chez eux les fondements de l’Église.
7*. Axelodúni item in Northúmbria, sancti Eátæ, epíscopi, qui, vir dulcíssimus et simplicíssimus, plúra cœnóbia necnon Ecclésias rexit, donec Axelodúnum revérsus, abbas simul et epíscopus, ascética conversatióne numquam déstitit.
7*. À Hexham également en Angleterre, vers 686, saint Eata, évêque. Formé, lui aussi, par saint Aidan, c’était un homme d’une grande douceur et simplicité, qui dirigea plusieurs monastères et Églises et, revenu à Hexham, à la fois abbé et évêque, ne renonça jamais à sa manière de vivre ascétique.
8*. Metis in Austrásia, sancti Sigebáldi, epíscopi, plúrium monasteriórum conditóris.
8*. À Metz, en 741, saint Sigebaud, évêque, fondateur de plusieurs monastères.
9*. In monastério Heresfeldénsi in Germánia, deposítio sancti Wittæ seu Albuíni, primi epíscopi Buriburgénsis, qui, anglus natióne, a sancto Bonifátio cum áliis accítus est et in Hássiam missus, ut verbi divíni ibídem spárgeret sémina.
9*. Au monastère d’Hersfeld en Germanie, vers 786, la mise au tombeau de saint Witta ou Albin, premier évêque de Burhbourg. Anglais de naissance, il fut appelé avec d’autres par saint Boniface et envoyé en Hesse, pour y répandre la semence de la parole de Dieu.
10*. In Scótia, sancti Beáni, epíscopi Murthlacénsis.
10*. En Écosse, vers 1022, saint Béan, premier évêque de Morthlac.
11. Pápiæ in Langobárdia, sancti Fulci, epíscopi, ex gente scota, viri pacífici, navitáti et caritáti summópere déditi.
11. À Pavie en Lombardie, l’an 1229, saint Foulques, évêque, d’origine écossaise, homme pacifique, dévoué avec le plus grand soin à l’action pastorale et à la charité.
12*. Régii Lepídi in Æmília, beáti Damiáni Furcheri, presbyteri ex Ordine Prædicatórum, Evangélii præcónis egrégii.
12*. À Reggio en Émilie, l’an 1484, le bienheureux Damien Furcheri, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, excellent prédicateur de l’Évangile.
13*. Rebélli apud Amálphiam in Campánia, beáti Bonaventúræ de Poténtia, presbyteri ex Ordine Fratrum Minórum Conventuálium, qui obœdiéntia et caritáte in omnes enítuit.
13*. À Ravello, près d’Amalfi en Campanie, l’an 1711, le bienheureux Bonaventure de Potenza, prêtre franciscain conventuel, qui brilla par son obéissance et sa charité envers tous.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut