3 commentaires sur “M’enfin pourquoi dites-vous le bréviaire en latin ?

  1. Carlos Urrutigoity dit :

    Aujourd’hui on manque à Laudes le troisième psaume. Merci bien.

  2. Olivier Goldschmidt dit :

    Les heures en latin ? Mais c’est bien sûr… par fidélité au second Concile du Vatican !

    Il n’est pas nécessaire d’épiloguer sur les hymnes franco-françaises à teneur spirituelle réduite ou sur les traductions approximatives.

    La simple fidélité et l’obéissance à la constitution Sacrosanctum Concilium suffit !

    Voyez ce que dit ce texte :

    36. La langue liturgique
    1. L’usage de la langue latine, sauf droit particulier, sera conservé dans les rites latins

    Même si les paragraphes suivants ouvrent la possibilité d’utiliser d’autres langues si le besoin est avéré, il est clair qu’à moins de n’y rien comprendre c’est en latin qu’il faut réciter les heures… et la Messe.

    texte sur le site du vatican :
    http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19631204_sacrosanctum-concilium_fr.html

    • Abbé Bernard Pellabeuf dit :

      Bien d’accord avec vous !
      Entré au séminaire en 1969, j’ai du choisir la langue dans laquelle je prierai le bréviaire. Comme vous, je suis allé voir le texte de Vatican II. Et j’ai choisi le latin.
      Lire les lectures de Saint Augustin et des autres Pères et Docteurs latins dans leur langue est une grâce ; lire les psaumes dans la langue où ces auteurs les ont lus, c’est aussi une grâce !
      Et puis il y a une question de sacré. Dieu est certes immanent, mais Il est aussi transcendant. Est sacré est ce qui permet de faire le passage des réalités de ce monde vers les réalités de l’autre monde, donc de l’immanence à la transcendance. Avoir une langue liturgique différente de la langue des autres usages quotidiens contribue à ce passage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.