Undecimo Kalendas Ianuarii, luna vigesima secunda.
1. Sancti Ioánnis de Kęty, presbyteri, qui, sacerdótio auctus, múnere docéndi plures annos in Cracoviénsi Academía functus, Olkusiensis deínde par ciæ curam pastorálem suscépit, ubi rectam fidem virtútibus cúmulans, pietátis et caritátis in próximum exémplar cooperatóribus ac discípulis evásit et postrídie huius diéi Cracóviæ in Polónia ad cæléstia gáudia migrávit.
1. Mémoire de saint Jean de Kenty, prêtre. Après son ordination, il fut chargé d’enseigner à l’université de Cracovie, mais son succès comme professeur et prédicateur attira des oppositions et il fut nommé curé d’Oskuz, paroisse proche de Cracovie. Rappelé quelques années après à l’université, il y enseigna l’Écriture sainte, jusqu’à la fin de ses jours. Joignant une foi droite à une vie vertueuse, il se montra, pour ses collaborateurs et ses disciples, un modèle de piété et de charité envers le prochain. Il passa aux joies du ciel la veille de Noël 1473.
2. Gortynæ in ínsula Creta, sanctorum decem mártyrum Theodúli, Saturníni, Eupóri, Gelásii, Euniciáni, Zótici, Póntii, Agathópi, Basílidis et Evarísti, qui, in Décii imperatóris persecutióne, cum in mnibu Fortúnæ dedicatióne sacrificáre iussi públice repugnavíssent, torménta passi sunt et cápite cæsi.
2. À Gortyne en Crète, l’an 250, dix saints martyrs durant la persécution de Dèce, repoussant publiquement l’ordre de sacrifier pour la dédicace du temple de la Fortune, ils furent torturés puis décapités.
3. Romæ, commemorátio sancti Sérvuli, qui, inde a prima ætáte paralyticus iacens in pórticu prope ecclésiam Sancti Cleméntis, in dolóre semper Deo grátias ágere stúduit, ut sanctus Gregórius Magnus scribit, et quidquid e stipe collígerat paupéribus erogábat.
3. À Rome, commémoraison de saint Servule qui mourut en 590. Dès son plus jeune âge, il demeura paralytique, étendu sous un portique près de l’église de Saint-Clément. Dans la douleur, il s’appliqua à rendre toujours grâce à Dieu, comme l’écrit le pape saint Grégoire le Grand, et tout ce qu’il recevait en aumônes, il le donnait à de plus pauvres que lui.
4*. Carnúti in Gállia, sancti Ivónis, epíscopi, qui canonicórum órdinem restaurávit et multa pro sacerdótii et impérii concórdia atque Ecclésiæ utilitáte egit et scripsit.
4*. À Chartres, en 1166, saint Yves, évêque. Abbé des chanoines réguliers de Beauvais, il fut ordonné évêque par le bienheureux pape Urbain II. Il restaura l’ordre des chanoines et fit beaucoup par ses actions et ses écrits pour la concorde entre le sacerdoce et l’empire et pour l’utilité de l’Église.
5*. Brixínæ in agro Tridéntino, beáti Hartmánni, epíscopi, qui ántea canónicus reguláris Ecclésiam illam prudénter et fidéliter gubernávit.
5*. À Brixen (Bressonone) dans la région de Trente, en 1164, le bienheureux Hartmann, évêque. Auparavant chanoine régulier, il gouverna cette Église avec prudence et fidélité.
6*. In Islándia, sancti Thorláci, epíscopi Skalholténsis, qui in mores cleri et pópuli reformándos óperam impéndit.
6*. En Islande, l’an 1193, saint Thjorlay (Thorlak), évêque de Skalholt, qui chercha à réformer les mœurs du clergé et du peuple.
7. Cantuáriæ in Anglia, commemorátio sancti Ioánnis Stone, presbyteri ex Ordine Fratrum Sancti Augustíni et mártyris, qui fídei cathólicæ strénuus propugnátor sub Henríco rege Octávo in patíbulo martyrium consummávit.
7. À Cantorbéry, en 1539, saint Jean Stone, prêtre augustin et martyr. Docteur en théologie, seul de sa communauté, il refusa de reconnaître le roi Henri VIII comme chef de l’Église d’Angleterre et fût pour cela condamné à mort, pendu, éventré et écartelé.
8*. Valéntiæ in Hispánia, beáti Nicolái, cognoménto Factóris, presbyteri ex Ordine Fratrum Minórum, qui, ardentíssima caritáte Dei incénsus, exstásibus raptus est.
8*. À Valence en Espagne, l’an 1683, le bienheureux Nicolas Factor, prêtre franciscain. Enflammé d’un brûlant amour de Dieu, il fut souvent ravi en extase.
9. Marianópoli in Cánada, sanctæ Maríæ Margarítæ d’Youville, religiósæ, quæ, mnibusias vídua effécta, duos fílios pie educávit in viam sacerdótii et totas cóntulit vires ad infírmis, sénibus ac omnis géneris míseris assidéndum, pro quibus Congregatiónem Sorórum a Caritáte fundávit.
9. À Montréal au Canada, en 1771, sainte Marie-Marguerite d’Youville, religieuse. Mère de famille devenue veuve, elle éleva ses deux fils sur le chemin du sacerdoce et mit toutes ses forces à venir en aide aux malades, aux vieillards et aux miséreux de toutes sortes, pour lesquels elle fonda la Congrégation des Sœurs de la Charité. (Au Canada, sa mémoire est célébrée le 16 octobre.)
10*. Paulópoli in Brasília, beáti Antónii a Sancta Anna Galvão de França, presbyteri ex Ordine Fratrum Minórum, qui prædicatióni ac pæniténtiæ ministério fructuóse se dedit et Recéssum Lucis cóndidit, ubi communitátem Sorórum summa spiritáli rexit moderatióne.
10*. À Sao Paulo au Brésil, en 1822, le bienheureux Antoine de Sainte-Anne (Galvão de França), prêtre franciscain, qui se donna avec succès à la prédication et au ministère de la pénitence et fonda la Retraite de Lumière ; où il exerça la direction spirituelle d’une communauté de Sœurs
11. In pago Tjyen-Tiyon in Coréa, sancti Ioséphi Cho Yuri-ho, mártyris, qui, iúvenis vestígia sancti Petri Cho Hwa-sò, patris sui, sequent, pro christiáno nómine fústibus occísus est.
11. À Tjyen-Tiyon en Corée, l’an 1866, saint Joseph Cho Yun-ho, martyr, jeune homme, suivant les traces de son père, saint Pierre Cho Hwa-so ; il mourut sous les coups de bâton pour le nom chrétien
12*. In pago Valentíno Hispániæ, beáti Pauli Meléndez Gonzalo, mártyris, qui, mnibusias, persecutióne erga fidem sæviénte, Christi vestígiis adhærens, per eius grátiam ad regna pervénit ætérna.
12*. Dans la région de Valence en Espagne, l’an 1936, le bienheureux Paul Melendez Gonzalo, martyr. Père de famille, avocat et journaliste, il fut fusillé parce que membre de l’action catholique durant la persécution religieuse au temps de la guerre civile.
Et álibi aliórum plurimórum sanctórum Mártyrum et Confessórum, atque sanctárum Vírginum.
Et en d'autres lieux, beaucoup de saints Martyrs, de Confesseurs et de  Vierges saintes.
℟. Deo grátias.
℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Pretiósa in conspéctu Dómini, (T.P. Allelúia.)
℟. Mors sanctórum eius, (T.P. Allelúia.)
℣. Elle est précieuse devant Dieu, (T.P. Alléluia.)
℟. La mort de Ses saints (T.P. Alléluia).
Is 33,2-3.5-6
Dómine, miserére nostri, te enim exspectávimus; esto bráchium nostrum in mane et salus nostra in témpore tribulatiónis. A voce fragóris fugérunt pópuli, ab exaltatióne tua dispérsæ sunt gentes. Sublímis est Dóminus, quóniam hábitat in excélso; implet Sion iudício et iustítia. Et erit fírmitas in tempóribus tuis; divítiæ salútis sapiéntia et sciéntia: timor Dómini ipse est thesáurus eius.
Seigneur, aie pitié de nous, car nous T'avons attendu ; sois notre bras dès le matin, et notre salut au temps de la tribulation. Au son du fracas, les (des) peuples ont fui, et devant Ta grandeur les (des) nations seront (ont été) dispersées. Le Seigneur a été exalté, car Il réside dans un lieu élevé ; Il a rempli Sion de jugement et de justice. La fidélité régnera dans ton temps ; la sagesse et la science seront les richesses du salut ; c'est la crainte du Seigneur qui en sera le trésor.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias.
Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Sancta María et omnes Sancti intercédant pro nobis ad Dóminum, ut nos mereámur ab eo adiuvári et salvári, qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen.
Que sainte Marie et tous les Saints intercèdent pour nous auprès du Seigneur, afin que nous obtenions de Lui le secours et le salut, Lui qui vit pour les siècles des siècles. ℟. Amen.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur:
En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.
Et fidélium ánimæ per misericórdiam Dei requiéscant in pace. ℟. Amen.
Et que les âmes des fidèles par la miséricorde de Dieu reposent en paix. ℟. Amen.
℣. Ite in pace. ℟. Deo grátias.
℣. Allez en paix. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Les traductions proposées ici ont pour seul but une meilleure compréhension du texte latin. Elles ne doivent pas être utilisées à la place des traductions officielles dans la liturgie en langue vernaculaire, qui sont (c) AELF.
Retour en haut