Nono Kalendas Augusti, luna decima octava.
1. Festum sancti lacóbi, Apóstoli, qui, fílius Zebedǽi et beáti L Ioánnis evangelístæ frater, cum Petro et Ioánne transfiguratiónis Dómini eiúsque agóniæ testis fuit. Prope autem festum Páschatis ab Heróde Agríppa decollátus, primus ex Apóstolis corónam martyrii percépit.
Fête de saint Jacques, Apôtre. Fils de Zébédée et frère de saint Jean l’Évangéliste, il fut appelé par Jésus au bord du lac de Galilée avec son frère. Il fut témoin, avec Pierre et Jean, de la Transfiguration du Seigneur et aussi de son agonie. Décapité par ordre du roi Hérode Agrippa, aux environs de la Pâque en 42, il fut le premier des Apôtres à recevoir la couronne du martyre.
2. In Lycia, sancti Christóphori, mártyris.
2. En Lycie, saint Christophe, martyr au IIIe siècle.
3. Barcinóne in Hispánia Tarraconénsi, sancti Cucuphátis, mártyris, qui, in persecutióne Diocletiáni imperatóris gládio percússus, victor migrávit in cælum.
3. À Barcelone, au début du IVe siècle, saint Cucuphat martyr. Dans la persécution de Dioclétien, il eut la tête tranchée et entra victorieux dans le ciel.
4. Cæsaréæ in Palæstína, sanctórum Valentínæ, Theæ et Pauli, mártyrum in persecutióne Maximiáni imperatóris, sub Firmiliáno preside. Valentína virgo, cum aram idólis eréctam cálcibus evertísset, post diros cruciátus una cum Thea vírgine in ignem coniécta cucúrrit ad Sponsum. Paulus vero, cápite damnátus, exíguo orándi spátio impetráto, pro salúte ómnium Deum toto corde precátus, abscíssis cervícibus, martyrii corónam accépit.
4. À Césarée de Palestine, en 308, les saints Valentine, Théa et Paul, martyrs dans la même persécution sous le préfet Firmilien. La vierge Valentine, menée devant un autel pour y sacrifier, le renversa d’un coup de pied et fut, pour cela, cruellement torturée, puis jetée dans le feu avec la vierge Théa : elle alla ainsi rejoindre son divin époux. Paul, condamné à mort, demanda quelques moments pour prier. Il recommanda à Dieu de tout son cœur d’abord ses concitoyens, puis les juifs et les païens, pour qu’ils reconnaissent la vérité de la foi, ensuite la multitude qui l’entourait, enfin le juge qui l’avait condamné et le bourreau qui devait l’exécuter. Après quoi, il eut la tête tranchée et reçut ainsi la couronne.
5. Nicomedíæ in Bithynia, tránsitus sanctæ Olympíadis, víduæ, quæ, adhuc iúvenis cóniuge orbáta, Constantinópoli inter mulíeres Deo sacrátas réliquum vitæ tempus piíssime transégit, paupéribus subvéniens et sancto loánni Chrysóstomo fidelíssima étiam in eius exsílio.
5. À Nicomédie de Bithynie, le trépas de sainte Olympiade, veuve. Encore jeune quand elle perdit son mari, elle passa le reste de sa vie à Constantinople parmi les femmes consacrées à Dieu, venant en aide aux pauvres et entièrement fidèle à saint Jean Chrysostome, jusque dans son exil.
6. Tréviris in Rhenánia Austrásiæ, sancti Magneríci, epíscopi, qui sancti Nicétii discípulus fuit, fidélis in exsílio sócius et zelo æmulus in cura pastoráli succéssor.
6. À Trèves en Rhénanie, l’an 596, saint Magnéric, évêque, qui fut le disciple de saint Nizier, son fidèle compagnon en exil et son successeur, avec un zèle égal, dans la charge pastorale.
7*. Ibídem, sanctórum Beáti et Banti, presbyterórum, qui, témpore sancti Magneríci, vitam eremíticam degérunt.
7*. À Trèves, commémoraison des saints Béat et Bantus, prêtres, qui, au temps de saint , menèrent la vie érémitique
8*. Metis in Gállia Bélgica, sanctæ Glodesíndis, abbatíssæ.
8*. À Metz, au VIe siècle, sainte Glossinde, abbesse.
9. Córdubæ in Vandalícia Hispániæ regióne, sancti Theodemíri, mónachi Carmonénsis et mártyris adhuc iúvenis in Maurórum persecutióne.
9. À Cordoue en Andalousie, en 851, saint Théodemir, moine de Carmona et martyr, qui périt, encore jeune, dans la persécution des Maures.
10*. Andégavi in Gállia, beáti Ioánnis Soreth, presbyteri ex Ordine Carmelitárum, quem ad strictiórem observántiam addúxit et convéntibus moniálium locupletávit.
10*. À Angers, en 1491, le bienheureux Jean Soreth, prêtre de l’Ordre du Carmel, qu’il amena à une plus stricte observance et qu’il enrichit de couvents de moniales.
11*. Cameríni in Picéno Itáliæ, beáti Petri de Molliáno Corradini, presbyteri ex Ordine Minórum, evangélica prædicatióne, virtútum exémplis et miraculórum fama clari.
11*. À Camerino dans les Marches, en 1583, le bienheureux Pierre Corradini de Mogliano, prêtre franciscain, célèbre par sa prédication de l’Évangile, les exemples de ses vertus et la renommée de ses miracles.
12*. Salséte in India, beatórum mártyrum Radúlphi Aquaviva, Alphónsi Pacheco, Petri Berna, Antónii Francisco, presbyterórum, et Francísci Aranha, religiósi, e Societáte Iesu, qui propter crucem exaltátam ab infidélibus cæsi sunt.
12*. À Salsette en Inde, l’an 1583, les bienheureux martyrs Rodolphe Aquaviva, Alphonse Pacheco, Pierre Berna, Antoine Francisco, prêtres, et François Aranha, religieux, tous de la Compagnie de Jésus, qui furent massacrés par les infidèles parce qu’ils avaient élevé une croix.
13*. Bobíni in Apúlia, beáti Antónii Lucci, epíscopi, ex Ordine Fratrum Minórum Conventuálium, qui singulári doctrína cláruit et in paupéribus sublevándis ita effúsus fuit, ut ne suis quidem necessitátibus consúleret.
13*. À Bobino dans les Pouilles, en 1762, le bienheureux Antoine Lucci, évêque. Frère mineur conventuel, il se fit remarquer par sa science extraordinaire et fut tellement généreux pour subvenir aux besoins des pauvres qu’il ne pensait pas à ses propres besoins.
14*. In navígio ad áncoras ante oram Rupifórtii in Gállia, beáti Michǽlis Ludovíci Brulard, presbyteri ex Ordine Carmelitárum Discalceatórum et mártyris, qui in gállica perturbatióne propter sacerdótium inhumáne reclúsus morbo consúmptus périit.
14*. Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Michel-Louis Brulard, prêtre, du couvent des Carmes déchaux de Charenton, et martyr. Sous le Révolution française, il fut déporté sur un bateau négrier, détenu dans des conditions inhumaines et y mourut d’une pneumonie, ne pensant qu’au ciel.
15*. Matríti in Hispánia, beátæ Maríæ a Monte Carmélo Sallés y Barangueras, vírginis, quæ ad educándas pias excultásque mulíeres Congregatiónem Sorórum ab Immaculáta Conceptióne fundávit.
15*. À Madrid, en 1911, sainte Carmen (Marie-Carmen Salles y Barengueras), vierge, qui fonda la Congrégation des Sœurs de l’Immaculée Conception pour l’éducation des femmes pieuses et incultes. (canonisée le 21 octobre 2012 par Benoît XVI)
16*. Urdæ in Hispániæ Toletána província, beatórum mártyrum Petri a Corde Redondo, presbyteri, Felícis a Quinque Vulnéribus Ugalde Irurzun et Benedícti a Vírgine « del Villar » Solano Ruiz, religiosórum e Congregatióne Passiónis, qui in magna persecutióne propter fidem christiánam plumbis interfécti martyrii palma coronáti sunt.
16*. En Espagne, dans la persécution déchaînée au cours de la guerre civile, en 1936, les bienheureux martyrs : dans la région de Tolède, Pierre du Cœur (Largo Redondo), prêtre, Félix des Cinq Plaies (Ugalde Irurzun) et Benoît de la Vierge “del Villar” (Solano Ruiz), religieux passionistes, fusillés à Urda.
17*. Prope Eboram Carpetanórum in agro Toletáno item in Hispánia, beatórum mártyrum Frideríci (Cároli) Rubio Alvarez, presbyteri, Primi Martínez de San Vicente Castillo, Hierónymi Ochoa Urdangarín et
17*. En Espagne, dans la persécution déchaînée au cours de la guerre civile, en 1936, les bienheureux martyrs : Frédéric (Charles Rubio Alvarez), prêtre, Prime (Martinez Castillo), Jérôme (Ochoa Urdangarin) et Jean de la Croix (Éloi Delgado Pastor), religieux de l’Ordre de Saint-Jean de Dieu, tués à Talavera de la Reina
18. Ioánnis a Cruce (Elígii) Delgado Pastor’ religiosórum, mártyrum, qui, ornnes ex Ordine Sancti Ioánnis a Deo, in eádem persecutióne prompto iure gloriósam corónam consecúti sunt.
18*. En Espagne, dans la persécution déchaînée au cours de la guerre civile, en 1936, le bienheureux martyr Denis Pamplona, prêtre de l’Ordre des Clercs réguliers des Écoles religieuses, tué à Monzon, près d’Osca en Aragon.
19*, In loco Monzon prope Oscam in Aragónia Hispániæ regióne, beáti Dionysii Pamplona, presbyteri ex Ordine Clericórum Regulárium Scholárum Piárum et mártyris, eódem témpore in ódium fídei Occísi.
19*. En Espagne, dans la persécution déchaînée au cours de la guerre civile, en 1936, treize bienheureux martyrs: Deogratias Palacios, Léon Inchausti, Joseph Rada, Julien Moreno, prêtres, et Joseph-Richard Diez, religieux, augustins récollets, arrêtés subitement par la foule à Motril, près de Grenade, et aussitôt fusillés dans la rue.
19*. In vico Motril apud Granátam ad oram Hispániæ, beatórum mártyrum Deográtias Palacios, Leónis Inchausti, Ioséphi Rada, Iuliáni Moreno, presbyterórum, et Ioséphi Richárdi Díez, religiósi, qui, in Ordine Augustinianórum Recollectórum pro Christo militántes, in eádem persecutióne repénte a turba comprehénsi sunt et statim in via plumbis enecáti.
20.* Au camp de concentration de Dzialdowo en Pologne, l’an 1941, la bienheureuse Marie-Thérèse Kowalska, moniale Clarisse capucine et martyre. Arrêtée, sous l’occupation nazie de la Pologne, avec les trente-six sœurs de son couvent, elle fut déportée avec elles, soumise à des conditions de vie sévères, et mourut de tuberculose.
20*. In campo detentiónis Dzia1dowo in Polónia, beátæ Maríæ Terésiæ Kowalska, vírginis e Claríssis Capuccínis et mártyris, quæ, témpore occupatiónis Polóniæ in bello, ob fidem servátam cárceri data diem upremum Christi fide suffécta óbiit.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Lectio brevis (1Thess 2, 9-12)
Lecture brève (1Thess 2, 9-12)
Mémores estis, fratres, labóris nostri et fatigatiónis; nocte et die operántes, ne quem vestrum gravarémus, prædicávimus in vobis evangélium Dei. Vos testes estis et Deus, quam sancte et iuste et sine queréla vobis, qui credidístis, fúimus; sicut scitis quáliter unumquémque vestrum, tamquam pater fílios suos, deprecántes vos et consolántes testificáti sumus, ut ambularétis digne Deo, qui vocat vos in suum regnum et glóriam.
Vous vous rappelez, frères, notre travail et notre fatigue ; c'est en travaillant nuit et jour, pour n'être à charge à aucun de vous, que nous avons prêché l'Evangile de Dieu parmi vous. Vous êtes témoins, et Dieu l'est aussi, que nous nous sommes conduits saintement, justement et d'une manière irréprochable envers vous qui avez embrassé la foi ; et vous savez aussi comme nous avons agi envers chacun de vous, comme un père envers ses enfants, vous exhortant, vous consolant, et vous conjurant de marcher d'une manière digne de Dieu, qui vous a appelés à Son royaume et à Sa gloire.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut