Quartodecimo Kalendas Augusti, luna tertiodecima.
1. Sancti Apollináris, epíscopi, qui, investigábiles divítias Christi inter gentes propágans, pastor bonus suum antecéssit gregem et Ecclésiam Classénsem apud Ravénnam in Flamínia ínclito martyrii honóre decoravísse tráditur. Die vero vigésima tértia iúlii ad dapes ætérnas migrávit.
Mémoire de saint Apollinaire, évêque. Le premier, il annonça à Ravenne la richesse insondable du Christ. En bon pasteur, il se tint au milieu de son troupeau et illustra son Église par le témoignage éclatant de sa foi et de sa piété, au point que ses travaux lui méritèrent le titre de martyr. Il serait mort un 23 juillet et enterré à Classe, le port de Ravenne.
2. Commemorátio sancti Elíæ Thesbítæ, qui prophéta Dómini in diébus Achab et Acazíæ, regum Israel, Dei únici iura vindicávit advérsus infidélem pópulum tali ánimi róbore, ut non modo Ioánnem Baptístam, sed étiam Christum ipsum præfiguráret; orácula scripta non relíquit, sed eius memória fidéliter servátur, præsértim in monte Carmélo.
2. Commémoraison de saint Élie de Thisbé en Galaad. Prophète du Seigneur aux jours des rois d’Israël Achaz et Ochozias, il revendiqua contre un peuple infidèle les droits du Dieu unique avec une telle force d’âme qu’il préfigura non seulement saint Jean-Baptiste, mais le Christ lui-même. Il n’a pas laissé d’oracles écrits, mais son souvenir s’est fidèlement conservé, surtout au Mont Carmel.
3. Commemorátio beáti loseph, qui vocabátur Barsábbas et cognominátus est lustus, discípulus Dómini, quem cum beáto Matthía Apóstoli statuérunt ut unus ex eis locum apostolátus ludæ proditóris impléret; sed, cum sors cecidísset super Matthíam, ipse nihilóminus prædicatióriis et sanctitátis offício insérviit.
3. Commémoraison de saint Joseph Barsabbas, surnommé le Juste. Disciple du Seigneur, il fut présenté à l’assemblée des fidèles par les Apôtres avec saint Matthias pour que l’un d’eux prenne dans leur groupe la place de Judas le traître. Si le sort tomba sur Matthias, Joseph ne s’employa pas moins au ministère de la prédication et de la sainteté.
4. Antiochíæ in Pisídia, sanctæ Marínæ seu Margarítæ, quæ virginitáte et martyrio corpus suum Christo dedicásse tráditur.
4. À Antioche de Pisidie, sans doute au début du IVe siècle, sainte Marine ou Marguerite, dont on rapporte qu’elle consacra son corps au Christ par sa virginité et son martyre.
5. In Æthiópia, sancti Fruméntii, epíscopi, qui, primum ibi captívus, deínde, epíscopus a sancto Athanásio ordinátus, Evangélium in ea regióne propagávit.
5. En Éthiopie, au IVe siècle, saint Fulgence, évêque. D’abord prisonnier dans ce pays, il fut ensuite ordonné évêque par saint Athanase d’Alexandrie et propagea l’Évangile dans la région.
6. Carthágine, sancti Aurélii, epíscopi, qui, firmíssimum Ecclésiæ cólumen, fiddles advérsus mores pagános munívit et sedem episcopálem simulácri deæ Cæléstis loco collocávit.
6. À Carthage, vers 427, saint Aurèle, évêque. Colonne très ferme de l’Église en Afrique, il réunit fréquemment des conciles, lutta énergiquement pour extirper dans le peuple fidèle les traces du paganisme et fit dresser son siège épiscopal à l’emplacement d’une statue de la déesse Caelestis (ou Tanit).
7. In pago Bononiénsi Gálliæ, sancti Vulmári, presbyteri, qui, ex humili pastóre ad stúdia indúctus et munus sacerdotále adéptus, erémum more antiquórum patrum pétiit, deínde Altomónte in Hannónia in silva pátria duplex cóndidit monastérium, álterum virórum, vírginum álterum.
7. Au pays de Boulogne, vers 700, saint Vulmar, prêtre. Moine à Hautmont, après un mariage malheureux employé à garder les bêtes, il chercha à s’instruire et son zèle le conduisit jusqu’à l’ordination presbytérale. Il obtint de vivre en ermite à la manière des pères du désert, puis fonda, dans les bois de sa patrie, un double monastère, l’un pour les hommes, l’autre pour les vierges.
8. Córdubæ in Vandalícia Hispáriiæ regióne, sancti Pauli, diáconi et mártyris, qui, exémplo verbóque sancti Sisenándi instrúctus, Maurórurri príncipes et cónsules vanitátis eórum cultus argúere non tímuit atque Christum verum Deum cónfitens perémptus est.
8. À Cordoue en Andalousie, l’an 851, saint Paul, diacre et martyr. Formé par l’exemple et la parole de saint Sisenand, il ne craignit pas de se présenter devant les princes et les consuls musulmans pour les convaincre de la vanité de leur culte et, tandis qu’il confessait la divinité du Christ, il fut exécuté.
9*. Hildésiæ in Saxónia Germániæ, beáti Bernárdi, epíscopi, qui in pace tres et vigínti annos Ecclésiam suam rexit, etsi cæcus.
9*. À Hildesheim en Saxe, l’an 1153, le bienheureux Bernard, évêque, qui gouverna son Église dans la paix pendant vingt-quatre ans, même lorsqu’il fut devenu aveugle.
10. Seuli in Coréa, sanctórum Magdalénæ Yi Yóng-hûi, Terésiæ Yi Mae-im, Marthæ Kim Sông-im, Lúciæ Kim, Rosæ Kim, Annæ Kim Chang-gûm atque Maríæ Wón Kwi-im, vírginis, et Ioánnis Baptístæ Yi Kwang-nyol, mártyrum.
10. À Séoul en Corée, l’an 1809, les saints martyrs Madeleine Yi Yong-hui, fille de sainte Marguerite Ho, Thérèse Yi Mae-im, de la même famille, Marthe Kim Song-im, Lucie Kim, Rose Kim, Anne Kim Chang-gum, Marie Won Kwi-im, vierge et Jean-Baptiste Yi Kwang-nyol, frère de saint Augustin Yi et catéchiste. Tous donnèrent ensemble leur vie pour le Christ.
11. In urbe Nam Dinh in Tunquíno, sancti Ioséphi Maríæ Díaz Sanjurjo, epíscopi ex Ordine Prædicatórum et mártyris, qui, persecutióne imperatóris Tu Duc furénte, in ódium fídei cápite damnátus est.
11. À Nam Dinh au Tonkin, en 1857, saint Joseph-Marie Diaz Sanjurjo, évêque, dominicain et martyr. Condamné à mort en haine de la foi, dans la persécution de l’empereur Tu Duc.
12. In vico Zhoujiahe apud urbem Fingxian in Hebei Sinárum província, pássio sanctórum Leónis Ignátii Mangin et Pauli Denn, presbyterórum e Societáte Iesu, qui in persecutióne a fautóribus sectæ « Yihetuan » patráta fiddles in ecclésia eníxe cohortántes ab hóstibus irrumpéntibus ante altáre perfóssi sunt. Curri iis cécidit sancta María Zhou Wuzhi, quæ sanctum Leónem sacra ministrántem córpore suo obtégere vóluit et vulnéribus percússa óbiit.
12. Dans la province chinoise d’Hebei, en 1900, neuf martyrs de la persécution de la secte de Yihetuan, à Zhoujiahe près de la ville de Yingxian, les saints Léon-Ignace Mangin et Paul Denn prêtres jésuites. Alors qu’ils encourageaient de leur mieux les fidèles rassemblés dans l’église du village, les ennemis firent irruption et les transpercèrent devant l’autel. Avec eux succomba sainte Marie Zhou Wuzhi, qui voulut protéger de son corps saint Léon, alors qu’il donnait la communion, et qui périt, couverte de blessures.
13. In pago Lujiäzhuang prope Yingxian item in Hebei, sancti Petri Zhou Rixin, mártyris, qui in eádem persecutióne coram præfécto instánti se Deum creatórem mundi eiuráre posse negávit, quarri ob rem cápite præcísus est.
13. Dans la province chinoise d’Hebei, en 1900, saint Pierre Zhou Rixin, qui déclara devant le préfet qu’il ne pouvait abjurer Dieu créateur du monde et fut décapité
14. In óppido Daliucun apud Wuyi item in eádem província, sanctæ Maríæ Fu Guilin, quæ, magístra, in eádem persecutióne in manus inimicórum Evangélii trádita Christum Salvatórem ínvocans cápite truncáta est.
14. Dans la province chinoise d’Hebei, en 1900, à Daliucun, près de Wuyi, sainte Marie Fu Guilin, maîtresse d’école, livrée aux mains des assassins et décapitée, tandis qu’elle invoquait le Christ Sauveur.
15. In vico Wuqiao Zhaojia item in Hebei, commemorátio sanctórum Maríæ Zhao Guozhi eiúsque filiárum Rosæ Zhao et Maríæ Zhao, quæ in eádem persecutióne, ne violaréntur, in púteum se proiecérunt, sed inde extráctæ martyrium consummárunt.
15. Dans la province chinoise de Hebei, en 1900, au village de Wuquiao Zhaojia, sainte Marie Zhao Guozhi et ses filles Rose et Marie Zhao, qui se précipitèrent dans un puits pour ne pas être violées, mais en furent retirées et massacrées.
16. In óppido Dechao item in Hebei, commemorátio sancti Xi Guizi, mártyris, qui adhuc catechúmenus, coórto tumúltu, se christiánum perhíbuit et, vulnéribus concísus, próprio auloia baptizátus est.
16. Dans la province chinoise d’Hebei, en 1900, au bourg de Dechao, saint Xi Guizi, encore catéchumène, qui se déclara chrétien quand commença le tumulte et, couvert de blessures, fut baptisé dans son propre sang.
17*. Matríti in Hispánia, beatárum Ritæ a Vírgine Perdolénti a Corde Iesu Pujalte y Sánchez et Francíscæ a Corde Iesu Aldea y Araujo, vírginum e Congregatióne Sorórum Caritátis a Sacro Corde Iesu et rnártyrum, quæ, persecutióne religiósa in bello civíli flagránte, in auloia collégii ab inimícis Ecclésiæ apprehénsæ sunt et aulo post plumbis in via transfóssæ.
17*. À Madrid, en 1936, les bienheureuses Rita de la Vierge des Douleurs du Cœur de Jésus (Françoise Pujalda y Sanchez) et Françoise du Cœur de Jésus (Françoise Aldea y Aranjo), vierges, sœurs de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus et martyres. Quand la persécution religieuse se déchaîna au cours de la guerre civile, elles furent arrêtées dans la chapelle de leur collège et, peu après, fusillées dans la rue.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut