Avertissement : le cursus monastique est encore en construction. Il peut subsister de nombreuses erreurs.
Ter dicitur:
On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio.
Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3
Psaume 3
Dominus protector meus
Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus).
Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me,
Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés ? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo».
Beaucoup disent à mon âme : Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum.
Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur, ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo.
De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me.
Je me suis endormi, et j'ai été assoupi ; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus;
Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur ; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti.
Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison ; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua.
Le salut vient du Seigneur ; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus invitatorius 94
Psaume invitatoire 94
Antiphona statim proponitur ac repetitur, iterumque resumitur post unamquam stropham.
L'antienne est proposée une fois puis répétée, et ensuite reprise après chaque strophe.
Panem vitæ, Christum Dóminum, * veníte, adorémus.
Pain de vie, le Christ Seigneur, * venez, adorons.
℟. Panem vitæ, Christum Dóminum, * veníte, adorémus.
℟. Pain de vie, le Christ Seigneur, * venez, adorons.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.
Venez, chantons avec allégresse au Seigneur, faisons monter l'expression d'une joie vers Dieu, notre salut. Hâtons-nous de nous présenter devant Lui et dans des Psaumes célébrons Sa gloire.
℟. Panem vitæ, Christum Dóminum, * veníte, adorémus.
℟. Pain de vie, le Christ Seigneur, * venez, adorons.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quóniam non repéllet Dóminus plebem suam, quia in manu eius sunt omnes fines terræ, et altitúdines móntium ipse cónspicit.
Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au dessus de tous les dieux ; parce que le Seigneur ne repoussera pas Son peuple ; parce que dans Sa main sont tous les confins de la terre et que Son regard domine les cimes des montagnes.
℟. Veníte, adorémus.
℟. venez, adorons.
Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illus, et arídam fundavérunt manus eius. Veníte, adorémus et procidámus ante Deum, plorémus coram Dómino qui fecit nos, quia ipse est Dóminus Deus noster, nos autem pópulus eius et oves páscuæ eius.
Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent. Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, et pleurons devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est le Seigneur notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Son pâturage.
℟. Panem vitæ, Christum Dóminum, * veníte, adorémus.
℟. Pain de vie, le Christ Seigneur, * venez, adorons.
Hódie si vocem eius audieritus: "Nolíte obduráre corda vestra, sicut in exacerbatióne secúndum diem tentatiónis in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt et vidérunt ópera mea.
Aujourd'hui, si vous entendez Sa voix, n'endurcissez pas vos cœurs, comme il arriva à vos pères dans l'exaspération au jour de la tentation dans le désert, alors qu'ils Me tentèrent, M'éprouvèrent et virent Mes œuvres.
℟. Veníte, adorémus.
℟. venez, adorons.
Quadragínta annis próximus fui generatióni huic, et dixi: Semper hi errant corde. Isi vero non cognovérunt vias meas, quibus iurávi in ira mea: Si introíbunt in réquiem meam."
Pendant quarante ans, J'ai été proche de cette génération et J'ai dit : Toujours ils errent de cœur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : et Je leur ai juré dans Ma colère, s'ils entrerons dans Mon repos.
℟. Panem vitæ, Christum Dóminum, * veníte, adorémus.
℟. Pain de vie, le Christ Seigneur, * venez, adorons.
Glória Patri et Fílio, et Spirítui sancto. Sicut erat in princípio et nunc et semper et in sǽcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, Comme il était au commencement, maintenant et toujours, pour les siècles des siècles. Amen.
℟. Veníte, adorémus.
℟. venez, adorons.
℟. Panem vitæ, Christum Dóminum, * veníte, adorémus.
℟. Pain de vie, le Christ Seigneur, * venez, adorons.
Hymnus
Hymne
Sacris sollémniis iuncta sint gáudia, et ex præcórdiis sonent præcónia; recédant vétera, nova sint ómnia, corda, voces et ópera.
Mélons notre allégresse à ces solennnités: que du fond de nos cœurs éclate notre chant ! Laissons ce qui est vieux ; tout soit renouvelé, nos cœurs et nos voix et nos œuvres !
Noctis recólitur cena novíssima, qua Christus créditur agnum et azýma dedísse frátribus iuxta legítima priscis indúlta pátribus.
C'est ici le repas de la dernirère nuit : le Christ, nous le croyons, partage avec les siens, selon les rites saints que ses pères gardaient, l'agneau pascal, le pain azyme.
Dedit fragílibus córporis férculum, dedit et trístibus sánguinis póculum, dicens: Accípite quod trado vásculum; omnes ex eo bíbite.
Il donna aux infirmes la nourriture du corps, et aux affligés la coupe de sang, en disant : Prenez la coupe,
que je vous donne, buvez-en tous.
Sic sacrifícium istud instítuit, cuius offícium commítti vóluit solis presbýteris, quibus sic cóngruit, ut sumant et dent céteris.
C'est ainsi qu'Il a institué ce sacrement, dont Il a confié l'administration
aux seuls prêtres, à qui il appartient de le recevoir eux-mêmes et de le distribuer aux autres.
Panis angélicus fit panis hóminum; dat panis cǽlicus figúris términum. O res mirábilis: mandúcat Dóminum servus pauper et húmilis.
Le pain angélique devient le pain des hommes ; le pain céleste met fin aux modèles : ô merveilleuse apparition, le Seigneur le pauvre, le serviteur, l'humble en profite.
Te, trina Déitas unáque, póscimus; sic nos tu vísitas sicut te cólimus: per tuas sémitas duc nos quo téndimus ad lucem quam inhábitas.
C'est Toi, ô Dieu trinitaire, que nous prions, rends-nous visite comme nous Te vénérons, par Tes voies, conduis-nous là où nous aspirons, c'est-à-dire vers la lumière dans laquelle Tu habites.
IN I NOCTURNO
AU Ier NOCTURNE
annotation: 1f; %% (c4)A(d)men(d) a(f)men(dc) di(f)co(g) vo(fh)bis:(h) *(;) Non(h) Mó(hj)y(h)ses(h) de(h)dit(g) vo(h)bis(g) pa(f)nem(feg) de(fe) cæ(d)lo,(d) (;) sed(ec) Pa(d)ter(fe) me(ffg)us(g) (,) dat(e) vo(gh)bis(g) pa(fe)nem(c) (`) de(e) cæ(g)lo(f) ve(fe)rum,(dc) al(d)le(fe)lú(d)ia.(d) (::) E(h) u(h) o(g) u(f) a(gh) e.(gf) (::)
annotation: 1f; %% (c4)A(d)men(d) a(f)men(dc) di(f)co(g) vo(fh)bis:(h) *(;) Non(h) Mó(hj)y(h)ses(h) de(h)dit(g) vo(h)bis(g) pa(f)nem(feg) de(fe) cæ(d)lo,(d) (;) sed(ec) Pa(d)ter(fe) me(ffg)us(g) (,) dat(e) vo(gh)bis(g) pa(fe)nem(c) (`) de(e) cæ(g)lo(f) ve(fe)rum,(dc) al(d)le(fe)lú(d)ia.(d) (::) E(h) u(h) o(g) u(f) a(gh) e.(gf) (::)
Ant. 1. Amen, amen dico vobis: Non Moýses dedit vobis panem de cælo, sed Pater meus dat vobis panem de cælo verum, allelúia.
Ant. 1. En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel, alléluia.
Psalmus 1
Psaume 1
De Duabus hominum viis
Des deux voies de l'homme
Beati qui, sperantes in crucem, in aquam descenderunt (Ex auctore quodam II sæculi).
Heureux ceux qui, espérant en la croix, descendront dans l'eau (d'un auteur du IIème siècle)
Beátus vir, qui non ábiit in consílio impiórum et in via peccatórum non stetit * et in convéntu derisórum non sedit, 
Heureux l’homme qui n’a point marché dans le conseil des impies, qui ne s’est pas arrêté dans la voie des pécheurs, et qui ne s’est point assis dans la chaire de pestilence ;
sed in lege Dómini volúntas eíus, * et in lege eíus meditátur die ac nocte. 
 mais qui a ses affections dans la loi du Seigneur, et qui médite cette loi jour et nuit.
Et erit tamquam lignum plantátum secus decúrsus aquárum, * quod fructum suum dabit in témpore suo;
Il sera comme un arbre planté près d’un cours d’eau, et qui donne(ra) son fruit en son temps,
et fólium eíus non défluet, * et ómnia, quæcúmque fáciet, prosperabúntur. 
et son feuillage ne tombera pas ; et tout ce qu’il fera réussira (prospérera).
Non sic ímpii, non sic, * sed tamquam pulvis, quem proícit ventus.
Il n’en est pas ainsi des impies, (non) il n’en est pas ainsi ; (mais) ils sont comme la poussière que le vent disperse de dessus la surface du sol (de la terre).
Ídeo non consúrgent ímpii in iudício, * neque peccatóres in concílio iustórum. 
C’est pourquoi les impies ne ressusciteront point dans le jugement, ni les pécheurs dans l’assemblée des justes.
Quóniam novit Dóminus viam iustórum, * et iter impiórum períbit.
 Car le Seigneur connaît la voie des justes, et le chemin des impies périra.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
annotation: 1f; %% (c4)A(d)men(d) a(f)men(dc) di(f)co(g) vo(fh)bis:(h) (;) Non(h) Mó(hj)y(h)ses(h) de(h)dit(g) vo(h)bis(g) pa(f)nem(feg) de(fe) cæ(d)lo,(d) (;) sed(ec) Pa(d)ter(fe) me(ffg)us(g) (,) dat(e) vo(gh)bis(g) pa(fe)nem(c) (`) de(e) cæ(g)lo(f) ve(fe)rum,(dc) al(d)le(fe)lú(d)ia.(d) (::)
Ant. Amen, amen dico vobis: Non Moýses dedit vobis panem de cælo, sed Pater meus dat vobis panem de cælo verum, allelúia.
Ant. En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel, alléluia.
Ant. 2. A fructu fruménti et vini multiplicáti fidéles in pace Christi requiéscunt.
Ant. 2. C'est par les fruits du blé et du vin multipliés, que les fidèles reposent dans la paix du Christ.
Psalmus 4
Psaume 4
Gratiarum actio
Action de grâce.
Admirabilem fecit Dominus, quem suscitavit a mortuis (S. Augustinus).
Le Seigneur nous fait admirer Celui qu'Il a ressuscité des morts.
Cum invocárem, exaudívit me Deus iustítiæ meæ. * In tribulatióne dilatásti mihi;
Lorsque je L'ai invoqué, le Dieu de ma justice m'a exaucé. Tu m'as mis au large dans la tribulation.
miserére mei * et exáudi oratiónem meam.
Aie pitié de moi, et exauce ma prière.
Fílii hóminum, úsquequo gravi corde? * Ut quid dilígitis vanitátem et quæritis mendácium?
Enfants des hommes, jusques à quand aurez-vous le coeur appesanti ? Pourquoi aimez-vous la vanité, et cherchez-vous le mensonge?
Et scitóte quóniam mirificávit Dóminus sanctum suum; * Dóminus exáudiet, cum clamávero ad eum.
Sachez donc que le Seigneur a merveilleusement glorifié Son Saint ; le Seigneur m'exaucera quand j'aurai crié vers Lui.
Irascímini et nolíte peccáre; loquímini in córdibus vestris, * in cubílibus vestris et conquiéscite.
Reprenez-vous, mais ne péchez point ; ce que vous dites contre moi au fond de vos coeurs, répétez-le avec componction sur vos couches.
Sacrificáte sacrifícium iustítiæ * et speráte in Dómino.
Offrez un sacrifice de justice, et espérez dans le Seigneur.
Multi dicunt: «Quis osténdit nobis bona?». * Leva in signum super nos lumen vultus tui, Dómine!
Beaucoup disent: « qui nous fera voir le bonheur?». La lumière de Ton visage est gravée sur nous, Seigneur.
Maiórem dedísti lætítiam in corde meo, * quam cum multiplicántur fruméntum et vinum eórum.
Tu as mis la joie dans mon coeur, ils se sont multipliés par l'abondance de leur froment et de leur vin.
In pace in idípsum dórmiam et requiéscam, * quóniam tu, Dómine, singuláriter in spe constituísti me.
Et moi je dormirai et me reposerai en paix, parce que Toi, Seigneur, m'as affermi dans une espérance singulière.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. A fructu fruménti et vini multiplicáti fidéles in pace Christi requiéscunt.
Ant. C'est par les fruits du blé et du vin multipliés, que les fidèles reposent dans la paix du Christ.
Ant. 3. Communióne cálicis quo Deus ipse súmitur, non vitulórum sánguine, congregávit nos Dóminus.
Ant. 3. C'est par la communion de la coupe par laquelle Dieu Lui-même est reçu, et non par le sang des taureaux, que le Seigneur nous a rassemblés.
Psalmus 15 (16)
Psaume 15 (16)
Dominus pars hereditatis meæ
Le Seigneur est ma part d'héritage
Deus suscitavit Iesum solutis doloribus mortis (Act ).
Dieu a ressuscité Jésus, en Le délivrant des douleurs de la mort (Act ).
Consérva me, Deus, * quóniam sperávi in te.
Garde-moi ô Dieu, car près de Toi je me réfugie
Dixi Dómino: «Dóminus meus es tu, * bonum mihi non est sine te».
Je dis au Seigneur : " Tu es mon Seigneur, Toi seul es mon bien. "
In sanctos, qui sunt in terra, ínclitos viros, * omnis volúntas mea in eos.
Les saints qui sont dans le pays, ces illustres, sont l'objet de toute mon affection.
Multiplicántur dolóres eórum, * qui post deos aliénos acceleravérunt.
On multiplie les idoles, on court après les dieux étrangers ;
Non effúndam libatiónes eórum de sanguínibus, * neque assúmam nómina eórum in lábiis meis.
je ne répandrai point leurs libations de sang, je ne mettrai pas leurs noms sur mes lèvres.
Dóminus pars hereditátis meæ et cálicis mei: * tu es qui détines sortem meam.
Le Seigneur est la part de mon héritage et de ma coupe, c'est Toi qui m'assures mon lot.
Funes cecidérunt mihi in præcláris; * ínsuper et heréditas mea speciósa est mihi.
Le cordeau a mesuré pour moi une portion délicieuse ; oui, un splendide héritage m'est échu.
Benedícam Dóminum, qui tríbuit mihi intelléctum; * ínsuper et in nóctibus erudiérunt me renes mei.
Je bénis le Seigneur qui m'a conseillé ; la nuit même, mes reins m'avertissent.
Proponébam Dóminum in conspéctu meo semper; * quóniam a dextris est mihi non commovébor.
Je mets le Seigneur constamment sous mes yeux, car Il est à ma droite : je ne chancellerai point.
Propter hoc lætátum est cor meum, et exsultavérunt præcórdia mea; * ínsuper et caro mea requiéscet in spe.
Aussi mon coeur est dans la joie, mon âme dans l'allégresse, mon corps lui-même repose en sécurité.
Quóniam non derelínques ánimam meam in inférno, * nec dabis sanctum tuum vidére corruptiónem.
Car Tu ne livreras pas mon âme au schéol, Tu ne permettras pas que celui qui T'aime voie la corruption.
Notas mihi fácies vias vitæ, plenitúdinem lætítiæ cum vultu tuo, * delectatiónes in déxtera tua usque in finem.
Tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a plénitude de joie devant Ta face, des délices éternels dans Ta droite.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Communióne cálicis quo Deus ipse súmitur, non vitulórum sánguine, congregávit nos Dóminus.
Ant. C'est par la communion de la coupe par laquelle Dieu Lui-même est reçu, et non par le sang des taureaux, que le Seigneur nous a rassemblés.
Ant. 4. Memor sit Dóminus sacrifícii nostri: et holocáustum nostrum pingue fiat.
Ant. 4. Que le Seigneur se souvienne de notre sacrifice, et que notre holocauste soit généreux.
Psalmus 19 (20)
Psaume 19 (20)
Oratio pro regis victoria
Prière pour la victoire du roi.
Quicumque invocaverit nomen Domini, salvus erit (Act 2, 21).
Quiconque invoquera le nom du Seigneur, sera sauvé(Act 2, 21).
Exáudiat te Dóminus in die tribulatiónis, * prótegat te nomen Dei Iacob.
Que le Seigneur t'exauce au jour de la détresse, que le nom du Dieu de Jacob te protége !
Mittat tibi auxílium de sancto * et de Sion tueátur te.
Que du sanctuaire Il t'envoie du secours, que de Sion Il te soutienne !
Memor sit omnis sacrifícii tui * et holocáustum tuum pingue hábeat.
Qu'Il Se souvienne de toutes tes oblations, et qu'Il ait pour agréable tes holocaustes !
Tríbuat tibi secúndum cor tuum * et omne consílium tuum adímpleat.
Qu'Il donne ce que ton coeur désire, et qu'Il accomplisse tous tes desseins !
Lætábimur in salutári tuo et in nómine Dei nostri levábimus signa; * ímpleat Dóminus omnes petitiónes tuas.
Puissions-nous de nos cris joyeux saluer ta victoire, lever l'étendard au nom de notre Dieu ! Que le Seigneur accomplisse tous tes voeux !
Nunc cognóvi quóniam salvum fecit Dóminus christum suum: exaudívit illum de cælo sancto suo, * in virtútibus salútis déxteræ eius.
Déjà je sais que le Seigneur a sauvé Son Oint ; Il L'exaucera des cieux, Sa sainte demeure, par le secours puissant de Sa droite.
Hi in cúrribus et hi in equis, * nos autem nomen Dómini Dei nostri invocávimus.
Ceux-ci comptent sur leurs chars, ceux-là sur leurs chevaux ; nous, nous invoquons le Nom du Seigneur, notre Dieu.
Ipsi incurváti sunt et cecidérunt, * nos autem surréximus et erécti sumus.
Eux, ils plient et ils tombent ; nous, nous nous relevons et tenons ferme.
Dómine, salvum fac regem, * et exáudi nos in die, qua invocavérimus te.
Seigneur, sauve le roi ! Qu'Il nous exauce au jour où nous L'invoquons.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Memor sit Dóminus sacrifícii nostri: et holocáustum nostrum pingue fiat.
Ant. Que le Seigneur se souvienne de notre sacrifice, et que notre holocauste soit généreux.
Ant. 5. Dícite invitátis: Ecce prándium meum parávi: veníte ad núptias, allelúia.
Ant. 5. Dites aux invités : Voici que j'ai préparé mon repas : venez aux noces, alléluia.
Psalmus 22 (23)
Psaume 22 (23)
Pastor bonus
Le bon pasteur
Agnus pascet illos et deducet eos ad vitæ fontes aquarum (Ap 7, 17).
L'Agneau sera leur Pasteur pour les conduire vers les eaux de la source de vie. Ap 7, 17
Dóminus pascit me, et nihil mihi déerit: * in páscuis viréntibus me collocávit,
Le Seigneur est mon pasteur; je ne manquerai de rien : Il me fait reposer dans de verts pâturages,
super aquas quiétis edúxit me, * ánimam meam refécit.
Il me mène prés des eaux rafraîchissantes, Il restaure mon âme.
Dedúxit me super sémitas iustítiæ * propter nomen suum.
Il me conduit dans les droits sentiers, à cause de Son nom.
Nam et si ambulávero in valle umbræ mortis, non timébo mala, * quóniam tu mecum es.
Même quand je marche dans une vallée d'ombre mortelle, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi.
Virga tua et báculus tuus, * ipsa me consoláta sunt.
Ta houlette et Ton bâton, ce sont eux qui m'ont consolé.
Parásti in conspéctu meo mensam * advérsus eos, qui tríbulant me;
Tu dresses devant moi une table en face de mes ennemis qui me persécutent ;
impinguásti in óleo caput meum, * et calix meus redúndat.
Tu répands l'huile sur ma tête; ma coupe est débordante.
Etenim benígnitas et misericórdia subsequéntur me * ómnibus diébus vitæ meæ,
Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront, tous les jours de ma vie,
et inhabitábo in domo Dómini * in longitúdinem diérum.
et j'habiterai dans la maison du Seigneur, pour de longs jours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dícite invitátis: Ecce prándium meum parávi: veníte ad núptias, allelúia.
Ant. Dites aux invités : Voici que j'ai préparé mon repas : venez aux noces, alléluia.
Ant. 6. Si quis sitit véniat ad me, et dabo ei fontem ætérnum.
Ant. 6. Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi et Je lui donnerai une source éternelle.
Psalmus 41 (42)
Psaume 41 (42)
Desiderium Domini et templi eius
Désir de Dieu et de Son temple
Qui sitit, veniat; qui vult, accipiat aquam vitæ (Ap 22, 17).
Celui qui a soif, qu'il vienne, et qu'il reçoive l'eau de la vie (Ap 22, 17).
Quemádmodum desíderat cervus ad fontes aquárum, * ita desíderat ánima mea ad te, Deus.
Comme le cerf soupire après les sources des eaux, ainsi mon âme soupire vers Toi, mon Dieu.
Sitívit ánima mea ad Deum, Deum vivum; * quando véniam et apparébo ante fáciem Dei?
Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant. Quand viendrai-je, et paraîtrai-je devant la face de Dieu?
Fuérunt mihi lácrimæ meæ panis die ac nocte, * dum dícitur mihi quotídie: «Ubi est Deus tuus?».
Mes larmes ont été ma nourriture le jour et la nuit, pendant qu'on me dit tous les jours: « Où est ton Dieu ?».
Hæc recordátus sum et effúdi in me ánimam meam; quóniam transíbam in locum tabernáculi admirábilis * usque ad domum Dei,
Je me suis souvenu de ces choses, et j'ai répandu mon âme au dedans de moi-même; car je passerai dans le lieu du tabernacle admirable jusqu'à la maison de Dieu,
in voce exsultatiónis et confessiónis, * multitúdinis festa celebrántis.
parmi les chants d'allégresse et de louange, pareils au bruit d'un festin.
Quare tristis es, ánima mea, * et quare conturbáris in me?
Pourquoi es-tu triste, mon âme, et pourquoi me troubles-tu ?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi, * salutáre vultus mei et Deus meus.
Espère en Dieu, car je Le louerai encore, Lui le salut de mon visage et mon Dieu.
In meípso ánima mea contristáta est; proptérea memor ero tui * de terra Iordánis et Hermónim, de monte Misar.
Mon âme a été toute troublée en moi-même; c'est pourquoi je me souviendrai de Toi, du pays du Jourdain, de l'Hermon, et du mont Misar.
Abyssus abyssum ínvocat in voce cataractárum tuárum; * omnes gúrgites tui et fluctus tui super me transiérunt.
L'abîme appelle l'abîme, au bruit de Tes cataractes ; toutes Tes vagues amoncelées et Tes flots ont passé sur moi.
In die mandávit Dóminus misericórdiam suam, et nocte cánticum eius apud me est: * orátio ad Deum vitæ meæ.
Pendant le jour le Seigneur a envoyé Sa miséricorde, et la nuit Son cantique. Au dedans de moi est une prière pour le Dieu de ma vie.
Dicam Deo: * «Suscéptor meus es.
Je dirai à Dieu: « Tu es mon défenseur.
Quare oblítus es mei, et quare contristátus incédo, * dum afflígit me inimícus?».
Pourquoi m'as-Tu oublié, et pourquoi faut-il que je marche attristé, tandis que l'ennemi m'afflige ? ».
Dum confringúntur ossa mea, exprobravérunt mihi, qui tríbulant me, * dum dicunt mihi quotídie: «Ubi est Deus tuus?».
Pendant que mes os sont brisés, mes ennemis qui me persécutent m'accablent par leurs reproches, me disant tous les jours: « Où est son Dieu ? ».
Quare tristis es, ánima mea, * et quare conturbáris in me?
Pourquoi es-tu triste, mon âme, et pourquoi me troubles-tu ?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi, * salutáre vultus mei et Deus meus.
Espère en Dieu, car je Le louerai encore, Lui le salut de mon visage et mon Dieu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Si quis sitit véniat ad me, et dabo ei fontem ætérnum.
Ant. Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi et Je lui donnerai une source éternelle.
℣. Unus panis et unum corpus multi sumus, allelúia. ℟. Omnes de uno pane et de uno cálice participámus, allelúia.
℣. Puisqu'il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, alléluia. ℟. Car nous avons tous part à un seul pain et à une seule coupe, alléluia.
Postea benedicat abbas:
Ensuite l'abbé bénit :
Deus Pater omnípotens sit nobis propítius et clemens. ℟. Amen.
Que Dieu le Père tout-puissant soit pour nous propice et clément. ℟. Amen.
In primo nocturno, utroque anno
Premier nocturne, années I et II
De libro Exodi
Du livre de l'Exode
Lectio I
Lecture I
In diébus illis: Dixit Dóminus Móysi: " Ascénde ad Dóminum, tu et Aaron, Nadab et Abiu et septuagínta senes ex Israel, et adorábitis procul. Solúsque Móyses ascéndet ad Dóminum, et illi non appropinquábunt, nec pópulus ascéndet cum eo. "
Le Seigneur dit à Moïse: " Montez vers le Seigneur, toi, Aaron, Nadab, Abihu et soixante-dix des anciens d'Israël, et vous vous prosternerez à distance. Moïse s'approchera seul du Seigneur. Eux n'approcheront pas et le peuple ne montera pas avec lui. "
℟. Immolábit hædum multitúdo filiórum Israel ad vésperam Paschæ; * Et edent carnes et ázymos panes. ℣. Pascha nostrum immolátus est Christus! Itaque epulémur in ázymis sinceritátis et veritátis. * Et.
℟. Au coucher du soleil, pour célébrer la Pâque, toute l'assemblée des enfants d'Israël immolera un chevreau; * On mangera sa chair avec des pains sans levain. ℣. Le Christ, notre Pâque, a été immolé! Célébrons donc la Fête avec du pain non fermenté: la droiture et la vérité. * On mangera.
Lectio II
Lecture II
Venit ergo Móyses et narrávit plebi ómnia verba Dómini atque iudícia; respondítque omnis pópulus una voce: " Omnia verba Dómini, quæ locútus est, faciémus. " Scripsit autem Móyses univérsos sermónes Dómini; et mane consúrgens ædificávit altáre ad radíces montis et duódecim lápides per duódecim tribus Israel. Misítque iúvenes de fíliis Israel, et obtulérunt holocáusta; immolaverúntque víctimas pacíficas Dómino vítulos.
Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles du Seigneur et toutes les lois, et tout le peuple répondit d'une seule voix; ils dirent: " Toutes les paroles que le Seigneur a prononcées, nous les mettrons en pratique. " Moïse mit par écrit toutes les paroles du Seigneur puis, se levant de bon matin, il bâtit un autel au bas de la montagne, et douze stèles pour les douze tribus d'Israël. Puis il envoya de jeunes Israélites offrir des holocaustes et immoler au Seigneur de jeunes taureaux en sacrifice de communion.
℟. Comedétis carnes et saturabímini pánibus; * Iste est panis quem dedit vobis Dóminus ad vescéndum. ℣. Non Móyses dedit vobis panem de cælo, sed Pater meus dat vobis panem de cælo verum; * Iste.
℟. Vous mangerez de la chair, et vous aurez aussi du pain à satiété; * Ceci est le pain que le Seigneur vous donne à manger. ℣. Jésus affirma: Ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel, c'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel; * Ceci.
Lectio III
Lecture III
Tulit ítaque Móyses dimídiam partem sánguinis et misit in cratéras; partem autem resíduam respérsit super altáre. Assuménsque volúmen fderis legit, audiénte pópulo, qui dixérunt: " Omnia, quæ locútus est Dóminus, faciémus et érimus obœdiéntes. " Ille vero sumptum sánguinem respérsit in pópulum et ait: " Hic est sanguis fœderis, quod pépigit Dóminus vobíscum super cunctis sermónibus his. "
Moïse prit la moitié du sang et la mit dans des bassins, et l'autre moitié du sang, il la répandit sur l'autel. Il prit le livre de l'Alliance et il en fit la lecture au peuple qui déclara: " Tout ce que le Seigneur a dit, nous le ferons et nous y obéirons. " Moïse, ayant pris le sang, le répandit sur le peuple et dit: " Ceci est le sang de l'Alliance que le Seigneur a conclue avec vous moyennant toutes ces clauses. "
℟. Respéxit Elías ad caput suum subcinerícium panem; qui surgens, comédit et bibit, * Et ambulávit in fortitúdine cibi illíus usque ad montem Dei. ℣. Si quis manducáverit ex hoc pane, vivet in ætérnum. * Et.
℟. Élie regarda: il y avait près de sa tête un pain cuit sur la braise; il se leva, mangea et but; * Puis, fortifié par cette nourriture, il marcha jusqu'à la montagne de Dieu. ℣. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. * Puis.
Lectio IV
Lecture IV
Ascenderúntque Móyses et Aaron, Nadab et Abiu et septuagínta de senióribus Israel. Et vidérunt Deum Israel, et sub pédibus eius quasi opus lápidis sapphírini et quasi ipsum cælum, cum serénum est. Nec in eléctos filiórum Israel misit manum suam; viderúntque Deum et comedérunt ac bibérunt.
Moïse monta, ainsi qu'Aaron, Nadab, Abihu et soixante-dix des anciens d'Israël. Ils virent le Dieu d'Israël. Sous ses pieds il y avait comme un pavement de saphir, aussi pur que le ciel même. Il ne porta pas la main sur les notables des Israëlites. Ils contemplèrent Dieu puis ils mangèrent et burent.
℟. Panis, quem ego dabo, caro mea est pro mundi vita. Litigábant ergo Iudæi dicéntes: * Quómodo potest hic nobis dare carnem suam ad manducándum? ℣. Locútus est pópulus contra Dóminum: Anima nostra náuseat super cibo isto levíssimo. * Quómodo. ℣. Glória Patri. * Quómodo.
℟. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. Les Juifs discutaient entre eux: * Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger? ℣. Le peuple récrimina contre le Seigneur: Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable! * Comment. ℣. Gloire au Père. * Comment.
IN II NOCTURNO
AU IIème NOCTURNE
Ant. 7. Introíbo ad altáre Dei, ad Deum qui rénovat iuventútem meam.
Ant. 7. J'irai à l'autel de Dieu, au Dieu qui renouvelle ma jeunesse.
Psalmus 42 (43)
Psaume 42 (43)
Desiderium templi
Désir du temple
Ego lux in mundum veni (Io 12, 46).
Je suis la lumière venue dans le monde (Io 12, 46).
Iudica me, Deus, et discérne causam meam de gente non sancta; * ab hómine iníquo et dolóso érue me.
Rends-moi justice, ô Dieu défends ma cause contre une nation infidèle; délivre-moi de l'homme de fraude et d'iniquité!
Quia tu es Deus refúgii mei; quare me repulísti, * et quare tristis incédo, dum afflígit me inimícus?
Car Tu es le Dieu de ma défense : pourquoi me repousses-Tu? Pourquoi me faut-il marcher dans la tristesse, sous l'oppression de l'ennemi?
Emítte lucem tuam et veritátem tuam; * ipsæ me dedúcant et addúcant in montem sanctum tuum et in tabernácula tua.
Envoie Ta lumière et Ta fidélité ; qu'elles me guident, qu'elles me conduisent à Ta montagne sainte et à Tes tabernacles !
Et introíbo ad altáre Dei, ad Deum lætítiæ exsultatiónis meæ. * Confitébor tibi in cíthara, Deus, Deus meus.
J'irai à l'autel de Dieu, au Dieu qui est ma joie et mon allégresse, et je Te célébrerai sur la harpe, ô Dieu, mon Dieu !
Quare tristis es, ánima mea, * et quare conturbáris in me?
Pourquoi es-tu abattue, ô mon âme, et t'agites-tu en moi?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi, * salutáre vultus mei et Deus meus.
Espère en Dieu, car je Le louerai encore, Lui, le salut de ma face et mon Dieu !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Introíbo ad altáre Dei, ad Deum qui rénovat iuventútem meam.
Ant. J'irai à l'autel de Dieu, au Dieu qui renouvelle ma jeunesse.
Ant. 8. Cibávit nos Dóminus ex ádipe fruménti, et de petra melle saturávit nos.
Ant. 8. Le Seigneur nous a nourris de la graisse du froment et nous a rassasiés du miel du rocher.
Psalmus 80 (81)
Psaume 80 (81)
Sollemnis renovatio fœderis
Rénovation solennelle de l'alliance
Videte, ne forte sit in aliquo vestrum cor malum incredulitatis (Hebr 3, 12).
Prenez garde qu'il n'y ait en quelqu'un de vous un coeur mauvais et incrédule (Hebr 3, 12).
Exsultáte Deo adiutóri nostro, * iubiláte Deo Iacob.
Exultez en Dieu, notre secours ; jubilez dans le Dieu de Jacob.
Súmite psalmum et date tympanum, * psaltérium iucúndum cum cíthara.
Entonnez le psaume, au son du tambourin, de la harpe harmonieuse et de la cithare.
Bucináte in neoménia tuba, * in die plenæ lunæ, in sollemnitáte nostra.
Sonnez de la trompette à la nouvelle lune, à la pleine lune, pour le jour de notre fête.
Quia præcéptum in Israel est, * et iudícium Deo Iacob.
Car c'est un précepte pour Israël, une ordonnance du Dieu de Jacob.
Testimónium in Ioseph pósuit illud, cum exíret de terra Ægýpti; * sermónem, quem non nóveram, audívi:
Il en fit une loi pour Joseph, quand Il marcha contre le pays d'Egypte, j'entends une voix qui m'est inconnue :
«Divérti ab onéribus dorsum eius; * manus eius a cóphino recessérunt.
« J'ai déchargé son épaule du fardeau, et ses mains ont quitté la corbeille.
In tribulatióne invocásti me et liberávi te, exaudívi te in abscóndito tempestátis, * probávi te apud aquam Meríba.
Tu as crié dans la détresse, et Je t'ai délivré ; Je t'ai répondu du sein de la nuée orageuse ; Je t'ai éprouvé aux eaux de Mériba.
Audi, pópulus meus, et contestábor te; * Israel, útinam áudias me!
Écoute, Mon peuple, Je veux te donner un avertissement ; Israël, puisses-tu M'écouter !
Non erit in te deus aliénus, * neque adorábis deum extráneum.
Qu'il n'y ait point au milieu de toi de dieu étranger : n'adore pas le dieu d'un autre peuple.
Ego enim sum Dóminus Deus tuus, qui edúxi te de terra Ægýpti; * diláta os tuum, et implébo illud.
C'est Moi, le Seigneur, ton Dieu, qui t'ai fait monter du pays d'Égypte. Ouvre la bouche, et Je la remplirai.
Et non audívit pópulus meus vocem meam, * et Israel non inténdit mihi.
Mais Mon peuple n'a pas écouté Ma voix, et Israël ne M'a point obéi.
Et dimísi eos secúndum durítiam cordis eórum, * ibunt in adinventiónibus suis.
Et Je les ai abandonnés aux désirs de leur coeur; ils marcheront au gré de leurs conseils.
Si pópulus meus audísset me, * Israel si in viis meis ambulásset!
Si Mon peuple M'avait écouté, si Israël avait marché dans Mes voies,
In brevi inimícos eórum humiliássem * et super tribulántes eos misíssem manum meam.
J'aurais pu facilement humilier leurs ennemis, et J'aurais appesanti Ma main sur leurs oppresseurs.
Inimíci Dómini blandiréntur ei, * et esset sors eórum in sǽcula;
Les ennemis du Seigneur lui ont menti, et le temps de leur misère durera sans fin.
et cibárem eos ex ádipe fruménti * et de petra melle saturárem eos ».
Et cependant Il les a nourris de la fleur du froment, et Il les a rassasiés du miel sorti du rocher.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Cibávit nos Dóminus ex ádipe fruménti, et de petra melle saturávit nos.
Ant. Le Seigneur nous a nourris de la graisse du froment et nous a rassasiés du miel du rocher.
Ant. 9. Ex altári tuo, Dómine,Domíne, Christum súmimus: in quem cor et caro nostra exsúltant.
Ant. 9. De Ton autel, ô Seigneur, nous prenons le Christ : dont notre cœur et notre chair se réjouissent.
Psalmus 83 (84)
Psaume 83 (84)
Desiderium templi Domini
Désir du temple de Dieu
Non habemus hic manentem civitatem, sed futuram inquirimus (Hebr 13, 14).
Nous n'avons pas ici bas de cité permanente mais nous cherchons celle qui est à venir (Hebr 13, 14).
Quam dilécta tabernácula tua, Dómine virtútum! * Concupíscit et déficit ánima mea in átria Dómini
Que Ta demeure est aimable, Seigneur des armées ! Mon âme s'épuise en soupirant sur les parvis du Seigneur;
Cor meum et caro mea * exsultavérunt in Deum vivum.
mon cœur et ma chair tressaillent vers le Dieu vivant.
Etenim passer invénit sibi domum, et turtur nidum sibi, ubi ponat pullos suos: * altária tua, Dómine virtútum, rex meus et Deus meus.
Le passereau même trouve une demeure, et l'hirondelle un nid où elle repose ses petits : Tes autels, Seigneur des armées, mon roi et mon Dieu.
Beáti, qui hábitant in domo tua: * in perpétuum laudábunt te.
Heureux ceux qui habitent Ta maison : ils peuvent Te louer pour toujours.
Beátus vir, cuius est auxílium abs te, * ascensiónes in corde suo dispósuit.
Heureux les hommes qui ont en Toi leur force, ils ne pensent qu'aux saintes montées.
Transeúntes per vallem sitiéntem in fontem ponent eam, * étenim benedictiónibus véstiet eam plúvia matutína.
Lorsqu'ils traversent la vallée de la soif ils la changent en un lieu plein de sources, et la pluie du matin la couvre aussi de bénédictions.
Ibunt de virtúte in virtútem, * vidébitur Deus deórum in Sion.
Pendant la marche s'accroît la vigueur, et ils paraissent devant Dieu à Sion.
Dómine Deus virtútum, exáudi oratiónem meam; * áuribus pércipe, Deus Iacob.
Seigneur, Dieu des armées, disent-ils, écoute ma prière ; prête l'oreille, Dieu de Jacob.
Protéctor noster áspice, Deus, * et réspice in fáciem christi tui.
Toi qui es notre bouclier, vois, ô Dieu, et regarde la face de Ton Oint.
Quia mélior est dies una in átriis tuis super mília, elégi ad limen esse in domo Dei mei * magis quam habitáre in tabernáculis peccatórum.
Car un jour dans Tes parvis vaut mieux que mille, je préfère me tenir sur le seuil de la maison de mon Dieu plutôt que d'habiter sous les tentes des pécheurs.
Quia sol et scutum est Dóminus Deus, grátiam et glóriam dabit Dóminus; * non privábit bonis eos, qui ámbulant in innocéntia.
Car le Seigneur Dieu est un soleil et un bouclier,  le Seigneur donne la grâce et la gloire ; Il ne prive d'aucun bien à ceux qui marchent dans l'innocence.
Dómine virtútum, * beátus homo, qui sperat in te.
Seigneur des armées, heureux l'homme qui espère en Toi !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ex altári tuo, Dómine,Domíne, Christum súmimus: in quem cor et caro nostra exsúltant.
Ant. De Ton autel, ô Seigneur, nous prenons le Christ : dont notre cœur et notre chair se réjouissent.
Ant. 10. Benignitátem fecit Dóminus, et terra nostra dedit fructum suum.
Ant. 10. Le Seigneur a fait preuve de bonté, et notre terre a donné son fruit.
Psalmus 84 (85)
Psaume 84 (85)
Propinqua est salus nostra
Notre salut est proche
In terram delapso Salvatore nostro, benedixit Deus terram suam (Origene).
Sur la terre, par la descente du rédempteur, Dieu a répandu la bénédiction sur Sa terre (Origène).
Complacuísti tibi, Dómine, in terra tua, * convertísti captivitátem Iacob.
Tu as été favorable à Ton pays, Seigneur, Tu as ramené les captifs de Jacob.
Remisísti iniquitátem plebis tuæ, * operuísti ómnia peccáta eórum.
Tu as pardonné l'iniquité à Ton peuple, Tu as couvert tous ses péchés.
Contraxísti omnem iram tuam, * revertísti a furóre indignatiónis tuæ.
Tu as retiré toute Ton indignation, Tu es revenu de l'ardeur de Ta colère.
Convérte nos, Deus, salutáris noster, * et avérte iram tuam a nobis.
Rétablis-nous, Dieu de notre salut, mets fin à Ta colère contre nous.
Numquid in ætérnum irascéris nobis * aut exténdes iram tuam a generatióne in generatiónem?
Seras-Tu toujours irrité contre nous, prolongeras-Tu Ton courroux de génération en génération ?
Nonne tu convérsus vivificábis nos, * et plebs tua lætábitur in te?
Ne nous feras-Tu pas revenir à la vie, afin que Ton peuple se réjouisse en Toi ?
Osténde nobis, Dómine, misericórdiam tuam * et salutáre tuum da nobis.
Seigneur, fais-nous voir Ta bonté, et accorde-nous Ton salut.
Audiam, quid loquátur Dóminus Deus, quóniam loquétur pacem ad plebem suam et sanctos suos * et ad eos, qui convertúntur corde.
Je veux écouter ce que dira le Seigneur Dieu car Il a des paroles de paix pour Son peuple et pour Ses fidèles et pour ceux qui convertissent leur cœur.
Vere prope timéntes eum salutáre ipsíus, * ut inhábitet glória in terra nostra.
Oui, Son salut est proche de ceux qui Le craignent, et la gloire habitera de nouveau sur notre terre.
Misericórdia et véritas obviavérunt sibi, * iustítia et pax osculátæ sunt.
La miséricorde et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont embrassées.
Véritas de terra orta est, * et iustítia de cælo prospéxit.
La vérité germera de la terre, et la justice regardera du haut du ciel.
Etenim Dóminus dabit benignitátem, * et terra nostra dabit fructum suum.
Le Seigneur Lui-même accordera tout bien, et notre terre donnera son fruit.
Iustítia ante eum ambulábit, * et ponet in via gressus suos.
La justice marchera devant Lui, et tracera le chemin à Ses pas.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Benignitátem fecit Dóminus, et terra nostra dedit fructum suum.
Ant. Le Seigneur a fait preuve de bonté, et notre terre a donné son fruit.
Ant. 11. Memor Christus Dóminus sciéntium eum, fruménto et vino stabilívit eos.
Ant. 11. Le Christ Seigneur, se souvenant de ceux qui L'ont connu, les a établis avec du froment et du vin.
Psalmus 86 (87)
Psaume 86 (87)
Ierusalem omnium gentium mater
Jérusalem, mère de toute nation
Illa quæ sursum est Ierusalem, libera est, quæ est mater nostra (Gal 4, 26).
La Jérusalem d'en-haut est libre, et c'est elle notre mère (Gal 4,26)
Fundaménta eius in móntibus sanctis; díligit Dóminus portas Sion * super ómnia tabernácula Iacob.
II l'a fondée sur les saintes montagnes ; Le Seigneur aime les portes de Sion, plus que toutes les demeures de Jacob.
Gloriósa dicta sunt de te, * cívitas Dei!
Des choses glorieuses ont été dites sur toi, cité de Dieu !
Memor ero Rahab et Babylónis inter sciéntes me; ecce Philistæa et Tyrus cum Æthiópia: * hi nati sunt illic.
Je nommerai Rahab et Babylone parmi ceux qui me connaissent ; voici les Philistins, et Tyr, avec l'Ethiopie : c'est là qu'ils sont nés.
Et de Sion dicétur: «Hic et ille natus est in ea; * et ipse firmávit eam Altíssimus».
Et l'on dira de Sion :« Celui-ci et celui-là y est né ; c'est lui, le Très-Haut, qui l'a fondée ».
Dóminus réferet in librum populórum: * «Hi nati sunt illic».
Le Seigneur inscrira au rôle des peuples : « Celui-ci est né là ».
Et cantant sicut choros ducéntes: * «Omnes fontes mei in te».
Et chanteurs et musiciens disent : « Toutes mes sources sont en toi ».
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Memor Christus Dóminus sciéntium eum, fruménto et vino stabilívit eos.
Ant. Le Christ Seigneur, se souvenant de ceux qui L'ont connu, les a établis avec du froment et du vin.
Ant. 12. Dóminus in Sion magnus: Moýses,Móyses et Aaron in sacerdótibus eius.
Ant. 12. Le Seigneur était grand dans Sion : Moïse et Aaron sont parmi Ses prêtres.
Psalmus 98 (99)
Psaume 98 (99)
Sanctus Dominus Deus noster
Seigneur Dieu et Saint.
Tu es super Cherubim, qui malum statum terræ commutasti, cum ad nostram similitudinem factus es (S. Athanasius).
Tu es assis au dessus des Chérubins, Toi qui as renouvelé l'état de la terre plongée dans le mal, en prenant notre ressemblance (S. Athanase).
Dóminus regnávit! Commoveántur pópuli; * sedet super chérubim, moveátur terra.
Le Seigneur règne ! Les peuples tremblent ; Il est assis sur les Chérubins ; la terre chancelle.
Dóminus in Sion magnus * et excélsus super omnes pópulos.
Le Seigneur est grand dans Sion, Il est élevé au dessus de tous les peuples.
Confiteántur nómini tuo magno et terríbili, * quóniam sanctum est.
Qu'on célèbre Ton Nom grand et redoutable car Il est saint !
Rex potens iudícium díligit: tu statuísti, quæ recta sunt, * iudícium et iustítiam in Iacob tu fecísti.
Qu'on célèbre la puissance du Roi qui aime la justice, Tu affermis la droiture, Tu exerces en Jacob la justice et l'équité.
Exaltáte Dóminum Deum nostrum et adoráte ad scabéllum pedum eius, * quóniam sanctus est.
Exaltez le Seigneur, notre Dieu, et prosternez-vous devant l'escabeau de Ses pieds car Il est saint !
Móyses et Aaron in sacerdótibus eius * et Sámuel inter eos, qui ínvocant nomen eius.
Moïse et Aaron étaient parmi Ses prêtres, et Samuel parmi ceux qui invoquaient Son nom.
Invocábant Dóminum, et ipse exaudiébat eos, * in colúmna nubis loquebátur ad eos.
Ils invoquaient le Seigneur, et Il les exauçait, Il leur parlait dans la colonne de nuée.
Custodiébant testimónia eius * et præcéptum, quod dedit illis.
Ils gardaient Ses témoignages, et le précepte qu'Il leur a donné.
Dómine Deus noster, tu exaudiébas eos; Deus, tu propítius fuísti eis, * ulcíscens autem adinventiónes eórum.
Seigneur, notre Dieu, Tu les exauças, Tu fus pour eux un Dieu clément, et Tu les punis de leurs fautes.
Exaltáte Dóminum Deum nostrum et adoráte ad montem sanctum eius, * quóniam sanctus Dóminus Deus noster.
Exaltez le Seigneur notre Dieu, et prosternez-vous devant Sa montagne sainte, car Il est saint, le Seigneur notre Dieu !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dóminus in Sion magnus: Moýses,Móyses et Aaron in sacerdótibus eius.
Ant. Le Seigneur était grand dans Sion : Moïse et Aaron sont parmi Ses prêtres.
℣. Si quis sitit, veniat ad me, alleluia. ℟. Et bibat fontem æternum, alleluia.
℣. Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi, alléluia. ℟. Et qu'il boive à la source éternelle, alléluia.
Postea benedicat abbas:
Ensuite l'abbé bénit :
Christus perpétuæ det nobis gáudia vitæ. ℟. Amen.
Que le Christ nous donne la joie de la vie éternelle. ℟. Amen.
In secundo nocturno, anno II
Deuxième nocturne, année II
Ex Brevilóquio sancti Bonaventúræ epíscopi (Pars 6, 1-2: Op. omnia 7, 320)
Breviloquium de saint Bonaventure
Lectio I
Lecture I
De sacraménto Eucharístiæ hoc tenéndum est, quod in hoc sacraménto verum Christi corpus et verus sanguis non tantum significátur, verum étiam veráciter continétur sub dúplici spécie, panis scílicet et vini, tamquam sub uno, non sub dúplici sacraménto; hoc autem est post consecratiónem sacerdotálem, quæ fit in prolatióne vocális formæ a Dómino institútæ; super panem scílicet: Hoc est corpus meum; super vinum vero: Hic est calix sánguinis mei.
Dans le sacrement de l'Eucharistie, le vrai corps et le vrai sang du Christ ne sont pas seulement signifiés, mais aussi contenus vraiment sous les deux espèces, à savoir celles du pain et du vin, comme sous un seul et non sous un double sacrement. Il en est ainsi après la consécration sacerdotale qui se fait en prononçant la formule vocale instituée par le Seigneur; sur le pain: Ceci est mon corps; sur le vin: Ceci est le calice de mon sang.
℟. Cenántibus illis, accépit Iesus panem et benedíxit ac fregit dedítque discípulis suis et ait: * Accípite et comédite: hoc est corpus meum. ℣. Dixérunt viri tabernáculi mei: Quis det de cárnibus eius, ut saturémur? * Accípite.
℟. Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le donna à ses disciples, en disant: * Prenez et mangez: ceci est mon corps. ℣. Ceux que je recevais sous ma tente ne disaient-ils pas: Qui nous donnera de sa chair, que nous soyons rassasiés? * Prenez.
Lectio II
Lecture II
Quibus verbis cum intentióne conficiéndi a sacerdóte prolátis, transsubstantiátur utrúmque eleméntum secúndum substántiam in corpus et sánguinem Iesu Christi, remanéntibus speciébus sensibílibus, in quarum utráque continétur totáliter, non circumscriptibíliter nec locáliter, sed sacramentáliter totus Christus. In quibus étiam propónitur nobis ut cibus, quem qui digne áccipit, non solum sacramentáliter, verum étiam per fidem et caritátem spiritáliter manducándo, córpori Christi mýstico magis incorporátur et in seípso refícitur et purgátur; qui vero indígne accédit iudícium sibi mandúcat et bibit, non diiúdicans sanctíssimum corpus Christi.
Par ces paroles, prononcées par le prêtre avec l'intention d'effectuer le sacrement, chaque élément est changé, selon la substance, au corps et au sang de Jésus-Christ. Les espèces sensibles demeurent, et dans chacune d'elles est contenu tout le Christ, totalement, non d'une manière circonscrite, mais sacramentellement. Sous ces espèces, le Christ nous est encore proposé en nourriture. Celui qui la reçoit dignement, par une manducation non seulement sacramentelle, mais encore devenue spirituelle par la foi et la charité, est incorporé davantage au Corps mystique du Christ, il se restaure et se purifie. Au contraire, celui qui s'approche indignement, mange et boit sa propre condamnation, s'il ne discerne pas le très saint corps du Christ.
℟. Accépit Iesus cálicem, postquam cenávit, dicens: Hic calix novum testaméntum est in meo sánguine. * Hoc fácite in meam commemoratiónem. ℣. Memória memor ero, et tabéscet in me ánima mea. * Hoc fácite.
℟. À la fin du repas, Jésus prit la coupe, en disant: Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. * Faites cela en mémoire de moi. ℣. Je garde en mémoire, je fais mémoire, et mon âme défaille! * Faites cela.
Lectio III
Lecture III
Ratio autem ad intellegéntiam prædictórum hæc est: quia princípium nostrum reparatívum, Verbum scílicet incarnátum, et sufficientíssimum est in virtúte et sapientíssimum in sensu, ídeo sic nobis cóntulit sacraménta secúndum quod éxigit sapiéntia et sufficiéntia sua. Et quia sufficientíssimum est, ídeo in largiéndo medicaménta morbórum et charísmata gratiárum, non tantum instítuit sacraméntum, quod nos in esse grátiæ generáret, ut baptísmum, et génitos augmentáret et roboráret, ut confirmatiónem, verum étiam quod génitos et augmentátos enutríret, ut sacraméntum Eucharístiæ; propter quod hæc tria sacraménta ómnibus dantur, qui accédunt ad fidem.
Pour comprendre ce qui vient d'être dit, il faut savoir que celui qui est notre principe réparateur, le Verbe incarné, a une puissance surabondante et un jugement rempli de sagesse. Aussi, nous a-t-il donné les sacrements selon que l'exigent sa sagesse et sa surabondance. Parce que surabondant, en octroyant les remèdes aux maladies et les dons de la grâce, il ne s'est pas contenté d'instituer un sacrement qui nous engendrait dans l'être de grâce, à savoir le baptême, et un autre qui nous ferait croître et nous fortifierait, une fois engendrés, à savoir la confirmation, mais aussi un sacrement qui nous nourrirait après avoir été engendrés et avoir grandi, et c'est l'Eucharistie. C'est pourquoi ces trois sacrements sont donnés à tous ceux qui accèdent à la foi.
℟. Ego sum panis vitæ. Patres vestri manducavérunt manna in desérto et mórtui sunt; * Hic est panis de cælo descéndens, ut, si quis ex ipso mandúcet, non moriátur. ℣. Ego sum panis vivus, qui de cælo descéndi; si quis manducáverit ex hoc pane, vivet in ætérnum. * Hic est.
℟. Moi, je suis le pain de la vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts; * Mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas. ℣. Moi, je suis le pain vivant, qui suis descendu, venu du ciel: Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. * Mais.
Lectio IV
Lecture IV
Quóniam ergo nutriméntum nostrum, quantum ad esse gratuítum, atténditur, in unoquóque fidélium, per conservatiónem devotiónis ad Deum, dilectiónis ad próximum et delectatiónis intra seípsum; et devótio ad Deum exercétur per sacrifícii oblatiónem, diléctio ad próximum per uníus sacraménti communiónem, et delectátio intra seípsum per viátici refectiónem: hinc est quod princípium nostrum reparatívum istud sacraméntum Eucharístiæ dedit in sacrifícium oblatiónis et sacraméntum communiónis et viáticum refectiónis.
Mais notre nourriture, en ce qui regarde l'être de grâce, se propose, pour chacun des fidèles, de conserver la dévotion envers Dieu, l'amour envers le prochain et la délectation au-dedans de soi. Or, la dévotion envers Dieu s'exerce par l'offrande du sacrifice, l'amour du prochain par la communion à un seul sacrement, et la délectation au-dedans de soi-même par la réfection que procure le viatique. Cela explique pourquoi celui qui est notre principe réparateur a donné ce sacrement de l'Eucharistie comme un sacrifice d'oblation, un sacrement de communion et un viatique de réfection.
℟. Unus panis, et unum corpus multi sumus, * Omnes de uno pane et de uno cálice participámus. ℣. Parásti in dulcédine tua páuperi, Deus, qui habitáre facis unánimes in domo. * Omnes. ℣. Glória Patri. * Omnes.
℟. Puisqu'il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, * Car nous avons tous part à un seul pain et à une seule coupe. ℣. Dans ta douceur, tu as préparé ton festin pour le pauvre, Dieu, toi qui nous rassembles dans l'unité au sein de ta demeure. * Car. ℣. Gloire au Père. * Car.
IN III NOCTURNO
AU IIIème NOCTURNE
Ant. 13. Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus. Qui mandúcat carnem meam et bibit sánguinem meum, habébit vitam ætérnam, dicit Dóminus.
Ant. 13. Ma chair est vraiment une nourriture, et Mon sang est vraiment une boisson. Celui qui mange Ma chair et boit Mon sang aura la vie éternelle, dit le Seigneur.
Canticum (Prov 9, 1-6.10-12)
Cantique (Prov 9, 1-6.10-12)
Sapiéntia ædificávit sibi domum, * excídit colúmnas septem;
La sagesse s'est bâti une maison; elle a taillé sept colonnes.
immolávit víctimas suas, míscuit vinum * et propósuit mensam suam.
Elle a immolé ses victimes, mêlé son vin, et disposé sa table.
Misit ancíllas suas, ut vocárent ad arcem et ad excélsa civitátis: * “Si quis est párvulus, véniat ad me.”
Elle a envoyé ses servantes pour appeler à la citadelle et aux remparts de la ville: Que quiconque est petit vienne à moi.
Et vecórdi locúta est: Veníte comédite panem meum * et bíbite vinum, quod míscui vobis;
Et elle a dit aux insensés : Venez, mangez mon pain, et buvez le vin que je vous ai préparé.
relínquite infántiam et vívite * et ambuláte per vias prudéntiæ.”
Quittez l'enfance, et vivez, et marchez par les voies de la prudence.
Princípium sapiéntiæ timor dómini, * et sciéntia Sancti est prudéntia.
La crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse, et la science des saints est la prudence.
Per me enim multiplicabúntur dies tui, * et addéntur tibi anni vitæ.
Car par moi se multiplieront tes jours, et les années de ta vie seront augmentées.
Si sápiens fúeris, tibimetipsi eris; * si autem illúsor, solus portábis malum.
Si tu es sage, c'est pour toi-même que tu le seras, et si tu es un moqueur, seul tu en porteras la peine.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Canticum Ier 31, 10-14
Cantique Ier 31, 10-14
Audíte verbum Dómini, gentes, * et annuntiáte in ínsulis quæ procul sunt, et dicite:
Nations, écoutez la parole du Seigneur, et annoncez-la aux îles lointaines, et dites :
“ Qui dispérsit Israel, congregábit eum * et custódiet eum sicut pastor gregem suum.”
Celui qui a dispersé Israël le rassemblera, et Il le gardera comme un pasteur garde son troupeau.
Redémit enim Dóminus Iacob * et liberávit eum de manu potentióris.
Car le Seigneur a racheté Jacob, et Il l'a délivré de la main d'un plus fort que lui.
Et vénient et laudábunt in monte Sion * et cónfluent ad bona Dómini,
Ils viendront, et ils loueront sur la montagne de Sion; et ils accourront vers les biens du Seigneur,
super fruménto et vino et óleo * et fetu pécorum et armentórum ;
vers le blé, le vin, l'huile, et le fruit des brebis et des boeufs ;
erítque ánima eórum quasi hortus irriguus, * et ultra non esúrient.
leur âme sera comme un jardin arrosé, et ils ne souffriront plus de la faim.
Tunc lætábitur virgo in choro, * iúvenes et senes simul.
Alors la vierge se réjouira dans les choeurs de danse, et les jeunes gens et les vieillards se réjouiront ensemble;
“Et convértam luctum eórum in gáudium * et consolábor eos et lætificábo a dolóre suo.
et Je changerai leur deuil en joie; Je les consolerai, et après leur douleur Je les comblerai de joie.
Et inebriábo ánimam sacerdótum pinguédine, * et pópulus meus bonis meis adimplébitur.”
J'enivrerai et engraisserai l'âme des prêtres, et Mon peuple sera rempli de mes biens, dit le Seigneur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Canticum Sap 16, 20-21.26 ; 17, 1a
Angelórum esca nutrivísti pópulum tuum * et páratum panem de cælo præstitísti illis sine labóre,
Tu as nourri Ton peuple de la nourriture des Anges, et Tu leur as donné du ciel un pain préparé sans travail,
omne delectaméntum in se habéntem * et ad omnem gustum aptum.
ayant en lui toutes les douceurs et tous les goûts exquis.
Substántia enim tua dulcédinem tuam * in fílios ostendébat;
Car la substance créée par Toi montrait la douceur que Tu as envers Tes enfants,
et desérviens suméntis voluntáti, * ad quod quisque volébat, convertebátur.
puisque, s'accommodant à la volonté de chacun d'eux, elle se changeait en tout ce qu'il voulait.
Ut díscerent fílii tui, quos dilexísti, Dómine, quóniam non nativitátes frúctuum pascunt hómines, * sed sermo tuus credéntes in te consérvat.
afin que Tes enfants, que Tu aimais, Seigneur, connussent que ce ne sont point les fruits naturels qui nourrissent les hommes, mais que Ta parole conserve ceux qui croient en Toi.
Magna sunt enim iudícia tua, Dómine, * et inenarrabília.
Tes jugements sont grands, Seigneur, et Tes paroles sont ineffables.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus. Qui mandúcat carnem meam et bibit sánguinem meum, habébit vitam ætérnam, dicit Dóminus.
Ant. Ma chair est vraiment une nourriture, et Mon sang est vraiment une boisson. Celui qui mange Ma chair et boit Mon sang aura la vie éternelle, dit le Seigneur.
℣. Pascha nostrum immolátus est Christus, allelúia. ℟. Itaque epulémur in Dómino, allelúia.
℣. Le Christ notre Pâque a été immolé, alléluia. ℟. Festoyons dans le Seigneur, alléluia.
Postea benedicat abbas:
Ensuite l'abbé bénit :
Ignem sui amóris accéndat Deus in córdibus nostris. ℟. Amen.
Que le Seigneur allume en nos coeurs le feu de Son amour. ℟. Amen.
In tertio nocturno, anno B
Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
Primo die Azymórum, quando Pascha immolábant, dicunt Iesu discípuli eius: " Quo vis eámus et parémus ut mandúces Pascha? " Et réliqua.
Le premier jour de la fête des pains sans levain, où l'on immolait l'agneau pascal, les disciples de Jésus lui disent: " Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs pour ton repas pascal? " Et la suite.
Ex Homilíis sancti Ioánnis Chrysóstomi epíscopi in Matthæum (Hom. 82, 1: PG 58, 737-739)
Homélie de s. Jean Chrysostome sur l'Évangile de Matthieu
Lectio I
Lecture I
Et manducántibus illis accípiens panem fregit. Cur tunc témpore páschatis hoc mystérium celebrávit? Ut úndique discas illum véteris Testaménti fuísse legislatórem et ea quæ in illo sunt propter hæc adumbráta fuísse. Ideóque ubi typus erat, ibi veritátem constítuit. Véspera autem plenitúdinis témporum signum erat, indicabátque res demum ad finem accédere. Grátiasque agit, docens nos quómodo opórteat hoc mystérium celebráre, osténdens se non invítum ad passiónem veníre, instituénsque nos, ut quidquid patiámur, cum gratiárum actióne ferámus, bonámque inde spem áfferens.
Pendant qu'ils mangeaient, il prit du pain et le rompit. Pourquoi célébra-t-il ce mystère au moment de la Pâque? C'est pour que tu apprennes qu'il est le législateur de l'ancien Testament et que tout y préfigurait les choses présentes. À la figure il substitue la vérité. La circonstance du soir représentait la plénitude des temps et annonçait qu'on approchait de la fin. Il rendit grâce pour nous enseigner comment célébrer ce mystère, pour nous montrer qu'il n'allait pas à la passion contre son gré, pour nous apprendre à supporter avec action de grâces tous nos maux, et pour nous donner une magnifique espérance.
℟. Qui mandúcat meam carnem et bibit meum sánguinem, * In me manet et ego in eo. ℣. Non est ália nátio tam grandis, quæ hábeat deos appropinquántes sibi, sicut Deus noster adest nobis. * In me.
℟. Celui qui mange ma chair et boit mon sang, * Celui-là demeure en moi, et moi je demeure en lui. ℣. Quelle est la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous? * Celui-là.
Lectio II
Lecture II
Nam si typus et figúra a tanta pótuit servitúte liberáre, multo magis véritas orbem liberábit, inque benefícium géneris nostri tradétur. Idcírco non ántehac mystérium dedit, sed cum legália post hæc cessatúra essent. Et caput sollemnitátum eórum solvit, ad áliam ipsos tránsferens mensam terribilíssimam, aítque: Accípite, comédite; hoc est corpus meum, quod pro vobis frángitur.
Si la figure et le signe ont pu délivrer d'une si grande servitude, combien plus la vérité ne délivrera-t-elle pas le monde entier en apportant au genre humain un immense bienfait? Par conséquent, il n'établit pas ce mystère avant la cessation des institutions légales. Il fait disparaître la principale solennité des Juifs, et il les invite à une autre table, bien plus effrayante: Prenez et mangez; ceci est mon corps qui sera rompu pour vous.
℟. Misit me vivens Pater, et ego vivo propter Patrem, * Et qui mandúcat me, vivet propter me. ℣. Cibávit illum Dóminus pane vitæ et intelléctus. * Et qui.
℟. De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, * De même aussi celui qui me mange vivra par moi. ℣. Le Seigneur lui fait manger le pain de la vie et de l'intelligence. * De même aussi.
Lectio III
Lecture III
Et quómodo non turbáti sunt hoc audiéntes? Quia multa magnáque ea de re iam ipsis díxerat. Ideo non illud ultra státuit; quia iam satis audíerant. Causam vero passiónis dicit, peccatórum nempe remissiónem. Et sánguinem novi testaménti vocat, id est pollicitatiónis novæ legis. Hoc enim iam olim pollícitus erat, et novum testaméntum confírmat. Ac quemádmodum vetus oves et vítulos hábuit, sic et hoc domínicum sánguinem. Hinc étiam osténdit se moritúrum esse: ídeo et testaméntum mémorat, et véteris étiam mentiónem facit; nam et illud quoque per sánguinem dedicátum fúerat. Iterum quoque mortis causam dicit: Qui pro multis effundétur in remissiónem peccatórum; aítque: Hoc fácite in meam commemoratiónem.
Et comment n'ont-ils pas été troublés en entendant ces mots? Parce qu'il leur avait déjà dit à ce sujet des choses grandes et magnifiques. Il n'insiste donc pas, puisqu'ils avaient déjà suffisamment compris . Mais il leur dit le but de sa passion: la rémission des péchés. Et il appelle son sang "sang de la nouvelle Alliance", c'est-à-dire sang de la promesse de la loi nouvelle. Cette alliance, en effet, il l'avait déjà promise autrefois, et c'est l'alliance nouvelle qui la réalise parfaitement. De même que l'ancienne avait des agneaux et des taureaux, celle-ci a le sang du Seigneur. Par là il montre qu'il doit mourir et c'est pourquoi il parle d'alliance, en rappelant la première; en effet, la première avait été scellée dans le sang. Et il revient sur le but de sa mort en disant: Qui sera répandu pour la multitude en rémission des péchés; et il ajoute: Faites ceci en mémoire de moi.
℟. Calix benedictiónis, cui benedícimus, nonne communicátio sánguinis Christi est? * Et panis, quem frángimus, nonne participátio córporis Christi est? ℣. Calix tuus inébrians quam præclárus est, Dómine! * Et panis.
℟. La coupe d'action de grâce que nous bénissons, n'est-elle pas communion au sang du Christ? * Le pain que nous rompons, n'est-il pas communion au corps du Christ? ℣. Ta coupe enivrante: comme elle est incomparable, Seigneur! * Le pain.
Lectio IV
Lecture IV
Viden' quómodo a iudáicis abdúcat et ávocet móribus? Nam, sicut illud, inquit, celebrabátis in commemoratiónem miraculórum in Ægýpto editórum, ita et hoc in meam commemoratiónem fácite. Illud effúsum est ad salútem primogenitórum; hoc ad remissiónem peccatórum totíus orbis. Hic est enim sanguis meus, inquit, qui effundétur in remissiónem peccatórum. Hoc porro dixit, ut simul osténderet passiónem et crucem esse mystérium, atque hac ratióne íterum discípulos consolarétur. Et sicut Móyses ait: Hoc vobis memoriále sempitérnum, sic et ipse: In meam commemoratiónem, donec véniam. Idcírco ait: Desidério desiderávi hoc Pascha manducáre, id est vobis res novas trádere et pascha dare, quo vos spiritáles reddam.
Voyez-vous comment il détourne les siens des usages judaïques et les en éloigne? De même que vous célébriez cette fête en mémoire des prodiges opérés en Égypte, de même célébrez-la maintenant en mémoire de moi. Le sang répandu alors le fut pour le salut des premiers-nés; celui que je vais répandre le sera pour la rémission des péchés du monde entier: Ceci est mon sang qui sera répandu pour la rémission des péchés. Il parle ainsi pour montrer d'abord que sa passion et sa croix sont un mystère, et puis pour consoler de nouveau ses disciples. Moïse avait dit: Ceci sera pour vous un mémorial perpétuel; lui-même dit: En mémoire de moi, jusqu'à ce que je vienne. C'est pourquoi il avait dit aussi: J'ai désiré ardemment manger cette Pâque, c'est-à-dire vous livrer des choses nouvelles, vous donner une Pâque qui fera de vous des hommes spirituels.
℟. Transitúrus de mundo ad Patrem Iesus, in mortis suæ memóriam, * Instítuit sui córporis et sánguinis sacraméntum. ℣. Corpus in cibum, sánguinem in potum tríbuens: Hoc, ait, fácite in meam commemoratiónem. * Instítuit. ℣. Glória Patri. * Instítuit.
℟. Quand l'heure fut venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus institua le mémorial de sa mort, * Le sacrement de son corps et de son sang. ℣. Il offrit son corps pour nourriture, son sang pour breuvage, en disant: Faites cela en mémoire de moi. * Le. ℣. Gloire au Père. * Le.
Hymnus
Hymne
Te Deum laudámus : te Dóminum confitémur.
Nous Te louons, ô Dieu ! Nous Te bénissons, Seigneur.
Te ætérnum Patrem, omnis terra venerátur.
Toute la terre T'adore, ô Père éternel !
Tibi omnes ángeli, tibi cæli et univérsæ potestátes :
Tous les Anges, les Cieux et toutes les Puissances.
tibi chérubim et séraphim, incessábili voce proclámant: "Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth.
Les Chérubins et les Séraphins s'écrient sans cesse devant Toi : Saint, Saint, Saint est le Seigneur, le Dieu des armées.
Pleni sunt cæli et terra maiestátis glóriæ tuæ."
Les cieux et la terre sont pleins de la majesté de Ta gloire.
Te gloriósus Apostolórum chorus, te prophetárum laudábilis númerus, te mártyrum candidátus laudat exércitus.
L'illustre chœur des Apôtres, La vénérable multitude des Prophètes, L'éclatante armée des Martyrs célèbrent Tes louanges.
Te per orbem terrárum sancta confitétur Ecclésia, Patrem imménsæ maiestátis;
L'Église sainte publie Tes grandeurs dans toute l'étendue de l'univers, Ô Père dont la majesté est infinie !
venerandum tuum verum et unicum Filium ;
Elle adore également Ton Fils unique et véritable ;
Sanctum quoque Paráclitum Spíritum.
Et le Saint-Esprit consolateur.
Tu rex glóriæ, Christe.
Ô Christ ! Tu es le Roi de gloire.
Tu Patris sempitérnus es Fílius. Tu, ad liberándum susceptúrus hóminem,
Tu es le Fils éternel du Père. Pour sauver les hommes et revêtir notre nature,
non horruísti Vírginis úterum.
Tu n'as pas dédaigné le sein d'une Vierge.
Tu, devícto mortis acúleo,
Tu as brisé l'aiguillon de la mort,
aperuísti credéntibus regna cælórum.
Tu as ouvert aux fidèles le royaume des cieux.
Tu ad déxteram Dei sedes, in glória Patris.
Tu es assis à la droite de Dieu dans la gloire du Père.
Iudex créderis esse ventúrus.
Nous croyons que Tu viendras juger le monde.
Te ergo quǽsumus, tuis fámulis subvéni, quos pretióso sánguine redemísti.
Nous Te supplions donc de secourir Tes serviteurs, rachetés de Ton Sang précieux.
Ætérna fac cum sanctis tuis in glória numerári.
Mets-nous au nombre de Tes Saints, pour jouir avec eux de la gloire éternelle.
¶ Salvum fac pópulum tuum, Dómine, et bénedic hereditáti tuæ.
¶ Sauve Ton peuple, Seigneur, et verse Tes bénédictions sur Ton héritage.
Et rege eos, et extólle illos usque in ætérnum.
Conduis Tes enfants et élève-les jusque dans l'éternité bienheureuse.
Per síngulos dies benedícimus te; et laudámus nomen tuum in sǽculum, et in sǽculum sǽculi.
Chaque jour nous Te bénissons ; Nous louons Ton nom à jamais, et nous le louerons dans les siècles des siècles.
Dignáre, Dómine, die isto sine peccáto nos custodíre.
Daigne, Seigneur, en ce jour, nous préserver du péché.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri.
Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous.
Fiat misericórdia tua, Dómine, super nos, quemádmodum sperávimus in te.
Que Ta miséricorde, Seigneur, se répande sur nous, selon l'espérance que nous avons mise en Toi.
In te, Dómine, sperávi: non confúndar in ætérnum.
C'est en Toi, Seigneur, que j'ai espéré, je ne serai pas confondu à jamais.
¶ Hæc ultima pars hymni ad libitum omitti potest.
¶ On peut omettre, au choix, la dernière partie de l'hymne.
Deinde abbas cantat evangelium de dominica currente, in cuius fine omnes respondent :
Ensuite, l'abbé chanté l'Evangile [du dimanche] courant, auquel tous répondent à la fin par :
℟. Amen
℟. Amen.
Marcus (14,12-16.22-26)
Primo die Azymórum, quando Pascha immolábant, dicunt ei discípuli eíus: “Quo vis eámus et parémus, ut mandúces Pascha?” Et mittit duos ex discípulis suis et dicit eis: “Ite in civitátem, et occúrret vobis homo lagóenam aquæ baíulans; sequímini eum et, quocúmque introíerit, dícite dómino domus: ‘Magíster dicit: Ubi est reféctio mea, ubi Pascha cum discípulis meis mandúcem?’ Et ipse vobis demonstrábit cenáculum grande stratum parátum; et illic paráte nobis.” Et abiérunt discípuli et venérunt in civitátem et invenérunt, sicut díxerat illis, et paravérunt Pascha. Et manducántibus illis, accépit panem et benedícens fregit et dedit eis et ait: “Súmite: hoc est corpus meum.” Et accépto cálice, grátias agens dedit eis; et bibérunt ex illo omnes. Et ait illis: “Hic est sanguis meus novi testaménti, qui pro multis effúnditur. Amen dico vobis: Iam non bibam de genímine vitis usque in diem illum, cum illud bibam novum in regno Dei.” Et hymno dicto, exiérunt in montem Olivárum.
Le premier jour des Azymes, où on immolait la pâque, les disciples lui dirent : Où veux-Tu que nous allions Te préparer ce qu’il faut pour manger la pâque ? Et Il envoya deux de Ses disciples, et leur dit : Allez à la ville, et vous rencontrerez un homme portant une cruche d’eau ; suivez-le, et en quelque lieu qu’il entre, dites au maître de la maison : Le Maître dit : Où est le lieu où je pourrai manger la pâque avec mes disciples ? Et il vous montrera une grande chambre haute, toute meublée ; là faites-nous les préparatifs. Ses disciples s’en allèrent donc et vinrent dans la ville ; et ils trouvèrent les choses comme Il le leur avait dit, et ils préparèrent la pâque. Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain, et l’ayant béni, Il le rompit et le leur donna, en disant : Prenez, ceci est mon corps. Et ayant pris le calice et rendu grâces, Il le leur donna, et ils en burent tous. Et Il leur dit : Ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui sera répandu pour un grand nombre. En vérité, Je vous le dis, désormais je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu’au jour où J’en boirai du nouveau dans le royaume de Dieu. Et après avoir dit l’hymne, ils s’en allèrent à la montagne des Oliviers.
Hymnus
Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen.
A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori.
Oraison du jour avec la conclusion longue.
Orémus.
Prions.
Deus, qui nobis sub sacraménto mirábili passiónis tuæ memóriam reliquísti, tríbue, quǽsumus, ita nos Córporis et Sánguinis tui sacra mystéria venerári, ut redemptiónis tuæ fructum in nobis iúgiter sentiámus.
Dieu, qui nous as laissé sous un Sacrement admirable le mémorial de Ta passion, daigne nous accorder la grâce de révérer les sacrés mystères de Ton Corps et de Ton Sang, de manière à ressentir toujours en nous le fruit de Ta rédemption.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut