Les textes de l'office de lecture sont encore en construction. Ils ne sont malheureusement pas encore complets pour le moment. Si vous désirez méditer ces lectures bibiliques et patristiques, veuillez utiliser le cursus monastique de l'office divin.
℣. Deus, ✠ in adiutórium meum inténde.
℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína.
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio,  et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia.
Alléluia.
Hymnus
Hymne
Nox atra rerum cóntegit
La nuit recouvre de ses ombres
terræ colóres ómnium:
toutes les couleurs sur la terre ;
nos confiténtes póscimus
pauvres pécheurs nous T'implorons,
te, iuste iudex córdium,
Toi, le juste juge des cœurs.
Ut áuferas piácula
Fais disparaître nos forfaits,
sordésque mentis ábluas,
lave les taches de notre âme ;
donésque, Christe, grátiam
ô Christ, accorde-nous la grâce
ut arceántur crímina.
qui met loin de nous nos pêchés.
Mens, ecce, torpet ímpia,
L'esprit coupable s'engourdit
quam culpa mordet nóxia;
sous la morsure de ses fautes ;
obscúra gestit tóllere
elle voudrait quitter sa nuit
et te, Redémptor, quærere.
pour Te chercher, ô Rédempteur.
Repélle tu calíginem
Chasse Toi-même les ténèbres,
intrínsecus quam máxime,
surtout celles qui l'envahissent,
ut in beáto gáudeat
pour qu'elle ait la joie d'obtenir
se collocári lúmine.
une place dans Ta lumière.
Sit, Christe, rex piíssime,
O Christ, ô Roi plein d'indulgence,
tibi Patríque glória
Gloire à Ton Père et gloire à Toi,
cum Spíritu Paráclito,
Avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen.
À travers les siècles sans fin. Amen.
Ant. 1. Intuére, Dómine, et réspice oppróbrium nostrum.
Ant. 1. Considère, Seigneur, et regarde l'opprobre où nous sommes.
Psalmus 88 (89), 39-53
Psaume 88 (89), 39-53
Lamentatio de ruina domus David
Lamentation sur la ruine de la maison de David
Erexit cornu salutis nobis in domo David (Lc 1, 69).
Il nous a suscité un sauveur de la maison de David.
IV
IV
Tu vero reppulísti et reiecísti,* irátus es contra christum tuum;
Et pourtant Tu as rejeté et méprisé; Tu as repoussé Ton oint.
evertísti testaméntum servi tui,* profanásti in terram diadéma eius.
Tu as détruit l'alliance faite avec Ton serviteur; Tu as profané en le jetant à terre son diadème sacré.
Destruxísti omnes muros eius,* posuísti munitiónes eius in ruínas.
Tu as abattu toutes ses clôtures ; Tu as rempli de frayeur ses forteresses.
Diripuérunt eum omnes transeúntes viam,* factus est oppróbrium vicínis suis.
Tous ceux qui passaient par le chemin l'ont pillé, et il est devenu l'opprobre de ses voisins.
Exaltásti déxteram depriméntium eum,* lætificásti omnes inimícos eius.
Tu as élevé la droite de ses oppresseurs ; Tu as réjoui tous ses ennemis.
Avertísti áciem gládii eius * et non es auxiliátus ei in bello.
Tu as enlevé toute force à son glaive, et Tu ne l'as pas secouru dans la guerre.
Finem posuísti splendóri eius* et sedem eius in terram collisísti.
Tu l'as dépouillé de son éclat, et Tu as brisé son trône contre la terre.
Minorásti dies iuventútis eius,* perfudísti eum confusióne.
Tu as abrégé les jours de son règne; Tu l'as couvert d'ignominie.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Intuére, Dómine, et réspice oppróbrium nostrum.
Ant. Considère, Seigneur, et regarde l'opprobre où nous sommes.
Ant. 2. Ego sum radix et genus David, stella spléndida et matutína.
Ant. 2. Je suis le rejeton et la descendance de David, l'étoile brillante, l'étoile du matin.
V
Usquequo, Dómine, abscondéris in finem,* exardéscet sicut ignis ira tua?
Jusques à quand, Seigneur, Te détourneras-Tu à jamais? Jusques à quand Ta colère s'embrasera-t-elle comme le feu?
Memoráre, quam brevis mea substántia.* Ad quam vanitátem creásti omnes fílios hóminum?
Rappelle-Toi ce qu'est ma vie; car est-ce pour le néant que Tu as créé tous les enfants des hommes?
Quis est homo, qui vivet et non vidébit mortem,* éruet ánimam suam de manu ínferi?
Quel est l'homme qui pourra vivre sans voir la mort, et qui arrachera son âme à la puissance de l'enfer ?
Ubi sunt misericórdiæ tuæ antíquæ, Dómine,* sicut iurásti David in veritáte tua?
Où sont, Seigneur, Tes anciennes miséricordes, que Tu as jurées à David au nom de Ta vérité ?
Memor esto, Dómine, oppróbrii servórum tuórum,* quod contínui in sinu meo, multárum géntium,
Souviens-Toi, Seigneur, de l'opprobre de Tes serviteurs; je l'ai tenu caché dans mon sein; il venait de nations nombreuses.
quo exprobravérunt inimíci tui, Dómine,* quo exprobravérunt vestígia christi tui.
Souviens-Toi au reproche de Tes ennemis, Seigneur, du reproche qu'ils ont fait au sujet de Ton changement à l'égard de Ton oint.
Benedíctus Dóminus in ætérnum.* Fiat, fiat.
Béni soit le Seigneur à jamais. Ainsi soit-il, ainsi soit-il.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ego sum radix et genus David, stella spléndida et matutína.
Ant. Je suis le rejeton et la descendance de David, l'étoile brillante, l'étoile du matin.
Ant. 3. Anni nostri sicut herba tránseunt; a sǽculo tu es, Deus.
Ant. 3. Nos années fanent comme l'herbe ; depuis des siècles, Tu es Dieu.
Psalmus 89 (90)
Psaume 89 (90)
Sit splendor Domini super nos
Que la splendeur du Seigneur soit sur nous.
Unus dies apud Dominum sicut mille anni, et mille anni sicut dies unus (2 Petr 3, 8).
Auprès du Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour.
Dómine, refúgium factus es nobis * a generatióne in generatiónem.
Seigneur, Tu as été pour nous un refuge de génération en génération.
Priúsquam montes nasceréntur aut gignerétur terra et orbis, * a sǽculo et usque in sǽculum tu es Deus.
Avant que les montagnes fussent nées, et que Tu eusses enfanté la terre et le monde, de l'éternité à l'éternité Tu es, ô Dieu.
Redúcis hóminem in púlverem; * et dixísti: «Revertímini, fílii hóminum».
Tu réduis les mortels en poussière, et Tu dis : « Retournez, fils de l'homme ».
Quóniam mille anni ante óculos tuos tamquam dies hestérna, quæ prætériit, * et custódia in nocte.
Car mille ans sont, à Tes yeux, comme le jour d'hier, quand il passe, et comme une veille de la nuit.
Auferes eos, sómnium erunt: * mane sicut herba succréscens,
Tu les emportes, semblables à un songe : le matin, comme l'herbe, ils repoussent,
mane floret et crescit, * véspere décidit et aréscit.
le matin, elle fleurit et pousse, le soir, elle se flétrit et se dessèche.
Quia defécimus in ira tua * et in furóre tuo turbáti sumus.
Ainsi nous sommes consumés par Ta colère, et Ta fureur nous terrifie.
Posuísti iniquitátes nostras in conspéctu tuo, * occúlta nostra in illuminatióne vultus tui.
Tu mets devant Toi nos iniquités, nos fautes cachées à la lumière de Ta face.
Quóniam omnes dies nostri evanuérunt in ira tua, * consúmpsimus ut suspírium annos nostros.
Tous nos jours disparaissent par Ton courroux nous voyons nos années s'évanouir comme un son léger.
Dies annórum nostrórum sunt septuagínta anni * aut in valéntibus octogínta anni,
Nos jours s'élèvent à soixante-dix ans, et dans leur pleine mesure à quatre-vingts ans,
et maior pars eórum labor et dolor, * quóniam cito tránseunt, et avolámus.
et leur splendeur n'est que peine et misère, car ils passent vite, et nous nous envolons.
Quis novit potestátem iræ tuæ * et secúndum timórem tuum indignatiónem tuam?
Qui comprend la puissance de Ta colère, et Ton courroux, selon la crainte qui T'est due ?
Dinumeráre dies nostros sic doce nos, * ut inducámus cor ad sapiéntiam.
Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous acquérions un cœur sage.
Convértere, Dómine, úsquequo? * Et deprecábilis esto super servos tuos.
Reviens, Seigneur ; jusques à quand ? Aie pitié de Tes serviteurs.
Reple nos mane misericórdia tua, * et exsultábimus et delectábimur ómnibus diébus nostris.
Rassasie-nous le matin de Ta bonté, et nous serons tous nos jours dans la joie et l'allégresse.
Lætífica nos pro diébus, quibus nos humiliásti, * pro annis, quibus vídimus mala.
Réjouis-nous autant de jours que Tu nous as humiliés, autant d'années que nous avons connu le malheur.
Appáreat servis tuis opus tuum * et decor tuus fíliis eórum.
Que Ton oeuvre se manifeste à Tes serviteurs, ainsi que Ta gloire, pour leurs fils.
Et sit splendor Dómini Dei nostri super nos, et ópera mánuum nostrárum confírma super nos * et opus mánuum nostrárum confírma.
Que la faveur du Seigneur, notre Dieu, soit sur nous, affermis pour nous l'ouvrage de nos mains et affermis l'ouvrage de nos mains.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Anni nostri sicut herba tránseunt; a sǽculo tu es, Deus.
Ant. Nos années fanent comme l'herbe ; depuis des siècles, Tu es Dieu.
Postea dicitur immediate et sine orémus oratio propria, cum conclusione longiore.
Après cela on dit immédiatement et sans "Prions" l'oraison propre, avec la conclusion longue.
Dóminus vobíscum.
Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo.
℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus.
Que Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen.
℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa.
Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio:
Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut