Evangile commenté du vendredi 22 octobre 2021

Feria VI Vendredi
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (12,54-59)
In illo tempore: Dicébat Iesus ad turbas: “Cum vidéritis nubem oriéntem ab occásu, statim dícitis: ‘Nímbus venit’, et ita fit; et cum austrum flantem, dícitis: ‘Æstus erit’, et fit. Hypócritæ, fáciem terræ et cæli nostis probáre, hoc autem tempus quómodo nescítis probáre? Quid autem et a vobis ipsis non iudicátis, quod iústum est? Cum autem vadis cum adversário tuo ad príncipem, in via da óperam liberári ab illo, ne forte trahat te apud iúdicem, et iúdex tradat te exactóri, et exáctor mittat te in cárcerem. Dico tibi: Non éxies inde, donec étiam novíssimum minútum reddas.” En ce temps là : Jésus disait aussi aux foules: Lorsque vous voyez un nuage s'élever à l'occident, vous dites aussitôt: La pluie vient; et il arrive ainsi.. Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites: Il fera chaud; et cela arrive. Hypocrites, vous savez apprécier l'aspect du ciel et de la terre; comment donc n'appréciez-vous pas ce temps-ci? Comment ne discernez-vous pas aussi par vous-mêmes ce que est juste? Lorsque tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, tâche de te dégager de lui en chemin, de peur qu'il ne te traîne devant le juge, et que le juge ne te livre à l'exécuteur, et que l'exécuteur ne te mette en prison. Je te le dis, tu ne sortiras pas de là que tu n'aies payé jusqu'à la dernière obole.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.

« Le Seigneur disait aux foules... » Nous voyons, par le passage parallèle de saint Matthieu (xvi, 1-3), que les pharisiens, les docteurs « hypocrites », sont spécialement visés. Ils auraient dû venir eux-mêmes et guider le peuple vers le Messie : leurs dispositions haineuses les amenaient à repousser la doctrine et les miracles du Seigneur ; ils esquivaient ainsi la conclusion naturelle qu'il en fallait tirer et que la logique la plus simple eût dû leur suggérer. Les foules et leurs chefs, hypnotisés par la conception d'un Messie puissant et guerrier, passaient inattentifs à côté du vrai Royaume de Dieu. Lorsque vous voyez une nuée se lever à l'occident, dit le Seigneur, vous concluez immédiatement : c'est une averse qui nous vient ; et elle vient. Et quand souffle le vent du midi, vous dites : il fera très chaud ; et l'événement vous donne raison. Hypocrites ! vous savez discerner l'aspect du ciel et de la terre : comment se fait-il que vous ne sachiez pas discerner que les temps du Messie sont révolus ? Les indices, les avertissements extérieurs ne vous manquent pas, ; les avertissements intérieurs non plus : pourquoi vos consciences se dérobent-elles ? Pourquoi ne suffisent-elles pas à vous faire reconnaître ce qui est juste, c'est-à-dire le devoir urgent pour vous de donner créance au Messie et de faire pénitence ? Puis le Seigneur traduit son avertissement solennel sous la forme d'une allégorie que nous avons rencontrée déjà, mais appliquée au pardon des injures et à l'indulgence qu'on peut espérer de Dieu (Mt., v, 25-26; cf. xviii, 21 sq,). Lorsque, avec votre adversaire, vous vous rendez devant le magistrat, efforcez-vous, en chemin, d'amener votre adversaire à une transaction ; que sur votre prière il renonce à ses poursuites; sinon il vous traînera devant le juge, le juge vous livrera à l'exécuteur, l'exécuteur vous jettera en prison. Je vous le déclare, vous n'en sortirez pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier « lepton » ou centime de votre dette. — Le thème de cette prédication du Seigneur rappelle celui de sanit Jean-Baptiste (Mt., m, 7-12; Lc,m, 16-18).