Kalendis Iunii, luna vigesima quarta.
1. Sanctórum mártyrum Marcellíni, presbyteri, et Petri, exorcístæ, qui, ut sanctus Dámasus papa refert, persecutióne Diocletiáni imperatóris sæviénte, cápite damnáti ad locum supplícii in médiis séntibus ducti sunt et, ut córpora ómnibus occúlta manérent, suis ipsis minibus sibi sepúlcrum fódere iussi sunt, sed pia fémina Lucílla Romæ via Labicána in cœmetério ad Duas Lauros sancta eórum membra compósuit.
(En France, Mémoire des saints martyrs de Lyon Pothin..., éloge n 2.)
2. Lugdúni in Gállia, sanctórum mártyrurri Pothíni, epíscopi, et Blandínæ cum quadragínta et sex sóciis,1 quorum fórtia et iteráta certámina, témpore Marci Aurélii imperatóris, Ecclésiæ Lugdunénsis epístula ad Ecclésias Asiæ et Phrygiæ scripta recénset. In his Pothínus epíscopus nonagenárius, in cárcerem proféctus, paulo post spíritum réddidit; álii páriter in cárcere occubuérunt, álii vero ante innúmera mília hóminum ad spectáculum congregatórum in médio arénæ statúti: qui cives románi repérti essent, cápite plectebántur, céteri vero béstiis tradebántur. Novíssime Blandína, in diuturnióra et acerbióra certámina data, gládio dénique iuguláta, quos ad palmam hortabátur, céteros secúta est.
1. Mémoire des saints martyrs Marcellin, prêtre, et Pierre, exorciste. Selon ce que rapporte le pape saint Damase, sous la persécution de Dioclétien, vers 304, ils furent condamnés à mort, conduits à travers des buissons au lieu de leur supplice et contraints de creuser leur tombe de leurs propres mains, pour que leurs corps demeurent inconnus, mais une pieuse femme, Lucine, recueillit leurs corps et les déposa dans le cimetière “Aux deux lauriers” sur la voie Labicane.
Quorum nomina: sancti Zacharias presbyter, Vetius Epagatus, Macarius, Asclibiades, Silvius, Primus, Ulpius, Vitalis, Comminus, October, Philomenus, Geminus, lulia, Albina, Grata, Æmilia, Potamia, Pompeia, Rodana, Biblis, Quartia, Materna, Helpis, Sanctus diaconus, Maturus neophytus, Attalus pergamenus, Alexander phrygius, Ponticus, Istus, Aristeus, Cornelius, Zosimus, Titus, lulius, Zoticus, Apollonius, Geminianus, lulia altera, Ausona, Æmilia altera, lamnica, Pompeia altera, Domna, lusta, Trophima, Antonia.
2. À Lyon, les saints martyrs Pothin, évêque, et Blandine, avec quarante-six compagnons dont une lettre de l’Église de Lyon aux Églises d’Asie et de Phrygie rapporte les combats courageux et répétés, au temps de l’empereur Marc Aurèle, en 177. Parmi eux l’évêque saint Pothin, âgé de quatre-vingt-dix ans, fut conduit en prison et rendit l’âme peu après. D’autres moururent également en prison. D’autres furent placés au milieu de l’amphithéâtre devant une multitude de milliers d’hommes rassemblés pour le spectacle : ceux qui furent trouvés citoyens romains furent décapités ; tous les autres furent livrés aux bêtes. En dernier lieu, Blandine, soumise à des combats répétés et des plus violents, enfin égorgée d’un coup d’épée, suivit tous les autres, qu’elle avait exhortés à recevoir la palme.
3. Fórmiis in Campánia, sancti Erásmi, epíscopi et mártyris.
3. À Formies en Campanie, vers 303, saint Érasme, évêque et martyr.
4. Romæ apud sanctum Petrum, sancti Eugénii papæ Primi, qui sancto Martíno mártyri succéssit.
4. À Rome, près de saint Pierre, en 657, saint Eugène Ier, pape, qui succéda à saint Martin Ier, martyr.
5. Apud Bósphorum in Propóntide, tránsitus sancti Nicéphori, epíscopi Constantinopolitáni, qui, paternárum traditiónum propugnátor acérrimus, pro cultu sacrárum Imáginum Leóni Arméno imperatóri iconoclástæ constánter se oppósuit; a quo sede pulsus et in monastério diu relegátus, æquo ánimo ad Dóminum migrávit.
5. Près du Bosphore, en 629, le trépas de saint Nicéphore, évêque de Constantinople. Zélé défenseur des traditions de ses pères, il s’opposa fortement à l’empereur iconoclaste Léon l’Isaurien pour défendre le culte des saintes images. Chassé par celui-ci de son siège et longtemps relégué dans un monastère, il s’en alla paisiblement vers le Seigneur.
6*. Aquis Statiéllis in Subalpínis, sancti Guidónis, epíscopi.
6*. À Acqui dans le Piémont, en 1070, saint Guy, évêque.
7. Trani in Apúlia, sancti Nicolái, qui, peregrínus, e Græcia ortus regiónem percurrébat crucem manu gerens et sine intermissióne orans: I‹ Kyrie eléison ».
7*. À Trani dans les Pouilles, en 1094, saint Nicolas le pèlerin. Né en Grèce, il parcourut la région, une croix dans la main et priant sans arrêt : Kyrie eleison.
8*. Sandomírii ad Vístulam flumen in Polónia, beatórum mártyrum Sadóchi, presbyteri, et sociórum ex Ordine Prædicatórum, qui, ut fertur, a Tártaris necáti sunt, dum antíphonam canébant “Salve Regína”, ipsam Matrem Vitæ in extrémis salutántes.
8*. Commémoraison des bienheureux martyrs Sadoc, prêtre, et ses quarante-huit compagnons, de l’Ordre des Prêcheurs, qui, dit-on, furent massacrés par les Tartares à Sandomir sur la Vistule, en Pologne, l’an 1259, alors qu’ils chantaient le Salve Regina.
9. In urbe Ău Thi in Tunquíno, sancti Domínici Ninh, mártyris, qui, iúvenis agrícola, cum crucem Salvatóris obtérere noluísset, cervícibus abscíssis sub Tu Duc imperatóre passus est.
9. Au Tonkin, Saint Dominique Ninh, martyr
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Lectio brevis (2 Thess 2, 15-17; 3,5)
Lecture brève (2 Thess 2, 15-17; 3,5)
Itaque, fratres, state et tenéte traditiónes, quas didicístis sive per sermónem sive per epístulam nostram. Ipse autem Dóminus noster Iesus Christus et Deus Pater noster, qui diléxit nos et dedit consolatiónem ætérnam et spem bonam in grátia, consolétur corda vestra et confírmet in omni ópere et sermóne bono.
Que Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même, et Dieu notre Père, qui nous a aimés, et qui nous a donné par sa grâce une consolation éternelle et une bonne espérance, consolent vos cœurs, et vous affermissent en toute bonne œuvre, et en toute bonne parole.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut