Decimo nono Kalendas Februarii, luna tertia.
1. Anágniæ in Látio, sanctæ Secundínæ, vírginis et mártyris.
En France : Mémoire de saint Remi, évêque de Reims, au jour de sa mise au tombeau (13 janvier n° 4)
2. Constantinópoli, sancti Ioánnis Calybítæ, qui, ut fertur, aliquámdiu in patérnæ domus recéssu, dein in « kalyba », scílicet tugúrio, habitávit, totus contemplatióni déditus et e conspéctu ipsórum parénturn ábditus, a quibus post mortem tantum ágnitus est ex Evangeliórum códice áureo, quem fílio déderant.
1. À Anagni dans le Latium, sainte Secondine, vierge et martyre.
3*. In monastério Cluain Credal in Hibérnia, sanctæ Itæ, vírginis eiúsdem monastérii fundatrícis.
2. À Constantinople, saint Jean Calybite, qui, dit-on, demeura quelque temps dans un recoin de la maison paternelle, puis dans une “calybe, c’est-à-dire une cabane, entièrement donné à la contemplation et complètement caché à la vue de ses parents. Ceux-ci le reconnurent seulement à sa mort, à partir du codex doré des Évangiles qu’ils avaient donné à leur fils.
4. Reáte in Sabína, comrriemorátio sancti Probi, epíscopi, cuius elógiurri sanctus Gregórius papa Magnus fecit.
3*. Au monastère de Cluain Credal en Irlande, vers 570, sainte Ita, vierge, fondatrice de ce monastère.
5. Glannafólii ad Lígerim in território Gálliæ Andegavénsi, sancti Mauri, abbátis.
4. À Rieti en Sabine, vers 570, commémoraison de saint Probus, évêque, dont le pape saint Grégoire le Grand a fait l’éloge.
6*. In pago Ruthenénsi item in Gállia, sanctæ Tarsíciæ, vírginis et mártyris.
5. À Glanfeuil sur la Loire en Anjou, au VIe ou VIIe siècle, saint Maur, abbé.
7*. Haméti in Brabántia, sancti Ablebérti seu Emebérti, epíscopi Cameracénsis.
6*. Dans la région de Rodez, au VIe ou VIIe siècle, sainte Tarcisse, vierge.
8*. Carnúti in Néustria, sancti Malárdi, epíscopi.
7*. À Ham dans le Brabant, vers 645, le trépas de saint Ablebert ou Emebert, évêque de Cambrai.
9*. In valle Anauniénsi in agro Tridentíno, sancti Romédii, anachorétæ, qui, bonis suis Ecclésiæ allátis, vitam pæniténtem duxit in erémo adhuc nómine suo appelláto.
8*. À Chartres, vers 650, saint Malard, évêque.
10. Lugdúni in Gállia, tránsitus sancti Boníti, epíscopi Arvernórum, qui, præféctus Massíliæ ad episcopátum in locum sancti Avíti fratris sui evéctus, decem post annis múnere abdicáto, in Magnilocénsi cœnóbio degit et, Roma peregrínus rédiens, Lugdúni óbiit.
9*. Dans le Val d’Anaune dans le Trentin, vers le VIIIe siècle, saint Romédius, anachorète. Après avoir donné son héritage à l’Église et aux pauvres, il mena une vie de pénitent dans un endroit désert qui depuis a été appelé de son nom.
11*. Armi prope Rhégium Iúlii in Calábria, sancti Arsénii, eremítæ, qui oratióne et austeritáte enítuit.
10. À Lyon, vers 710, le trépas de saint Bonet, évêque de Clermont. Préfet de Marseille, il fut appelé à l’épiscopat à la place de son frère saint Avit, mais après dix ans il se démit de sa charge sur le conseil de saint Théau et se retira au monastère de Manlieu ; il mourut à Lyon en revenant d’un pèlerinage à Rome.
12*. Apud Fanum Sancti Ægídii in Província, beáti Petri de Castronóvo, presbyteri et mártyris, qui, in monastérium Cisterciénse Fontis Frígidæ ingréssus, ab Innocéntio papa Tértio ad pacem evangelizándam et ad fidem in Província instruéndam deputátus, ab hæréticis láncea transfóssus occúbuit.
11*. À Arno, près de Reggio de Calabre, en 904, saint Arsène, ermite, remarquable par sa vie d’oraison et son austérité.
13*. Plebe in Umbria, beáti lacóbi, cognoménto Eleemosynárii, qui, iuris perítus, advocátum páuperum et oppressórum se præbuit.
12*. Près de Saint-Gilles en Provence, l’an 1208, le bienheureux Pierre de Castelnau, prêtre et martyr. Entré au monastère cistercien de Fontfroide, il fut chargé par le pape Innocent III d’établir la paix et d’affermir la foi en Provence et tomba percé d’un coup de lance par un hérétique.
14*. In território Gualdénsi item in Umbria, beáti Angeli, eremítæ.
13*. À Città della Pieve en Ombrie, en 1268 ou 1304, le bienheureux Jacques, surnommé l’Aumônier, expert en droit, il se montra l’avocat des pauvres et des opprimés.
15. In urbe Fu'an provínciæ Fujian in Sinis, sancti Francísci Fernández de Capillas, presbyteri ex Ordine Prædicatórum et mártyris, qui, cum nomen Christi in ínsulas Philippínas et in Fujian portásset, ibídem in persecutióne Tartarórum diu in custódiam coniéctus est et tandem cápite obtruncátus.
14*. Sur le territoire de Gualda Tadina, également en Ombrie, l’an 1345, le bienheureux Ange de Valido, ermite.
16. In vico Steyl in Nederlándia, sancti Arnóldi Janssen, presbyteri, qui ad fidem in missiónibus propagándam Societátem Verbi Divíni fundávit.
15. À Fu’ an dans la province de Fujian en Chine, l’an 1648, saint François Fernandez de Capillas, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs et martyr. Après avoir porté le nom du Christ aux îles Philippines et dans le sud de la Chine, lors de la persécution des Tartares, il fut mis en prison, maintenu longtemps captif, torturé de diverses manières, et enfin décapité, devenant le premier martyr de la Chine.
17*. Berolíni in Germánia, beáti Nicolái Gross, patrisfamílias et mártyris, qui, ad rem sociálem pénitus inténtus, nefário regímini humánæ dignitáti ac religióni infénso omnímodo óbstitit, ut nihil contra Dei mandáta ágeret, quaprópter in cárcerem coniéctus per suspéndii cruciátum victóriæ Christi párticeps factus est.
16*. À Steyl en Hollande, l’an 1919, saint Arnold Janssen, prêtre, fondateur de la Société du Verbe Divin destinée à propager la foi en terres de missions.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Lectio brevis (Rom 11, 16-18)
Lecture brève (Rom 11, 16-18)
Quod si primítiæ sanctæ sunt, et massa; et si radix sancta, et rami. Quod si áliqui ex ramis fracti sunt, tu autem, cum oleáster esses, insértus es in illis et consócius radícis pinguédinis olívæ factus es, noli gloriári advérsus ramos; quod si gloriáris, non tu radícem portas, sed radix te.
Si les prémices sont saintes, la masse l'est aussi ; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi. Si quelques-uns des rameaux ont été brisés, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté parmi elles, et mis en participation avec la racine et la sève de l'olivier, ne te glorifie pas aux dépens des rameaux. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que la racine te porte.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut