Avertissement : le cursus monastique est encore en construction. Il peut subsister de nombreuses erreurs.
Ter dicitur:
On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio.
Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3
Psaume 3
Dominus protector meus
Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus).
Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me,
Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés ? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo».
Beaucoup disent à mon âme : Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum.
Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur, ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo.
De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me.
Je me suis endormi, et j'ai été assoupi ; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus;
Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur ; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti.
Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison ; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua.
Le salut vient du Seigneur ; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus invitatorius 94
Psaume invitatoire 94
Antiphona statim proponitur ac repetitur, iterumque resumitur post unamquam stropham.
L'antienne est proposée une fois puis répétée, et ensuite reprise après chaque strophe.
Christum Dóminum, qui Sanctum nobis promísit Spíritum, * veníte adorémus, allelúia.
Le Christ Seigneur, qui nous a promis l'Esprit Saint, * venez, adorons.
℟. Christum Dóminum, qui Sanctum nobis promísit Spíritum, * veníte adorémus, allelúia.
℟. Le Christ Seigneur, qui nous a promis l'Esprit Saint, * venez, adorons.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.
Venez, chantons avec allégresse au Seigneur, faisons monter l'expression d'une joie vers Dieu, notre salut. Hâtons-nous de nous présenter devant Lui et dans des Psaumes célébrons Sa gloire.
℟. Christum Dóminum, qui Sanctum nobis promísit Spíritum, * veníte adorémus, allelúia.
℟. Le Christ Seigneur, qui nous a promis l'Esprit Saint, * venez, adorons.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quóniam non repéllet Dóminus plebem suam, quia in manu eius sunt omnes fines terræ, et altitúdines móntium ipse cónspicit.
Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au dessus de tous les dieux ; parce que le Seigneur ne repoussera pas Son peuple ; parce que dans Sa main sont tous les confins de la terre et que Son regard domine les cimes des montagnes.
℟. Veníte adorémus, allelúia.
℟. venez, adorons.
Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illus, et arídam fundavérunt manus eius. Veníte, adorémus et procidámus ante Deum, plorémus coram Dómino qui fecit nos, quia ipse est Dóminus Deus noster, nos autem pópulus eius et oves páscuæ eius.
Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent. Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, et pleurons devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est le Seigneur notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Son pâturage.
℟. Christum Dóminum, qui Sanctum nobis promísit Spíritum, * veníte adorémus, allelúia.
℟. Le Christ Seigneur, qui nous a promis l'Esprit Saint, * venez, adorons.
Hódie si vocem eius audieritus: "Nolíte obduráre corda vestra, sicut in exacerbatióne secúndum diem tentatiónis in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt et vidérunt ópera mea.
Aujourd'hui, si vous entendez Sa voix, n'endurcissez pas vos cœurs, comme il arriva à vos pères dans l'exaspération au jour de la tentation dans le désert, alors qu'ils Me tentèrent, M'éprouvèrent et virent Mes œuvres.
℟. Veníte adorémus, allelúia.
℟. venez, adorons.
Quadragínta annis próximus fui generatióni huic, et dixi: Semper hi errant corde. Isi vero non cognovérunt vias meas, quibus iurávi in ira mea: Si introíbunt in réquiem meam."
Pendant quarante ans, J'ai été proche de cette génération et J'ai dit : Toujours ils errent de cœur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : et Je leur ai juré dans Ma colère, s'ils entrerons dans Mon repos.
℟. Christum Dóminum, qui Sanctum nobis promísit Spíritum, * veníte adorémus, allelúia.
℟. Le Christ Seigneur, qui nous a promis l'Esprit Saint, * venez, adorons.
Glória Patri et Fílio, et Spirítui sancto. Sicut erat in princípio et nunc et semper et in sǽcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Amen.
℟. Veníte adorémus, allelúia.
℟. venez, adorons.
℟. Christum Dóminum, qui Sanctum nobis promísit Spíritum, * veníte adorémus, allelúia.
℟. Le Christ Seigneur, qui nous a promis l'Esprit Saint, * venez, adorons.
IN I NOCTURNO
AU Ier NOCTURNE
Psalmus 32 (33)
Psaume 32 (33)
Laus Domini providentis
Louange au Seigneur dans Sa providence
Omnia per ipsum facta sunt (Io 1, 3).
Tout est fait par Lui (Io 1, 3).
Exsultáte, iusti, in Dómino; * rectos decet collaudátio.
Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur ; Aux hommes droits sied la louange.
Confitémini Dómino in cíthara, * in psaltério decem chordárum psállite illi.
Célébrez le Seigneur avec la harpe, chantez-Le sur le luth à dix cordes.
Cantáte ei cánticum novum, * bene psállite ei in vociferatióne,
Chantez à Sa gloire un cantique nouveau; unissez avec art vos instruments et vos voix.
quia rectum est verbum Dómini, * et ómnia ópera eius in fide.
Car la parole du Seigneur est droite, et toutes Ses oeuvres s'accomplissent dans la fidélité.
Díligit iustítiam et iudícium; * misericórdia Dómini plena est terra.
Il aime la justice et la droiture ; la terre est remplie de la bonté du Seigneur.
Verbo Dómini cæli facti sunt, * et spíritu oris eius omnis virtus eórum.
Par la parole du Seigneur les cieux ont été faits, et toute leur armée par le souffle de Sa bouche.
Cóngregans sicut in utre aquas maris, * ponens in thesáuris abyssos.
II rassemble comme en un monceau les eaux de la mer ; Il met dans des réservoirs les flots de l'abîme.
Tímeat Dóminum omnis terra, * a fácie autem eius formídent omnes inhabitántes orbem.
Que toute la terre craigne le Seigneur ! Que tous les habitants de l'univers tremblent devant Lui
Quóniam ipse dixit, et facta sunt, * ipse mandávit, et creáta sunt.
Car Il a dit, et tout a été fait ; Il a ordonné, et tout a existé.
Dóminus díssipat consília géntium, * írritas facit cogitatiónes populórum.
Le Seigneur renverse les desseins des nations; Il réduit à néant les pensées des peuples.
Consílium autem Dómini in ætérnum manet, * cogitatiónes cordis eius in generatióne et generatiónem.
Mais les desseins du Seigneur subsistent à jamais, et les pensées de son coeur dans toutes les générations.
Beáta gens, cui Dóminus est Deus, * pópulus, quem elégit in hereditátem sibi.
Heureuse la nation dont le Seigneur est le Dieu, heureux le peuple qu'Il a choisi pour Son héritage !
De cælo respéxit Dóminus, * vidit omnes fílios hóminum.
Du haut des cieux le Seigneur regarde, Il voit tous les enfants des hommes ;
De loco habitáculi sui respéxit * super omnes, qui hábitant terram,
Du lieu de Sa demeure, Il observe tous les habitants de la terre,
qui finxit singillátim corda eórum, * qui intéllegit ómnia ópera eórum.
Lui qui forme leur coeur à tous, qui est attentif à toutes leurs actions.
Non salvátur rex per multam virtútem, * et gigas non liberábitur in multitúdine virtútis suæ.
Ce n'est pas le nombre des soldats qui donne au roi la victoire, ce n'est pas une grande force qui fait triompher le guerrier.
Fallax equus ad salútem, * in abundántia autem virtútis suæ non salvábit.
Le cheval est impuissant à procurer le salut, et toute sa vigueur n'assure pas la délivrance.
Ecce óculi Dómini super metuéntes eum, * in eos, qui sperant super misericórdia eius,
L'oeil du Seigneur est sur ceux qui Le craignent, sur ceux qui espèrent en Sa bonté,
ut éruat a morte ánimas eórum * et alat eos in fame.
Pour délivrer leur âme de la mort, et les faire vivre au temps de la famine.
Anima nostra sústinet Dóminum, * quóniam adiútor et protéctor noster est;
Notre âme attend avec confiance le Seigneur; Il est notre secours et notre bouclier;
quia in eo lætábitur cor nostrum, * et in nómine sancto eius sperávimus.
Car en Lui notre coeur met sa joie, car en Son saint Nom nous mettons notre confiance.
Fiat misericórdia tua, Dómine, super nos, * quemádmodum sperávimus in te.
Seigneur, que Ta grâce soit sur nous,  comme nous espérons en Toi !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 33 (34)
Psaume 33 (34)
Dominus iustorum salus
Le Seigneur est le salut des justes
Gustastis quoniam dulcis Dominus (1 Petr 2, 3).
Goûtez comme est doux le Seigneur (1 Petr 2, 3).
Benedícam Dóminum in omni témpore, * semper laus eius in ore meo.
Je veux bénir le Seigneur en tout temps; Sa louange sera toujours dans ma bouche.
In Dómino gloriábitur ánima mea, * áudiant mansuéti et læténtur.
Dans le Seigneur mon âme se glorifiera : que les doux entendent et se réjouissent
Magnificáte Dóminum mecum, * et exaltémus nomen eius in idípsum.
Exaltez avec moi le Seigneur, ensemble célébrons Son nom !
Exquisívi Dóminum, et exaudívit me * et ex ómnibus terróribus meis erípuit me.
J'ai cherché le Seigneur, et Il m'a exaucé, et Il m'a délivré de toutes mes frayeurs.
Respícite ad eum, et illuminámini * et fácies vestræ non confundéntur.
Quand on regarde vers Lui, on est rayonnant de Joie, et le visage ne se couvre pas de honte.
Iste pauper clamávit, et Dóminus exaudívit eum * et de ómnibus tribulatiónibus eius salvávit eum.
Ce pauvre a crié, et le Seigneur l'a entendu, et Il l'a sauvé de toutes ses angoisses.
Vallábit ángelus Dómini in circúitu timéntes eum * et erípiet eos.
L'ange du Seigneur campe autour de ceux qui Le craignent, et Il les sauve.
Gustáte et vidéte quóniam suávis est Dóminus; * beátus vir, qui sperat in eo.
Goûtez et voyez combien le Seigneur est bon ! Heureux l'homme qui met en lui son refuge !
Timéte Dóminum, sancti eius, * quóniam non est inópia timéntibus eum.
Craignez le Seigneur, vous Ses saints, car il n'y a point d'indigence pour ceux qui Le craignent.
Dívites eguérunt et esuriérunt, * inquiréntes autem Dóminum non defícient omni bono.
Les riches ont été dans la disette et la faim, mais ceux qui cherchent le Seigneur ne manquent à aucun bien.
Veníte, fílii, audíte me: * timórem Dómini docébo vos.
Venez, mes fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur.
Quis est homo, qui vult vitam, * díligit dies, ut vídeat bonum?
Quel est l'homme qui aime la vie, qui désire de longs jours pour jouir du bonheur ?
Próhibe línguam tuam a malo, * et lábia tua ne loquátur dolum.
Préserve ta langue du mal, et tes lèvres des paroles trompeuses;
Divérte a malo et fac bonum, * inquíre pacem et perséquere eam.
éloigne-toi du mal et fais le bien, recherche la paix, et poursuis-la.
Oculi Dómini super iustos, * et aures eius in clamórem eórum.
Les yeux du Seigneur sont sur les justes; et ses oreilles sont attentives à leurs cris.
Vultus autem Dómini super faciéntes mala, * ut perdat de terra memóriam eórum.
La face du Seigneur est contre ceux qui font le mal; pour retrancher de la terre leur souvenir.
Clamavérunt, et Dóminus exaudívit * et ex ómnibus tribulatiónibus eórum liberávit eos.
Les justes crient, et le Seigneur les entend, et Il les délivre de toutes leurs angoisses.
Iuxta est Dóminus iis, qui contríto sunt corde, * et confráctos spíritu salvábit.
le Seigneur est près de ceux qui ont le coeur brisé, Il sauve ceux dont l'esprit est abattu.
Multæ tribulatiónes iustórum, * et de ómnibus his liberábit eos Dóminus.
Nombreux sont les malheurs du juste, mais de tous le Seigneur le délivre.
Custódit ómnia ossa eórum, * unum ex his non conterétur.
II garde tous ses os, aucun d'eux ne sera brisé.
Interfíciet peccatórem malítia, * et, qui odérunt iustum, puniéntur.
Le mal tue le méchant, et les ennemis du juste sont châtiés.
Rédimet Dóminus ánimas servórum suórum, * et non puniéntur omnes, qui sperant in eo.
le Seigneur délivre l'âme de ses serviteurs, et tous ceux qui se réfugient en Lui ne sont pas châtiés.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 34
Psaume 34
Dominus salvator in persecutione
Le Seigneur sauveur dans la persécution
Congregati sunt... et consilium fecerunt, ut Iesum dolo tenerent et occiderent. (Mt 26,3,4)
Ils s'assemblèrent et tinrent conseil pour se saisir de Jésus par ruse, et Le faire mourir.
Iúdica, Dómine, iudicántes me; * impúgna impugnántes me.
Juge, Seigneur, ceux qui me jugent ; combats ceux qui me combattent.
Apprehénde clípeum et scutum * et exsúrge in adiutórium mihi.
Prends Tes armes et Ton bouclier et lève-Toi pour me secourir.
Effúnde frámeam et secúrim advérsus eos, qui persequúntur me. * Dic ánimæ meæ: “Sálus tua ego sum.”
Tire Ton épée et barre le passage à ceux qui me persécutent. Dis à mon âme: "Je suis ton salut".
Confundántur et revereántur * quæréntes ánimam meam;
Qu'ils soient couverts de honte et de confusion, ceux qui en veulent à ma vie.
avertántur retrórsum et confundántur * cogitántes mihi mala.
Qu'il reculent et soient confondus, ceux qui méditent le mal contre moi.
Fiant tamquam pulvis ante ventum, * et ángelus Dómini impéllens eos;
fiat via illórum ténebræ et lúbricum, * et ángelus Dómini pérsequens eos.
Qu'ils deviennent comme la poussière emportée par le vent, et que l'Ange du Seigneur les serre de près.
Que leur chemin soit ténébreux et glissant, * et que l'ange du Seigneur les poursuive.
Quóniam gratis abscondérunt mihi láqueum suum, * gratis fodérunt fóveam ánimæ meæ.
Car sans raison ils ont caché un piège pour me perdre; ils ont sans motif outragé mon âme.
Véniat illi calámitas, quam ignórat, et cáptio, quam abscóndit, apprehéndat eum, * et in eándem calamitátem ipse cadat.
Qu'un piège dont il ne se doute pas tombe sur lui; que le rets qu'il a caché le saisisse, et qu'il tombe dans son propre filet.
Ánima autem mea exsultábit in Dómino * et delectábitur super salutári suo.
Mais mon âme se réjouira dans le Seigneur, et mettra ses délices dans son Sauveur.
Ómnia ossa mea dicent: “Dómine, quis símilis tibi?
Tous mes os diront: "Seigneur, qui est semblable à Toi ?
Erípiens ínopem de manu fortiórum eíus, * egénum et páuperem a diripiéntibus eum.”
qui arrache le pauvre des mains de ceux qui sont plus forts que lui; l'indigent et le pauvre à ceux qui le dépouillent"
Surgéntes testes iníqui, * quæ ignorábam, interrogábant me;
Des témoins iniques se sont élevés; ils m'ont interrogé sur ce que j'ignorais.
retribuébant mihi mala pro bonis, * desolátio est ánimæ meæ.
Ils n'ont rendu le mal pour le bien; c'était la stérilité pour mon âme.
Ego autem, cum infirmaréntur, * induébar cilício,
Mais moi, quand ils me tourmentaient, je me revêtais d'un cilice.
humiliábam in ieiúnio ánimam meam; * et orátio mea in sinu meo convertebátur.
J'humiliais mon âme par le jeûne, et ma prière retournait dans mon sein.
Quasi pro próximo et quasi pro fratre meo ambulábam, * quasi lugens matrem contristátus incurvábar.
J'avais pour eux la même compassion que pour un proche ou un frère; je me courbais comme dans le deuil et la tristesse.
Cum autem vacillárem, lætáti sunt et convenérunt; * convenérunt contra me percutiéntes, et ignorávi.
Et ils se sont réjouis, et se sont assemblés contre moi; les malheurs se sont réunis sur moi, sans que j'en connusse la raison.
Diripuérunt et non desistébant; tentavérunt me, subsannavérunt me subsannatióne, * frenduérunt super me déntibus suis.
Ils ont été dispersés; mais, sans componction, ils m'ont de nouveau mis à l'épreuve; ils m'ont accablé d'insultes; ils ont grincé des dents contre moi.
Dómine, quámdiu aspícies? Restítue ánimam meam a malignitáte eórum, * a leónibus únicam meam.
Seigneur, quand regarderas-Tu ? Sauve mon âme de leur malignité; arrache mon unique à ces lions.
Confitébor tibi in ecclésia magna, * in pópulo multo laudábo te.
Je Te célébrerai dans une grande assemblée; je Te louerai au milieu d'un peuple nombreux.
Non supergáudeant mihi inimíci mei mendáces, * qui odérunt me gratis et ánnuunt óculis.
Qu'ils ne se réjouissent point à mon sujet, ceux qui m'attaquent injustement, qui me haïssent sans raison et qui clignent des yeux.
Étenim non pacífice loquebántur * et contra mansuétos terræ dolos cogitábant.
Car ils me disaient des paroles de paix; mais, parlant dans le pays avec colère, ils méditaient des tromperies.
Et dilatavérunt super me os suum; * dixérunt: “Éuge, éuge, vidérunt óculi nostri.”
Et ils ont ouvert au grand large leur bouche contre moi, et ils ont dit: Courage, courage! nos yeux ont vu.
Vidísti, Dómine, ne síleas; * Dómine, ne discédas a me.
Tu as vu, Seigneur; ne reste pas en silence; Seigneur, ne T'éloigne pas de moi.
Exsúrge et evígila ad iudícium meum, * Deus meus et Dóminus meus, ad causam meam.
Iúdica me secúndum iustítiam tuam, Dómine Deus meus, * et non supergáudeant mihi.
Levez-Toi et prenez soin de mon droit; mon Dieu et mon Seigneur, défends ma cause.
Juge-moi selon Ta justice, Seigneur mon Dieu, et qu'ils ne se réjouissent pas à mon sujet.
Non dicant in córdibus suis: “Éuge ánimæ nostræ”; * nec dicant: “Devorávimus eum.”
Qu'ils ne disent pas dans leur coeurs: Courage, courage! réjouissons-nous. Qu'ils ne disent pas: Nous l'avons dévoré.
Erubéscant et revereántur simul, * qui gratulántur malis meis;
Qu'ils rougissent et soient confondus, ceux qui se félicitent de mes maux.
induántur confusióne et reveréntia, * qui magna loquúntur super me
Qu'ils soient couverts de confusion et de honte, ceux qui parlent avec orgueil contre moi.
Exsúltent et læténtur, qui volunt iustítiam meam, et dicant semper: “Magnificétur Dóminus, qui vult pacem servi sui.”
Qu'il soient dans l'allégresse et la joie, ceux qui veulent ma justification; et qu'ils disent sans cesse: Gloire au Seigneur, ceux qui désirent la paix de Son serviteur.
Et lingua mea meditábitur iustítiam tuam, * tota die laudem tuam.
Et ma langue célébrera Ta justice, et Ta louange tout le jour.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 36
Psaume 36
Sors malorum et iustorum
Sort de ceux qui font le mal et des justes
Beati mites, quoniam ipsi possidebunt terram (Mt 5,5)
Heureux les humbles, car ils possèderont la terre.
I
I
Noli æmulári in malignántibus * neque zeláveris faciéntes iniquitátem,
Ne porte pas envie aux méchants, et ne sois pas jaloux de ceux qui commettent l'iniquité;
quóniam tamquam fenum velóciter aréscent * et quemádmodum herba virens décident.
car ils se dessécheront aussi vite que l'herbe, et, comme les tiges des plantes, ils se faneront promptement.
Spera in Dómino et fac bonitátem, * et inhabitábis terram et pascéris in fide.
Espère au Seigneur, et fais le bien; alors tu habiteras la terre, et tu te nourriras de ses richesses.
Delectáre in Dómino, * et dabit tibi petitiónes cordis tui.
Mets tes délices dans le Seigneur, et Il t'accordera ce que ton coeur demande.
Commítte Dómino viam tuam et spera in eo, * et ipse fáciet;
Découvre au Seigneur ta voie, et espère en Lui, et Lui-même Il agira.
et edúcet quasi lumen iustítiam tuam * et iudícium tuum tamquam merídiem.
Et Il fera éclater ta justice comme la lumière, et ton droit comme le soleil à son midi.
Quiésce in Dómino et exspécta eum; noli æmulári in eo, qui prosperátur in via sua, * in hómine, qui mólitur insídias.
Sois soumis au Seigneur, et prie-Le. Ne porte pas envie à celui qui réussit dans sa voie, à l'homme qui commet des injustices.
Désine ab ira et derelínque furórem, * noli æmulári, quod vertit ad malum,
Laisse la colère, et abandonne la fureur; n'aie pas d'envie, ce serait mal faire.
quóniam qui malignántur, exterminabúntur, * sustinéntes autem Dóminum ipsi hereditábunt terram.
Car les méchants seront exterminés; mais ceux qui attendent patiemment le Seigneur auront la terre en héritage.
Et adhuc pusíllum et non erit peccátor, * et quæres locum eíus et non invénies.
Encore un peu de temps, et le pécheur ne sera plus; et tu chercheras sa place, et tu ne la trouveras pas.
Mansuéti autem hereditábunt terram * et delectabúntur in multitúdine pacis.
Mais les doux posséderont la terre, et ils se délecteront dans l'abondance de la paix.
Insidiábitur peccátor iústo * et stridébit super eum déntibus suis.
Le pécheur observera le juste, et il grincera des dents contre lui.
Dóminus autem irridébit eum, * quóniam próspicit quod véniet dies eíus.
Mais le Seigneur Se rira de lui, parce qu'il voit que Son jour viendra.
Gládium evaginavérunt peccatóres, * intendérunt arcum suum,
Les pécheurs ont tiré le glaive, ils ont tendu leur arc,
ut deíciant páuperem et ínopem, * ut trucídent recte ambulántes in via.
pour renverser le pauvre et l'indigent, pour égorger ceux qui ont le coeur droit.
Gládius eórum intrábit in corda ipsórum, * et arcus eórum confringétur.
Que leur glaive perce leur propre coeur, et que leur arc soit brisé.
Mélius est módicum iústo * super divítias peccatórum multas,
Mieux vaut le peu du juste que les grandes richesses des pécheurs;
quóniam bráchia peccatórum conteréntur, * confírmat autem iústos Dóminus.
car les bras des pécheurs seront brisés, mais le Seigneur affermit les justes.
Novit Dóminus dies immaculatórum, * et heréditas eórum in ætérnum erit.
Le Seigneur connaît les jours des hommes sans tache, et leur héritage sera éternel.
Non confundéntur in témpore malo * et in diébus famis saturabúntur.
Ils ne seront pas confondus au temps du malheur, et aux jours de famine ils seront rassasiés,
Quia peccatóres períbunt, inimíci vero Dómini ut decor campórum defícient, * quemádmodum fumus defícient.
parce que les pécheurs périront. Mais les ennemis du Seigneur n'auront pas plus tôt été honorés et élevés, qu'ils tomberont et s'évanouiront comme la fumée.
Mutuátur peccátor et non solvet, * iústus autem miserétur et tríbuet.
Le pécheur empruntera et ne payera point; * mais le juste est compatissant et il donne.
Quia benedícti eíus hereditábunt terram, * maledícti autem eíus exterminabúntur.
Car ceux qui bénissent Dieu posséderont la terre; mais ceux qui Le maudissent périront.
A Dómino gressus hóminis confirmántur, * et viam eíus volet.
Les pas de l'homme seront dirigés par le Seigneur, et il prendra plaisir à Sa voie.
Cum cecíderit, non collidétur, * quia Dóminus susténtat manum eíus.
Lorsqu'il tombera, il ne se brisera pas, car le Seigneur le soutient de Sa main.
Iúnior fui et sénui et non vidi iústum derelíctum * nec semen eíus quærens panem.
J'ai été jeune, et j'ai vieilli; mais je n'ai pas vu le juste abandonné, ni sa race mendiant du pain.
Tota die miserétur et cómmodat, * et semen illíus in benedictióne erit.
Tout le jour il est compatissant et il prête, et sa race sera en bénédiction.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
II
II
Declína a malo et fac bonum, * et inhabitábis in sǽculum sǽculi,
Détourne-toi du mal et fais le bien, et possède une demeure éternelle.
quia Dóminus amat iudícium * et non derelínquet sanctos suos.
Car le Seigneur aime l'équité, et Il n'abandonnera pas Ses saints;
Iniústi in ætérnum disperíbunt, * et semen impiórum exterminábitur.
ils seront gardés éternellement. Les méchants seront punis, * et la race des impies périra.
Iústi autem hereditábunt terram * et inhabitábunt in sǽculum sǽculi super eam.
Mais les justes posséderont la terre, et ils y habiteront à jamais.
Os iústi meditábitur sapiéntiam, * et lingua eíus loquétur iudícium;
La bouche du juste méditera la sagesse, et sa langue proférera l'équité.
lex Dei eíus in corde ipsíus, * et non vacillábunt gressus eíus.
La loi de son Dieu est dans son coeur, et on ne le renversera point.
Consíderat peccátor iústum * et quærit mortificáre eum;
Le pécheur observe le juste, et il cherche à le mettre à mort ;
Dóminus autem non derelínquet eum in mánibus eíus * nec damnábit eum, cum iudicábitur illi.
Mais le Seigneur ne l'abandonnera point entre ses mains, et ne le condamnera pas lorsqu'il sera jugé.
Exspécta Dóminum et custódi viam eíus, et exaltábit te, ut hereditáte cápias terram; * cum exterminabúntur peccatóres, vidébis.
Attends le Seigneur et garde Sa voie; et Il t'élèvera, pour que tu possèdes la terre en héritage. Quand les pécheurs seront exterminés, tu verras.
Vidi ímpium superexaltátum * et elevátum sicut cedrum viréntem;
J'ai vu l'impie grandement exalté, et élevé comme les cèdres du Liban.
et transívi, et ecce non erat, * et quæsívi eum, et non est invéntus.
Et j'ai passé, et déjà il n'était plus; et je l'ai cherché, mais on n'a pu trouver sa place.
Obsérva innocéntiam et vide æquitátem, * quóniam est postéritas hómini pacífico.
Garde l'innocence, et n'aie en vue que l'équité, car des biens resteront à l'homme pacifique.
Iniústi autem disperíbunt simul, * postéritas impiórum exterminábitur.
Mais les injustes périront tous ensemble; ce que les impies auront laissé disparaîtra.
Salus autem iustórum a Dómino, * et protéctor eórum in témpore tribulatiónis.
Mais le salut des justes vient du Seigneur, et Il est leur protecteur au temps de la tribulation.
Et adiuvábit eos Dóminus et liberábit eos et éruet eos a peccatóribus et salvábit eos, * quia speravérunt in eo.
Le Seigneur les assistera, et les délivrera; Il les arrachera des mains des pécheurs, et Il les sauvera, parce qu'ils ont espéré en Lui.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 37
Psaume 37
Obsecratio peccatoris in extremo periculo constituti
Obsécration du pécheur alors qu'il est en extrême danger
Stabant omnes noti eius a longe (Lc 23,49)
Tous ceux de Sa connaissance se tenaient loin.
Dómine, ne in furóre tuo árguas me * neque in ira tua corrípias me,
Seigneur, ne me reprends dans Ta fureur, et ne me punis pas dans Ta colère,
quóniam sagíttæ tuæ infíxæ sunt mihi, * et descéndit super me manus tua.
car j'ai été transpercé de Tes flèches, et Tu as appesanti sur moi Ta main.
Non est sánitas in carne mea a fácie indignatiónis tuæ, * non est pax óssibus meis a fácie peccatórum meórum.
Il n'est rien resté de sain dans ma chair à la vue de Ta colère; il n'y a plus de paix dans mes os à la vue de mes péchés.
Quóniam iniquitátes meæ supergréssæ sunt caput meum * et sicut onus grave gravant me nimis.
Car mes iniquités se sont élevés au-dessus de ma tête, et comme un lourd fardeau elles se sont appesanties sur moi.
Putruérunt et corrúpti sunt livóres mei * a fácie insipiéntiæ meæ.
Mes plaies ont été remplies de corruption et de pourriture, par l'effet de ma folie.
Inclinátus sum et incurvátus nimis; * tota die contristátus ingrediébar.
Je suis devenu misérable, et continuellement tout courbé; je marchais triste tout le jour.
Quóniam lumbi mei impléti sunt ardóribus, * et non est sánitas in carne mea.
Car mes reins ont été remplis d'illusions, et il n'y a rien de sain dans ma chair.
Afflíctus sum et humiliátus sum nimis, * rugiébam a gémitu cordis mei.
J'ai été affligé et humilié outre mesure, et le gémissement de mon coeur m'arrachait des rugissements.
Dómine, ante te omne desidérium meum, * et gémitus meus a te non est abscónditus.
Seigneur, tout mon désir est devant Toi, et mon gémissement ne T'est point caché.
Palpitávit cor meum, derelíquit me virtus mea, * et lumen oculórum meórum, et ipsum non est mecum.
Mon coeur est troublé, ma force m'a quitté, et la lumière même de mes yeux n'est plus avec moi.
Amíci mei et próximi mei procul a plaga mea stetérunt, * et propínqui mei de longe stetérunt.
Mes amis et mes proches se sont avancés jusqu'à moi, et se sont arrêtés. Ceux qui étaient près de moi se sont arrêtés à distance.
Et láqueos posuérunt, qui quærébant ánimam meam; et, qui requirébant mala mihi, locúti sunt insídias * et dolos tota die meditabántur.
Et ceux qui en voulaient à ma vie usaient de violence. Ceux qui cherchaient à me faire du mal ont proféré des mensonges, et tout le jour ils méditaient la tromperie.
Ego autem tamquam surdus non audiébam * et sicut mutus non apériens os suum;
Mais moi, comme si j'eusse été sourd, je n'entendais pas; et comme si j'eusse été muet, je n'ouvrais pas la bouche.
et factus sum sicut homo non áudiens * et non habens in ore suo redargutiónes.
Je suis devenu comme un homme qui n'entend pas, et qui n'a pas de répliques dans sa bouche.
Quóniam in te, Dómine, sperávi, * tu exáudies, Dómine Deus meus.
Car c'est en Toi, Seigneur, que j'ai espéré; Tu m'exauceras, Seigneur mon Dieu.
Quia dixi: “Ne quando supergáudeant mihi; * dum commovéntur pedes mei, magnificántur super me.”
Car j'ai dit: Que mes ennemis ne se réjouissent pas à mon sujet, eux qui, ayant vu mes pieds ébranlés, ont parlé insolemment de moi.
Quóniam ego in lapsum parátus sum, * et dolor meus in conspéctu meo semper.
Car je suis préparé aux châtiments, et ma douleur est toujours devant mes yeux.
Quóniam iniquitátem meam annuntiábo * et sollícitus sum de peccáto meo.
Car je proclamerai mon iniquité, et je serai toujours occupé de la pensée de mon péché.
Inimíci autem mei vivunt et confirmáti sunt; * et multiplicáti sunt, qui odérunt me iníque.
Cependant mes ennemis vivent, et sont devenus plus puissants que moi, et ceux qui me haïssent injustement se sont multipliés.
Retribuéntes mala pro bonis detrahébant mihi, * pro eo quod sequébar bonitátem.
Ceux qui rendent le mal pour le bien me décriaient, parce que je m'attachais au bien.
Ne derelínquas me, Dómine; * Deus meus, ne discésseris a me.
Ne m'abandonne pas, Seigneur mon Dieu; ne T'éloigne pas de moi.
Festína in adiutórium meum, * Dómine, salus mea.
Hâte-Toi de me secourir, Seigneur, Dieu de mon salut.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
℣. Cor meum et caro mea, allelúia. ℟. Exsultavérunt in Deum vivum, alleluia.
℣. Mon coeur et ma chair, alléluia. ℟. Exultent dans le Dieu vivant, alléluia.
Postea benedicat abbas:
Ensuite l'abbé bénit :
Exaudi Dómine Iesu Christe, preces servorum tuórum, et miserére nobis, * qui cum Patre et Spíritu Sancto vivis et regnas in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Exauce, Seigneur Jésus-Christ, les supplications de Tes serviteurs, * Toi qui vis et règne avec le Père et l'Esprit Saint dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
In primo nocturno, anno II )
Premier nocturne, année II)
Lectio
Lecture
De Actibus Apostolórum 25, 1-27
Du livre des Actes des Apôtres
Festus ergo cum venísset in provínciam, post tríduum ascéndit Hierosólymam a Cæsaréa; adierúntque eum príncipes sacerdótum et primi Iudæórum advérsus Paulum, et rogábant eum postulántes grátiam advérsum eum, ut iubéret perdúci eum in Ierúsalem, insídias tendéntes, ut eum interfícerent in via. Festus ígitur respóndit servári Paulum in Cæsaréa, se autem matúrius profectúrum: «Qui ergo in vobis, ait, poténtes sunt, descendéntes simul, si quod est in viro crimen, accúsent eum.» Demorátus autem inter eos dies non ámplius quam octo aut decem, descéndit Cæsaréam, et áltera die sedit pro tribunáli et iussit Paulum addúci. Qui cum perdúctus esset, circumstetérunt eum, qui ab Hierosólyma descénderant, Iudæi, multas et graves causas obiciéntes, quas non póterant probáre, Paulo ratiónem reddénte: «Neque in legem Iudæórum neque in templum neque in Cæsarem quidquam peccávi.» Festus autem volens Iudæis grátiam præstáre, respóndens Paulo dixit: «Vis Hierosólymam ascéndere et ibi de his iudicári apud me?»
Trois jours après son arrivée dans la province, Festus monta de Césarée à Jérusalem. Les grands prêtres et les notables juifs se constituèrent devant lui accusateurs de Paul. Lui présentant leur requête contre celui-ci, ils sollicitaient comme une faveur qu'il fût transféré à Jérusalem; ils préparaient un guet-apens pour le tuer en chemin. Mais Festus répondit que Paul devait rester en prison à Césarée, que lui-même d'ailleurs allait partir tout de suite. « Que ceux donc d'entre vous qui ont qualité, dit-il, descendent avec moi et, si cet homme est coupable en quelque manière, qu'ils le mettent en accusation. » Après avoir passé chez eux huit à dix jours au plus, il descendit à Césarée et, siégeant au tribunal le lendemain, il fit amener Paul. Quand celui-ci fut arrivé, les Juifs descendus de Jérusalem l'entourèrent, portant contre lui des accusations multiples et graves, qu'ils n'étaient pas capables de prouver. Paul se défendait: « Je n'ai, disait-il, commis aucune faute contre la Loi des Juifs, ni contre le Temple, ni contre César. » Voulant faire plaisir aux Juifs, Festus répondit à Paul: « Veux-tu monter à Jérusalem pour y être jugé là-dessus en ma présence? »
Dixit Paulus Festo: «Ad tribúnal Cæsaris sto, ubi me opórtet iudicári. Iudæis nihil nócui, sicut et tu mélius nosti. Si ergo iniúste egi et dignum morte áliquid feci, non recúso mori; si vero nihil est eórum quæ hi accúsant me, nemo potest me illis donáre. Cæsarem appéllo!»
Paul répliqua à Festus: « Je suis devant le tribunal de César; c'est là que je dois être jugé. Je n'ai fait aucun tort aux Juifs, tu le sais très bien toi-même. Mais si je suis réellement coupable, si j'ai commis quelque crime qui mérite la mort, je ne refuse pas de mourir. Si, par contre, il n'y a rien de fondé dans les accusations de ces gens-là contre moi, nul n'a le droit de me céder à eux. J'en appelle à César! »
Tunc Festus cum consílio locútus respóndit: «Cæsarem appellásti; ad Cæsarem ibis.» Et cum dies áliquot transácti essent, Agríppa rex et Bereníce descendérunt Cæsaréam et salutavérunt Festum. Et cum dies plures ibi demoraréntur, Festus regi indicávit de Paulo dicens: «Vir quidam est derelíctus a Felíce vinctus, de quo cum essem Hierosólymis, adiérunt me príncipes sacerdótum et senióres Iudæórum postulántes advérsus illum damnatiónem; ad quos respóndi quia non est consuetúdo Románis donáre áliquem hóminem, priúsquam is qui accusátur, præséntes hábeat accusatóres locúmque defendéndi se ab accusatióne accípiat. Cum ergo huc conveníssent, sine ulla dilatióne sequénti die sedens pro tribunáli iussi addúci virum; de quo cum stetíssent accusatóres, nullam causam deferébant, de quibus ego suspicábar malis, quæstiónes vero quasdam de sua superstitióne habébant advérsus eum et de quodam Iesu defúncto, quem affirmábat Paulus vívere. Hæsitans autem ego de huiúsmodi quæstióne, dicébam si vellet ire Hierosólymam et ibi iudicári de istis. Paulo autem appellánte, ut servarétur ad Augústi cognitiónem, iussi servári eum, donec mittam eum ad Cæsarem.» Agríppa autem ad Festum: «Volébam et ipse hóminem audíre!» – «Cras, inquit, áudies eum.»
Alors Festus, après en avoir conféré avec son conseil, répondit: « Tu en appelles à César, tu iras devant César. » Quelques jours plus tard, le roi Agrippa et Bérénice arrivèrent à Césarée et vinrent saluer Festus. Comme leur séjour se prolongeait, Festus exposa au roi l'affaire de Paul: « Il y a ici, dit-il, un homme que Félix a laissé en captivité. Pendant que j'étais à Jérusalem, les grands prêtres et les anciens des Juifs ont porté plainte à son sujet, demandant sa condamnation. Je leur ai répondu que les Romains n'ont pas l'habitude de céder un homme avant que, ayant été accusé, il ait eu ses accusateurs en face de lui et qu'on lui ait donné la possibilité de se défendre contre l'inculpation. Ils sont donc venus ici avec moi, et, sans y apporter aucun délai, dès le lendemain, j'ai siégé à mon tribunal et fait amener l'homme. Mis en sa présence, les accusateurs n'ont soulevé aucun grief concernant des forfaits que, pour ma part, j'aurais soupçonnés. Ils avaient seulement avec lui je ne sais quelles contestations touchant leur religion à eux et touchant un certain Jésus, qui est mort, et que Paul affirme être en vie. Pour moi, embarrassé devant un débat de ce genre, je lui ai demandé s'il voulait aller à Jérusalem pour y être jugé là-dessus. Mais Paul ayant interjeté appel pour que son cas fût réservé au jugement de l'auguste empereur, j'ai ordonné de le garder jusqu'à ce que je l'envoie à César. » Agrippa dit à Festus: « Je voudrais, moi aussi, entendre cet homme » « Demain, dit-il, tu l'entendras. »
Altera autem die, cum venísset Agríppa et Bereníce cum multa ambitióne, et introíssent in auditórium cum tribúnis et viris principálibus civitátis, et iubénte Festo, addúctus est Paulus. Et dicit Festus: «Agríppa rex et omnes, qui simul adéstis nobíscum viri, vidétis hunc, de quo omnis multitúdo Iudæórum interpellávit me Hierosólymis et hic, clamántes non oportére eum vívere ámplius. Ego vero cómperi nihil dignum eum morte fecísse, ipso autem hoc appellánte Augústum, iudicávi míttere. De quo quid certum scribam dómino, non hábeo; propter quod prodúxi eum ad vos et máxime ad te, rex Agríppa, ut, interrogatióne facta, hábeam quid scribam: sine ratióne enim mihi vidétur míttere vinctum et causas eius non significáre.»
Le lendemain donc, Agrippa et Bérénice vinrent en grande pompe et se rendirent à la salle d'audience, entourés des tribuns et des notabilités de la ville. Sur l'ordre de Festus, on amena Paul. Festus dit alors: « Roi Agrippa et vous tous ici présents avec nous, vous voyez cet homme au sujet duquel la communauté juive tout entière est intervenue auprès de moi, tant à Jérusalem qu'ici, protestant à grands cris qu'il ne fallait pas le laisser vivre davantage. Pour moi, j'ai reconnu qu'il n'a rien fait qui mérite la mort; cependant, comme il en a lui-même appelé à l'auguste empereur, j'ai décidé de le lui envoyer. Je n'ai rien de bien précis à écrire au Seigneur sur son compte; c'est pourquoi je l'ai fait comparaître devant vous, devant toi surtout, roi Agrippa, afin qu'après cet interrogatoire, j'aie quelque chose à écrire. Il me paraît absurde, en effet, d'envoyer un prisonnier sans indiquer en même temps les charges qui pèsent sur lui. »
℟. Non conturbétur cor vestrum: ego vado ad Patrem; et, dum assúmptus fúero a vobis, mittam vobis, allelúia, * Spíritum veritátis, et gaudébit cor vestrum, allelúia. ℣. Ego rogábo Patrem, et álium Paráclitum dabit vobis. * Spíritum. ℣. Glória Patri. * Spíritum.
℟. Ne soyez donc pas bouleversés: je pars vers le Père; et, lorsque j'aurai été enlevé du milieu de vous, je vous enverrai, alléluia, * L'Esprit de vérité, alors votre cœur se réjouira, alléluia! ℣. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur, * L'Esprit. ℣. Gloire au Père. * L'Esprit.
IN II NOCTURNO
AU IIème NOCTURNE
Psalmus 38
Psaume 38
Ægrotantis deprecatio
Supplication de l'infirme
Vanitati creatura subiecta est ...propter eum qui subiecit in spem (Rom 8,20)
La création a été soumise à la vanité ... à cause de celui qui l'y a soumise dans l'espérance.
Dixi: “Custódiam vias meas, * ut non delínquam in lingua mea;
J'ai dit: je veillerai sur mes voies, pour ne point pécher par ma langue.
ponam ori meo custódiam, * donec consístit peccátor advérsum me.”
J'ai mis une garde à ma bouche, pendant que le pécheur s'élevait devant moi.
Tacens obmútui et sílui absque ullo bono, * et dolor meus renovátus est.
Je me suis tu, et je me suis humilié, et je me suis abstenu de dire même de bonnes choses; et ma douleur a été renouvelée.
Concáluit cor meum intra me, * et in meditatióne mea exársit ignis.
Mon coeur s'est échauffé au dedans de moi, et tandis que je méditais, un feu s'est embrasé.
Locútus sum in lingua mea: * “Nótum fac mihi, Dómine, finem meum;
La parole est venue sur ma langue: Fais-moi connaître ma fin, Seigneur,
et númerum diérum meórum quis est, * ut sciam quam brevis sit vita mea.”
et quel est le nombre de mes jours, afin que je sache combien peu il m'en reste.
Ecce paucórum palmórum fecísti dies meos, * et spátium vitæ meæ tamquam níhilum ante te.
Voici que Tu as soumis mes jours à une mesure bornée, et mon être est comme un néant devant Toi.
Étenim univérsa vánitas omnis homo constitútus est. * Étenim ut imágo pertránsit homo.
Oui, tout homme vivant n'est qu'entière vanité. Oui, l'homme passe comme un fantôme,
Étenim vánitas est et concitátur; * thesaurízat et ignórat quis congregábit ea.
et c'est en vain qu'il se tourmente. Il amasse des trésors, et il ignore pour qui il les aura entassés.
Et nunc quæ est exspectátio mea, Dómine? * Spes mea apud te est.
Et maintenant quelle est mon attente? N'est-ce pas le Seigneur? Mon espérance est en Toi.
Ab ómnibus iniquitátibus meis érue me, * oppróbrium insipiénti ne ponas me.
Délivre-moi de toutes mes iniquités. Tu m'as rendu l'opprobre de l'insensé.
Obmútui et non apériam os meum, * quóniam tu fecísti.
Je me suis tu, et je n'ai pas ouvert la bouche, parce que c'est Toi qui l'as fait
Ámove a me plagas tuas: * ab ictu manus tuæ ego deféci.
Détourne de moi Tes plaies. sous le coup de Ta main, j'ai défailli.
In increpatiónibus, propter iniquitátem, corripuísti hóminem, et tabéscere fecísti, sicut tínea, desiderabília eíus. * Étenim vánitas omnis homo.
Tu as puni l'homme à cause de son iniquité, et Tu as fait dessécher son désir comme l'araignée. Oui, c'est en vain que tout homme s'inquiète.
Exáudi oratiónem meam, Dómine, * et clamórem meum áuribus pércipe.
Exauce, Seigneur, ma prière et ma supplication;
Ad lácrimas meas ne obsurdéscas, quóniam ádvena ego sum apud te, * peregrínus sicut omnes patres mei.
Soyez attentif à mes larmes. Ne garde pas le silence, car je suis auprès de Toi un étranger et un voyageur, comme tous mes pères.
Avértere a me, ut refrígerer, * priúsquam ábeam et non sim ámplius.
Accorde-moi quelque relâche, afin que je sois rafraîchi avant de partir et de disparaître.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 39 (40)
Psaume 39 (40)
Gratiarum actio et auxilii petitio
Action de grâce et demande d'aide
Hostiam et oblationem noluisti, corpus autem aptasti mihi (Hebr 10, 5).
Tu n'as voulu ni sacrifice, ni offrande, mais Tu m'as formé un corps (Hebr 10,5).
Exspéctans exspectávi Dóminum, * et inténdit mihi.
J'ai mis dans le Seigneur toute mon espérance : Il S'est incliné vers moi,
Et exaudívit clamórem meum * et edúxit me de lacu misériæ et de luto fæcis;
Il a écouté mes cris. II m'a retiré de la fosse de perdition, de la fange du bourbier.
et státuit super petram pedes meos * et firmávit gressus meos.
Il a dressé mes pieds sur le rocher, Il a affermi mes pas.
Et immísit in os meum cánticum novum, * carmen Deo nostro.
Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, une louange à notre Dieu ;
Vidébunt multi et timébunt * et sperábunt in Dómino.
beaucoup le voient, et ils révèrent le Seigneur, ils se confient en Lui.
Beátus vir, qui pósuit Dóminum spem suam * et non respéxit supérbos et declinántes in mendácium.
Heureux l'homme qui a mis dans le Seigneur sa confiance, et qui ne se tourne pas vers les orgueilleux, et vers ceux que le mensonge égare.
Multa fecísti tu, Dómine Deus meus, mirabília tua, et cogitatiónes tuas pro nobis: * non est qui símilis sit tibi.
Tu as multiplié, Seigneur, mon Dieu, Tes merveilles et Tes desseins en notre faveur : nul n'est comparable à Toi.
Si nuntiáre et éloqui volúero, * multiplicabúntur super númerum.
Je voudrais les publier et les proclamer, ils surpassent tout récit.
Sacrifícium et oblatiónem noluísti, * aures autem fodísti mihi.
Tu ne désires ni sacrifice ni oblation, Tu m'as percé les oreilles.
Holocáustum et pro peccáto non postulásti, * tunc dixi: «Ecce vénio.
Tu ne demandes ni holocauste ni victime expiatoire. Alors j'ai dit : « Voici que je viens.
In volúmine libri scriptum est de me. * Fácere voluntátem tuam,
Avec le rouleau du livre écrit pour moi. Je veux faire Ta volonté,
Deus meus, vólui; * et lex tua in præcórdiis meis».
ô mon Dieu, et Ta loi est au fond de mon coeur ».
Annuntiávi iustítiam tuam in ecclésia magna; * ecce lábia mea non prohibébo, Dómine, tu scisti.
J'annoncerai la justice dans une grande assemblée ; je ne fermerai pas mes lèvres, Seigneur, Tu le sais.
Iustítiam tuam non abscóndi in corde meo, * veritátem tuam et salutáre tuum dixi.
Je ne tiendrai pas Ta justice cachée dans mon coeur ; je publierai Ta fidélité et Ton salut,
Non abscóndi misericórdiam tuam * et veritátem tuam ab ecclésia magna.
je ne tairai pas Ta bonté et Ta vérité à la grande assemblée.
Tu autem, Dómine, ne prohíbeas miseratiónes tuas a me; * misericórdia tua et véritas tua semper suscípiant me,
Toi, Seigneur, ne me ferme pas Tes miséricordes ; que Ta bonté et Ta vérité me gardent toujours !
quóniam circumdedérunt me mala, quorum non est númerus; comprehendérunt me iniquitátes meæ, * et non pótui vidére.
Car des maux sans nombre m'environnent; mes iniquités m'ont saisi, et je ne puis voir ;
Multiplicátæ sunt super capíllos cápitis mei, * et cor meum derelíquit me.
elles sont plus nombreuses que les cheveux de ma tête, et mon coeur m'abandonne.
Compláceat tibi, Dómine, ut éruas me; * Dómine, ad adiuvándum me festína.
Qu'il Te plaise, le Seigneur, de me délivrer ! Seigneur, hâte-Toi de me secourir !
[Confundántur et revereántur simul, qui quærunt ánimam meam, * ut áuferant eam.
[Qu'ils soient confus et honteux tous ensemble, ceux qui cherchent mon âme pour la perdre !
Avertántur retrórsum et erubéscant, * qui volunt mihi mala.
Qu'ils reculent et rougissent, ceux qui désirent ma ruine !
Obstupéscant propter confusiónem suam, * qui dicunt mihi: Éuge, éuge.]
Qu'ils soient dans la stupeur à cause de leur honte, ceux qui me disent : " Ah ! ah!" ]
Exsúltent et læténtur in te omnes quæréntes te * et dicant semper: «Magnificétur Dóminus», qui díligunt salutáre tuum.
Qu'ils soient dans l'allégresse et se réjouissent en Toi, tous ceux qui Te cherchent ! Qu'ils disent sans cesse : Gloire au Seigneur, ceux qui aiment Ton salut !
Ego autem egénus et pauper sum; * Dóminus sollícitus est mei.
Moi, je suis pauvre et indigent, mais le Seigneur prendra soin de moi.
Adiútor meus et liberátor meus tu es; * Deus meus, ne tardáveris.
Tu es mon aide et mon libérateur : mon Dieu, ne tarde pas.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 40 (41)
Psaume 40 (41)
Infirmi oratio
Prière de l'infirme
Unus ex vobis me tradet, qui manducat mecum (Mc 14, 18).
L'un de vous Me livrera, celui qui mange avec Moi (Mc 14, 18).
Beátus, qui intéllegit de egéno, * in die mala liberábit eum Dóminus.
Heureux celui qui prend souci du pauvre, au jour du malheur, le Seigneur le délivrera.
Dóminus servábit eum et vivificábit eum et beátum fáciet eum in terra * et non tradet eum in ánimam inimicórum eius.
Le Seigneur le gardera et le fera vivre ; il sera heureux sur la terre, et ne sera pas livré pas au désir de ses ennemis.
Dóminus opem feret illi super lectum dolóris eius; * univérsum stratum eius versábis in infirmitáte eius.
Le Seigneur l'assistera sur son lit de douleur; Tu retourneras toute sa couche dans sa maladie.
Ego dixi: «Dómine, miserére mei; * sana ánimam meam, quia peccávi tibi».
Moi, je dis : « Seigneur, aie pitié de moi ; guéris mon âme, car j'ai péché contre Toi ».
Inimíci mei dixérunt mala mihi: * «Quando moriétur, et períbit nomen eius?».
Et mes ennemis profèrent contre moi des malédictions : « Quand mourra-t-il, quand périra son nom ?».
Et si ingrediebátur, ut visitáret, vana loquebátur; cor eius congregábat iniquitátem sibi, * egrediebátur foras et detrahébat.
Si quelqu'un vient me visiter, il ne profère que mensonges ; son coeur recueille l'iniquité ; quand il s'en va, il parle au dehors.
Simul advérsum me susurrábant omnes inimíci mei; * advérsum me cogitábant mala mihi:
Tous mes ennemis chuchotent ensemble contre moi, contre moi ils méditent le malheur.
«Malefícium effúsum est in eo; * et, qui decúmbit, non adíciet ut resúrgat».
« Un mal irrémédiable, disent-ils, a fondu sur lui, le voilà couché, il ne se relèvera plus ».
Sed et homo pacis meæ, in quo sperávi, * qui edébat panem meum, levávit contra me calcáneum.
Même l'homme qui était mon ami, qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, lève le talon contre moi.
Tu autem, Dómine, miserére mei * et resúscita me, et retríbuam eis.
Toi, Seigneur, aie pitié de moi et relève-moi, et je leur rendrai ce qu'ils méritent.
In hoc cognóvi quóniam voluísti me, * quia non gaudébit inimícus meus super me;
Je connaîtrai que Tu m'aimes, si mon ennemi ne triomphe pas de moi ;
me autem propter innocéntiam suscepísti * et statuísti me in conspéctu tuo in ætérnum.
A cause de mon innocence, Tu m'as soutenu, et Tu m'as établi pour toujours en Ta présence.
Benedíctus Dóminus Deus Israel * a sǽculo et usque in sǽculum. Fiat, fiat.
Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, dans les siècles des siècles. Amen, amen.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 41 (42)
Psaume 41 (42)
Desiderium Domini et templi eius
Désir de Dieu et de Son temple
Qui sitit, veniat; qui vult, accipiat aquam vitæ (Ap 22, 17).
Celui qui a soif, qu'il vienne, et qu'il reçoive l'eau de la vie (Ap 22, 17).
Quemádmodum desíderat cervus ad fontes aquárum, * ita desíderat ánima mea ad te, Deus.
Comme le cerf soupire après les sources des eaux, ainsi mon âme soupire vers Toi, mon Dieu.
Sitívit ánima mea ad Deum, Deum vivum; * quando véniam et apparébo ante fáciem Dei?
Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant. Quand viendrai-je, et paraîtrai-je devant la face de Dieu?
Fuérunt mihi lácrimæ meæ panis die ac nocte, * dum dícitur mihi quotídie: «Ubi est Deus tuus?».
Mes larmes ont été ma nourriture le jour et la nuit, pendant qu'on me dit tous les jours: « Où est ton Dieu ?».
Hæc recordátus sum et effúdi in me ánimam meam; quóniam transíbam in locum tabernáculi admirábilis * usque ad domum Dei,
Je me suis souvenu de ces choses, et j'ai répandu mon âme au dedans de moi-même; car je passerai dans le lieu du tabernacle admirable jusqu'à la maison de Dieu,
in voce exsultatiónis et confessiónis, * multitúdinis festa celebrántis.
parmi les chants d'allégresse et de louange, pareils au bruit d'un festin.
Quare tristis es, ánima mea, * et quare conturbáris in me?
Pourquoi es-tu triste, mon âme, et pourquoi me troubles-tu ?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi, * salutáre vultus mei et Deus meus.
Espère en Dieu, car je Le louerai encore, Lui le salut de mon visage et mon Dieu.
In meípso ánima mea contristáta est; proptérea memor ero tui * de terra Iordánis et Hermónim, de monte Misar.
Mon âme a été toute troublée en moi-même; c'est pourquoi je me souviendrai de Toi, du pays du Jourdain, de l'Hermon, et du mont Misar.
Abyssus abyssum ínvocat in voce cataractárum tuárum; * omnes gúrgites tui et fluctus tui super me transiérunt.
L'abîme appelle l'abîme, au bruit de Tes cataractes ; toutes Tes vagues amoncelées et Tes flots ont passé sur moi.
In die mandávit Dóminus misericórdiam suam, et nocte cánticum eius apud me est: * orátio ad Deum vitæ meæ.
Pendant le jour le Seigneur a envoyé Sa miséricorde, et la nuit Son cantique. Au dedans de moi est une prière pour le Dieu de ma vie.
Dicam Deo: * «Suscéptor meus es.
Je dirai à Dieu: « Tu es mon défenseur.
Quare oblítus es mei, et quare contristátus incédo, * dum afflígit me inimícus?».
Pourquoi m'as-Tu oublié, et pourquoi faut-il que je marche attristé, tandis que l'ennemi m'afflige ? ».
Dum confringúntur ossa mea, exprobravérunt mihi, qui tríbulant me, * dum dicunt mihi quotídie: «Ubi est Deus tuus?».
Pendant que mes os sont brisés, mes ennemis qui me persécutent m'accablent par leurs reproches, me disant tous les jours: « Où est son Dieu ? ».
Quare tristis es, ánima mea, * et quare conturbáris in me?
Pourquoi es-tu triste, mon âme, et pourquoi me troubles-tu ?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi, * salutáre vultus mei et Deus meus.
Espère en Dieu, car je Le louerai encore, Lui le salut de mon visage et mon Dieu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 44 (45)
Psaume 44 (45)
Regis nuptiæ
Chant nuptial pour le roi
Ecce Sponsus venit; exite obviam ei (Mt 25, 6).
Voici l'époux, sortez à Sa rencontre (Mt 25, 6).
Eructávit cor meum verbum bonum, dico ego ópera mea regi. * Língua mea cálamus scribæ velóciter scribéntis.
De mon cœur jaillit un beau chant ; je dédis mon œuvre au roi. Ma langue est comme le roseau rapide du scribe.
Speciósus forma es præ fíliis hóminum, diffúsa est grátia in lábiis tuis, * proptérea benedíxit te Deus in ætérnum.
Tu es le plus beau des fils de l'homme, la grâce est répandue sur Tes lèvres, c'est pourquoi Dieu T'a béni pour toujours.
Accíngere gládio tuo super femur tuum, potentíssime, * magnificéntia tua et ornátu tuo.
Ceins Ton épée sur Ta cuisse, ô héros, revêts Ta splendeur et Ta majesté.
Et ornátu tuo procéde, currum ascénde * propter veritátem et mansuetúdinem et iustítiam.
Et dans Ta majesté avance-Toi, monte sur Ton char, combats pour la vérité, la douceur et la justice.
Et dóceat te mirabília déxtera tua: sagíttæ tuæ acútæ pópuli sub te cadent * in corda inimicórum regis.
et que Ta droite Te fasse accomplir des faits merveilleux. Tes flèches sont aiguës, des peuples tomberont à Tes pieds, elles perceront le cœur des ennemis du roi.
Sedes tua, Deus, in sæculum sæculi; * sceptrum æquitátis sceptrum regni tui.
Ton trône, ô Dieu, est établi pour toujours ; le sceptre de Ta royauté est un sceptre de droiture.
Dilexísti iustítiam et odísti iniquitátem, proptérea unxit te Deus, Deus tuus, * óleo lætítiæ præ consórtibus tuis.
Tu aimes la justice et Tu hais l'iniquité : c'est pourquoi Dieu, Ton Dieu, T'a oint d'une huile d'allégresse, de préférence à Tes compagnons.
Myrrha et álœ et cásia ómnia vestiménta tua; * e dómibus ebúrneis chordæ deléctant te.
La myrrhe, l'aloès et la casse s'exhalent de tous Tes vêtements, des palais d'ivoire, les lyres te réjouissent.
Fíliæ regum in pretiósis tuis; * ástitit regína a dextris tuis ornáta auro ex Ophir.
Des filles de rois sont parmi Tes bien-aimées, la reine est à Ta droite, parée de l'or d'Ophir.
Audi, fília, et vide, et inclína aurem tuam * et oblivíscere pópulum tuum et domum patris tui;
Écoutez, ma fille, regardez et prêtez l'oreille : oubliez votre peuple et la maison de votre père,
et concupíscet rex spéciem tuam. * Quóniam ipse est dóminus tuus, et adóra eum.
et le roi sera épris de votre beauté ; car Il est votre Seigneur : rendez-lui vos hommages.
Fília Tyri cum munéribus; * vultum tuum deprecabúntur dívites plebis.
La fille de Tyr, avec des présents, et les plus riches du peuple rechercheront votre faveur. "
Gloriósa nimis fília regis intrínsecus, * textúris áureis circumamícta.
Toute resplendissante est la fille du roi dans l'intérieur; son vêtement est fait de tissus d'or.
In véstibus variegátis adducétur regi; * vírgines post eam, próximæ eius, afferúntur tibi.
En robe de couleurs variées, elle est présentée au roi ; après elles, des jeunes filles ses compagnes, Te sont amenées.
Afferúntur in lætítia et exsultatióne, * adducúntur in domum regis.
On les introduit au milieu des réjouissances et de l'allégresse ; elles entrent dans le palais du Roi.
Pro pátribus tuis erunt tibi fílii; * constítues eos príncipes super omnem terram.
Vos enfants prendront la place de vos pères ; vous les établirez princes sur toute la terre.
Memor ero nóminis tui * in omni generatióne et generatióne;
Je rappellerai votre nom dans tous les âges ;
proptérea pópuli confitebúntur tibi in ætérnum * et in sǽculum sǽculi.
et les peuples vous loueront éternellement et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
℣. Qui vivunt iam non sibi vivant, allelúia. ℟. Sed ei qui pro ipsis mórtuus est et resurréxit, allelúia.
℣. Ceux qui vivent ne vivent pas d’eux mêmes, alléluia. ℟. Mais par Celui qui pour eux est mort et ressuscité, alléluia.
Postea benedicat abbas:
Ensuite l'abbé bénit :
In secundo nocturno, anno II )
Deuxième nocturne, année II)
Lectio
Lecture
Ex Sermónibus sancti Chromátii Aquileiénsis epíscopi (Sermo 31, 1-2: SC 164, 144-146)
Sermon de saint Chromace d'Aquilée
Quantam et quam multíplicem grátiam apóstoli apud Dóminum habuérunt, audívit per órdinem diléctio vestra. Primum quidem divérsis linguis locúti sunt, ut linguárum ómnium Dóminum et Creatórem Unigénitum Dei Fílium univérso mundo prædicárent. Neque enim prædicántibus linguis apóstolis lingua crédere potuísset, nisi eos omnis lingua audísset. Non indigébant apóstoli interpretári hómines qui Deum intérpretem et Sanctum Spíritum possidébant. Neque ab hómine egébant quia magístro vitæ Christo cuncta quæ prædicábant didícerant. Primum ergo hanc grátiam apóstoli accepérunt ut linguis ómnibus loqueréntur; deínde has divínas virtútes operári cœpérunt: cæcis lúmina restitúere, surdis audítum, claudis gressum, infírmis sanitátem, mórtuis vitam. Non est hoc humánæ potestátis, sed divínæ poténtiæ.
De quelle diversité de grâces ont été comblés les apôtres devant le Seigneur, votre charité l'a entendu successivement. Et tout d'abord, ils ont parlé des langues différentes pour prêcher au monde entier le Seigneur et le Créateur de toutes les langues, le Fils unique de Dieu; car aucune langue n'aurait pu croire les apôtres prêchant en langues, si toute langue ne les avait compris. Les apôtres n'avaient pas besoin d'interprètes, eux qui avaient pour interprète Dieu et le Saint-Esprit; ils n'avaient pas besoin d'être enseignés des hommes: le Christ, maître de vie, leur avait appris tout ce qu'ils prêchaient. Les apôtres reçurent donc en premier lieu la grâce de parler dans toutes les langues; ensuite, ils se mirent à faire des œuvres divines: rendre la vue aux aveugles, l'ouïe aux sourds, la marche aux boiteux, la santé aux malades, la vie aux morts, toutes choses qui ne relèvent pas de la puissance humaine, mais de la puissance de Dieu.
Hæc enim signa virtútum operabántur apóstoli non secúndum humánam natúram sed secúndum divínam poténtiam. Sícuti faber ferrum quod natúra sua domat ómnia vel rédigit in mássulam, tamen cum missum in igne fúerit et accénsum, non secúndum natúram suam sed secúndum virtútem ignis operátur, ita apóstoli accénsi igne divíno, id est Spíritu Sancto, non secúndum mortálem natúram suam, sed secúndum Dei poténtiam divínas virtútes operári cœpérunt. Morti enim imperáre non est mortális natúræ, sed divínæ poténtiæ.
Ces œuvres et ces miracles, les apôtres, en effet, ne les faisaient pas en leur qualité d'hommes, mais en raison de la puissance divine. De même que le forgeron travaille le fer, qui par nature a raison de tout et réduit tout en poussière, non par sa force naturelle, mais par la puissance du feu, à condition d'avoir mis le fer au feu et de l'avoir chauffé au rouge, ainsi les apôtres, portés au rouge par le feu divin, à savoir le Saint-Esprit, se mirent-ils à faire des miracles divins, non en vertu de leur force naturelle, mais par la puissance de Dieu. Il n'appartient pas, en effet, à la nature mortelle de commander à la mort, mais à la puissance divine.
Operabántur autem apóstoli circa infirmántes dúplici grátia, corporáliter et spiritáliter. Nam córpora quidem ab infirmitátibus corporálibus liberábant, ánimas vero a valitudínibus peccatórum. Grávior enim infírmitas ánimæ quam córporis est. Quod idípsum David in psalmo evidénter osténdit cum dicit: Bénedic ánima mea Dóminum, quia propítius sit ómnibus iniquitátibus tuis, qui sanat omnes languóres tuos. Sunt ergo languóres ánimæ multo gravióres quam languóres córporis. Languóres córporis temporálem mortem hómini ínferunt; languóres autem ánimæ ætérnam mortem acquírunt.
Les apôtres opéraient avec une double grâce sur les malades: corporellement et spirituellement. Certes, ils délivraient les corps de leurs maladies, mais ils guérissaient aussi les âmes des maladies du péché; car la maladie de l'âme est plus grave que celle du corps. C'est ce que David montre à l'évidence dans le psaume: Mon âme, dit-il, bénis le Seigneur, parce qu'il pardonne toutes tes iniquités, lui qui guérit toutes tes maladies. Les maladies de l'âme sont donc beaucoup plus graves que celles du corps. Les maladies du corps causent la mort temporelle de l'homme, les maladies de l'âme lui valent la mort éternelle.
℟. Ponis nubem ascénsum tuum, Dómine, * Qui ámbulas super pennas ventórum, allelúia. ℣. Qui facis ángelos tuos spíritus, et minístros tuos flammam ignis. * Qui ámbulas. ℣. Glória Patri. * Qui ámbulas.
℟. Des nuées, Seigneur, tu te fais un char; * Tu t'avances sur les ailes du vent, alléluia! ℣. Tu prends les vents pour messagers; pour serviteurs, les flammes des éclairs. * Tu t'avances. ℣. Gloire au Père. * Tu t'avances.
Kýrie eléison. ℟. Christe eléison. Kýrie eleison.
Seigneur, aie pitié, ℟. O Christ, aie pitié. Seigneur aie pitié.
Pater noster,
Notre Père,
En silence jusqu'à :
℣. Et ne nos indúcas in tentatiónem.
℟. Sed libera nos a malo.
℣. Et ne nous abandonne pas dans l'épreuve.
℟. Mais délivre-nous du malin.
Oratio diei cum conclusione longiori.
Oraison du jour avec la conclusion longue.
Orémus.
Prions.
Deus, qui Genetrícem Fílii tui Matrem quoque nostram constituísti, concéde nobis, ut, in pæniténtia et oratióne pro mundi salúte perseverántes, in dies valeámus regnum Christi efficácius promovére.
Dieu, qui as fait de la mère de ton Fils notre mère, accorde-nous de persévérer dans la pénitence et la prière pour le salut du monde, afin que nous puissions de jour en jour promouvoir plus activement le règne du Christ.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut