Sexto Idus Novembris, luna septima.
1. Festum dedicatiónis basílicæ Lateranénsis in honórem Chri sti Salvatóris a Constantíno imperatóre exstrúctæ ut Romanórum episcopórum sedis, cuius anniversária celébritas in univérsa Latína Ecclésia signum exstat dilectiónis et unitátis cum papa Románo.
1. Fête de la dédicace de la basilique du Latran, construite en l’honneur du Christ Sauveur par l’empereur Constantin, comme siège de l’évêque de Rome. La célébration de son anniversaire est, dans toute l’Église latine, un signe de dilection et d’unité avec le siège de Pierre.
2. Apud Biturígas in Gállia, sancti Ursíni, primi epíscopi, qui Christum Dóminum pópulo nuntiávit et pro credéntibus, qui ex paupéribus máxime erant, domum Leocádii, Galliárum senatóris adhuc pagáni, fecit ecclésiam.
2. À Bourges, vers 300, saint Ursin, premier évêque de la cité, qui annonça au peuple le Christ Seigneur, et pour les croyants, dont la plupart étaient des pauvres, il transforma en église une maison donnée par le sénateur Léocade, encore païen.
3. Neápoli in Campánia, sancti Agrippíni, epíscopi inter primos, quem defensórem civitátis antíqua monuménta declárant.
3. À Naples, au IIIe siècle, saint Agrippin, évêque, parmi les premiers, que d’antiques documents déclarent défenseur de la cité.
4*. Virodúni in Gállia Bélgica, sancti Vitónis, epíscopi.
4*. À Verdun, au début du VIe siècle, saint Vannes, évêque.
5. Constantinópoli, sanctórum Eustóliæ et Sópatræ, vírginum et sanctimoniálium.
5. À Constantinople, au VIe ou VIIe siècle, les saintes Eustolie et Sopatra, vierges moniales.
6*. Ludévæ in Gállia Narbonénsi, sancti Geórgii, epíscopi.
6*. À Lodève dans la Narbonnaise, vers 870, saint Georges, évêque.
7*. Signæ apud Floréntiam in Etrúria, beátæ loánnæ, vírginis, quæ vitam pro Christo duxit solitáriam.
7*. À Signa, près de Florence en Toscane, l’an 1307, la bienheureuse Jeanne, vierge, qui mena pour le Christ une vie solitaire.
8*. Ancónæ in Picéno Itáliæ, beáti Gabriélis Ferretti, presbyteri ex Ordine Minórum, qui parvulórum ægrotorúmque cura, obœdiéntia et regulári observántia cláruit.
8*. À Ancôme dans les Marches, en 1456, le bienheureux Gabriel Feretto, prêtre, de l’Ordre des Mineurs, qui brilla par son soin des petits enfants et des malades, son obéissance et son observance de la Règle.
9*. Bonóniæ in Æmília, beáti Ludovíci Morbioli, qui, a sémita vitiórum ad Deum convérsus, aspérrimam vitæ ratiónem pǽnitens elégit civésque ad pietátem verbo et exémplo revocávit.
9*. À Bologne en Émilie, l’an 1485, le bienheureux Louis Morbioli. Quittant le sentier des vices, il se tourna vers Dieu, choisit une vie très dure de pénitent et ramena ses concitoyens à la piété par sa parole et son exemple.
10*. Muráni in Venétia, beáti Grátiæ de Cátharo, religiósi ex Ordine Sancti Augustíni, qui, dum in magna egestáte cymbam ducébat, ut victum sibi comparáret, conciónibus beáti Simónis de Cameríno motus, religiósum hábitum impetrávit et vitam duxit piíssimam.
10*. À Murano près de Venise, l’an 1508, le bienheureux Grâce de Catharo, religieux augustin. Alors qu’il jouait de la cymbale pour gagner sa nourriture, étant dans la plus grande misère, il fut ébranlé par les sermons d’un religieux, demanda l’habit des augustins et mena une vie très pieuse.
Î1*. Oxónii in Anglia, beáti Geórgii Napper, presbyteri et mártyris, qui tarn in clandestíno ministério, tarn in cárcere mire operátus est, ut Christo in Ecclésia ánimas lucrarétur, et sub lacóbo rege Primo propter sacerdótium martyrii corónam accípere méruit.
11*. À Oxford en Angleterre, l’an 1610, le bienheureux Georges Napper, prêtre et martyr. Pour gagner des âmes au Christ dans l’Église, il fit un travail remarquable, tant dans son ministère clandestin que dans sa prison, et, sous le roi Jacques Ier, à cause de son sacerdoce, il fut condamné à mort et conduit à la potence.
12*. Divióne in Gállia, beátæ Elísabeth a Sanctíssima Trinitáte Catez, vírginis ex Ordine Carmelitárum Discalceatárum, quæ a puerítia ad Trinitátem in imo corde inquiréndam et contemplándam stúduit et adhuc iúvenis, multis afflícta cruciátibus, « ad amórem, ad lucem, ad vitam›), sicut optáverat, perréxit.
12*. À Dijon, en 1906, la bienheureuse Élisabeth de la Trinité (Élisabeth Catez), vierge carmélite. Dès l’enfance, elle s’attacha du fond du cœur à rechercher et à contempler la Sainte Trinité et, affligée, encore jeune, de multiples douleurs, elle parvint, comme elle l’avait souhaité, “à l’amour, à la lumière, à la vie”.
13*. In óppido Borysów in Polónia, beáti Henríci Hlebowicz, presbyteri et mártyris, bello sæviénte in ódium fídei plumbis interfécti.
13*. Près de Borysow en Lituanie, l’an 1941, le bienheureux Henri Hlebowicz, prêtre de Vilnius et martyr. Durant l’occupation nazie du pays, il fit publiquement à l’église le don de sa vie en sacrifice pour sauver la foi des jeunes, soumise à un programme de destruction. Arrêté le 7 novembre, il fut fusillé le surlendemain dans un bois.
14*. Romæ, beáti Aloysii Beltrame Quattrocchi, qui, paterfamílias, turn in públicis cum in domésticis negótiis mandáta Christi servávit et diligéntia ac probitáte vitæ proclamávit.
14*. À Rome, en 1951, le bienheureux Louis Beltrame Quattrocchi, père de famille, qui observa la loi du Christ aussi bien en public qu’en famille, et la proclama par son discernement et sa probité.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut