Sextodecimo Kalendas Iulii, luna nona.
1. Romæ via Salária Vétere ad Septem Palúmbas, sanctórum Blasti et Diógenis, mártyrum.
1. À Rome, sur l’ancienne voie Salarienne, au lieu dit les Sept Palombes, les saints martyrs Blaste et Diogène.
2. Apollóniæ in Macedónia, sanctórum Isáuri, Innocéntii, Felícis, Hérmiæ, Peregríni et Basilíi, mártyrum.
2. À Apollonie en Macédoine, les saints martyrs Isaure, Innocent, Félix, Hermias, Pérégrin et Basile.
3. Doróstori in Mœsia, sanctórum mártyrum Nicándri et Marciáni, qui, mílites, donatívum respuéntes et sacrificáre diis fírmiter recusántes, cápite damnáti sunt a Máximo preside in persecutióne Diocletiáni imperatóris.
3. À Dorostore en Mésie, vers 297, les saints martyrs Nicandre et Marcien, tous deux soldats, qui refusèrent fermement de recevoir leur solde en sacrifiant aux dieux, et furent condamnés à mort par le gouverneur Maxime, pendant la persécution de Dioclétien.
4. Vesontióne in Gállia Lugdunénsi, sancti Antídii, epíscOpi et mártyris, qui capitálem senténtiam sub Croco Vandalórum rege tráditur suscepísse.
4. À Besançon, vers 411, saint Antide, évêque et martyr, qui aurait encouru la peine de mort sous Chrocus, roi des Vandales.
5. In Bithynia, sancti Hypátii, hegúmeni monastérii Rufinianórum, qui parca vita arctísque ieiúniis discípulos perféctam dócuit monásticæ conversatióni obœdiéntiam, sæculáres vero timórem Dei.
5. En Bithynie, l’an 446, saint Hypace, supérieur du monastère Rufinien. Par l’austérité de sa vie et ses jeûnes répétés, il enseigna à ses disciples l’obéissance parfaite dans la vie monastique, et aux laïcs dans le monde, la crainte de Dieu.
6*. In Británnia Minóre, sancti Hervæi, eremítæ, qui, ut fertur, claritáte solis iam a nativitáte orbátus, iucúnde tamen paradísi gáudia decantábat.
6*. En Bretagne, au VIe siècle, saint Hervé, ermite. Ses yeux furent, dit-on, privés de la lumière terrestre dès sa naissance, mais ouverts à celle du paradis, dont il chantait les joies avec bonheur.
7. Aureliáni in Gállia, sancti Avíti, abbátis.
7. À Orléans, vers 530, saint Avit, abbé.
8. Pisis in Etrúria, sancti Rainérii, páuperis et peregríni pro Christo.
8. À Pise en Toscane, l’an 1160, saint Raynier, qui vécut pauvre et pèlerin pour le Christ.
9*. Lorvánii in Lusitánia, sanctæ Terésiæ, quæ, Legionénsis regína et mater trium liberórum, post cóniugis mortem, in monastério ab ipsa cóndito sub disciplína Cisterciénsi vitam regulárem egit.
9*. À Lorvão au Portugal, en 1250, sainte Thérèse, reine de León et mère de trois enfants. Après la mort de son mari, Alphonse IX, elle se retira au monastère qu’elle avait fondé sous la discipline cistercienne et y mena la vie selon la Règle.
10*. Venétiis, beáti Petri Gambacorta, fundatóris Ordinis Eremitárum Sancti Hierónymi, cuius primi religiósi latrónes fuérunt ab ipso convérsi.
10*. À Venise, en 1435, le bienheureux Pierre Gambacorta, fondateur de l’Ordre des Ermites de Saint-Jérôme. Ses premiers compagnons furent des brigands qu’il avait convertis.
11*. Neápoli in Campánia, beáti Pauli Burali, ex Ordine Clericórum Regulárium Theatinórum, epíscopi primum Placéntiæ, dein Neápoli, qui ad Ecclésiæ disciplínam instaurándam et gregem ipsi commíssum in fide confirmándum se dedit.
11*. À Naples, en 1578, le bienheureux Paul Burali, de l’Ordre des clercs réguliers dits “Théatins”, évêque d’abord de Plaisance, puis de Naples. Il se donna tout entier à restaurer la discipline ecclésiastique et à confirmer dans la foi le troupeau qui lui était confié.
12*. Ad Gálliæ litus in navi ad áncoram ante Rupifórtium, beáti Philíppi Papon, presbyteri Augustodunénsis et mártyris, qui, párochus, témpore gállicæ perturbatiónis propter sacerdótium ad labem captivitátis detrúsus, cum concaptívum moribúndum absolvísset, ipse occúbuit.
12*. Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Philippe Papon, prêtre et martyr. Curé de paroisse au diocèse de Clermont, à l’époque de la Révolution française, il fut arrêté en raison de son sacerdoce et enfermé dans un bateau négrier où il mourut en donnant l’absolution à un confrère moribond.
13. In loco Qua Minh in Tunquíno, sancti mártyris Petri Da, qui, faber lignárius et sacrísta, multis et diris torméntis tortus, firmus tamen in professióne fídei permánsit, dénique in flammas iniéctus occúbuit sub imperatóre TQ Dúc.
13. À Qua Linh au Tonkin, en 1862, saint Pierre Da, martyr. Menuisier et sacristain, il subit toutes sortes de tourments terribles, demeurant ferme dans la profession de foi, et fut enfin jeté dans les flammes, sous l’empereur Tu Duc.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Lectio brevis (Rom 11, 16-18)
Lecture brève (Rom 11, 16-18)
Quod si primítiæ sanctæ sunt, et massa; et si radix sancta, et rami. Quod si áliqui ex ramis fracti sunt, tu autem, cum oleáster esses, insértus es in illis et consócius radícis pinguédinis olívæ factus es, noli gloriári advérsus ramos; quod si gloriáris, non tu radícem portas, sed radix te.
Si les prémices sont saintes, la masse l'est aussi ; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi. Si quelques-uns des rameaux ont été brisés, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté parmi elles, et mis en participation avec la racine et la sève de l'olivier, ne te glorifie pas aux dépens des rameaux. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que la racine te porte.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut