Evangile commenté du samedi 28 mai 2022

Sabbato Sabbato
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secundum Ioánnem (16,23b-28)
In illo tempore: Dixit Iesus discipulis suis: Amen, amen dico vobis: Si quid petiéritis Patrem in nómine meo, dabit vobis. Usque modo non petístis quidquam in nómine meo. Pétite et accipiétis, ut gáudium vestrum sit plenum. Hæc in provérbiis locútus sum vobis; venit hora, cum iam non in provérbiis loquar vobis, sed palam de Patre annuntiábo vobis. Illo die in nómine meo petétis, et non dico vobis quia ego rogábo Patrem de vobis; ipse enim Pater amat vos, quia vos me amástis et credidístis quia ego a Deo exívi. Exívi a Patre et veni in mundum; íterum relínquo mundum et vado ad Patrem.” En ce temps là : Jésus dit à Ses disciples : En vérité, en vérité, Je vous le dis, si vous demandez quelque chose à Mon Père en Mon nom, Il vous le donnera. Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en Mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. Je vous ai dit ces choses en paraboles. L'heure vient où Je ne vous parlerai plus en paraboles, mais où Je vous parlerai ouvertement du Père. En ce jour-là, vous demanderez en Mon nom; et Je ne vous dis pas que Je prierai le Pére pour vous; car le Père vous aime Lui-même, parce que vous M'avez aimé, et que vous avez cru que Je suis sorti de Dieu. Je suis sorti du Pére, et Je suis venu dans le monde; Je quitte de nouveau le monde, et Je vais auprès du Père.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.

L'Ancien Testament finit. Ce n'est plus l’époquedes promesses ni des symboles. Léducation sumaturelle du peuple de Dieu s'achève. Dans toute l'économie religieuse qui a précédé et jusqu'à l'heure présente, j'ai parlé en figures, j'ai voilé la vérité pour des yeux humains qui ne pouvaient encore en soutenir l'éclat. Mais vient l'heure où je vous parlerai sans ambages et sans voiles : à dater de la descente de l'Esprit de Dieu et de la rénovation des choses, vraiment recréées ce jour-là. Alors, c'est ouvertement que je vous parlerai du Père, lorsque l'Esprit vous fera comme il convient prononcer son nom : ... in quo clamamus : Abba, Pater ! Qui est-il donc, ce Père, pour que le Fils ne nous parle que de lui, pour que toute la vie terrestre du Verbe Incarné ne soit qu'un entretien intime avec lui, pour que l'Esprit n'ait d'autre fonction que de former en nous l'accent de son Fils ? Saint Philippe avait raison : « Seigneur, montrez-nous le Père, et cela nous suffit. » En ces jours de l'Église, continue le Seigneur, parce que toute faute aura été effacée et que rien ne séparera plus l'homme de Dieu ; bien plus, parce qu'il y aura une région vivante, le Verbe Incamé, où l'homme et Dieu se seront donné rendez-vous ; en ces jours-là vous demanderez en mon nom, au titre de ma vie qui est en vous. Je serai dans votre prière. Mon office d'avocat ne consistera pas à prendre la parole auprès de mon Père, en votre faveur ; ce rôle extérieur d'un intermédiaire officieux n'est requis que lorsque l'intéressé ne peut se faire entendre lui-même, soit parce qu'il n'est pas agréé en sa personne, soit parce qu'il n'a pas la voix et l'éloquence nécessaires pour plaider lui-même sa cause. Mais je n'aurai pas, dit Jésus, à prier pour vous le Père. Vous n'êtes plus des étrangers pour lui. Le Père céleste lui-même vous aime parce que vous m'avez aimé et parce que vous avez cru que je suis né de lui. Je suis venu du Père, en effet ; engendré de son sein, et sans le quitter, je suis venu dans le monde. Maintenant, ma mission terminée, je sors du monde et retourne à mon Père. — Nous avons ici la récapitulation, le sommaire de toute l'œuvre divine : le Verbe de Dieu se faisant chair et venant sur terre pour recueillir la grande famille humaine et la présenter à Dieu.